Archive | 31 août 2011

De vrais cyberexploitants

Dans un éditorial mis en ligne sur le site internet de la FNSEA, Xavier Beulin est clair: : » oui, l’agriculteur est un cyberexploitant ! »

Voici ses arguments:

« Au risque de bousculer quelques clichés, oui, l’agriculteur est un cyberexploitant !

L’ère du numérique a insufflé un vent nouveau dans les fermes françaises. La gestion quotidienne de l’exploitation s’en est vue facilitée : les logiciels de gestion, les services virtuels comme la géolocalisation ou les démarches administratives en ligne ont apporté une aide, un gain de temps, une autonomie et une professionnalisation considérables.

Internet devient désormais un lieu de conquête de nouveaux marchés ! L’agriculteur, peut en créant son site ou en s’inscrivant sur des plateformes dédiées, présenter ses produits, ses activités agro-touristiques ou encore pédagogiques.

Les NTIC permettent aussi aux paysans, dont l’environnement, règlementaire notamment, est en constante évolution, de s’informer et de s’e-former en temps réel et en fonction de leurs besoins.

L’aspect social, enfin, est essentiel pour les agriculteurs. Les forums d’échanges, la possibilité pour tous de prendre la parole pour défendre ses idées et son métier fait que la distance n’est plus un obstacle dans une profession longtemps condamnée à l’isolement. Internet a fait naître une génération d’agriculteurs connectés à leur temps, il a créé des passerelles avec les consommateurs. L’étape suivante doit se jouer, et rapidement, dans le meilleur accès et dans la qualité du débit en zone rurale où plus de 30% des agriculteurs n’ont encore pas accès à Internet et la plupart ne bénéficient pas du haut débit !

Les agriculteurs seront, demain, connectés au reste du monde en gardant les pieds sur terre. »

Pour compléter cet édito nous rajouterons la presse.

La presse internet qui traite l’info agricole tisse peu à peu sa toile sur l’ensemble du territoire. Elle gagne jour après jour des lecteurs, des parts de marché, des annonceurs… C’est le cas de sillon38.com qui est passé de 0 lecteur en septembre 2007, mois de sa mise en ligne, à 200 000 en 2010 et la courbe est toujours montante...contrairement à la presse écrite.

Parmi ses lecteurs, de nombreux agriculteurs, jeunes en majorité, mais aussi des agriculteurs qui sont à la recherche d’une information moderne, rapide, interactive et surtout indépendante.

A côté des lecteurs-agriculteurs, sillon38 est lu par les pluri-actifs, les ruraux, les forestiers sans oublier les passionnés de certaines filières comme les trufficulteurs, apiculteurs…Et bien entendu par tous ceux qui sont liés de près ou de loin aux problèmes environnementaux.

Nous persistons pour dire que la presse internet doit être considérée comme un complément de la presse écrite et non pas comme une concurrente.

Catégorie A la une, agriculture, sillon38Commentaires fermés

Les Jeunes Agriculteurs présentent leur projet LAIT Génération 2016

Les Jeunes Agriculteurs ont  présenté les grandes lignes et les ambitions de son projet pour préparer l’ensemble de la filière à l’après 2015. Un rendez vous à Paris réunissant tous les acteurs du secteur sera proposé d’ici fin 2011.

La filière laitière est à la croisée des chemins : fin des quotas programmée en 2015, mise en
place de la contractualisation, organisation des producteurs, défi de la valeur ajoutée et du
renouvellement des générations C’est pourquoi depuis juin 2011, les JA se sont engagés
dans une « tournée laitière » d’envergure pour rencontrer les acteurs de la filière, aussi bien
industriels privés, que coopératives, fédérations, syndicats agricoles…Ce cycle de rencontres,
qui va se poursuivre, leur a permis de dresser un premier constat et de tracer des
perspectives pour la filière lait.

« Tous acteurs de la filière lait de demain ! »

Parce que l’avenir de la filière laitière ne s’écrira pas sans les producteurs, JA a insisté sur
trois points essentiels dans le schéma présenté à la presse :
- La création d’une véritable instance européenne de régulation, sous la forme d’une
interprofession laitière européenne indépendante
- La mise en place d’une « cellule export » à l’interprofession qui puisse identifier les
débouchés sécurisés à l’international.
- Le nécessaire consensus des syndicats agricoles pour qu’au delà des clivages nous
puissions oeuvrer ensemble pour l’intérêt des producteurs et pour la création
d’Organisations de Producteurs (OP)
« L’installation, la formation, l’organisation des jeunes qui s’installent et le suivi de la
contractualisation que nous ne voulons pas subir : voila les priorités ! C’est pourquoi nous
allons continuer notre tournée et proposer d’ici la fin 2011 une journée nationale Lait à Paris
avec l’ensemble des acteurs. » a indiqué Rachël Guiquerro trésorière adjointe des JA et
responsable du dossier lait.

