Archive | 30 novembre 2011

CUMA Isère: cultivons ensemble notre territoire

Plus d’un agriculteur su deux adhère à une coopérative d’utilisation de matériel agricole ( CUMA). En Isère on recense 145 Cuma, 60% ont leur siège social en plaine, 30 % en zone de montagne et  en  zone défavorisée. 126 d’entre elles sont adhérentes à la fédération départementale des Cuma. Celle ci vient de tenir son assemblée générale à Tullins. Pour le président Didier Veyron: » la Cuma est un lieu de partage et d’échanges qui permet à chacun de s’exprimer et d’agir. Il faut donc conforter l’implication des Cuma à l’intérieur des territoires. Elle doivent devenir des partenaires incontournables des initiatives locales… »

Propos repris par le Président de la Chambre d’Agriculture de l’Isère peut avant que soit officialisé un partenariat entre les deux structures.

 » Les Cuma ont un rôle important à jouer au niveau du dynamisme agricole. Surtout en cette période difficile, de crise. L’argent public se fera de plus en plus rare, tant au niveau national qu’européen. Il faudra donc réduire les charges, les coûts de fonctionnement, assurer la viabilité de nos exploitations: la Cuma en est une solution. Adhérer à une Cuma c’est également rompre un certain isolement, participer à la vie sociale. »

Ce partenariat va permettre à la Fédération départementale de bénéficier de l’appui des conseillers territoriaux de la Chambre d’Agriculture: » ceux ci vous apporteront une aide efficace « 

cuma

Bien entendu le succès du salon  mécafourrages qui s’est déroulé en mai à Biol a été mis en avant. Plus de 2000 personnes se sont rendues sur les lieux. Toutes les démonstrations, animations, le forum ont connu un succès et une fréquentation sans précédent. « La réussite de l’organisation de cette manifestation démontre notre dynamisme, notre solidarité « à conclu le président Veyron.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Téléthon: un gâteau aux noix de 250 mètres

img.jpg

L’ Association des Artisans et Commerçants de Tullins-Fures (ACTIF) est très active! Elle est implantée dans cette « petite ville »  qu’est Tullins-Fures de quelques 7 500 habitants, située entre VOIRON et St MARCELLIN et fait partie de la communauté du « Pays Voironnais ».
Son but principal est l’animation et la défense des commerces de proximité.

Si tout au long de l’année elle organise diverses manifestations, il faut dire que le téléthon est un rendez vous exceptionnel pour l’ensemble des membres de l’association et les nombreux amis et bénévoles.

Rappelez vous, en 2010 ensemble ils ont battu le record mondial de la plus grande bûche de Noël: 321,60 mètres. Toutes les animations mises en place autour de ce défi ont permis de récolter 13 500 euros versés à l’AFM.

Cette année l’ACTIF et tous les sympathisants, partenaires vont faire encore plus fort! Ils ont décidé de réalisé un gâteau aux noix de 250 mètres!

 » Tullins étant au coeur de la culture de la noix, nous avons tout naturellement décidé que la noix serait le fil rouge de notre défi. » nous a précisé Danielle Lefevre, présidente de l’ ACTIF.

Cependant il aurait été difficile de réussir ce pari sans l’implication de la filière noix.  » Les producteurs locaux nous ont fourni les noix qui serviront à confectionner le gâteau, la coopérative Coopenoix est également totalement investie dans cette opération. »

Pour en revenir au gâteau aux noix voici quelques chiffres impressionnant.

Pour le réaliser il faudra comme ingrédients:

- 2 400 oeufs
- 120 kg de sucre
- 120 kg de beurre
- 40 litres de crème
- 100 kg de farine
- 80 kg de noix
- 2 btes de levure
- 40 kg de pâte à glacer
- 40 kg de couverture chocolat

Bien entendu, ce gâteau, une fois terminé et ses dimensions homologuées, sera vendu en de multiples parts. Le bénéfice étant reversé au téléthon.

