Archive | 04 décembre 2011

L’arche aux jouets

Noël approche à grands pas et c’est la course aux cadeaux… Alors pourquoi ne pas penser aux jouets en bois fabriqués à l’Arche des jouets.

L’Arche des jouets est un des chantiers d’insertion qui a pour mission de remettre dans le sens de la marche des personnes  » paumées ». Celles ci font la démarche de vouloir se réinsérer, suite à un accident de la vie. Elles retrouvent donc t un travail mais également un accompagnement afin de sec reconstruire.

L’arche des jouets qui est une branche de l’Association multi-services pour l’aide aux familles et à l’insertion, l’AMAFI est l’un des 45 chantiers d’insertion de l’Isère.
Il accueille sous différents contrats un public mixte, jeunes et adultes provenant de l’agglomération grenobloise. Ceux ci confectionnent des jouets en bois, avec comme particularité de les réaliser de A à Z, même s’ils n’ont pas les compétences. Jouets qui sont vendus soit au magasin soit lors de certaines manifestations, salons.

arche

L’Arche aux jouets ne travaille qu’avec du bois français, local de préférence. Certes comme son nom l’indique elle fabrique des jouets mais offre également une gamme de possibilités assez large de travaux d’ébénisterie, de menuiserie faits à la demande. Pour ce des accords sont passés avec des ludotèques, comités d’entreprise..

18 salariés travaillent donc aux ateliers de de l’arche aux jouets, avec comme objectif de retrouver confiance et un emploi à temps plein.

arche 4

Deux autres branches sont à signaler:

Valoripain, il s’agit de récupérer du pain non consommé ou invendu, de le conditionner et de le vendre à des éleveurs.9 personnes sont salariées dans ce secteur

INPG, axé sur la peinture et la rénovation des sols. Cela concerne 6 postes.

L’arche aux jouets présentera à la vente divers jouets, jeux au marché de Noël à Fontaine le 7 décembre et organisera dans ces locaux une journée portes ouvertes le samedi 10 décembre.

arche 1

Contacts

L’Arche aux jouets

13 rue Abbé Vincent 38600 – Fontaine
Tél : 04 80 80 60 54

Site internet: http://www.amafi38.com

Catégorie A la une, socialCommentaires fermés

Le brûlage des déchets de jardins pollue!

La région Rhône-Alpes, et le Pays Voironnais en particulier, font face à plusieurs périodes de pollution de l’air par les particules.

Comme l’Observatoire de l’Air – ATMO Rhône-Alpes l’indique sur son site ( http://www.atmo-rhonealpes.org ), cette «  exposition aux seules particules serait à l’origine de 42 000 décès prématurés en France ».

Outre la circulation automobile et le chauffage au bois, le brûlage des déchets de jardins, qu’ils soient verts ou plus secs, produit également de nombreuses particules et autres émissions polluantes (COV, furanes, dioxines).


Si cette pratique semble a priori poser peu de problèmes (hormis les conflits de voisinage) en milieu rural où les densités de population sont faibles, il en va autrement en milieu périurbain où la majorité des habitants possède un jardin d’agrément et produit chaque année de nombreux déchets verts (tontes, taille des haies et feuilles mortes). Dans son courrier du 31 mai 2011 adressé aux Maires de l’Isère, le Préfet a notamment rappelé que

« si tous les propriétaires d’un pavillon d’une agglomération de 400 000 habitants font un seul feu de ce type par an, ils contribuent à l’émission d’autant de dioxines et de furanes que l’incinérateur qui brûle les déchets ménagers de cette agglomération pendant un an .

Cette pratique est ainsi strictement réglementée en Isère par le Règlement Sanitaire Départemental et par l’arrêté préfectoral n°2008 -11470 du 15 décembre 2008. Ce dernier arrêté précise clairement que le brûlage des déchets végétaux est interdit dans la mesure où une déchetterie est mise à disposition à l’échelon communal ou intercommunal . Ce qui est le cas pour la Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais qui comporte 8 déchetteries réparties sur l’ensemble de son territoire.

Ainsi Le Pic Vert est particulièrement choqué de constater la large tolérance organisée dans plusieurs secteurs du Voironnais par les municipalités, où l’on peut subir dans le même temps les émanations d’une demi-douzaine de feux de jardins dans un centre bourg au grand mépris des personnes fragiles, asthmatiques ou âgées.

