Archive | 27 mai 2011

Journée Intercommunale de l’environnement

Journée Intercommunale de l'Environnement 2010
Samedi 28 mai, les communes de Claix, Le Gua, Pont de Claix, Saint-Paul de Varces, Varces et Vif organisent la 6ème journée intercommunale de l’environnement sur le thème de la biodiversité.

De nombreuses animations seront proposées tout au long de cette journée placée sous le thème de la biodiversité. A cette occasion, le tichodrome, centre de sauvetage de la faune sauvage, ouvrira ses portes afin de présenter son activité au grand public.

Une exposition de rapaces et deux spectacles de fauconnerie seront également proposés.

Sans oublier le marché de produits locaux et d’artisanat, l’espace énergies renouvelables, la présence du syndicat apicole dauphinois, les présentations animalières…

Infos pratiques

Journée intercommunale de l’environnement
Samedi 28 mai de 10h à 18h
Stade de foot des Saillants – Le Gua
Renseignements sur http://journee-intercommunale-environnement.com/

Catégorie environnementCommentaires fermés

La peste bovine ne tuera plus!

Pour la première fois dans l’histoire, le monde va être déclaré indemne d’une maladie animale: la peste bovine. Un seul autre exemple est répertorié à ce jour, l’éradication de la variole chez l’homme.

1924 et 2011 sont des dates emblématiques, toutes deux liées au combat mondial contre la peste bovine : la création de l’OIE suite à une nouvelle incursion du virus en Europe et à sa propagation sur d’autres continents,  et la déclaration commune officielle par l’OIE et la FAO de l’éradication mondiale de la maladie.

Ce succès a été possible grâce à un travail de coopération entre les organisations internationales et régionales, aux partenariats publics et privés, aux gouvernements et aux éleveurs. Mais cette réussite a surtout été possible grâce aux services vétérinaires et à la profession vétérinaire toute entière, le manque de ressources dans beaucoup de pays infectés constituant un frein majeur à la mise en place de stratégies de lutte efficaces.

Ainsi, 2011 est prétexte à célébration, d’autant plus que cette année coïncide avec le 250e anniversaire de la création de la profession vétérinaire.

Catégorie prophylaxie, élevageCommentaires fermés

Nouvelle PAC: agriculture plus verte et approvisionnement alimentaire plus sûr

Si la future politique agricole commune de l’UE entend bénéficier du soutien de tous les contribuables de l’UE, elle devra être en mesure d’assurer la sécurité alimentaire et la protection de l’environnement, de créer de nouveaux emplois et de fournir de l’énergie renouvelable, a estimé la commission de l’agriculture du Parlement européen, ce mercredi. Ceci implique de garder le budget agricole de l’UE inchangé afin que les agriculteurs soient assez motivés pour répondre à ces nouveaux défis.

La commission parlementaire cherche à influencer la législation à venir sur la réforme et la modernisation du secteur agricole de l’UE, un processus qui intervient en parallèle avec les discussions sur le budget pluriannuel de l’UE.

« C’est un signal clair au commissaire [à l'agriculture] Ciolos: la nouvelle orientation de la PAC post-2013 est celle que le Parlement vient de définir et la Commission devra présenter des propositions législatives en conséquence », a déclaré Albert Dess (PPE, DE), qui a rédigé la résolution adoptée aujourd’hui par la commission de l’agriculture.

Le président de la commission, Paolo De Castro (S&D, IT), a déclaré : « Le vote d’aujourd’hui est le résultat d’un processus de travail de longue haleine qui, comme d’habitude, a impliqué tous les groupes politiques et a désormais fixé les grands principes régissant la nouvelle PAC », à savoir des critères objectifs de paiement incluant l’emploi, un nouvel élément « vert », davantage de flexibilité pour les États membres et une ligne budgétaire spéciale en cas de crises de marché.

Comment rendre la PAC plus verte?

Les députés estiment que la politique agricole de l’UE a besoin d’acquérir une nouvelle légitimité aux yeux des citoyens européens en offrant un approvisionnement sûr en aliments de haute qualité, tout en contribuant à la protection de l’environnement et aux énergies renouvelables. Le financement de la PAC doit être suffisant pour répondre à ses nouveaux défis et à inciter les agriculteurs à utiliser des techniques modernes et respectueuses de l’environnement.

