AOC Bois de Chartreuse

AOC Bois de Chartreuse

La démarche de reconnaissance des Bois de Chartreuse en AOC a franchi une nouvelle étape.

En effet, la première plaquette d’identification vient d’être posée sur un arbre issu d’une forêt de Chartreuse.

Ce premier temps fort sera suivi à l’automne d’un moment en scierie pour illustrer le marquage des sciages « Bois de Chartreuse ».

Une étape clé de la démarche de reconnaissance en AOC

La définition et la mise en œuvre d’une procédure de traçabilité du bois à chaque étape de sa transformation constituent une étape clé vers la reconnaissance de l’AOC “bois de Chartreuse”. Élaborée par l’ensemble de la profession, sylviculteurs, entreprises de travaux forestiers et scieurs, en lien avec les charpentiers et architectes qui mettent en œuvre les bois, le dispositif de traçabilité des bois est en cours de test. Pour l’ensemble des acteurs de la filière, il s’agit de s’assurer qu’il est fiable, viable et opérationnel.

Après analyse et bilan de cette phase de test, le fonctionnement devrait être définitivement validé et étendu marquant une étape significative vers la reconnaissance de l’AOC.

Un bon marquage garantira le suivi des bois de la parcelle forestière jusqu’au sciage. La traçabilité débute en forêt et la matinée du 26 juin a été consacrée au marquage d’un bois abattu en forêt.

C’est Patrice Saule, gérant de l’entreprise Saule Service, qui s’est chargé du chantier. L’entreprise est adhérente au Comité Interprofessionnel des Bois de Chartreuse, association en charge de la démarche AOC. L’origine des bois sera assurée par des contrôles réguliers afin que le consommateur final puisse être sûr que les bois proviennent bien des forêts de Chartreuse.

Un travail en lien direct avec la filière bois locale

Ce travail a été mené par le Comité Interprofessionnel des Bois de Chartreuse et le Parc de Chartreuse avec l’appui du bureau d’étude Céribois reconnu dans le domaine du bois (basé à Valence – présence du technicien à l’inauguration : Nicolas Hatchiguian).

Plusieurs réunions ont permis de présenter les enjeux et objectifs à l’ensemble des adhérents au CIBC.

Trois groupes de travail ont ensuite été créés afin de réfléchir aux principes à mettre en place aux trois grandes étapes de la traçabilité des Bois de Chartreuse : gestion forestière, bûcheronnage, sciage. Il ressort de cette importante phase d’échange une traçabilité adaptée aux entreprises de la filière bois de Chartreuse.

A noter que peu de territoires ont été capables d’organiser leur filière bois pour mettre en place une traçabilité à la fois crédible et adapté au fonctionnement des entreprises, c’est-à-dire sans surcoût trop importants qui plombe l’adhésion à la démarche. Être capable de prouver l’origine du bois sera un atout pour l’avenir (notion de circuit court visant à limiter les émissions de CO2 par exemple).

Une AOC bois, c’est possible

Un produit labellisé AOC bénéficie d’une protection spécifique assurant la sauvegarde des intérêts des opérateurs et des consommateurs et contribuant à accroître sa valeur. Contrepartie de cette protection forte, le produit doit répondre à un cahier des charges très strict, prévoyant notamment une habilitation des opérateurs, un suivi rigoureux des conditions de production et un contrôle des produits finis.

La mention AOC est un signe d’identification de la qualité et de l’origine d’un produit caractérisé par son origine géographique, sa typicité et le savoir-faire des opérateurs qui le produisent ou le transforment.

La loi d’orientation sur la forêt du 9 juillet 2001 (loi n° 2001-602) ouvrant aux produits forestiers la possibilité de prétendre à une appellation d’origine contrôlée (AOC), le Parc naturel régional de Chartreuse a engagé dès 2005 auprès de l’Institut national des appellations d’origine (INAO), une démarche de reconnaissance en AOC pour les bois résineux de Chartreuse.

Les produits concernés sont les sciages de grande dimension de bois résineux, sapins pectinés et épicéas, issus des forêts de Chartreuse situées dans une aire géographique délimitée. L’attestation d’origine sera attribuée au produit transformé après sciage dans l’une des scieries du massif de Chartreuse.

La Chartreuse est, avec le Jura, le premier territoire à se lancer dans la démarche de reconnaissance en AOC bois.

De nombreuses étapes ont été franchies. Le dynamisme des professionnels et propriétaires est un reconnu par l’INAO, tout comme la qualité des bois locaux et de leur transformation. Plus que jamais, l’AOC Bois de Chartreuse devient un objectif atteignable.

aoc 4 Le CIBC, garant du bon fonctionnement de la démarche

Une AOC doit être administrée par un organisme de défense et de gestion (ODG). En 2010, le Comité interprofessionnel des bois de Chartreuse (CIBC) a modifié ses statuts pour intégrer cet ODG. Ainsi, les collèges 1 (forestier) et 2 (transformateur) en font partie.

A terme, le CIBC sera le garant de l’AOC auprès des consommateurs. Il réalisera les contrôles internes et organisera les contrôles externes.

En fixant l’objectif de l’obtention d’une AOC Bois de Chartreuse, les professionnels et élus de Chartreuse se sont collectivement donnés celui de mieux défendre et valoriser la qualité et la spécificité des bois de Chartreuse mais aussi de renforcer les structures économiques sur le territoire.

Photo Jeanne Véronique Davesne/PNRC

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8512 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2012
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+