Catégorie | installation, monde rural

Baux ruraux: connaître ses droits et les faire respecter

Si vous louez des terres agricoles ou des bâtiments en contrepartie d’un paiement en monnaie ou en nature, vous êtes dans le cadre d’un bail rural, réglementé par le statut du fermage.

Même s’il n’y a pas de contrat écrit : vous bénéficiez alors en principe d’un bail verbal offrant les mêmes garanties.

Cette formation vous permettra de connaître la réglementation sur les points étant les plus souvent sujets à interrogation ou conflit (conclusion du bail, montant du fermage, révision du prix, résiliation, congé, droit de préemption,…).

Elle vous permettra également de savoir comment faire respecter vos droits découlant du statut du fermage.

Cette formation d’une journée est dispensée par une juriste ayant aidé de nombreux agriculteurs sur le terrain et ayant le souci de présenter les choses de façon simple.

LE 25 OCTOBRE 2011 À SAINT-PIERRE DE CHARTREUSE (MAIRIE)

Baux ruraux (location de terres) :
connaître ses droits et les faire respecter

Formation gratuite pour les agriculteurs et les candidats à l’installation agricole

Le Comité d’Action Juridique (CAJ) est une association loi 1901 ayant pour objet l’accès au droit en milieu rural. Outre l’accompagnement de personnes rencontrant des difficultés juridiques, nous proposons des formations juridiques.

Pour participer, vous devez vous inscrire en appelant l’association Comité d’action juridique au 04 81 91 99 04 ou en écrivant à cajra@no-log.org en précisant vos noms, adresse et numéro de téléphone.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8581 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2011
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+