Diverses animations seront au programme de ce samedi 3 décembre. On retiendra une mondée géante, une pressée d’huile, conférence, vente de produits dérivés de la noix…différents jeux avec de nombreux lots à gagner.

La filière Bleu du Vercors Sassenage sera également présente à travers le don d’un Bleu de plus de 4 kilos offert par la confrérie du Bleu du Vercors Sassenage.

Rendez vous à Tullins ce samedi 3 décembre, à partir de 9 heures, pour passer une journée « noix » au profit du Téléthon.

coopenoix



Catégorie bleu du Vercors Sassenage, nuciculture, zoomCommentaires fermés

Les gîtes de France vous invitent en Isère…

Il faut bien le reconnaître, cette fin d’année est un casse tête pour beaucoup!  Les scolaires sont en vacances du vendredi 17 au soir jusqu’au mardi 3 janvier 2012.

Noël et jour de l’an  tombent un dimanche, cela signifie que les réveillons se dérouleront les samedis soir. Inutile qu’il ne sera pas aisé pour « poser  » des jours de repos… mais le pire est réservé aux professionnels du tourisme. Les locations se faisant, de façon systématique du samedi au samedi.

L’équipe des gîtes de France Isère c’est bien sûr penchée sur le problème afin de l’anticiper.

Bruno Bernabé, son directeur:  » la problématique cette année est spéciale avec le 25 décembre et le 1er janvier qui tombent un dimanche. A cela il faut rajouter l’effet crise. Vous comprendrez pourquoi nous avons réfléchi à la question.

Notre souci premier étant de répondre favorablement à toute demande de notre clientèle.  Pour réussir ce pari, nous offrons à cette dernière la souplesse.

En pratique cela signifie que nos clients peuvent louer à la semaine, mais en choisissant le jour d’arrivée qui leur convient le mieux. Ils peuvent également louer pour une durée plus courte, 3 nuits. Cela peut être par exemple le samedi 24, dimanche 25 et lundi 26 décembre…Toute autre tranche de trois nuits étant possible… »

Environ 200 gîtes en Isère vont, organiser une animation spéciale Noël, avec sapin mais également repas spécial concocté avec des produits régionaux, cadeaux… et pour les chambres d’hôtes, repas spécial concocté avec des produits régionaux.

Certes l’Isère c’est la montagne  » mais ce n’est pas que la montagne! nous avons des hébergement répartis sur l’ensemble de notre département et ceux qui sont situés en plaine ont également beaucoup d’attraits, de charme. »

Les hébergements que proposent les gîtes de France Isère sont le gîte classique, pour une ou deux familles, la chambre d’hôtes, ou l’hébergement est complété par un repas; les grands gîtes, festifs qui peuvent accueillir des groupes allant de 10 à 30 personnes. »

A noter enfin que les gîtes de France Isère, en accord avec certains propriétaires ont souhaité faire un cadeau de Noël à leurs clients: à savoir une réduction de 20% sur le coût de l’hébergement durant cette période.

Il est conseillé de réserver au plus vite car les disponibilités commencent à se faire rares!

Cliquer sur l’illustration pour accéder aux diverses offres.

Le père Noël vous offre -20% sur vos vacances !




Courts Séjours : 3 Jours à Noël


Courts Séjours : 2 nuits pour Jour de l’An !


Votre gîte aux couleurs de Noël !


Gîtes avec cheminée

Neige attitude !

logo gîtesGîtes de France Isère
40 avenue Marcelin Bertlelot
38100 Grenoble
Tél : 04 76 40 79 40
Mail : location@gites-de-france-isere.com
Web : www.gites-isere.com

Catégorie A la une, tourismeCommentaires fermés

Comportement des Ruminants – conséquences pratiques pour le travail de l’éleveur

Journée d’information sanitaire du GDS de l’Isère :
Comportement des Ruminants – conséquences pratiques pour le travail de l’éleveur

Cette année le GDS a décidé de développer ce sujet lors de la Journée Sanitaire à Tullins, le 8 décembre 2011.

