Archive | 16 juin 2011

L’insecticide Cruizer autorisé sur le colza

Générations futures s’inquiète suite à une décision d’autoriser l’utilisation de l’insecticide Cruizer sur le colza.

« Selon un communiqué de l’UNAF (apiculture française), le ministre de l’Agriculture vient d’étendre l’autorisation du Cruiser au colza alors que le Conseil d’Etat a déjà annulé des autorisations sur maïs qui avaient été délivrées en 2008 et 2009 et qu’il se prononcera dans les prochains mois sur l’annulation de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) délivrées pour les années 2010 et 2011.

Après les quatre autorisations successives de mise sur le marché du Cruiser sur le maïs (de 2008 à 2011) et malgré l’annulation des autorisations de 2008 et 2009 par le Conseil d’Etat en février dernier, le Ministère de l’agriculture vient donc de délivrer une nouvelle autorisation de mise sur le marché à Syngenta pour le Cruiser pour le traitement des semences de colza (autorisation de mai 2011 par le Ministère de l’agriculture sur un avis favorable de l’ANSES d’octobre 2010). Le thiamethoxam, l’une des substances actives du Cruiser OSR, est à l’origine de cas avérés d’intoxication d’abeilles.

Or, nous pensons, comme l’UNAF, que cette décision est des plus regrettables d’autant que le colza est une plante qui attire fortement les abeilles. « Cette décision est en totale contradiction avec les décisions du Grenelle de l’environnement et notamment le plan Ecophyto ainsi que les recommandations de la DG SANCO de l’UE qui dans une déclaration de décembre 2010 insistait sur le fait qu’il était nécessaire de protéger la santé des abeilles de manière proactive » déclare François Veillerette, Porte parole de Générations Futures.

« Il faut absolument que le Ministre revoit sa décision sur ce dossier au risque de se discréditer alors que dans une réponse à une question d’Yves Cochet en décembre dernier il se disait « soucieux du respect de l’environnement et de la défense des populations d’abeilles » » Ajoute t’il. »

Catégorie apicultureCommentaires fermés

Inauguration de la maison de l’élevage

C’est avec une grande fierté et beaucoup d’émotion que Michel boursier, président du GDS 38 a présenté aux élus, personnalités et éleveurs la nouvelle maison de l’élevage construite à Rives.  » Nous étions trop à l’étroit dans nos anciens locaux situés à La Murette. Ceux ci étaient également inadaptés pour notre activité: livraisons, réunions…. De plus nous avions besoin d’un point d’accueil des éleveurs qui soit à la fois central par rapport à la géographie du département et situé à proximité des zones d’élevage les plus denses. » D’ou le choix de Rives.

Pour Michel Boursier, la maison de l'élevage doit être " la maison de tous les éleveurs". Il a à ses côtés Eric le Douaron, préfet, Christian Nucci, conseiller général et Gérard Seigle Vatte, président de la chambre d'agriculture

Pour Michel Boursier, la maison de l'élevage doit être " la maison de tous les éleveurs". Il a à ses côtés Eric le Douaron, préfet, Christian Nucci, conseiller général et Gérard Seigle Vatte, président de la chambre d'agriculture


La construction de cette maison de l’élevage constitue selon Michel Boursier  » un véritable challenge, surtout en ces temps de crise. » Mais le président du GDS est persuadé que « l’élevage a un avenir dans notre département. »

Après avoir rappelé que « cette maison de l’élevage s’est construite sans aucun euro d’aide publique » il a martelé que l’objectif fort est qu’elle devienne la maison de tous les éleveurs. A savoir les 2900 éleveurs de bovins, 1300 éleveurs d’ovins et de caprins et 3000 apiculteurs de notre département.

Gérard Seigle Vatte, président de la chambre d’agriculture a visité et apprécié mais ce nouveau site avec une pointe d’amertume: » j’ai souhaité délocalisé les locaux de la maison des agriculteurs, je sais que je n’y parviendrai pas au cours des 18 mois qui me restent à accomplir en tant que président de la chambre d’agriculture… ». Il a abordé le problème de l’ADAYG qui faute de moyens financiers va disparaître en fin d’année: » il faut savoir restructurer à temps, avant d’aller dans le mur. Nous devons penser à l’avenir et prendre les décisions qui s’imposent… »

A propos de la sécheresse, il souhaite que les aides publiques dégagées aillent directement aux éleveurs.  Et de rajouter: il manque du foin, entre 30 à 40%. On est obligé de le faire venir d’ailleurs mais les coûts de transports sont élevés… » Il a soumis l’idée  de voir si celui ci, au lieu d’être acheminé par camions le soit par train.

