Archive | juillet, 2012

PLAN de Lutte contre l’Ambroisie

L’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) est une plante invasive dont le pollen émis en fin d’été est particulièrement allergisant.

ambroisie

Il suffit de quelques grains de pollen par mètre cube d’air pour que les manifestations allergiques apparaissent chez les sujets sensibles. Les plus courantes sont des rhinites survenant en août-septembre, conjonctivites, symptômes respiratoires tels que trachéite, toux, et parfois urticaire ou eczéma.

Dans 50% des cas, l’allergie à l’ambroisie peut entraîner l’apparition de l’asthme ou provoquer son aggravation. Selon la zone infestée par cette « mauvaise herbe » envahissante, 6 à 12 % de la population exposée est allergique.

La région Rhône-Alpes est la région française la plus affectée par la présence d’ambroisie et par la diffusion de son pollen.

Il a été estimé qu’en 2011, en Rhône-Alpes, entre 194 481 et 258 714 personnes ont bénéficié de soins en rapport avec l’allergie à l’ambroisie, ce qui correspond à des coûts évalués entre 14,2 et 20 millions d’euros .

Où prospère l’ambroisie ?

Partout où ses graines peuvent trouver des conditions favorables à son cycle annuel.

C’est une mauvaise herbe annuelle qui colonise une grande variété de terrains non végétalisés ou remaniés (espaces agricoles principalement, bords de voies de communication, chantiers de construction, terres à l’abandon…).

Comment lutter contre l’ambroisie ?

Au mois de juin, la pollinisation de l’ambroisie n’a pas débuté. Néanmoins, des gants de jardinage sont nécessaires en cas d’arrachage. Par précaution, les personnes allergiques et notamment les personnes très sensibles au pollen doivent s’abstenir de tout contact avec la plante, même non fleurie.

Suivant la taille de la surface infestée et le type de milieu concerné (surface agricole, bords de route, zone de chantier…), la destruction peut se faire par arrachage, tontes ou fauchages répétés menés sur les seules zones contaminées par l’ambroisie, ou par le déchaumage de parcelles de céréales envahies, ou d’autres techniques culturales appropriées.

En dernier recours, la lutte chimique peut être utilisée de façon raisonnée, au moyen de produits homologués et en respectant les modes d’emploi.

Les terrains ne doivent pas être laissés nus ou en friche, mais doivent être couverts systématiquement (couvert végétal dense à base de plantes vivaces, protection du sol avec des matériaux bloquant la végétation tels que le paillage ou des copeaux de bois…). La durée de vie dans les sols des semences d’ambroisie étant de plusieurs années, les actions de lutte doivent être menées sur le long terme et être coordonnées.

Quand lutter contre l’ambroisie ?

Pour ne pas disséminer les graines d’ambroisie dans des secteurs qu’elle n’a pas colonisés, éviter de les transporter avec des roues de véhicules souillées et contrôler l’origine des terres rapportées ou déplacées à l’occasion de chantiers et travaux de BTP.

La dispersion des semences est principalement assurée par les engins agricoles, les engins de fauchage des bords de route et les transports de terres lors des chantiers de BTP. La contribution des oiseaux reste marginale.

Pour prévenir l’émission de pollens allergisants, les interventions (arrachage, fauche, déchaumage, désherbage, …) sur les plants d’ambroisie de l’année doivent avoir lieu avant la floraison, qui débute à partir de la fin juillet – début août.

Qui est chargé de la lutte contre l’ambroisie ?

En Isère, un arrêté préfectoral du 07 mars 2000 fixe le caractère obligatoire de la lutte contre la prolifération et la dissémination de l’ambroisie qui incombe à tout propriétaire/gestionnaire de terrain, rappelle la nécessité d’intervenir préventivement avant la période de floraison et de pollinisation (fin juillet à septembre) et confie au maire le volet répressif du dispositif auquel il peut être nécessaire de recourir (mise en demeure, procès verbal, voire travaux d’office).