Quelles pistes pour établir une bonne relation homme-animal ? Quel est le champ de vision d’un animal ? Quand et comment isoler un animal seul ? Quels soins nécessitent de déplacer votre animal dans un lieu spécifique équipé d’un système de contention ? Quels sont les matériels adaptés ? Quelles sont les petites astuces à retenir ?

La manipulation de vos animaux souvent source d’accidents !

Les accidents sont très fréquents, et n’arrivent pas que chez le voisin. La MSA compte chaque année autour de 6 000 accidents du travail directement liés aux ruminants. Les troupeaux grandissent, alors que la main d’oeuvre diminue et par conséquence, les animaux sont de moins en moins manipulés et habitués à l’homme. Le travail change et la contention est de plus en plus importante au sein des élevages.
Les accidents graves arrivent sur des tâches accomplies quotidiennement.

Déplacer les animaux sur l’exploitation, trier, embarquer des animaux dans une bétaillère peuvent être des situations à risques pour les éleveurs. Qui ne s’est jamais fait de frayeurs en brassant ses animaux ?
Lors de travaux, comme des soins ou des interventions légères, le risque existe aussi : des accidents souvent moins violents, mais avec des conséquences toutes aussi problématiques : se faire projeter contre une barrière, un mur,… Au fur et à mesure des années, d’autres conséquences peuvent arriver comme par exemple le mal de dos.
Et c’est toute l’organisation du travail sur les exploitations qui est impactée lors d’un arrêt de travail suite à un accident.
Une fracture de la clavicule peut entraîner 6 mois d’arrêt de travail : imaginez les problèmes et les soucis si vous ne pouvez pas travailler pendant une ci longue durée.

La connaissance du comportement des animaux : la base d’une bonne relation

La docilité d’un animal se travaille dès la naissance. Comment trouver du temps pour passer du temps avec vos animaux, en particulier au moment du sevrage maternel, phase clé dans la vie d’un animal ? Des méthodes existent pour mettre en place de bonnes relations avec vos animaux.
C’est en travaillant cette relation homme-animal que l’on arrive à avoir un troupeau calme et docile, beaucoup plus facile à manipuler : moins de perte de temps et beaucoup de risques évités.
Pour les quelques animaux « indomptables », il ne faut pas hésiter à s’en séparer : c’est une cause de réforme à ne pas mettre de coté. Les conditions de travail ne pourront qu’en être meilleures.

Faire évoluer les pratiques et les équipements de contention : une nécessité

Le service prévention des risques professionnels de la MSA Alpes du Nord, en partenariat avec les Organisations Professionnelles Agricoles, travaillent ensemble pour mettre en place des actions de prévention, dont les formations sur la manipulation des animaux pour les éleveurs et des aides à l’investissement en matériel de contention.
Les éleveurs allaitants et laitiers sont concernés au même titre: La priorité dans les aménagements peut être différente mais la circulation des animaux sûre et rapide de leurs troupeaux est indispensable pour une bonne efficacité de leur travail et la garantie de leur sécurité.
Les intervenants extérieurs (inséminateurs, vétérinaires,…) pourront eux aussi faire un travail de meilleure qualité grâce à des conditions de travail améliorées.

