Archive | septembre, 2011

Nord Isère: pollution atmosphérique

Au titre des mesures d’alerte liées à la pollution atmosphérique, due :

  1. à la persistance du nombre de particules en suspension pendant 2 jours consécutifs
  2. au taux de dioxyde d’azote avec un risque maximal aujourd’hui en fin de journée, constatée dans le Nord-Isère.

En application de l’arrêté inter-préfectoral du 2011-004 du 5 janvier 2011, il a été décidé de diminuer, sur l’ensemble du réseau routier du Nord-Isère, la vitesse  de 20Km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée, si cette dernière est supérieure à 70 km/h.

Ces dispositions sont applicables le 30 septembre 2011 à compter de 17 heures, pour une durée minimale de 24 heures et jusqu’à la levée de la mesure.

La liste des communes concernées et l’ensemble des valeurs de pollution atmosphérique mesurées par les réseaux de surveillance de la qualité de l’air est disponible sur Internet à l’adresse suivante : http://www.atmo-rhonealpes.org .

Recommandations comportementales, destinées à l’ensemble de la population de l’Isère, afin de réduire la pollution atmosphérique

  • limiter l’usage des véhicules automobiles et de tous autres engins à moteur thermique ;
  • les usagers de la route doivent :

- privilégier, pour leurs trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied et vélo) ;

- différer si possible leurs déplacements internes aux agglomérations pouvant l’être ;

- pratiquer si possible le co-voiturage dans les autres cas ou emprunter les réseaux de transport en commun ;

  • respecter scrupuleusement leur traitement médical en cours ou de l’adapter sur avis de leur médecin,
  • consulter leur médecin en cas d’apparition de symptôme évocateur ou en cas d’aggravation de leur état,
  • d’éviter toute activité physique ou sportive intense.

Catégorie environnementCommentaires fermés

St Egrève: vacataires sans contrats, cours supprimés!

Certes la crise est là mais est ce une raison pour tomber dans l’intolérable, voire l’absurde ? On peut se poser la question au niveau de l ‘éducation nationale….

barnave

Ce vendredi matin, professeurs et parents d’élèves se sont retrouvés au collège Barnave de St Egrève pour échanger sur le problème des vacataires et protester car » la situation de ces derniers ainsi que celle des personnels  contractuels s’est compliquée récemment, le rectorat refusant de fournir des contrats pour l’ensemble des heures effectuées par ceux-ci. »

Non seulement cette décision fragilise la situation déjà précaire de ces personnels, mais entraîne surtout des conséquences immédiates sur le plan pédagogique auprès des élèves.

Pour mieux comprendre la situation, voici quelques exemples précis:

- l’enseignement en espagnol auprès d’une classe de 4e est actuellement pris en charge par une enseignante à qui le rectorat accepte de fournir un contrat, mais pour 2 heures hebdomadaires seulement sur 3 obligatoires.
- La même situation se produit en français pour une classe de 5e. Le rectorat propose un contrat à une enseignante pour 3h sur 4h30 hebdomadaires.

Cela signifie que les élèves n’ont donc pas droit à la totalité de leurs cours : 1h en espagnol dans une classe de 4e et 1h30 en français dans une classe de 5e supprimées.

- Trois classes, en arts plastique  ont vu leurs cours stoppés, le rectorat refusant de signer un contrat à la personne qui a commencé à travailler auprès des élèves et qui pourtant assure des cours avec efficacité depuis 7 ans dans le collège.

- En SVT, le même problème se pose pour deux classes : l’enseignant présent depuis la rentrée ne se voit pas proposer de contrat non plus. Résultat: deux classes n’ont plus d’enseignement en SVT.

Chacun comprendra le désarroi de ces enseignants qui en l’absence de contrat, de paye, et pour des raisons juridiques n’assurent plus leurs cours. Enseignants qui attendent une décision du rectorat, et pendant ce temps les élèves grossissent les rangs de la salle de permanence ou restent chez eux!

Voilà pourquoi plusieurs dizaines de parents d’élèves du collège Barnave de St Egrève, associés aux professeurs ont souhaité manifester de façon très conviviale, médiatiser cette situation afin que le rectorat analyse le problème et prenne les  décisions qui s’imposent, dans l’intérêt des élèves….


Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

L’actu vue par Biassu: la santé des agriculteurs

Biassu a lu avec intérêt que les agriculteurs étaient moins sensibles aux maladies que le reste de la population… Lire l’article mis en ligne sur sillon38:

Santé: les agriculteurs moins exposés aux maladies

Voici comment notre dessinateur traduit cette actu…

Santé des agriculteurs 29.09

Catégorie BiassuCommentaires fermés

Débat sur le loup

Suite à l’information concernant la descente anticipée des éleveurs alpagistes, France Bleu Isère a pris l’heureuse initiative de donner la parole à ses auditeurs. La question étant très simple: le loup a t-il sa place dans nos montagnes. Les avis sont bien sûr partagés mais 61% des auditeurs qui ont répondu au sondage affirment que OUI.

Nicolas Crozel, journaliste à France Bleu a constaté que le sujet était très sensible: «   le répondeur de la radio a frisé la saturation. »

Rappelons que sur nos massifs les attaques sont nombreuses. A chaque fois le loup est mis officiellement en cause. Attaques qui causent de nombreux dégâts dans les troupeaux et qui découragent les bergers.

Je suis intervenu sur les ondes pour expliquer que j’ai fait plusieurs reportages suite à des attaques. A chaque fois j’ai eu « les tripes nouées » devant le spectacle proposé: des agneaux, brebis, égorgés, dépecés, les gigots déchiquetés, gisants en attendant la mort certaine dans de terribles souffrances. On peut être favorable au maintien du loup dans nos montagnes mais on ne peut accepter de tels massacres! A cela se rajoutent bien entendu les retombées psychologiques sur les bergers, agriculteurs, sans oublier les coûts financiers engendrés par les pertes subies.

att l2Face à cette situation, nos politiques, de tous bords n’ont pas le courage de prendre des décisions radicales, de trancher entre le loup et l’agneau et pourtant ils sont convaincus que la cohabitation est impossible. Ils prennent des mesurettes peu efficaces, qui ne plaisent à personne et qui ne font que faire empirer la situation, décourager les éleveurs, bergers et qui sèment le doute dans les têtes de l’ensemble des acteurs de la montagne.

Personnellement j’ai toujours affirmé  que certaines de nos montagnes sont désertes, inhabitées. Pourquoi ne pas en consacrer plusieurs hectares et en faire une réserve, ou parc à loup clos. Cela permettrai au loup de vivre dans un espace  agréable, l’homme ayant pour mission de le nourrir et d’en suivre son évolution. Les amoureux du loup ayant tout loisir de les apercevoir, ce qui est rarement le cas aujourd’hui. Autre avantage et non des moindres, nos brebis passeraient des jours paisibles sur nos alpages dont tout le monde en reconnaît la qualité….Par contre en dehors de cet enclos, le loup n’y aurait plus sa place.

Certes cette mesure est sans doute difficile à mettre en place, onéreuse mais n’est elle pas la seule solution au problème et surtout la solution qui contenterait tout le monde.

On peut poursuivre le débat sur sillon38.com!

Catégorie A la une, loupCommentaires fermés

La Batie Divisin: forum bien vieillir chez soi

Ce vendredi 30 septembre est organisé un forum sur le thème du bien vieillir chez soi.

Il se déroulera à la salle des fêtes de La Batie Divisin de 13 à 17 heures.

Ce forum organisé conjointement par les communes de La Batie Divisin, Montferrat et la coordination des retraités du canton de la Valdaine  verra différents intervenants répondre à différentes interrogations aussi diverses que l’amélioration des conditions de logement, le maintien à domiciles, les différentes aides….

La fédération des clubs des aînés ruraux de l’Isère vous conseille vivement de participer à ce forum.

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Romans: journée légumes bio

Le 5 octobre à Romans-sur-Isère (26)

Journée technico-économique

LEGUMES BIO

CORABIO (la Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique) organise une journée d’information et d’échange sur les légumes biologiques en Rhône-Alpes, les questions techniques et économiques y seront traitées. Cette journée aura lieu le mercredi 5 octobre 2011 à Romans-sur-Isère dans la Drôme.