Un plan départemental de lutte contre l’ambroisie

De nombreuses actions sont engagées depuis plus de dix ans dans le département de l’Isère, afin de réduire l’impact de l’ambroisie.

En cohérence avec les orientations du Plan Régional Santé Environnement qui réaffirment que seule une action territoriale coordonnée, multi-partenariale et inscrite dans la durée pourrait relever le défi de la lutte contre la prolifération de l’ambroisie et ses impacts sanitaires, l’Isère s’engage en 2012 dans un plan départemental de lutte contre l’ambroisie qui associe les services de l’Etat, l’ARS, les collectivités locales, la profession agricole, les gestionnaires de voieries, les associations.

La désignation de référents ambroisie à l’échelle communale et communautaire, appelés à travailler en réseau est identifiée comme le cœur du dispositif.

Un comité départemental a été mis en place par l’Etat et s’est réuni le 21 mars dernier.

A la veille de la période de pollinisation de l’ambroisie, une campagne de sensibilisation de l’ensemble des partenaires est renouvelée, au premier rang desquels les collectivités territoriales.

Dispositif de surveillance des pollens – Qualité de l’air

Les pollens d’ambroisie doivent être considérés comme des polluants de l’air et font l’objet d’une surveillance (réseau de capteurs).

Des informations sur le risque allergique sont disponibles sur le site www.ambroisie.info et celui de Air-Rhonalpes (www.air-rhonalpes.fr) qui diffusent des indices polliniques prévisionnels et territorialisés.

En raison de la capacité de transport à longue distance de ces pollens en fonction des conditions météorologiques, les populations exposées au risque allergique ne sont pas nécessairement riveraines des zones de prolifération de l’ambroisie.

En savoir plus :

Observatoire de l’ambroisie : www.ambroisie.info

Catégorie environnement, natureCommentaires fermés

L’agriculture iséroise:

L’état des cultures en Isère résulte d’une succession inhabituelle d’épisodes climatiques : automne et début d’hiver assez doux, froid intense et prolongé en février, chaleur et sécheresse en mars puis faibles températures et pluies abondantes de début avril à mi-juillet.

La moisson se termine : malgré le gel de février, les rendements en céréales à paille et en colza sont globalement satisfaisants et les perspectives de prix sont favorables. Le maïs et le tournesol profitent des pluies du printemps et du début de l’été après un démarrage difficile.

L’été, c’est le temps des fruits avec la récolte qui est cours. Si les rendements sont au rendez-vous, la pluviométrie, la grêle et une demande assez faible de la part de consommateurs tirent les prix vers le bas. La saison a été particulièrement mauvaise pour les cerises.

Pour le lait, première activité d’élevage de la région, la production est en légère hausse sur le premier semestre 2012. (*). Avec le prix du lait qui stagne, des coûts de production en forte hausse, les marges se resserrent pour les producteurs. Un nouveau pas a été franchi vers l’obtention de l’IGP (Indication Géographique Protégée) Saint-Marcellin avec la parution de son décret au Journal Officiel européen en juin.

Même problématique de marges pour les éleveurs de viande bovine, malgré un net redressement des cours sur la période 2011-2012. Les usagers de l’abattoir de Grenoble se mobilisent pour le maintien de cet outil de proximité.

Au-delà de la conjoncture, les 39 000 entreprises agricoles de Rhône- Alpes ( dont 6 300 en Isère) vont être largement impactées par la prochaine réforme de la PAC, prévue pour la période 2014-2020.
Le réseau des Chambres d’Agriculture Rhône-Alpes contribue à l’émergence de positions communes visant à assurer la viabilité économique des exploitations de Rhône-Alpes.

Face à cette échéance européenne et au recul du potentiel économique agricole régional, la profession agricole est engagée dans un Projet pour l’Agriculture Régionale (PAR). Feuille de route jusqu’en 2020, ce projet précise les ambitions de la profession régionale : produire des denrées alimentaires, en préservant les paysages, les ressources naturelles et en occupant le territoire, dans le cadre d’exploitations agricoles économiquement viables.

