Foncier agricole: la FDSEA de l’Isère ne comprend pas…

LA FDSEA interpelle les élus sur la cohérence des investissements publics en matière de foncier agricole. En voici les raisons:

« Le Conseil Régional, le Conseil Général et le Pays Voironnais organisent ce lundi 17 octobre 2011 une visite à Voreppe sur leur politique foncière régionale.
Le choix du site de Voreppe par les élus de ces collectivités n’est sans doute pas anodin au moment où se jouent des enjeux décisifs pour l’agriculture de ce territoire dans le cadre du futur SCOT de Grenoble.
Depuis plusieurs mois les agriculteurs de la FDSEA et du syndicat agricole de Voreppe dénoncent les dangers liés aux déclassements permanents de terres agricoles (au profit de zones dites « économiques ») notamment dans la plaine de Voreppe, de Moirans et jusqu’à Rives.

Alors même que les collectivités, dont le Pays Voironnais, détiennent aujourd’hui des stocks de plusieurs centaines d’hectares destinés à la création de zones économiques, la FDSEA ne comprend plus l’attitude de certains élus qui cherchent à déclasser toujours plus de terrains agricoles. Où est la logique ? D’autant plus que certaines zones économiques ne voient jamais le jour et que leur efficacité en termes de création d’emplois est très contestée ! Et que dire du rôle économique de l’agriculture totalement occulté ? Certes, c’est l’argent du contribuable qui paye pour ces décisions.

A l’occasion de cette visite à Voreppe, la FDSEA interpelle à nouveau les élus régionaux et locaux sur les risques du double discours : On ne peut pas d’un côté affirmer que l’enjeu alimentaire (9 milliards d’habitants sur la planète à nourrir d’ici 2050) oblige à la préservation des terres agricoles les plus productives, et de l’autre organiser le déclassement de plusieurs centaines d’hectares de terrains agricoles qui viendront s’ajouter aux stocks déjà très importants et non exploités à ce jour.

La FDSEA insiste enfin pour que les enseignements de la sécheresse du printemps 2011 soient retenus par les décideurs lors de l’élaboration finale du SCOT : La plaine de Voreppe est porteuse des meilleurs terrains du département pour la production de maïs. Malgré la sécheresse du printemps, les maïs de la plaine donneront une très bonne production cette année. En Isère et dans tout Rhône Alpes, le maïs aura sauvé l’élevage pour compenser les pertes en foin dans l’alimentation du bétail. La plaine agricole de Voreppe doit être impérativement préservée en tant que telle.

La raison et le bon sens doivent l’emporter sur la démagogie. »

« Soyons sérieux le gouvernement ne pousse pas à la pollution »

Jean Robin Brosse, président de la FDSEA de l’Isère réagit au communiqué de la confédération paysanne mis en ligne sur sillon38:

Le gouvernement pousse à la pollution de l’eau!


Voici sa réaction:

 » les écolos assassinent le monde agricole..Présents en trop grand nombre sur les questions agricoles, ils poussent à des conditions anti économiques, antisociales en dépassant les bornes du bon sens. Ils vont critiquer l’agriculture française à Bruxelles alors que l’Europe reconnait le sérieux et les progrès réalisés en France.  Ce lobbying bourgeois anti developpement arrive à obtenir que la France doit revoir sa copie du programme directive nitrate.

L’Isère est très concernée mais pas polluée. Les nitrites sont dangereux mais pas les nitrates. Les quantites d’Azote produites par vache sont revues à la hausse. Plus elles consomment d’herbe plus elles en font. C’est dans ce contexte que nous avons demandé d’avoir le même traitement que les éleveurs des pays voisins.
Je suis sidéré de lire les commentaires faits sur cette application. »

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8617 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2011
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+