Catégorie lait/produits laitiers, vie syndicaleCommentaires fermés

Direct et bon.com

Agriculteurs, cultivez vos ventes en quelques clics !

Partenaire des agriculteurs, la Banque Populaire a créé Direct et Bon.com, un portail Internet innovant pour vendre vos produits agricoles et viticoles en ligne. Vous ouvrez en quelques clics votre e-boutique, tout en bénéficiant d’un service tout compris.

Direct et bon.com :
une solution clef en main, simple et efficace.

Ouvrir votre e-boutique en 3 étapes

  • Etape 1 :

Inscrivez-vous sur www.directetbon.com pour prendre rendez-vous avec un conseiller Banque Populaire des Alpes.

  • Etape 2 :

Après avoir souscrit le contrat, vous recevez par mail vos habilitations d’accès au aramétrage de votre site ainsi qu’au module de paiement.

  • Etape 3 :

Une fois dans l’espace d’administration de votre site, vous remplissez  les informations relatives à votre exploitation, puis vous référencez les produits que vous souhaitez vendre en ligne.

Un contrat tout compris

Votre contrat Direct et bon.com inclut l’accompagnement à la création de votre site, mais aussi :

  • l’hébergement ;
  • le  référencement ;
  • la maintenance ;
  • l’assistance technique ;
  • un module de paiement en ligne.

  • Un guide :

Clair, simple et pédagogique, ce guide vous expliquera en détail toutes les fonctionnalités de votre site.

  • La garantie de paiement sécurisé :

La Banque Populaire met  à votre disposition son système de paiement en ligne sécurisé Systempay.

  • Une gestion quotidienne simple :

Direct et bon.com vous offre une utilisation efficace et pratique de votre e-boutique par la simplicité de gestion des commandes et des mises à jour de vos stocks.

  • Appui d’une communication nationale :

Vous bénéficiez d’une campagne de communication nationale assurée par le Groupe  Banque Populaire.

Direct et bon.com

Développez votre activité commerciale en quelques clics. La création d’une e-boutique vous permet de :

  • Elargir votre clientèle ;
  • Faire connaître et vendre vos produits locaux sur tout le territoire ;
  • Vendre en circuits courts, sans intermédiaire et augmenter vos marges.

Pour 50 € HT par mois tout compris.

Un moyen simple et sécurisé
pour développer vos ventes sur Internet.

Rejoignez-nous sur www.directetbon.com

Pour répondre à toutes vos questions, interrogez un conseiller de clientèle
de la Banque Populaire des Alpes :

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Pascal-Pépito: impressionnante complicité

Pascal Filuzeau, provençal d’origine, boucher de métier découvre la truffe par hasard. Un hasard qui fait bien les choses puisque lors d’une halte en Bourgogne, un ami, amateur de truffes lui offre un chiot. Celui ci s’appellera Pépito. C’est un épagneul croisé fauve de Bretagne. Le dressage de Pépito commence, le chiot dressé à la truffe et au fromage. Il possède un flair hors normes et se montre docile à l’apprentissage. Pascal a très vite compris qu’il a comme compagnon un animal extraordinaire. Dès lors une complicité sans failles va naître entre eux.

Notre homme « pose  » ses valises en Isère, dans la vallée du Grésivaudan. Bien entendu il se renseigne sur les possibilités trufficoles de ce territoire. Il apprend que notre département a un fort potentiel et il ne comprend pas pourquoi cette production est en chute libre.  Il décide de s’investir « à fond « dans cette filière.

pepito 3

C’est là qu’il rencontre, à Lumbin, un propriétaire d’une truffière laissée à l’abandon constituée  de 90 chênes  plantés dans les années 1960. Très vite un accord a été trouvé avec le propriétaire, tout heureux de voir, jour après jour sa truffière revivre. En effet Pascal passe des heures et des heures à la nettoyer, la travailler, Pépito toujours à ces côtés.

pepito 2

Une impressionnante complicité entre l’homme et le chien existe: c’est un gage de réussite.

