Archive | 21 octobre 2011

Les Régions d’Europe signent la « Déclaration de Lyon » et appellent à l’action pour le climat

Les Régions d’Europe ont signé aujourd’hui la Déclaration de Lyon des Régions pour le Climat qui
appelle la communauté internationale à agir pour lutter contre le réchauffement climatique et invite les
gouvernements infra-nationaux à adopter des actions ambitieuses dans leurs champs de compétences
respectifs.

Cet engagement a été pris à l’issue de la Conférence européenne organisée conjointement
par la Région Rhône-Alpes, le réseau des gouvernements régionaux pour le développement durable
(nrg4SD) et The Climate Group.

La Déclaration a été signée par : Jean-Jack QUEYRANNE, Président du Conseil régional Rhône-Alpes,
Mark KENBER, Président Directeur général de The Climate Group et Lluis RECODER I MIRALLES,
Ministre du Territoire et de la Durabilité de la Catalogne, Co-Président de nrg4SD et les représentants
des Régions européennes participantes (1).
La « Déclaration de Lyon pour le climat » constitue une feuille de route pour de futures coopérations
entre les Régions Européennes, dans la continuité d’une coopération soutenue entre les trois
partenaires. Elle reconnaît l’urgence à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Fruit d’un débat
constructif permettant d’accélérer la transition vers une économie sobre en carbone, elle esquisse les
contours d’un cadre politique volontariste.

Elle aborde les négociations internationales sur le changement climatique, le rôle des gouvernements locaux, les accords régionaux sur des actions particulières et notamment la mise en oeuvre de la Clean Revolution (« Révolution propre ») et l’importance de la coopération décentralisée. Elle fixe les objectifs, imagine les moyens et envisage un autre futur.

« Les Régions d’Europe et les Etats Fédérés n’ont pas attendu pour réduire leurs émissions de gaz à
effet de serre et adapter leurs territoires aux impacts climatiques, comme nous l’avons montré en
Rhône-Alpes depuis 2004 en mettant en place une Eco Région », a souligné Jean-Jack
QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes. « Au travers de cette déclaration, nous parlons
aujourd’hui d’une même voix sur les solutions d’ores et déjà apportées au changement climatique et
les futurs défis à relever ».

« La Déclaration que nous signons aujourd’hui démontre que les leçons essentielles que nous tirons
au niveau infranational peuvent souvent alimenter et améliorer les politiques nationales et tracer les
contours de solutions plus ambitieuses et innovantes au changement climatique. C’est pourquoi nous
croyons que les revenus issus du marché carbone devraient être alloués aux actions pour le climat,
et que plus de moyens financiers devraient être dévolus aux gouvernements infranationaux pour
mettre en oeuvre des initiatives climatiques », a souligné Lluis RECODER I MIRALLES, Coprésident
du nrg4SD et Ministre du Territoire et de la Durabilité de la Catalogne.


Mark KENBER, Président Directeur Général de The Climate Group, a déclaré : « La Clean Revolution
est déjà engagée, et les Etats et Régions du monde entier sont aux premières lignes de ce
mouvement mondial en expansion. The Climate Group est heureux de travailler en étroite
collaboration avec les Régions dans le cadre de son Alliance internationale des Etats et des Régions.
Cette conférence, qui a souligné les nombreuses et édifiantes initiatives qui se sont développées à
travers l’Europe et les engagements correspondants de la Déclaration de Lyon, montre que les
gouvernements infranationaux continueront à ouvrir la voie de la transition vers une société prospère
et sobre en carbone ».

La Déclaration a été remise aux hauts représentants de la Commission européenne et de l’ONU. Elle
sera portée à la Conférence internationale de Durban en Afrique du Sud (COP17) pour affirmer le rôle
des Régions européennes dans la lutte contre le changement climatique, dans la perspective de Rio
+20.

La signature de la Déclaration fait suite à une journée d’échanges approfondis entre 350 participants
européens et internationaux, issus de gouvernements infranationaux, du secteur privé et de la société
civile. Les discussions ont porté sur trois axes de travail : le transport durable, l’efficacité énergétique
et la solidarité internationale pour l’adaptation. Chaque atelier a mis en valeur les bonnes pratiques de
gouvernements régionaux de façon à analyser les leçons tirées, les défis et les opportunités dans
chacun des domaines.

Le Bade-Wurttemberg, a également annoncé son adhésion à The Climate Group et a proposé
d’organiser la prochaine Conférence européenne des Régions dans un an.
Lors de la Conférence, le Premier Ministre d’Australie du Sud, Mike Rann, a annoncé qu’Alex Salmond,
Premier Ministre Ecossais, avait remporté cette année le « Prix International de la Gouvernance pour le
changement climatique », en récompense de son engagement de longue date pour mener l’Ecosse vers
un avenir plus sobre en carbone. Le gouvernement écossais s’est fixé un objectif ambitieux de
réduction de ses émissions de 42% par rapport à 1990 d’ici 2020 et de 80% à l’horizon 2050. Il vise
également à utiliser 100% d’énergies renouvelables pour sa consommation énergétique d’ici 2020.

