Archive | 13 juillet 2011

Sécheresse: 41 départements reconnus au titre de calamité agricole

Les premières demandes de reconnaissance de calamité agricole au titre de la sécheresse ont été examinées hier par le Comité national de l’assurance en agriculture (CNAA). 41 départements ont fait l’objet d’un avis favorable du CNAA, pour la totalité ou une partie de leur territoire.

Sur la base des avis rendus par ce comité, les premiers arrêtés de reconnaissance de calamité agricole dans ces départements seront pris dès aujourd’hui.

Comme s’y était engagé Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, les agriculteurs des zones reconnues pourront déposer un dossier d’indemnisation et percevoir, s’ils sont éligibles, un acompte dès le 15 septembre prochain.

Conformément aux mesures annoncées par le Président de la République le 9 juin dernier, le Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) sera doté en 2011 d’une enveloppe de l’ordre de 200 millions d’euros pour permettre le versement d’une avance sur l’indemnisation des pertes dues à la sécheresse. Le montant définitif des indemnisations pour les agriculteurs sera connu après une évaluation des pertes à la fin de l’année.

Le CNAA se réunira de nouveau le 28 juillet et le 25 août pour étudier les autres demandes.

Liste des départements reconnus au cours du CNAA du 12 juillet 2011

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Le Centre Commercial Place du Dauphiné en phase avec l’environnement

Le centre commercial Place du Dauphiné, situé à Tignieu-Jameyzieu en phase finale de son projet de construction, présente ses initiatives en faveur de l’environnement.

Sa volonté d’intégrer une démarche de développement durable se révèle dans le choix des procédés et produits respectueux de l’environnement, comme dans le traitement des déchets et de la gestion de l’eau.

L’environnement, une priorité dès le concept

Avant la création du centre commercial, les habitants de l’agglomération devaient se rendre à une trentaine de kilomètres pour effectuer leurs achats. Aujourd’hui, la Place du Dauphiné qui bénéficie d’une implantation privilégiée à proximité du centre ville de Tignieu-Jameyzieu (Nord-Isère), regroupe une soixantaine d’enseignes et de services.

place du dauphinéUn lieu de vie qui répond aux besoins des visiteurs qui peuvent y effectuer tout leur shopping sur place.
Les clients gagnent ainsi du temps de transport ce qui permet également de limiter l’émission de gaz à effet de serre. Ces distances raccourcies se traduisent par autant d’émissions de CO2 évitées.
Certes la voiture est nécessaire pour se rendre au centre commercial, mais une fois sur place l’organisation et la conception notamment grâce au passage couvert permettent de tout faire à pied.
L’architecture s’intègre, quant à elle, dans le paysage environnant, avec des matériaux de qualité tels que le verre, le bois, ainsi qu’un traitement paysager des espaces verts.

Des procédés innovants

La famille Grindler, propriétaire du centre commercial, a souhaité concevoir un site respectueux de l’environnement.
Plusieurs actions valorisantes ont été menées, à savoir :
- Gestion des déchets – le traitement du béton : la première phase de construction a débuté par la destruction de bâtiments existants. Le béton n’a pas été évacué pour être concassé sur place et limiter ainsi l’émission de CO2 et les aciers ont été envoyés en recyclage. Le béton concassé a été utilisé pour la réalisation du parking et du nouveau bâtiment.
- Gestion de l’énergie – une isolation renforcée : les épaisseurs en façade et en toiture ont été augmentées. Par ailleurs, des doubles vitrages à meilleur coefficient et favorisant la rupture de pont thermique (technique permettant d’isoler thermiquement des matériaux conducteurs) ont été employés.
- Gestion de l’eau : la récupération des eaux pluviales fait l’objet d’une attention toute particulière. Tout d’abord, les eaux de ruissellement des parkings sont traitées par des séparateurs d’hydrocarbures pour être réinjectées propres dans le sol à des endroits où elles ne créent pas d’inondation.
Les eaux de toiture sont également récupérées et stockées dans des bâches pour permettre l’arrosage des végétaux.
Parallèlement, tout le bois utilisé Place du Dauphiné, notamment pour l’habillage des poteaux des auvents est d’origine européenne, et non exotique.

Développement à venir

La notion de transports est un enjeu majeur dans la mise en pratique du développement durable. Afin de parfaire sa démarche éco-respectueuse, Laurent Grindler soutient le collectif PARFER pour la mise en place d’une ligne de Tram-Train silencieux, non polluant entre Lyon et Crémieu qui réutilisera la voie du Chemin de Fer de l’Est Lyonnais. Il a d’ores et déjà obtenu un terrain de 2 hectares pour la réalisation d’un arrêt à proximité du centre commercial et espère une avancée rapide du projet.

A propos de Place du Dauphiné

Propriété de la famille Grindler, le centre commercial Place du Dauphiné a été inauguré en mai 2010 et génère environ 350 emplois directs et indirects. Avec l’hypermarché Leclerc, son Espace culturel et les boutiques de la galerie marchande, le centre commercial propose une soixantaine d’enseignes.

Conçu telle une place de marché de village, il devient un lieu de vie et d’échanges. Sa situation géographique privilégiée à proximité du centre-ville de Tignieu-Jameyzieu et au coeur de la zone de chalandise en font un partenaire privilégié des enseignes.

Pour en savoir plus

www.placedudauphine.com

Catégorie monde ruralCommentaires fermés

Avec Provencia, partez une semaine en vacances!

Avec le groupe Provencia, jouez et gagnez une semaine de vacances pour deux personnes….

Gagnez du 6 juillet au 31 Août 2011 1 séjour d'une semaine pour 2 personnes en village vacances Ternélia

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juillet 2011
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+