L’AGRICULTURE DE RHONE-ALPES ET DE L’ISERE EN QUELQUES CHIFFRES

- 46400 chefs d’exploitations, 19900 actifs familiaux (conjoints, aides familiaux…) et 8000 salariés permanents, auxquels il faut ajouter 9000 salariés saisonniers.
Avec les entreprises situées en amont et en aval de la production agricole, la filière agricole et agro-alimentaire emploie 128 400 actifs.

En Isère: 7 230 chefs d’exploitation, 3 200 autres actifs familiaux (conjoints, aides familiaux…) et 900 salariés permanents, auxquels il faut ajouter plus de 1000 salariés saisonniers.

- Un chiffre d’affaire régional de 4. 104 millions euros, réalisé par 39 000 entreprises agricoles, réparties sur 8 départements et 1.4 million d’ha. La taille moyenne des exploitations de Rhône-Alpes est de 37 ha.

En Isère: une production d’une valeur de 485 millions d’euros, réalisée par 6 300 exploitations agricoles, sur une surface de 241 000 ha et représentant 10 000 actifs agricoles à plein temps. La taille moyenne des exploitations est de 38 ha.

- Une agriculture marquée par la diversité de ses productions.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le Memento 2012 de l’Agriculture en Rhône-Alpes, consultable sur www.isere.chambresagriculture. fr

* Source : Lettre de Conjoncture Chambres d’Agriculture de Rhône-Alpes juin 2012

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Offes et demandes d’emploi dans le secteur agricole, en Rhône-Alpes

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme . URGENT. Domaine viticole, 170 hectares en appellation, recherche un tractoriste-caviste (H/F) expérimenté et polyvalent. Vs interviendrez à ts les stades du cycle de la vigne et du sol et ponctuellement aux activités de la cave. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI30-26

Drôme . Domaine viticole cherche un assistant de direction (H/F). Missions : Suivi des dossiers commerciaux et marketing, organisation et participation aux évènementiels, administration des ventes export. Expérience impérative et anglais courant obligatoire. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAV22-26

Savoie . Estive en AOC Beaufort zone des Menuires, Val Thorens. Exploitation recrute un agent d’élevage bovin lait. Vs réaliserez la traite, l’entretien des parcs. Permis de conduire obligatoire. Poste nourrit, logé en chalet d’alpage. CDD tps plein 2 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL29-73

Savoie . Expl. cherche un agent d’élevage caprin polyvalent capable de travailler en équipe. Vos missions : traite, soins aux animaux, parcs, travaux divers (foin, épandage, entretien, aménagement…), travail en fromagerie. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA1-73

Savoie . URGENT. GAEC, production élevage ovin, recrute un berger expérimenté pr la saison. Troupeau ovins viandes d’environ 700 bêtes (brebis et agneaux), alpage situé à Bourg Saint Maurice. Logement. CDD tps plein 5 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OOV2-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Femme cherche emploi en élevage avicole, caprin ou en arboriculture. Fille d’agriculteur. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DAV5-26

Ain . Femme, fille d’agriculteur, cherche un emploi en élevage bovin lait, porcin, équin ou avicole. Titulaire BTS production animale. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL34-01

Hte-Savoie . Femme cherche emploi en élevage bovin lait, caprin ou ovin. Expériences en élevage et transformation fromagère. Titulaire BTS. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL34-74

Hte-Savoie . Saisonniers cherchent emploi en agriculture. Etudient tte proposition. Expériences en viticulture et horticulture. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org.

Rhône . Femme cherche emploi de palefrenier. Expériences en soins et manipulation des animaux, nettoyage des écuries. Mobilité : Rhône. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEQ11-69

Catégorie economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Front uni du Gouvernement et des collectivités locales pour moderniser la filière avicole

Stéphane Le Foll et Guillaume Garot ont reçu les parlementaires et les Présidents des Conseils Régionaux et Généraux de tous horizons politiques, concernés par l’avenir du groupe Doux.