La filière légumes biologiques est très déficitaire en Rhône-Alpes comme partout en France, et ce, sur tous les circuits de distribution. La matinée sera consacrée à la présentation de la filière et des deux circuits en fort déficit d’approvisionnement (restauration collective et circuits longs) mais aussi à la question de l’accès au foncier, obstacle que rencontre la plupart des nombreux candidats à l’installation en maraîchage biologique.

L’après-midi sera consacré à la production de plants potagers bio et à l’auto-construction de matériels afin d’alléger l’investissement des maraîchers. La journée se clôturera par la visite d’une exploitation maraîchère en vente directe à Chatillon St Jean.

Cette journée est ouverte à tous les professionnels intéressés ou concernés par ces questions. Elle aura lieu le MERCREDI 5 OCTOBRE à Romans-sur-Isère (26). L’inscription est indispensable en appelant Corabio au 04 75 61 19 35 pour obtenir un programme et un bulletin d’inscription.


Catégorie bioCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi agricoles, région Rhône-Alpes

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Expl. vinicole Sud Ardèche cherche un apprenti (H/F) de moins de 26 ans pr préparer en alternance un BPREA ou un BTS ACSE. Vins en cave particulière (18ha) et activités annexes : ail et échalotes (1 ha). Vs êtes motivé, curieux et avez un esprit d’initiative. Contrat d’apprentissage. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI2-07

Isère . Pépinière pleine terre, prod. d’arbustes et d’arbres d’ornement cherche un ouvrier (H/F) pr travaux d’arrachage, de plantation, de taille et de suivi de cultures. Connaissances végétaux souhaitées, permis B. CDD 3 mois tps plein. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OH06-38

Hte-Savoie . Expl. cherche un agent polyvalent pr effectuer la traite, les travaux des champs et la transformation fromagère. Expérience exigée. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL38-74

Rhône . Domaine viti-vinicole Sud Rhône cherche un apprenti (H/F) de moins de 26 ans pr préparer en alternance un BPREA ou un BTS ACSE. Conduite traditionnelle en coteaux, vinifications, valorisation en bouteilles. Vs êtes motivé(e) par le travail de la vigne et avez de l’intérêt pr le travail en cave. Contrat d’apprentissage. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI3-07

Rhône . GE cherche un salarié (H/F) polyvalent et autonome pr réaliser les travaux de la vigne : taille,  ébourgeonnage, traitement de la vigne, liage… Exp. même de courte durée ds la vigne exigée. Embauche dès que possible. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI17-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Femme cherche emploi en élevage. Titulaire BTS ACSE. Mobilité : Ardèche. Expériences : Stages en exploitations. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL6-07

Drôme . Homme cherche emploi en élevage. Bac pro CGEA en apprentissage. CACES conduite d’engins. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL24-26

Isère . Homme cherche emploi d’agent d’élevage et/ou agent fromager. Disponible d’octobre à mai. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. DVL37-38

Loire . Homme cherche emploi d’agent d’élevage. Expériences en apprentissage et saisonnières. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL34-42

Loire . Homme cherche emploi d’agent d’élevage. Titulaire BTS. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL10-42

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Lancement du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux sur la nappe d’eau souterraines Molasse-Miocène

Les préfets de la Drôme et de l’Isère ont réuni le lundi 26 septembre plus de 100 collectivités drômoises et iséroises en vue de leur présenter les enjeux et les objectifs relatifs à la mise en place d’un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) sur la nappe d’eaux profondes de la Molasse-Miocène.

La réunion avait pour but de préparer les collectivités invitées à répondre à une consultation officielles qui va être lancée prochainement, en vue de recueillir leur avis sur le projet de périmètre du SAGE. La nappe de la Molasse Miocène s’étendant sur la quasi-totalité du Nord du département de la Drôme, une grande partie du nord de l’Isère, une partie du Rhône et de l’Ain.

C’est une formation géologique constituée d’un empilement de sables et d’argiles plus ou moins durcis déposés il y a 5 à 25 millions années. Ces sables ont une épaisseur moyenne de l’ordre de 200 mètres et peuvent atteindre 600 mètres. Les sables molassiques contiennent de l’eau qui circule : c’est ce que l’on nomme un aquifère. La nappe de la molasse est une ressource patrimoniale particulièrement importante pour les départements de la Drôme et de l’Isère de par sa qualité et sa quantité. Elle est déjà utilisée comme ressource principale pour l’alimentation en eau potable d’un grand nombre de communes, elle est également une ressource d’approvisionnement pour plusieurs industriels et agriculteurs.

