Archive | 26 janvier 2012

Le virus de Schmallenberg se propage en Europe

Qu’est-ce que le virus de Schmallenberg ?
Cet orthobunyavirus affecte les ruminants. Il n’a pas de caractère zoonotique et par conséquent n’affecte pas l’homme.

Caractéristiques générales
L’infection aiguë semble se manifester chez les bovins adultes par de l’hyperthermie, une perte d’appétit, une chute de production chez les vaches laitières, de la diarrhée, des avortements. L’infection des femelles de ruminants en gestation peut se traduire par la naissance d’animaux malformés (arthrogrypose, raccourcissement des tendons du jarret, déformation de la mâchoire, hydranencéphalie, …).

Des cas d’infection aiguë ont été rapportés chez des bovins entre août et octobre 2011, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Depuis le mois de décembre 2011, des cas de malformations ont été rapportés chez des ovins et des caprins, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Le Royaume Uni a notifié la présence du virus chez des ovins le 23 janvier 2012.
Les foyers d’infection par le virus Schmallenberg aux Pays-Bas ont fait l’objet d’une notification immédiate à l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE), le 5 janvier 2012. Il n’y a, pour l’heure, aucune restriction aux échanges d’animaux vivants et de leurs produits à partir des zones atteintes, ni aucune mesure de prévention et de contrôle préconisée.

Mise en place d’une surveillance par la DGAL
Les modalités de cette surveillance ont été définies sur proposition de la Plateforme de surveillance épidémiologique en santé animale. Il s’agit d’une surveillance clinique des malformations chez les ruminants visant à déceler la circulation du virus Schmallenberg sur le territoire métropolitain, avec une surveillance renforcée dans les zones les plus à risque d’introduction du virus, à savoir les régions frontalières avec la Belgique et l’Allemagne. La Plateforme suit de près l’évolution sanitaire, notamment pour apporter son appui à l’adaptation du dispositif de surveillance.

Le Laboratoire de santé animale de l’Anses Maisons-Alfort est en capacité de réaliser le diagnostic de l’infection (par Rt-PCR) et le mettra en œuvre sur les suspicions détectées.

Les recherches sont en cours sur l’origine du virus. Il serait très vraisemblablement transmis par voie vectorielle (culicoïdes, moustiques, tiques). Quand les femelles sont infectées pendant la gestation, le fœtus peut être infecté (transmission verticale), conduisant à des avortements et à des malformations fœtales.

La DGAL a saisi l’Anses pour évaluer les impacts directs et indirects de cette nouvelle affection vectorielle sur les élevages de ruminants, ainsi que les risques de diffusion sur notre territoire.

Catégorie prophylaxieCommentaires fermés

Assemblée générale Le Pic Vert

Soirée publique avec Le Pic Vert
Samedi 28 janvier 2012 à 17h
salle polyvalente de Réaumont
(à coté de l’église)

L’assemblée générale annuelle de l’association de protection de la nature Le Pic Vert aura lieu le samedi 28 Janvier à 17 h 00 à la salle polyvalente de Réaumont (à côté de l’église).

Le film « Carrières vivantes » réalisé par Marc Peyronnard sera présenté à cette occasion. Après les traditionnels rapports de l’assemblée générale un pique nique convivial (Le Pic Vert offre la boisson) clôturera la soirée. Toutes les personnes intéressées sont cordialement invitées.

Catégorie natureCommentaires fermés

Concours régional des miels d’Ardèche et de Drôme

Concours régional des miels d’Ardèche et de Drôme le 18 février 2012 au Teil (salle de Mélas)

Défenseur de nombreux apiculteurs professionnels, pluri-actifs et familiaux de l’Ardèche et de la Drôme, l e syndicat « L’Abeille Ardéchoise et Drômoise», affilié à l’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française),  tiendra son assemblée générale annuelle le samedi 18 février à 15 h, à la salle de Mélas au Teil.

A cette occasion, le syndicat d’apiculture l’Abeille Ardèchoise et  Drômoise organise son traditionnel concours régional des miels, avec un jury de spécialistes et de connaisseurs le 18 février janvier 2012 au Teil, à la salle de Mélas. Ce concours est ouvert à tous les apiculteurs possédant des ruches en Ardèche ou en Drôme, et aux apiculteurs des autres départements qui transhument en Ardèche.

Les échantillons des différents miels seront appréciés, le 18 février au matin, par un jury de professionnels et de connaisseurs. Et le concours s’inscrit dans la volonté du syndicat de valoriser l’ensemble des miels des deux départements.

Il permettra à tous les bergers des abeilles de participer dans la catégorie lavande, acacia, toutes fleurs (clair), toutes fleurs (foncé), châtaignier, montagne, forêt, sapin, miellat, garrigues, miel du Haut Vivarais, tilleul, crucifères, fleurs sauvages.

Les apiculteurs qui souhaitent concourir doivent adresser dès maintenant, et avant le 16 février, deux pots de miel de 250 grammes dans la catégorie concernée, leurs coordonnées complètes, l’indication du site où le miel a été récolté, ainsi qu’un chèque de vingt euros (pour les frais du concours), libellé à l’ordre de « L’Abeille Ardéchoise et Drômoise » à Francis GRUZELLE, Président du syndicat, Les Chaux, 07790 Saint Alban d’Ay, tél 04 75 34 38 79.

Le syndicat apicole prend en charge les frais d’inscription de ses adhérents. Les résultats seront proclamés à l’issue de l’assemblée générale annuelle de l’Abeille Ardéchoise et Drômoise, le 18 février vers 17 h 30, à la salle de Mélas, au Teil (début des travaux à 15 h).

Catégorie apicultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2012
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+