Les deux ministres ont souhaité rencontrer ces élus afin de leur rendre compte de l’action de l’Etat dans ce dossier. Cette rencontre a aussi pour objectif de permettre une approche cohérente et concertée de la part de l’ensemble des autorités publiques dans le cadre des difficultés économiques du groupe Doux et avant la décision du tribunal de commerce de Quimper.

L’ensemble des acteurs publics ont pu exprimer leur volonté de constituer un front uni pour accompagner le devenir de l’ensemble des sites et des salariés, des éleveurs et sous-traitants, notamment les transporteurs.

Une fois connue la solution retenue par le tribunal de commerce, les acteurs publics, Etat et collectivités territoriales, pourront mobiliser leurs outils de soutien pour accompagner la modernisation de la filière, dans une logique de donnant / donnant.

L’enjeu est ainsi de bâtir un nouveau modèle pour la filière avicole, qui concilie compétitivité, emploi, et respect de l’environnement.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

LA FÊTE D’UN TERRITOIRE ET DE SON AGRICULTURE

La Fête du Bleu du Vercors-Sassenage qui se déroulera les 11 et 12 août 2012. Vassieux en Vercors mettra en avant un territoire et son agriculture…Cette année, c’est donc le Vercors drômois qui sera  à l’honneur!

vassieux

Les habitants du Vercors Drômois, situé au coeur du Parc Naturel Régional du Vercors, vous
invitent à franchir l’une des portes d’accès à leur plateau. C’est par des routes sinueuses,
souvent taillées dans la roche que vous parviendrez au canton de la Chapelle en Vercors
pour vous laisser surprendre par ces paysages tantôt verdoyants, tantôt gorgés de couleurs
du sud.

Suivez les vachettes bleues, elles vous mèneront jusqu’au village de Vassieux, niché dans
une cuvette à 1050 m d’altitude, au sud du plateau.

Un paysage grandiose s’offre au regard, mosaïque de «murgiers», dolines herbeuses et
cultures dominée par le Grand Veymont, point culminant du Vercors.

Il y a plus de 4000 ans, les hommes séjournaient déjà sur cette terre, comme en témoignent
plusieurs sites d’extraction et de taille du silex. Le musée de la Préhistoire est installé sur
l’un de ces sites.

Connue comme haut lieu de la résistance durant la dernière guerre mondiale, la commune de
Vassieux est déclarée compagnon de la libération. Le mémorial et le musée de la résistance
rappellent l’histoire tragique de ce village.

Aujourd’hui, Vassieux demeure le paradis des amateurs de grands espaces, un terrain de jeu
idéal pour les muschers et randonneurs à pied, cheval, skis, raquettes, …

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Publication de l’arrêté d’interdiction du semis de semences de colza traitées avec du thiametoxam en France

Le 1er juin, Stephane LE FOLL, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt a décidé,
suite à l’avis de l’ANSES, de retirer l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR sur le colza.

Cette décision a été confirmée le 29 Juin à l’issue de la période de procédure contradictoire permettant
au titulaire de l’autorisation de mise sur le marché de la préparation Cruiser OSR de faire valoir ses
arguments.

Le Ministre a parallèlement engagé la procédure de demande d’interdiction au niveau européen qui n’a,
à ce stade, pas fait l’objet de réponse de la Commission.

En conséquence et en conformité avec le droit européen, le Ministre a signé ce 26 juillet 2012 l’arrêté
permettant d’interdire le semis en France de semences de colza traitées avec du thiametoxam.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Eleveurs en situation critique: trouver une solution, et vite !

Communiqué de la FDSEA de l’Isère.

Le coût de l’aliment pour les animaux n’a jamais été aussi élevé depuis 2006. Il vient de dépasser le niveau de 2011 qui était déjà un record : indice 143 par rapport à un indice 100 en 2005 ! De plus, cette envolée du coût de l’alimentation animale vient se surajouter à une augmentation du coût de l’énergie dans les exploitations (+ 5,7% par rapport à l’an dernier), du coût des intrants nécessaires à l’agriculture (+ 5% par rapport à l’an dernier) ainsi qu’à une augmentation permanente des coûts liés aux nomes franco-françaises.

