Archive | 26 mars 2012

Doit-on encore manger des animaux ?

Mardi 27 mars 2012 à partir de 20h35 – 23/03/12

Doit-on encore manger des animaux ?


Les amateurs de viande, toujours plus nombreux, en mangent de plus en plus. Et bien que de nombreuses études scientifiques démontrent qu’une consommation excessive de viande est mauvaise pour la santé, les habitudes alimentaires n’évoluent guère. Bien au contraire. D’après certaines estimations, la production de viande va doubler à l’échelle planétaire au cours des 35 prochaines années.

Où cela nous mènera-t-il ? La Thema de ce soir présente, outre les différentes formes d’élevage en batterie, les conséquences écologiques de cette augmentation de la production de viande, qui vont de la raréfaction de l’eau potable au changement climatique en passant par la pollution de l’environnement.

(105mn)

Catégorie consommation, zoomCommentaires fermés

C’est sec!

La sécheresse entamée durant l’hiver 2010/2011 s’est régulièrement aggravée tout au long de l’année 2011,
en dépit d’un été parfois humide mais inefficace en terme d’approvisionnement des nappes phréatiques.
L’automne très sec suivi d’un hiver à nouveau sec ont encore dégradé la situation, d’après Frédéric Decker
de MeteoNews.
Après une année 2011 sèche voire très sèche, notamment sur une large moitié ouest du pays (surtout le
printemps record et l’automne très peu arrosé), la pluie est enfin revenue en décembre sur la plupart des
régions à la faveur d’un rapide flux océanique humide. Ces précipitations atteignaient alors le double, voire le
triple de la normale, sauf près de la Méditerranée où, au contraire, les quantités de pluie sont restées très
faibles, voire nulles.

Malheureusement, les conditions anticycloniques se sont installées en janvier, bloquant l’accès des
perturbations. Si le nord-est a tiré son épingle du jeu avec des précipitations « dans les normes », le reste du
pays connaissait à nouveau des quantités faibles, voire nulles parfois dans le sud-est !

La vague de froid de la première quinzaine de février quant à elle a eu des effets très négatifs : l’anticyclone
venue de Sibérie était accompagné d’air très sec et d’un vent de nord-est souvent soutenu. Les sols en surface
se sont alors brutalement asséchés, mettant déjà la végétation en conditions de stress hydrique. Le retour de
la douceur en fin de mois s’est déroulé une fois de plus sous des conditions sèches ou très peu arrosées. Il
s’agit du deuxième mois de février le plus sec sur le pays derrière février 1959.

On espérait des giboulées en mars, mais le ciel en a décidé autrement, avec un nouveau blocage
anticyclonique. Conséquences : les précipitations restent très faibles entre le 1er mars et aujourd’hui,
inférieures à 20 mm presque partout (toujours nulles dans certains secteurs du sud-est où il n’a pas plu depuis
janvier !). L’extrême nord fait exception grâce à l’important épisode pluvio-neigeux du début du mois (plus de
60 mm à Lille). Du 1er janvier à aujourd’hui, les pressions sont restées anticycloniques… 79 jours sur 80 en
métropole !

Les conséquences se font déjà ressentir : les sols superficiels sont déjà anormalement secs (plutôt comme une
fin avril, voire un mois de mai dans le sud-est) et le taux de rechargement des nappes phréatiques entre
octobre et mars a été très mauvais, n’ayant duré que 1 à 2 mois selon les régions, entre mi-décembre et fin
janvier.

80% des nappes phréatiques sont en déficit actuellement, notamment sur le Bassin parisien, sur le secteur du
Rhône et dans le sud-ouest pour plusieurs grands aquifères. La tendance est à la baisse en ce début d’année
2012, puisque 51% des indicateurs mesurés sont en baisse contre 26% à un niveau stable et que moins d’un
quart des points de suivi est en hausse (24%).

Les prévisions n’envisagent pas le retour d’un courant océanique dépressionnaire dans les 10 à 15 prochains jours. Seules quelques averses tomberont localement, notamment dans le sud-ouest ces prochains jours, sans incidence sur la sécheresse qui perdure et s’aggrave. À moins de connaître des mois extrêmement pluvieux entre avril et l’été, ce qui est peu probable, les conditions seront difficiles jusqu’au début de l’automne, au moins en profondeur, les besoins en eau augmentant rapidement avec le réveil de la végétation.

Nous pouvons au moins éviter la sécheresse de surface avec des pluies régulières et suffisamment abondantes… mais les tendances saisonnières (fiables à 63%) ne vont pas vraiment dans ce sens…

Bien entendu, cette sécheresse commence à inquiéter les agriculteurs…

Catégorie La Métro, eau, environnementCommentaires fermés

Trouver un logement, quel parcours du combattant!