Un travail qui va porter ses fruits, plutôt ses truffes car Pépito en trouvera très vite. Son procédé est simple, il renifle le sol, tout en marchant et dès qu’il sent une truffe, il s’arrête et la marque de deux ou trois coups de patte.

L’originalité de cette truffière vient du fait qu’elle en possède plusieurs espèces. » On en compte jusqu’à 6. Cela nous permet d’avoir une récolte étalée tout au long de l’année . »

Pour Pascal Filuzeau, le chien est le meilleur compagnon pour trouver des truffes. Pour preuve, alors que Pépito va sur ses 15 ans, notre homme a déjà prévu la relève avec Eclair, un jeune chien qu’il est en train de former au cavage.

pépito 1

Eclair est en pleine période de dressage.

Il a deux ans et il sera au top à l’âge de 4-5 ans.  » Il est hors de question que je rejette mon Pépito, quand je suis sur le terrain, ils viennent avec moi à tour de rôle… »

Bien entendu lors de notre visite Pépito a montré tout son savoir faire, il a trouvé avec une aisance incroyable plusieurs truffes…  » Et pourtant cet été il y en a peu. » Les conditions météo:  printemps sec et chaud, suivi d’un mois de juillet trop arrosé n’ont pas été favorables pour la truffe, mais ce n’est pas grave. » Pascal n’est pas en effet découragé: » c’est plus une passion qu’une recherche de revenus et nous sommes nombreux dans ce cas là. »

Brouillade de truffes

Grâce à Pépito et à la gentillesse de Pascal notre repas du soir était prévu: brouillade aux truffes.

Quelques heures avant le diner, casser les oeufs dans un récipient, y rajouter les truffes  découpées en lamelles, recouvrir d’un film plastique. Faire cuire le moment voulu. C’était tout simplement excellent!

Contact :

Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère
Président : Paul CHAMARD-BOIS
MFR – 50 rue de Rivalta
38450 VIF
Tél : 06-03-47-43-68
e-mail : sti-truffes@wanadoo.fr

- truffes en Rhône-Alpes
- truffes du Grésivaudan

Nos partenaires

Maison Familiale Rurale – MFR Vif - 50, avenue de Rivalta – 38 450 Vif
Tel : 04 76 72 51 48Fax : 04 76 72 43 53 – e-mail : mfr.vif@mfr.asso.fr

Catégorie A la une, trufficultureCommentaires fermés

Salon Tech’n Bio: Banque Populaire partenaire de la Chambre d’Agriculture

Pour les Banques Populaires, l’environnement fait partie de leurs engagements en matière de développement durable.

Dernier témoignage en date, l’accompagnement financier auprès de la Chambre d’Agriculture à l’occasion du Salon Tech’n Bio qui se déroulera les 7 et 8 septembre  à Valence (26).

BPAA l’initiative de la Banque Populaire des Alpes, 5 autres Banques Populaires Régionales, Banque Populaire Alsace, Banque Populaire Massif Central, Banque Populaire Ouest, Banque Populaire Occitane et Banque Populaire du Sud, qui se sont associées à cette troisième édition du salon agricole des techniques agricoles Bio et alternatives en Europe : une rencontre professionnelle unique en son genre !

Par ailleurs, 450 agriculteurs clients des Banques Populaires seront invités par bus spécialement affrétés, ce qui génèrera une économie d’émission de gaz d’environ 60 tonnes de CO2 !

L’engagement de la Banque Populaire des Alpes se manifeste à travers différentes initiatives :

-   Une large gamme de produits et services « verts » destinés à la rénovation et à la construction d’habitations ou de bâtiments écologiques, pour les professionnels et les particuliers.

-   Des partenariats environnementaux et sociétaux avec des institutions liées au développement durable, telles que l’ADEME, Rhône Alpenergie…

-   Récemment,  la Banque Populaire des Alpes a été la première à s’être engagée sur l’Eco-PTZ (l’éco prêt à taux zéro) : un prêt immobilier réglementé qui permet de financer les travaux destinés à rendre les habitations plus économes en énergie, plus confortables et moins émettrices de gaz à effet de serre.

-  La présence à des évènements tels que le Salon Européen du Bois, les 3ème Assises Nationales de la construction passive et aujourd’hui le Salon Européen des Techniques Agricoles Alternatives et Bio.

tech Par sa présence et ses actes à l’occasion du Salon Tech’n Bio, la Banque Populaire des Alpes confirme sa relation de proximité et son engagement en faveur du développement durable et des agriculteurs.



Catégorie bio, foires/salonsCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

août 2011
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+