En raison notamment des événements climatiques et d’une demande mondiale soutenue, tous les observateurs spécialisés annoncent des prix tendanciellement élevés du soja, élément essentiel dans l’alimentation des bovins en Isère (tourteaux de soja).

La situation n’est plus tenable pour les éleveurs de bovins et des autres productions animales … Les indicateurs de revenu se dégradent de mois en mois !

Il n’y a qu’une seule solution : le prix payé aux éleveurs doit obligatoirement  tenir compte de ces hausses de coûts de production.

La FNSEA avait obtenu il y a un an, dans l’accord du 3 mai 2011 signé par les producteurs, les transformateurs et les distributeurs, sous l’autorité du Ministre de l’agriculture, une clause de rendez vous en cas de situation exceptionnelle.

Nous y sommes ! Les entreprises de transformation des produits agricoles, et surtout les distributeurs, doivent donc décider, de toute urgence, d’ouvrir des négociations commerciales aboutissant à des revalorisations de prix payés aux producteurs ! Les distributeurs ne doivent pas faire la sourde oreille et brandir le bouclier du pouvoir d’achat des consommateurs : chacun sait que leurs marges sont encore très confortables !

L’élevage est le poumon de notre économie agricole: les zones d’élevage sont celles où le nombre d’agriculteurs est le plus important, où le nombre d’installations de jeunes est le plus fort, où les industries agroalimentaires créent le plus d’emploi, où les prairies et les cultures fourragères créent un paysage attractif et riche de biodiversité, …

Le maintien de l’élevage, dans toute sa diversité, doit être une priorité collective. Cela passe par une augmentation des prix payés aux producteurs. Cela passe également par une réaction des politiques face à des phénomènes de spéculations sur les matières premières.

Catégorie agriculture, élevageCommentaires fermés

Les loups classés nuisibles…

Communiqué de la Fédération des Acteurs Ruraux( FAR)

La fédération des acteurs ruraux ( FAR) répond a l’enquête sur l’arrêté ministériel fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces d’animaux classées nuisibles  :

Nous exigeons le classement des loups (quelques soit leurs sous espèces) sur la liste des nuisibles sur l’ensemble de la France, et destructibles toutes l’année car  :

-L’état doit assurer la sécurité des biens et des personnes, c’est une de ces fonctions régaliennes, le bétail est un bien comme une banque, une bijouterie, une voiture…

Il y a eu plus de 4500 animaux domestiques tués par les loups en France en 2011, comme le reconnaît Madame la Sous-Préfète de Barcelonnette cela ne va pas baisser (http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2012/07/attaques-du-loup-les-chiffres-de-la.html)

-la population de loup augmente de 30% par an en France (http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2011/09/lexplosion-du-nombre-de-loup-en-france.html) comme dans beaucoup d’autres pays; d’après Madame la députée de l’Isère cela avait été caché( http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2012/07/httpwww.html)

-La protection d’une population viable de loup ne se fait pas a l’échelle d’un pays mais a celle du continent comme le prouve le rapport de l’EPA (http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2012/07/100-vargar-racker-i-skandinavien.html)

-Ces loups ou leurs ancêtres ont été élevés en captivités et lâchés comme cela est prévu par la recommandation N°17 de la convention de Berne (https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1485627&Site=COE)

Comme l’a démontré l’argumentaire de la chambre d’agriculture du 06 il y a eu des lâchés en France  :( http://membres.multimania.fr/loup06/loup_textes/loup_L_elevage.htm)
(http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2012/07/lacher-de-loups.html)

Pour tous ces arguments ils nous paraît vitale que Les loups soient classés nuisibles sur l’ensemble du territoire français.

Contacts

:http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/

Catégorie loupCommentaires fermés

Fête du bleu: c’est les 11 et 12 août!