Un système « d’incitation » à l’échelle de l’UE, 100% financé par l’Union, devrait être mis en place pour soutenir les agriculteurs qui utilisent des méthodes de production durable et pratiquent une gestion rigoureuse des ressources telles que l’eau, le sol et l’énergie. Les paiements directs versés aux agriculteurs doivent être plus directement liés à des « mesures d’écologisation » (faibles émissions de carbone, capture des émissions de gaz à effet de serre, faible consommation d’énergie), estiment les députés.

Une distribution plus juste du soutien financier

La commission de l’agriculture veut une aide répartie plus équitablement entre les États membres et les différentes catégories d’agriculteurs. Elle propose le remplacement progressif des critères antérieurs de soutien qui ont conduit à des disparités, par de nouveaux critères objectifs.

Par exemple, les nouveaux États membres reçoivent actuellement moins de soutien financier, par agriculteur, que les plus anciens. À l’avenir, estiment les députés, chaque pays de l’UE devrait bénéficier d’un pourcentage minimal des paiements moyens de l’UE.

La commission de l’agriculture s’est également félicitée de l’introduction d’un plafond pour les paiements directs par agriculteur, comme le suggère la Commission, et a proposé que la taille, le niveau de l’emploi et le degré de protection de l’environnement de chaque exploitation soit pleinement pris en considération.

Pour éviter un détournement de fonds publics, les députés proposent également que les paiements directs soient réservés à des « agriculteurs actifs », c’est à dire ceux qui utilisent la terre pour la production. Ils demandent instamment à la Commission de fournir une définition claire des « agriculteurs actifs », qui, selon eux, devrait, en tout état de cause, exclure les cas où les coûts administratifs d’un paiement sont plus élevés que le paiement lui-même.

Stabilité: spéculation, gestion des crises et pouvoir de négociation des agriculteurs

La lutte contre la spéculation sur les produits agricoles est essentielle pour réduire la volatilité extrême des prix et garantir une plus grande stabilité aux agriculteurs à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE. La commission parlementaire propose un système de notification mondial en vue de défendre les stocks agricoles destinés à la sécurité alimentaire et soutient les propositions françaises faites au G20 sur cette question.

En tout état de cause, la future PAC devrait comprendre des outils de gestion de l’offre, à coût nul pour le budget de l’UE, afin d’éviter la surproduction, estiment les députés. Toutefois, en cas de crise, qu’elle soit due à des fluctuations de prix ou à d’autres facteurs, un financement spécial du budget de l’UE devrait rapidement être mis à disposition pour assurer une réponse rapide.

Enfin, les députés estiment qu’une nouvelle législation est nécessaire pour améliorer le pouvoir de négociation des organisations de producteurs dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire, avec une plus grande transparence des prix et moins de pratiques commerciales déloyales, afin d’endiguer la tendance à la baisse des revenus des agriculteurs.

Prochaines étapes

Le projet de résolution adopté aujourd’hui – par 40 voix pour, 1 voix contre et 4 abstentions – qui sera soumis à un vote du Parlement dans son ensemble, lors de la session plénière de Bruxelles, les 22/23 juin, constitue une réponse à un document de consultation de la Commission (voir lien ci-dessous). La Commission va dévoiler son projet de paquet législatif à l’automne, après quoi le Parlement disposera du plein pouvoir de codécision avec le Conseil sur le contenu final de la législation.

Catégorie PAC, agricultureCommentaires fermés

Sécheresse: éviter les déperditions d’eau

La période ensoleillée et chaude qui brûle nos terres depuis plusieurs semaines va t-elle perdurer? Nul ne le sait mais pour beaucoup elle ressemble fort à la sécheresse que nous avons connu en 1976! Il faut donc prendre les devants et essayer de trouver des solutions afin d’en limiter les dégâts.

Le préfet de l’Isère a réuni la commission départementale de la ressource en eau et de ses usages. Il avait à ses côtés l’ensemble des représentants des structures concernées par ce problème ainsi que Christian Nucci, vice président du Conseil Général en charge de l’agriculture.

Le préfet de l’Isère, Eric Le Douaron a insisté sur le fait qu’il fallait faire un état des lieux des 1200 réseaux de distribution d’eau du département et voir comment on peut faciliter leur interconnection, ceci afin d’éviter que certaines zones du département soient asséchées.

Un état des lieux des réseaux, canalisations va également être fait. Certains d’entre eux datent des années 40! Il a été constaté des déperditions d’eau à hauteur de 40%, à cause de fuites, surtout en zones rurales. Ceci ne peut plus durer…

Il a également été précisé par la profession que l’agriculture devait être prioritaire au niveau des approvisionnements en eau.

Catégorie agriculture, eauCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2011
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+