Catégorie | DDAF, agriculture, eau

Sécheresse : La situation reste tendue sur le département de l’Isère

La situation actuelle est caractérisée par un déficit pluviométrique important depuis le début de l’année et des débits des cours d’eau en-dessous de la moyenne (fréquence de retour de l’ordre de la décennale sèche en général).
Les niveaux des nappes d’eaux souterraines sont également inférieurs à la moyenne, avec une tendance à la baisse, montrant l’absence de la recharge habituelle des nappes au printemps.
C’est pourquoi, sur proposition du Directeur Départemental des Territoires, Monsieur le Préfet a décidé par arrêté de ce jour le passage en alerte des bassins de gestion Bièvre, Bourbre, Chartreuse-Guiers et Vercors (pour les eaux superficielles), et Est-Lyonnais (pour les eaux souterraines).
Pour les eaux superficielles :
Les bassins de gestion suivants sont en Alerte pour les cours d’eau :
- Affluents Rhône amont – Drac
-Bièvre -Quatre Vallées
- Bourbre – Varèze-Sanne
- Chartreuse-Guiers – Vercors
Les bassins de gestion suivants sont maintenus en Vigilance pour les cours d’eau :
-Belledonne-Bréda – Fure, Morge, Paladru
- Chambaran-Galaure – Grésivaudan
- Est-Lyonnais – Romanche
Pour les eaux souterraines :

Les bassins de gestion suivants sont mis en Alerte pour les cours d’eau :
-Est Lyonnais
Les bassins de gestion suivants sont maintenus en Vigilance pour les nappes d’eau souterraine :
- Affluents Rhône amont – Drac
-Belledonne-Bréda – Fure, Morge, Paladru
- Bièvre – Grésivaudan
- Bourbre – Quatre Vallées
- Chambaran-Galaure – Varèze-Sanne
- Chartreuse-Guiers – Vercors
Cette situation pourra être revue dans les semaines à venir au vu de l’évolution de la situation météorologique, et des débits des cours d’eau ou des niveaux des nappes du département.
Le comité vigilance sécheresse se réunira le jeudi 9 juin à 14 h00 et proposera au Préfet, en fonction de l’évolution de la situation, les mesures adaptées de gestion de l’eau.
Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable sont limités sur l’ensemble des territoires des communes faisant partie de ces bassins de gestion, quelque soit le lieu de prélèvement de l’eau, que la ressource soit superficielle ou souterraine. Les dispositions les plus strictes s’appliquent (exemple : pour un bassin de gestion en alerte pour les eaux souterraines et en crise pour les eaux superficielles, l’utilisation de l’eau potable est soumise aux dispositions de crise).
Dans les zones classées en « Alerte », elles consistent principalement en l’interdiction :
·  du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
·  du remplissage des piscines de plus de 5 m3 à usage privé ;
·  du fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
·  de 6h à 20h, de l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément,
des golfs, et des stades et espaces sportifs
En outre, une réduction globale de 20% de l’irrigation agricole est imposée.
L’arrêté-cadre sécheresse du département de l’Isère
L’arrêté préfectoral du 3 juin 2010 fixe le cadre des mesures de gestion et de préservation de la ressource en eau en période de sécheresse.
Il définit 14 bassins de gestion à l’intérieur desquels les restrictions décidées par le Préfet sont mises en oeuvre.

L’arrêté cadre, ainsi que tous les arrêtés pris en son application pour la mise en oeuvre de restrictions, les compte-rendus des comités de vigilance et les liens vers les sites internet diffusant l’information sur les débits des cours d’eau ou le niveau des nappe, sont disponibles sur le site internet de la DDT (ex-DDAF) à l’adresse suivante :

http://ddaf.isere.agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=397

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8656 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur


Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

mai 2011
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+