Archive | 22 mars 2012

Examen technique complet du barrage du Verney

Tous les 10 ans, la réglementation prévoit l’Examen Technique Complet (ETC) des barrages, une opération qui
se déroule du 12 au 30 mars sur le barrage du Verney. Pendant cette période, la cote basse du barrage
inférieur de l’aménagement de Grand’Maison permet l’étude approfondie du parement avec son nettoyage, la
réparation des désordres du revêtement bitumineux et l’évacuation des corps flottants.

Cet abaissement de la retenue offre également l’opportunité de réaliser de nombreux travaux sur l’ensemble de
l’aménagement dans le domaine de la mécanique avec la vérification des batardeaux, la visite et l’expertise des
vannes de fond.

Pour réaliser ces travaux sur le barrage, durant deux semaines, et permettre aux équipes d’intervenir en toute sécurité
sur l’équipement, la centrale d’Oz est à l’arrêt et la centrale de Grand’Maison est partiellement à l’arrêt. Pendant cette
période d’arrêt, d’autres chantiers sont réalisés au sein des 2 centrales : pas moins de 95 opérations d’entretien et de
maintenance ont été programmées : turbines, groupes, transformateurs,… sont vérifiés, contrôlés pour optimiser leur
fonctionnement et assurer l’exploitation de l’aménagement en toute sûreté.

La retenue du Verney : bassin inférieur de la STEP de Grand’Maison
La centrale de Grand’Maison est une Station de Transfert d’Énergie par Pompage (STEP). Elle participe à l’équilibre
du réseau électrique national. Une retenue supérieure est reliée à un bassin inférieur situé au niveau de la centrale. En
période de forte consommation, la centrale turbine l’eau de la retenue supérieure. L’eau rejoint ensuite le bassin aval.

En période creuse, essentiellement la nuit et le week-end, l’eau de la retenue inférieure est pompée vers la retenue
supérieure. Le système permet ainsi de faire face rapidement à une pointe de consommation. La retenue formée en
altitude par le barrage de Grand’Maison constitue le réservoir supérieur, relié par des conduites à la retenue du
Verney, 900 m plus bas, qui représente le réservoir inférieur avec une retenue de 15 millions de m³ d’eau.

Une surveillance des ouvrages au service de la sécurité
Dès leur mise en eau et tout au long de leur exploitation, les barrages sont surveillés, auscultés et entretenus. Ils sont
équipés de différents moyens permanents d’auscultation, mis en place dès la construction.
On mesure en particulier les mouvements des barrages (par relevé topographique et pendules d’auscultation) et leur
comportement hydraulique (influence de l’eau sur la stabilité et le comportement de l’ouvrage) par mesure des
infiltrations d’eau et des sous-pressions.

Tous les ouvrages hydrauliques du parc de production d’EDF font, donc, l’objet d’un suivi et d’un entretien régulier et
très rigoureux, sous le contrôle vigilant des pouvoirs publics. En complément de ce suivi constant de l’état de santé des
ouvrages, la réglementation française en matière de sécurité des barrages et de prévention des risques, impose pour tous
les barrages d’une hauteur supérieure à 20 mètres, d’effectuer tous les dix ans un Examen Technique Complet (ETC)
comprenant la visite des parties immergées des ouvrages. Cette visite peut être réalisée de deux façons : soit par vidange
totale de la retenue soit par visite subaquatique, soit par mise hors d’eau de parties habituellement en eau, comme les
conduites forcées sous le barrage.

Catégorie hydrauliqueCommentaires fermés

Ateliers thérapeutiques: Vivre avec une pathologie cardio-vasculaire

La MSA Alpes du Nord propose en 2012 une action d’éducation thérapeutique pour les patients de moins de 76 ans présentant une pathologie cardio vasculaire (hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, maladie coronarienne).

Cinq séances dont trois collectives de 3 heures (l’après midi), animées par un professionnel de santé, seront prochainement organisées en Isère avec pour objectifs de :
- mieux comprendre votre maladie et ses différents traitements
- mieux adapter votre alimentation et votre activité physique
- mieux identifier vos propres facteurs de risque et signes d’alerte

La participation à ces séances est gratuite et se fait sur la base du volontariat, en accord avec votre médecin traitant. Vous pouvez venir accompagné(e) d’un proche si vous le souhaitez.

Réunions de présentation de ces ateliers

animées par le Dr CAMPAGNE, médecin de prévention MSA,

le Lundi 2 avril 2012 à RIVES,

14 heures, Centre Social, 96 Rue Sadi Carnot

le Jeudi 12 avril 2012 à BOURGOIN,

14 heures, Boulevard du Champaret (derrière la salle polyvalente)

le Mardi 22 mai 2012 à SAINT-MARCELLIN,

14 heures,  Espace SAINT LAURENT (salle n°10)

Plus d’information auprès du secrétariat du Service Médical de la MSA en appelant le  04 79 62 87 09.

Catégorie msaCommentaires fermés

Télédéclaration du dossier PAC 2012 en Isère.

Télécharger  un document récapitulatif sur les organismes et les lieux disponibles pour la télédéclaration du dossier PAC 2012 en Isère.