Grenoble-Alpes Métropole évolue, la société évolue, les formes de
débat aussi. Pour définir les contenus et outils de la ville « postcarbone
» de demain, les Jeudis du Projet d’Agglo ont cédé la place
aux ateliers Métro-citoyens.

Après « la pollution de l’air, de l’impact sur la santé au réchauffement
climatique », le prochain rendez-vous aura lieu : mardi 27 mars de 18h
à 20h30 au Plateau à Grenoble sur le thème « Trouver un logement,
Quel parcours du combattant ! ».

Choisir son logement, proche d’une école, d’un transport en commun, de
commerces, bien situé… Voilà le désir de bon nombre d’entre nous. Un rêve
inaccessible ?
La flambée des prix (tant en location qu’en accession) pousse une partie de la
population à ne plus pouvoir choisir son logement, son quartier, sa ville de
résidence. La plupart des grandes agglomérations sont touchées par ces
tensions autour des prix du logement et les inégalités qui en découlent ; et c’est
cas de l’agglomération grenobloise.

Le « mal logement » n’est plus un problème marginal. Il touche une population
sans cesse plus vaste : s’il est une préoccupation pour les plus modestes, il l’est
aussi aujourd’hui pour les ménages aux revenus moyens.
La ville devient une ville à deux vitesses, avec des disparités sociales territoriales
fortes : les riches d’un côté et les pauvres de l’autre, n’habitant pas dans les
mêmes quartiers.
Quel est le visage de l’agglomération en matière d’inégalités face au logement ?
Les disparités se renforcent-elles aujourd’hui ? Quels en sont les mécanismes ?
Comment rendre l’accès au logement plus aisé ? Comment permettre à chacun
d’avoir le choix de son logement et de sa localisation ?

Enfin, comment les différentes institutions publiques et privées peuvent-elle
agir pour tenter d’aller vers un équilibre social dans l’agglomération ?
Avec l’intervention de la ligue d’improvisation «1pro38».

En présence des élus :
Jean-Philippe Motte, vice-président à la Métro, en charge de l’habitat,
du logement et des gens du voyage ; et
Philippe Loppé, conseiller délégué à la Métro, en charge des relations
extérieures et de la participation citoyenne.
Et des représentants de nombreux partenaires institutionnels et
associatifs, intervenant sur le logement dans l’agglomération
grenobloise.

INFOS PRATIQUES
Entrée libre
Le Plateau : 74 rue Anatole France à Grenoble
Accès : Ligne de bus 26 ou 32 – Arrêt Docteur Schweitzer

Catégorie La Métro, questions d'actualitéCommentaires fermés

Rhône-Alpes: offres et demandes d’emploi dans le secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Exploitant, élevage bovin lait, 60VL cherche un salarié (H/F) pr réaliser la traite (traite robot). Bonnes conditions de travail. CDD tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL33-01

Isère . EARL (élevage laitier, 50 VL) cherche un agent polyvalent en CDI à tps plein. Vs aurez en charge l’entretien et le suivi général du troupeau (alimentation, soins, traite, paillage….) ainsi que l’utilisation du matériel (labour, fenaison…). Une connaissance en maintenance du matériel agricole serait un plus.  Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OVL30-38

Isère . Expl. (à dominante bovin allaitant) cherche ouvrier polyvalent (H/F) en CDD (6 mois). Vs aurez en charge le soin général du troupeau (paillage, alimentation…) ainsi que l’utilisation du matériel. Exp. indispensable en conduite d’engins et en maintenance de base. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OVB5-38

Hte-Savoie . GAEC, élevage bovin lait,  cherche son agent fromager (H/F) avec expérience pr un CDI à tps plein. Poste à pourvoir au 1er avril. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL43-74

Hte-Savoie . Exploitation en élevage bovin lait recrute son responsable d’élevage laitier (H/F). 160 bêtes dont 75 VL. Traite robotisée. Autonome, vs aurez en charge la gestion technique et économique du troupeau en lien avec le chef d’exploitation, la traite, l’alimentation et le suivi du troupeau. Possibilité logement. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL44-74

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Homme cherche emploi d’agent de cultures légumières et/ou d’agent arboricole. Expériences saisonnières. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA8-07

Drôme . Femme cherche emploi en maraichage et/ou élevage caprin. Titulaire BPREA. Stages et expériences saisonnières. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA39-26

Hte-Savoie . Homme cherche emploi de maître de chai. Titulaire BTA viticulture œnologie. Expérimenté. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI8-74

Hte-Savoie . Femme cherche emploi en maraîchage, horticulture, PPAM, apiculture. Expériences saisonnières. Mobilité : Hte-Savoie – Savoie. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA8-74

Savoie . Homme cherche emploi de jardinier/paysagiste. Titulaire CAP horticole, CACES 4. Expérimenté. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA3-73

Catégorie agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2012
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+