Christian Nucci, vice président du conseil général, en charge de l’agriculture s’est dit satisfait de la construction de cette nouvelle maison de l’élevage qui est  » la maison de la transparence, traçabilité. » Il a lui également insisté sur l’avenir de l’agriculture départementale qui  » est certain si on se donne les moyens de le préparer. »

Il ne restait plus qu’au préfet, Eric le Douaron de conclure en précisant qu’il croyait beaucoup en l’agriculture isèroise, que l’Etat mettrait tout en oeuve pour aider les agriculteurs en difficulté suite à la sécheresse et qu’il se mettait au service des agriculteurs de notre département afin de les aider à passer ce cap difficile…

maison élevage b

Catégorie agriculture, élevageCommentaires fermés

Pays voironnais: location de terrains agricoles, appel à candidatures

Le Pays Voironnais propose à la location divers terrains agricoles sis sur les communes de St Blaise du Buis, La Murette, Réaumont, Moirans et St Jean de Moirans pour une surface totale de 17 ha 87 à 59 ca.

Etant ici précisé que s’agissant de dossiers issus de diverses préemptions réalisées précédemment par la SAFER Rhône-Alpes, seuls les projets professionnels agricoles pourront être sélectionnés et devront recevoir un agrément préalable de la SAFER.

Si vous êtes intéressés, les courriers de candidature sont à adresser à l’intention du Pays Voironnais avant le 30 juin. Tout courrier arrivé après cette date sera considéré comme non recevable.

Contacts : ADAYG : 04 76 20 68 29 ou Service agriculture et forêt du Pays Voironnais : 04 76 27 94 30

Catégorie Y grenoblois, agricultureCommentaires fermés

Frais de certification pris en charge à 100 % pour les fermes en conversion bio !

Grâce à un effort financier fourni par l’Europe, les producteurs rhônalpins qui engagent leur ferme dans une conversion vers l’agriculture biologique pourront dorénavant bénéficier d’une prise en charge à 100 % de leurs frais de certification pendant trois ans. Une bonne nouvelle qui vient soutenir la forte dynamique de conversion bio en Rhône-Alpes !
La région Rhône-Alpes, première région bio française en nombre d’exploitations, comptait fin 2010 plus de 2300 fermes biologiques. Ces bons chiffres sont principalement liés à la dynamique soutenue de conversion à la bio des agriculteurs de Rhône-Alpes. Ainsi, le nombre de producteurs bio a augmenté de 11 % entre 2008 et 2009 et de 20 % entre 2009 et 2010.
Depuis plusieurs années, dans l’objectif de soutenir cette dynamique de conversion, les associations de producteurs bio ont obtenu de la Région Rhône-Alpes et de l’Europe la mise en place d’aides à la prise en charge des frais de certification.

Concrètement, la Région Rhône-Alpes prend en charge 50 % des frais de certification pour tous les producteurs bio, dans la limite de 450 € HT par an. L’Europe, via le fond FEADER, apportait jusqu’ici une aide supplémentaire aux producteurs en conversion en prenant en charge 30 % de leurs frais de certification.

Dorénavant, cette aide supplémentaire sera de 50 %, permettant ainsi la prise en charge intégrale des frais de certification pour un producteur en conversion.
Les modalités pratiques d’attribution des ces aides sont présentées dans le dossier « Convertir mon exploitation à l’Agriculture Bio ». Ce dossier, édité par Corabio et la Chambre Régionale d’Agriculture, vient d’être mis à jour. Il est à destination de tous les agriculteurs qui se questionnent sur la conversion de leur exploitation à l’agriculture biologique, sur les démarches à mettre en oeuvre pour réaliser un projet de production biologique ou sur les aides auxquelles ils peuvent prétendre.

Un véritable outil d’aide à la réflexion !
Dans la nouvelle version de ce dossier, les nouveautés importantes pour les producteurs bio sont présentées : procédure de notification auprès de l’Agence Bio, aide à la prise en charge des frais de certification, nouvelles aides PAC Soutien à l’Agriculture Bio – Volet Conversion et Soutien à l’Agriculture Bio – Volet Maintien.
Retrouvez le dossier complet à télécharger sur www.corabio.org:

Catégorie agriculture, bioCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2011
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+