Catégorie | A la une, agriculture

Recensement agricole 2010:

Recensement agricole 2010:

En 2010, on recense dans le département de l’Isère, 6 300 exploitations agricoles
(sans compter les groupements pastoraux), qui regroupent une surface agricole
utilisée (SAU) de 241 300 hectares.
L’Isère représente 16 % des exploitations de la région Rhône-Alpes et 17 % de la
surface agricole régionale.
Le processus de concentration continue. Le nombre de petites exploitations
baisse de 35 %, de 29 % pour les moyennes, et augmente de 12 % pour les
grandes. L’Isère compte 52 % de petites exploitations, contre 45 % sur l’ensemble
de la région. Elles n’exploitent que 16 % de la surface agricole. La SAU moyenne
par exploitation progresse, passant de 29 ha en 2000 à 38 ha en 2010. Les grandes
exploitations s’ agrandissent de 20 ha en moyenne en 10 ans.
Les exploitations iséroises ont perdu environ 9 600 ha depuis 2000. La baisse de
la SAU se poursuit, mais cette tendance semble se stabiliser : – 0,7 % par an entre
1988 et 2000, – 0,4 % par an entre 2000 et 2010.
En 2000, 91 % des structures avaient le statut d’exploitation individuelle. Ce statut
reste toujours majoritaire avec 84 % en 2010. Cependant, les structures sociétaires
progressent. La part des groupements d’exploitations en commun (GAEC) passe
de 4 % à 6 %, autant que les exploitations à responsabilité limitée (EARL) dont le
nombre a presque doublé.

Pour accéder  à la publication dans son ensemble: cliquer ici.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8617 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2011
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+