Les objectifs de la journée du jeudi 8 décembre 2011 :

- Permettre aux éleveurs de revoir et se réappropriation des bases du comportement des animaux pour les intégrer au travail quotidien et ainsi mettre en place une bonne relation avec eux, et améliorer leur comportement.
- Présenter des équipements adaptés, et expliquer les différents systèmes ou techniques de contention, chacun adapté à une situation.
Pour vous exposer l’ensemble de ces sujets, nous avons choisi de faire intervenir Xavier Boivin, chercheur à l’INRA, ainsi que François Rafflegeau (Institut de l’Elevage – GDS Bretagne) et Jean-marie Davoine (Fédération des Alpages de l’Isère). La MSA sera également là pour nous donner son avis sur le sujet et son implication à travers leur service de prévention des risques professionnels.
Les particularités de la manipulation des bovins, ovins et caprins seront toutes abordées.
- Identifier les personnes ressources du département sur la contention :
Jean Marie DAVOINE (FAI), Aurélie FORTUNE (MSA), François GUILLOT (Isère Elevage), Olivier GIROUD (Isère Elevage), Mathieu LUC PUPAT (Dauphidrom), participent au groupe de contention Rhône Alpes. Ils sont capables de vous aider pour améliorer chez vous la manipulation de vos animaux et répondre à vos questions.

Journée d’information sanitaire :
Comportement des ruminants Bovins, ovins et caprins
Conséquences pratiques pour le travail de l’éleveur
Le 8 décembre 2011, à Tullins, salle des fêtes, rendez-vous convivial à partir de 11h autour d’un buffet.

Catégorie élevageCommentaires fermés

Production apicole 2011: bonne année mais…

Le bilan de la production de miel pour la campagne apicole 2011 est positif mais les conditions climatiques de
l’été ont limité la production dans certaines zones. L’absence de données précises ne permet pas d’estimer
clairement le rebond de la production française. Les apiculteurs professionnels constatent une nouvelle fois une
situation sanitaire des colonies complexe à analyser.

Un bon début de campagne, un été très disparate et une fin d’automne positive.

En juillet 2011 la section apicole de la FNSEA a dressé un bilan positif du début de campagne : un printemps
précoce avec de bonnes miellés parfois contrariées par la sècheresse (exemple : Poitou-Charentes), très peu de cas
de mortalité massive d’abeilles et un bon développement des colonies.
La section nationale apicole constate aujourd’hui, que le temps froid et pluvieux en juillet 2011 a limité la
production notamment sur les miellées de tournesol. Leurs rendements sont extrêmement variables selon les
régions. Les apiculteurs professionnels notent par ailleurs des disparités selon les terroirs (nature des sols) et les
variétés cultivées. Ils souhaitent une collaboration active avec les acteurs de la recherche sur cet enjeu.
La fin de saison très douce a favorisé le prolongement de l’activité des ruches et des miellées d’automne
satisfaisantes. La mise en hivernage devrait être sereine mais les apiculteurs professionnels restent vigilants sur la
nécessité de nourrir les ruches et sur la maitrise du varroa – acarien destructeur de l’abeille- qui a lui aussi connu
une année favorable.

La production française de miel : une inconnue bientôt dévoilée !

Pour les professionnels, la production française a connu un rebond en 2011. Il avait été évalué entre 1000 à 4000
tonnes cet été mais la grande hétérogénéité de la production de cet été ne permet pas de fixer plus précisément ce
rebond. La filière manque d’éléments statistiques fiables. La création d’une instance de concertation actée par
FranceAgriMer permettra d’aider la filière à sortir de la cécité économique pour une gestion transparente du
marché.

Une situation sanitaire toujours préoccupante

Les apiculteurs professionnels rappellent leur inquiétude sur l’état de santé du cheptel : 20 % du cheptel est
improductif pendant la saison. Ce constat est fait dans toutes régions (montagne, plaine etc…) et depuis de
nombreuses années. Les études scientifiques se multiplient, mais les apiculteurs professionnels sont encore à la
recherche de solutions opérationnelles sur le terrain pour lutter contre varroa et les autres agents pathogènes de
l’abeille. Les apiculteurs constatent un changement de comportement des producteurs agricoles sur l’utilisation des
produits phytosanitaires. La section nationale s’en félicite et souhaite renforcer les actions engagées notamment
pour réduire les applications en présence d’abeilles pendant les périodes de floraison des cultures.

Catégorie apicultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2011
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+