Il demande solennellement aux maires des 34 communes du Pays Voironnais de faire appliquer l’interdiction en tout temps du brûlage des déchets de jardins.
Il appelle tous les habitants du Voironnais, les jardiniers en premier lieu, à respecter cette interdiction et à apporter en déchetterie leurs déchets de tontes, feuilles mortes et taille de haies.
Le Pic Vert demande également au Préfet de l’Isère d’interdire les pratiques d’écobuage durant toute la période hivernale, comme le prévoit l’arrêté interpréfectoral n°2011-004 du 5 janvier 2011.

Le Pic Vert rappelle enfin que les déchets de jardin peuvent facilement être valorisés en un compost de qualité au plus grand bénéfice des jardiniers amateurs et professionnels.

Renseignements : Le Pic Vert 04 76 91 34 33 ou contact@lepicvert.asso.fr

Catégorie déchets, pollutionCommentaires fermés

Téléthon:

Il serai indécent de classer les différents défis lancés pour ce 25ème téléthon. Tous méritent remerciements et respect. Ils ont permis de récolter plus de 86 millions d’euros au niveau national. Vue la conjoncture, ce résultat, plus de 2 millions d’euros par rapport à l’année passée, est très satisfaisant.

On retiendra cependant le défi lancé par l’association des artisans et commerçants de Tullins-Fures. Il s’agissait de réaliser un long, très long gâteau aux noix…

L’idée a très vite été acceptée par l’ensemble des partenaires, associations locales, la filière noix à travers le CING, Coopenoix, les nuciculteurs locaux a adhéré à ce projet avec un enthousiasme débordant. Ensemble, aidés par une centaine de bénévoles, ils ont réussi le pari de confectionner un gâteau d’une longueur totale de 286,15 mètres. Marcel Marron, maire de la commune, accompagné par André Vallini sénateur et président du conseil général de l’Isère étant les témoins officiels de ce record. Pour ce il a bien entendu fallu fermer une rue!

André Vallini: » on voit que malgré la conjoncture, les français répondent toujours présents quand il s’agit de générosité. également que la  Nous sommes à Tullins, au coeur du pays de la noix de Grenoble, voir comment la filière noix s’est associée à ce défi démontre que la solidarité est toujours présente quand il s’agit de défendre de nobles causes.

Il est exact que la filière noix s’est totalement investie dans cette opération et elle a tenu à honorer deux personnes qui oeuvrent pour  donner un peu de bonheur à ceux qui en manquent.

Pierre Gallin Martel, président de Coopenoix,  » on n’a pas réfléchi une seconde avant de dire oui à cette proposition. »

Voilà pourquoi la confrérie de la noix de Grenoble a intronisé Danielle Lefevre, présidente de l’association des artisans et commerçants de Tullins Fures. Une présidente qui s’est donnée sans compter pour que ce défi se déroule dans les meilleures conditions. On n’oubliera pas de dire qu’elle est petite fille d’agriculteurs et possède un hébergement labellisé Gites de France Isère.

Mireille Mousseau, professeur au CHU de Grenoble, au service oncologie a également été honorée. Elle est vice -présidente de l’AGARO, Association  Grenobloise d’Aide à la Recherche en Oncologie. Parmi les actions de cette association: le soutien aux patients atteints de cancer en leur proposant des thérapeutiques non médicamenteuses.

En plus de leurs multiples activités, elles ont juré fidélité, sans difficulté aucune, à la noix de Grenoble!

Pendant ce temps les milliers de parts du gâteau, excellent, trouvaient preneurs.  » Certaines associations nous en ont commandé 250 parts » nous dira fièrement la présidente…qui avait pour ambition de récolter 15.000 euros en faveur de l’AFM, tout en pensant au défi de l’année prochaine!

Voici le déroulé de cette journée à travers un diaporama pris sur le vif. Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Mettons l’Isère dans nos assiettes

Les résultats du recensement agricole 2010 le confirment: En Isère les circuits courts : un mode de commercialisation qui s’étend.