Cliquer ici: ateliers_2012

Catégorie PAC, agricultureCommentaires fermés

Renforcer le rôle des Régions dans les politiques européennes

Au moment où l’Union européenne définit ses orientations pour la période 2014-2020, Jean-Jack
QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, à la tête des Quatre Moteurs pour l’Europe, avec
Artur MAS, Président de la Généralité de Catalogne, Roberto FORMIGONI, Président de la Région
Lombardie, et Peter FRIEDRICH, Ministre aux affaires européennes du Land du Bade-Wurtemberg,
représentant le Président Winfried KRETSCHMANN, se sont rendus à Bruxelles le 21 mars pour
présenter trois avis communs sur l’avenir des trois politiques les plus importantes de l’Union
européenne : la politique agricole commune, la politique régionale, dite de cohésion, et la politique
de recherche et d’innovation. Ces trois politiques représentent plus de 75% du budget européen.

Les quatre Régions ont tenu ainsi à réaffirmer la place qu’elles occupent dans la mise en oeuvre d’une
Europe concrète. Jean-Jack QUEYRANNE a souligné « qu’en cette période de sortie de crise, il était
fondamental pour l’Europe de recréer une dynamique de croissance favorable à l’emploi. Celle-ci, plus
que jamais, repose sur la mobilisation des territoires et du tissu de laboratoires et de PME ».

Les Présidents des Quatre Moteurs ont confirmé la vocation européenne de leurs Régions, 25 ans
après la création de leur entente. Celle-ci ambitionne de conjuguer compétitivité économique et
cohésion sociale, qui caractérisent le modèle européen. Leurs Quatre Régions ne sauraient être
pénalisées par la tentation affichée par certains Etats de réduire le budget européen, et par d’autres,
de concentrer sur les régions économiquement moins avancées les financements au titre du
rattrapage.

« La politique européenne, a rappelé Jean-Jack QUEYRANNE, ne peut être l’addition des égoïsmes
nationaux. Pour que l’Europe parle aux citoyens, elle doit mieux se traduire dans leur vie quotidienne.
Le rôle des Régions est fondamental ».

Ainsi, dans le cadre des programmes européens 2007-2013, les fonds européens représentent 1,3
milliards d’euros pour la Région Rhône-Alpes, qui est la première partenaire de l’Union européenne.
Le total des actions devrait générer de l’ordre de 3 milliards d’euros de dépenses, tant en
investissement qu’en intervention sur le territoire rhônalpin durant ces sept années, les trois-quarts
des crédits étant déjà engagés.

Lors de ses audiences, la délégation a reçu un accueil très positif de M. BARNIER, Commissaire au
marché intérieur et aux services, et des chefs de cabinets, M. HÄUSLER, pour le Commissaire à
l’agriculture M. CIOLOS, et de M. GAMPS, pour le Commissaire à la politique régionale M. HAHN.

La délégation s’est également rendue au Parlement européen pour trois rencontres de travail avec
les Présidents des Commissions directement concernées : développement régional (Mme HÜBNER),
industrie, recherche et énergie (Mme SARTORI), emploi et affaires sociales (Mme BERES).
Ces rencontres se sont achevées par une « première » : la réunion des parlementaires européens
élus des Quatre Moteurs. Vingt d’entre eux étaient mobilisés et Jean-Jack QUEYRANNE leur a
suggéré de créer un intergroupe pour mieux s’organiser afin d’intervenir dans cette période décisive
où le Parlement est appelé à jouer son rôle de co-décision.

Dans les trois avis qui ont été remis, il convient de retenir les points suivants :

Concernant la recherche et l’innovation, la demande de maintenir le programme « Régions de la
connaissance », d’aller vers les 3% du PIB consacré à la recherche sur l’ensemble de l’Union – ce qui
contribuera à la création de 1 million d’emplois de chercheurs – et de renforcer les transferts de
technologie vers l’économie productive, et en particulier les PME.

Pour l’agriculture, les Quatre Moteurs ont souligné la nécessité de maintenir une régulation forte des marchés pour garantir les revenus des agriculteurs, et de soutenir l’installation des jeunes pour la reprise des exploitations. Ils ont insisté sur le rôle des politiques de développement rural, dites pilier 2, et sur l’introduction progressive de critères écologiques (verdissement). Ils ont demandé une meilleure prise en compte de l’agriculture de montagne et l’implication de l’Union européenne dans les politiques de prévention des risques et de gestion économe de l’eau liées au changement climatique.

Quant à la politique des fonds régionaux, elle ne saurait être la variable d’ajustement du budget
général. Les Quatre Régions ont reconnu l’intérêt d’une plus grande concentration des objectifs tout
en demandant d’être réellement associées à la définition d’accords de partenariat prenant en
compte les spécificités de chacune d’entre elles. Elles ont aussi approuvé la reconnaissance par
l’Union du fait urbain qui doit s’organiser dans l’articulation entre les Régions et leurs grandes
agglomérations. Elles ont souhaité une simplification des procédures pour une meilleure utilisation
des fonds. Elles se sont déclarées dès à présent prêtes à préparer les futurs programmes de manière
à relancer très vite la dynamique économique sur leurs territoires.

Enfin, Jean-Jack QUEYRANNE a rappelé la demande de gestion des fonds européens par les Régions
françaises, à l’instar de l’Alsace, qui a déjà obtenu cette responsabilité. La Catalogne a formulé la
même exigence, alors que les deux autres Régions, le Bade-Wurtemberg et la Lombardie, ont obtenu
de longue date cette compétence de leurs gouvernements nationaux respectifs.

Catégorie territoiresCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mars 2012
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+