Depuis 12 ans, la fête du Bleu du Vercors-Sassenage transhume chaque été sur les différents
villages du Parc. Cette année, c’est un canton entier, celui de la Chapelle en Vercors qui
s’apprête à vous accueillir !

fête1

Cette fête grandiose a été lancée à l’initiative du PNRV, soucieux de soutenir l’agriculture
locale et de participer à la promotion de la jeune et plus petite AOP fromagère en lait de
vache de France. Depuis 2001, le Vercors fête son Bleu, et autour de lui l’ensemble des
productions agricoles locales, les savoirs-faire et tout ce qui fait la richesse de ce territoire,
parc naturel depuis plus de 40 ans.

Plus de 150 bénévoles s’investissent chaque année afin que vous puissiez profiter, dans une
ambiance conviviale et festive de l’étonnante richesse de l’agriculture et des savoir-faire
locaux.

Rythmée par de nombreuses animations, la fête émerveille petits et grands par la variété, la
qualité et l’originalité de ce que chacun peut y découvrir. En plus des différentes expositions
et conférences, différents pôles donnent à lire le territoire :
♦ Les animaux : de la petite basse-cour de Corentin et Sébastien au concours de
vaches laitières, des chèvres et brebis à la présentation de nombreuses races de chevaux.
♦ La gastronomie et les produits fermiers : ateliers cuisine, Gargote des Saveurs et
marché paysan.
♦ Les activités de pleine nature : randonnée, chiens de traîneaux, biathlon, … jusqu’au
tir préhistorique de sagaie !
♦ Diversité culturelle : exposition de collections et salon littéraire avec la présence de
nombreux écrivains, chercheurs et explorateurs renommés, présentation des associations
patrimoine.
♦ Pôle enfance : des animations et un monde de jeux pour petits et grands que l’on
trouvera sur plusieurs espaces de la fête.
♦ Espace Parc du Vercors sur le thème «Vassieux, terre d’Histoire» de la préhistoire
à nos jours, présentation des différentes activités et missions du Parc naturel régional du
Vercors.
♦ Exposition- vente de nombreux artistes, artisans et créateurs d’art du Vercors.
Ces deux journées de fêtes sont ponctuées de spectacles pour enfants, de concerts de rue
et de soirées en musique.

Catégorie bleu du Vercors Sassenage, foires/salonsCommentaires fermés

LES TRIATHLETES VISITENT LA CENTRALE HYDROELECTRIQUE EDF DE GRAND’MAISON

Mardi 24 juillet, une délégation de tri-athlètes a visité la centrale hydroélectrique EDF la
plus puissante de France, qui sera maintenue à l’arrêt mercredi et jeudi pour accueillir les
épreuves de natation du triathlon EDF-Alpe d’Huez dans la retenue du Lac du Verney.

EDF

Afin de joindre l’utile à l’agréable, EDF, partenaire historique du triathlon depuis 2006, a proposé à une délégation d’une vingtaine de tri athlètes, venus en Oisans pour participer au triathlon EDF-Alpe d’huez, de visiter la centrale hydroélectrique de Grand’Maison.

Les visiteurs, accompagné par Jean-Marc Moschetti, Responsable de la centrale, et par Jean-Yves Van Lemmens, salarié EDF et porteur de la flamme olympique, venu partagé sa passion et son engagement sportif, ont pu découvrir les coulisses de la centrale la plus puissante de France : salle des machines, salle de commande, etc. et faire le lien avec la préparation du triathlon EDF-Alpe d’Huez.

C’est en effet dans les eaux claires et fraîches (16°C à 17°C) de la retenue EDF du lac du Verney, à 770m d’altitude, que les tri athlètes s’élanceront mercredi et jeudi pour le « long » et le « court ».

Cette retenue de plus d’un million de m3 d’eau fait partie du complexe hydroélectrique EDF de Grand’Maison, maintenu à l’arrêt pour permettre le déroulement des épreuves de natation.

Catégorie loisirs/détente, sportCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2012
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+