Plus d’une exploitation iséroise sur quatre vend au moins un produit directement au consommateur ou par le biais d’un seul intermédiaire. Les circuits courts se développent surtout dans la catégorie des petites exploitations, qui représentent 42 % des fermes pratiquant cette activité contre seulement 18 % de grandes.

cictuits courts

Pour plus de la moitié des unités de production ayant opté pour ce mode de commercialisation, la vente directe représente plus de 50 % de leur chiffre d’affaire, allant même jusqu’à représenter plus de 75 % pour plus d’une petite exploitation sur deux. Les produits vendus en circuits courts sont constitués à 36 % de produits carnés (produits animaux hors produits laitiers, oeufs et volailles).
La commercialisation à la ferme vient nettement en tête, puis la vente sur les marchés. Le troisième mode de commercialisation le plus rencontré est la vente à un commerçant détaillant, talonné de près par le circuit des points de vente collectif. 57 % des exploitations n’ont qu’un seul circuit de commercialisation.

L’ensemble des partenaires concernés, conseil général de l’Isère, chambre d’agriculture, Etat, association des maires de l’Isère, chambre des métiers et de l’artisanat sont conscients de cette nouvelle donne et souhaitent poser les bases de différents projets utiles à l’approvisionnement local.

Dans ce cadre, le Conseil général qui mobilise chaque année 4 millions d’euros pour l’agriculture iséroise, a lancé une étude sur le développement des circuits courts en Isère pour :

  • Qualifier et quantifier les demandes en produits locaux, des ménages isérois et de la réstauration collective.
  • Caractériser l’offre disponible et la compétitivité des agricultures iséoises.
  • Proposer un plan d’action pour lier l’offre et la demande.

455 millions d’euros par ans. Ce chiffre représente le potentiel de consommation des produits locaux par les ménages isérois. On peut affirmer qu’il est totalement opportun d’aider la valorisation de nos produits alimentaires et de favoriser l’approvisionnement local en restauration collective.

Cependant reste un problème majeur: il manque des structures capables assurere le développement de ces circuits courts et d’assurer l’approvisionnement. Pour ce l’idée d’une ou deux plateformes a été émise. On parle de Salaise sur Sanne et /ou la plaine de Moirans.

Il faut également développer les centres de distribution en zones urbaines et même périurbaines.

Encourager les acteurs de la restauration collective à s’approvisionner localement est également une priorité.
En 2010/2011, 25 collèges ont souscrit à l’action « Manger bio et autrement au restaurant scolaire », et deux groupements de producteurs locaux les approvisionnent.
Le département continuera à favoriser l’approvisionnement en produits bio et locaux dans les 96 collèges publics. Une expérience qu’il compte élargir à d’autres publics  : personnes âgées, personnes handicapées, petite enfance…

A ce niveau là le potentiel est important puisque 776 établissements scolaires  de l’Isère ont une cantine.

Consommer local c’est participer au développement durable, mais aussi relever des défis économiques, écologiques, sociaux…

Catégorie Chambre des metiers et de l'Artisanat 38, agriculture, agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés

Téléthon Tullins: Carrefour Market partenaire efficace

Pour le 25ème téléthon, l’équipe des commerçants et artisans de Tullins a frappé un grand coup en réalisant le plus long gâteau aux noix jamais réalisé: 268,15 mètres. Cela a demandé une mobilisation générale des artisans, commerçants, associations, bénévoles… et l’aide de la filière noix de Grenoble.

Carrefour Market de Tullins, groupe Provencia a été un partenaire très actif.

penos

Michel Penos son directeur:  » depuis sa création, le groupe Provencia s’est associé à toutes les manifestations locales. Carrefour Market est adhérent de l’association des artisans et commerçants de Tullins, c’est donc sans aucune réticence que nous avons participé à ce défi.  »

Michel Penos en pleine discussion avec Danielle Lefevre présidente de l'association des artisans et commerçants de Tullins

Michel Penos en pleine discussion avec Danielle Lefevre présidente de l'association des artisans et commerçants de Tullins

Pour ce Carrefour Market a offert une partie des ingrédients nécessaires à la réalisation du gâteau et Michel Penos en personne a mis la main à la pâte!  » Depuis très tôt ce matin je suis sur le terrain et c’est avec beaucoup de plaisir et d’enthousiasme que je participe à cette journée spéciale téléthon.  » Un Michel Penos fatigué mais heureux!

Carrefour Market De Tullins

Le magazine d'infos de Provencia

Catégorie grand angle, monde ruralCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2011
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+