Les co-organisateurs de la Conférence:
Le Réseau des Gouvernements Régionaux pour le Développement durable (nrg4SD)
Le nrg4SD est une organisation internationale à but non lucratif représentant les gouvernements infranationaux, à savoir les Etats fédérés et les gouvernements régionaux, au niveau mondial. Le réseau promeut la compréhension, la collaboration et le partenariat dans le domaine du développement durable et revendique une plus grande reconnaissance internationale de la contribution importante des gouvernements infranationaux dans le domaine du développement durable. En tant que membre du Forum d’Associations de Régions des Nations Unies (ORU-FOGAR), nrg4SD est la voix de l’ORU-FOGAR dans le domaine du développement durable.


Pour plus d’informations: www.nrg4sd.org

The Climate Group

The Climate Group est une organisation indépendante à but non lucratif, coalition mondiale des gouvernements mondiaux, des entreprises et des figures publiques les plus puissants d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord.
Depuis 2004, ils travaillent avec des gouvernements, des chefs d’entreprises et des individus influents au niveau mondial dans le but de mettre en oeuvre les technologies, les politiques et les investissements nécessaires à rendre la Révolution Verte viable commercialement. Ensemble, nous avons le pouvoir d’initier une nouvelle économie sobre en carbone, offrant à tous une meilleure qualité de vie.

Pour plus d’informations: www.theclimategroup.org

1 Pays Basque, Bretagne, Ile de France, Lombardie, Catalogne, Bade-Wurtemberg, Région de Bruxelles Capitale, Ecosse, Pays de Galles, Etat fédéral de Sao Paulo, Rhône-Alpes.

TELECHARGER  la déclaration de Lyon des Régions et des  états fédérés pour le climat: Declaration Lyon fra VDEF

Catégorie environnementCommentaires fermés

Aide alimentaire européenne: blocage fatal?

Le maintien d’une aide européenne aux banques alimentaires et soupes populaires en Europe est bloqué!

6 Etats: l’Allemagne, la Suède, le Royaume-Uni, le Danemark, la République tchèque et les Pays-Bas ont maintenu leur opposition à ce que les fonds alloués au titre du Programme européen d’aide aux démunis (Pead), tirés du budget agricole, soient utilisés à des fins de politique sociale.

Cette aide de 480 millions d’euros permettait d’aider des centaines d’associations caritatives  à travers l’Europe. On estime que 18 millions d’européens en bénéficiaient. Chiffre en constante augmentation…

L’argument de ceux qui ont voté contre cette aide: celle ci doit se faire au niveau de chaque Etat et non pas au niveau européen.

Les associations françaises comme les « restos du coeur » vont t-ils survivre à cette décision, qui espérons le n’est pas définitive. Voici la réaction des principales associations françaises: Banques alimentaires, Croix rouge, Les restos du coeur, secours populaire français:

Aide alimentaire européenne : le temps presse !
Réunis aujourd’hui à Bruxelles, les ministres européens de l’agriculture n’ont pas
réussi à s’accorder sur l’avenir du Programme européen d’aide aux plus démunis
(PEAD) et ont, une nouvelle fois, différé la décision.
Les Banques Alimentaires, la Croix Rouge française, les Restos du Coeur et le Secours
populaire français déplorent une décision qui hypothèque l’avenir de millions d’Européens
démunis, et constatent que malgré tout le travail d’alerte, d’anticipation et de conviction
effectué ces derniers mois, le Gouvernement français n’est pas parvenu à convaincre
ses collègues de la minorité de blocage.
Que faut-il faire pour être entendu ? Quand la Commission européenne, 85 % des
députés européens et 19 Etats membres sont favorables à l’évolution immédiate du
règlement pour éviter une crise alimentaire majeure dès 2012 ! Est-il supportable que 6 pays
s’opposent au principe de solidarité (Allemagne, Royaume-Uni, République Tchèque, Suède,
Danemark, Pays-Bas)?
Derrière cette décision, se cache la détresse d’enfants et de familles, de personnes âgées, de
chômeurs, de travailleurs pauvres, de jeunes… qui ne parviennent pas à se nourrir.
La prochaine réunion des ministres européens aura lieu fin octobre. D’ici là,
les associations françaises ne baisseront pas les bras pour sauver les 130 millions de repas
distribués en France grâce au PEAD et ainsi éviter une crise alimentaire indigne de l’Europe.
Ce nouveau temps européen doit être mis à profit au plus haut niveau de l’Etat pour effriter
et convaincre la minorité de blocage.
Pour éviter la catastrophe annoncée, nous comptons sur l’implication totale du Gouvernement
français qui a désormais une obligation de résultat.
Quand la crise frappera l’Europe et la France, nul ne pourra dire qu’il ignorait la gravité de la
situation !

Catégorie socialCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2011
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+