Certaines collectivités ont pris conscience, voilà plus de 10 ans, de la nécessité de préserver cette ressource stratégique, constatant au fil des années une dégradation de la qualité de cette ressource du fait de transfert de polluants depuis les nappes alluviales vers les eaux profondes. Une première thèse a permis d’acquérir des premiers éléments de connaissance sur le fonctionnement de la nappe. Financée en grande partie par les collectivités drômoises en charge de l’adduction en eau potable, elle s’est achevée en 2007. Une seconde thèse a ensuite été lancée en 2008, avec implication des collectivités iséroises, peu présentes sur les premiers travaux. La maîtrise d’ouvrage de cette seconde thèse est porté par le SEDIVE (Syndicat mixte d’études sur la diversification de l’alimentation en eau potable de la région du Valentinois).

En Isère le Conseil Général a confié au BRGM une étude sur la nappe, au-delà du territoire étudié sous maîtrise d’ouvrage du Sedive. L’ensemble des études scientifiques menées conclut à la nécessité d’identifier très rapidement des mesures de gestion adaptées au fonctionnement de la Molasse Miocène sur le secteur comprenant le nord Drôme et une partie du territoire Bièvre-Liers-Valloire en Isère, du fait de la dégradation forte de sa qualité par endroit. Sur le volet quantité, si la disponibilité de la ressource ne paraît pas être mise en péril actuellement, il convient d’être dès à présent attentif à son utilisation.

Parallèlement, le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin Rhône Méditerranéen (SDAGE) a confirmé la dégradation de la qualité de l’eau en nitrates et pesticides, en particulier sur la partie sud de l’aquifère (Drôme et Isère). Le SDAGE a par ailleurs considéré que pour gérer la nappe de la Molasse Miocène à forte valeur patrimoniale, un Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) paraissait le plus adapté pour travailler avec l’ensemble des acteurs concernés en vue de définir des modalités de gestion partagées et trouver un équilibre entre protection de l’aquifère et satisfaction des usages. Le SAGE est un outil stratégique de planification et de gestion de la ressource en eau créé par le Loi sur l’Eau de 1992.

Il est élaboré au niveau d’une masse d’eau (bassin versant ou nappe d’eau souterraine) par une instance de gouvernance rassemblant les acteurs locaux concernés, appelée Commission Locale de l’Eau. Il fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative de la ressource. La Commission Locale de l’Eau (CLE) organise et gère l’ensemble de la procédure d’élaboration puis de mise en œuvre du SAGE. Elle est le moteur du SAGE. Elle s’appuie généralement pour la réalisation des ces travaux sur une structure porteuse qui conduit les études et met en œuvre les actions du SAGE. Pour mettre en place le SAGE Molasse-Miocène, il convient en premier lieu de définir le périmètre du futur SAGE.

Un projet de périmètre a donc été établit par les services des MISE Drôme et Isère sur la base des connaissances existantes et en limitant son emprise au département de la Drôme et à une partie du Nord Isère. La procédure d’élaboration du SAGE prévoit ensuite le lancement d’une consultation officielle, d’une durée de 4 mois, avec notamment le recueil de l’avis de l’ensemble des communes concernées par le projet de périmètre, des conseils généraux et du conseil régional.

D’ici la fin du mois d’octobre, plus d’une centaine d’acteurs va donc être interrogée pour se prononcer sur ce projet de périmètre. Ils auront 4 mois pour se prononcer. Cette consultation doit également faire prendre conscience aux collectivités drômoises et iséroises les enjeux majeurs de gestion et de préservation de l’aquifère Molasse-Miocène. Une fois installée, la Commission Locale de l’Eau devra veiller à concilier l’ensemble des usages sur cet aquifère à forte valeur patrimoniale.

Catégorie eau, hydrauliqueCommentaires fermés

Vercors-Belledonne: attaques de loup, tout le monde descend!

Communiqué de la FDSEA 38

« La section ovine de la FDSEA de l’Isère dénonce le fait que des éleveurs alpagistes sur le massif de
Belledonne et du Vercors soient obligés de descendre avec pour certains plus de 3 semaines
d’avance par rapport aux autres années.
Les attaques nombreuses et régulières de loup font que la situation pour certains d’entre eux est
vraiment devenue intolérable, ils préfèrent donc rentrer avec leurs animaux.


A ce jour, pour 2011, le nombre de constats est de 49 avec 185 victimes reconnues au titre du loup.
Les massifs de Belledonne et du Vercors ont été plus particulièrement impactés avec respectivement
86 attaques et 70 attaques. »

Sylvie FANJAT
FDSEA 38
06 27 05 83 74

Catégorie alpages, loupCommentaires fermés

CONCOURS GÉNÉRAL AGRICOLE : POURQUOI PAS VOUS ?

Inscrivez-vous au concours général agricole 2012 pour valoriser vos produits et vos savoir-faire.

LE CONCOURS GÉNÉRAL AGRICOLE DES PRODUITS
Tous les produits sont regroupés dans les catégories suivantes :
Les alcools hors vins (apéritif, cidre, poiré, eau-de-vie, rhum, punch, vin de liqueur et pommeau), les charcuteries, les viandes (découpes de volailles et de lapins et les volailles abattues), les produits transformés (jus et nectars de fruits, miels et hydromels, huiles de noix), les produits oléicoles, les huîtres, les produits issus de palmipèdes gras, le piment d’Espelette, la vanille et les produits laitiers.

LE CONCOURS GÉNÉRAL AGRICOLE DES VINS
Toutes les appellations sous signe de qualité (AOC et IGP) sont autorisées à concourir au CGA.

5 BONNES RAISONS DE PARTICIPER :
- Confronter vos produits à ceux des concurrents
-  Obtenir un avis de professionnels et ainsi continuer de parfaire votre production
-  Faire découvrir vos produits à la presse et aux acheteurs
-  Valoriser vos produits auprès des consommateurs
-  Renforcer l’image de votre entreprise en interne et la motivation de vos équipes.

VOUS INSCRIRE

Pour vous inscrire, connectez-vous sur le site du concours : www.cga-paris.com, rubrique : « Accès direct—inscriptions ».
Si vous souhaitez vous inscrire via un dossier papier, vous pouvez en faire la demande auprès de Manon Bouchard à la Chambre régionale ou auprès de votre contact en département.

Le concours des produits, vos contacts en département :

Chambre d’Agriculture de l’Ain : Frank Meurou Tel: 04 74 45 56 52 Mail: f.meurou@ain.chambagri.fr
Chambre d’Agriculture de l’Ardèche : Julie Peytral Tel: 04 75 20 28 00 Mail: julie.peytral@ardeche.chambagri.fr
Chambre d’Agriculture de la Drôme : Sylvie Darves Tel: 04 75 83 90 27 Mail: sdarves@drome.chambagri.fr
Chambre d’Agriculture de l’Isère : Jean Marc Vallet Tel: 04 76 20 67 03—06 81 44 95 44 Mail: jeanmarc.vallet@isere.chambagri.fr
Chambre d’Agriculture de la Loire : Anne-Catherine Léger Tel: 04 77 91 43 22—06 74 28 72 66 anne-catherine.leger@loire.chambagri.fr
Chambre d’Agriculture du Rhône : Frédéric Paperin Tel: 04 78 19 61 47—06 86 55 27 16 Mail: frederic.paperin@rhone.chambagri.fr
Chambre d’Agriculture de Savoie et Haute Savoie : Florent Michez Tel: 04 79 26 51 75—06 50 19 15 38 Mail: florent.michez@savoie.chambagri.fr

Pour vous inscrire, connectez-vous sur le site du concours : www.cga-paris.com, rubrique : « Accès direct—inscriptions ».

Si vous souhaitez vous inscrire via un dossier papier, vous pouvez en faire la demande auprès de Manon Bouchard à la Chambre régionale ou auprès de votre contact en département.

Attention, pour de nombreux produits la clôture des inscriptions aura lieu dès le 30 septembre. 12 octobre pour une inscription en ligne.
Pour le concours des vins, les inscriptions débuteront le 2 novembre et se clôtureront à la mi-décembre.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2011
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+