Archive | 10 août 2012

Sécheresse : Le comité de vigilance passe au stade d’alerte pour certains cours d’eau

Le comité de vigilance sécheresse, rassemblant les services de l’Etat, Météo-France, ainsi que les représentants des usagers de l’eau, s’est réuni le 10 août 2012 sous la présidence de M. le Secrétaire Général de la Préfecture.

Les précipitations de printemps ont permis de combler le retard accumulé à la suite de la faiblesse des précipitations accusée en février et mars. Les cumuls pluviométriques sur les secteurs de l’arrêté depuis le début de l’automne jusqu’au mois de juin inclus présentent donc une allure proche des normales.

Le mois de juillet a été marqué par un déficit pluviométrique marqué, puisqu’aucune précipitation n’a été enregistrée après le début du mois.

Les précipitations du 5 et 6 août dernier on permis une recharge temporaire des cours d’eau, mais le déficit reste marqué et aucune précipitation significative n’est attendue prochainement.

Le comité a pu constater que la situation des nappes n’est pas problématique dans le département, la recharge du printemps ayant été exceptionnelle après un hiver déficitaire.

En revanche, le déficit se creuse au niveau de la ressource superficielle (cours d’eau), en particulier sur les territoires de montagne (Chartreuse-Guiers, Drac, Vercors). Certains bassins du Nord-Isère présentent une situation fragile, c’est le cas des bassins Chambaran-Galaure et Varèze-Sanne.

Le comité a donc proposé au Préfet de placer 5 bassins en situation d’alerte concernant la ressource superficielle : Chartreuse-Guiers, Drac, Vercors, Chambaran-Galaure et Varèze-Sanne.

Le respect des restrictions de consommation en vigueur, et la modération des consommations de tous les usagers, domestiques, industriels et agricoles permet, par la diminution des prélèvements dans le milieu naturel, de soulager la ressource et ainsi de retarder l’éventuel renforcement des restrictions.

Le reste du département reste placé en situation de vigilance pour la ressource superficielle (et également pour les eaux souterraines au niveau de la nappe de l’Est Lyonnais).

La situation est donc la suivante :

Pour les eaux superficielles :

Les bassins de gestion suivants passent en Alerte pour les cours d’eau :

-  Chartreuse-Guiers
- Chambaran-Galaure
-  Drac
- Varèze-Sanne
-  Vercors

Les bassins de gestion suivants sont maintenus en Vigilance pour les cours d’eau :

-  Affluents Rhône amont
- Quatre Vallées
-  Bièvre
- Fure, Morge, Paladru
-  Bourbre
-  Grésivaudan
-  Belledonne-Bréda
-  Romanche
- Est-Lyonnais

Pour les eaux souterraines :

Les bassins de gestion suivants restent en Vigilance pour les nappes d’eau souterraine :

- Est Lyonnais

Les bassins de gestion suivants sont maintenus en situation normale pour les nappes d’eau souterraine :

-  Affluents Rhône amont
-  Drac
- Belledonne-Bréda
-  Fure, Morge, Paladru
-  Bièvre
-  Grésivaudan
-  Bourbre
-  Quatre Vallées
-  Chambaran-Galaure
-  Varèze-Sanne
-  Chartreuse-Guiers
-  Vercors

Les mesures de restriction relatives aux situations d’alerte sont les suivantes

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable sont limités sur l’ensemble des territoires des communes faisant partie de ces bassins de gestion, quel que soit le lieu de prélèvement de l’eau, que la ressource soit superficielle ou souterraine. Les dispositions les plus strictes s’appliquent (exemple : pour un bassin de gestion en alerte pour les eaux souterraines et en crise pour les eaux superficielles, l’utilisation de l’eau potable est soumise aux dispositions de crise).

Dans les zones classées en « Alerte », elles consistent principalement en l’interdiction :

  • du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
  • du remplissage des piscines de plus de 5 m3 à usage privé ;
  • du fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
  • de 6h à 20h, de l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs

En outre, une réduction globale de 20% de l’irrigation agricole est imposée.

D’autre part, il est rappelé à toutes les personnes les risques accrus d’incendie dans cette période sèche. La vigilance de tous est nécessaire.

Cette situation pourra être revue dans les semaines à venir au vu de l’évolution de la situation météorologique, et des débits des cours d’eau ou des niveaux des nappes du département.

Le comité vigilance sécheresse se réunira à nouveau le 24 août prochain pour proposer au Préfet, en fonction de l’évolution de la situation, les mesures adaptées de gestion de l’eau.

L’arrêté cadre, ainsi que tous les arrêtés pris en son application pour la mise en œuvre de restrictions, les compte-rendus des comités de vigilance et les liens vers les sites internet diffusant l’information sur les débits des cours d’eau ou le niveau des nappe, sont disponibles sur le site internet de la DDT (ex-DDAF) à l’adresse suivante :

http://ddaf.isere.agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=397


Catégorie eauCommentaires fermés

St Pierre de Chartreuse: concours comtois

C’est une coutume, St Pierre de chartreuse accueille chaque année le concours local des chevaux comtois. Ce dimanche 12 août, et  une cinquantaine de juments accompagnées éventuellement de leurs poulains assureront donc l’animation du plan de ville de St Pierre.

Le cheval de trait est de moins en moins utilisé en agriculture et pourtant... il rend de gros services en relief difficile

Le cheval de trait est de moins en moins utilisé en agriculture et pourtant... il rend de gros services en relief difficile

Il faut rappeler que le comtois est un cheval de trait qui ont rendu de nombreux services aux agriculteurs. Cheval rustique il s’adapte aux reliefs difficiles. Aujourd’hui les mâles partent en boucherie, les pouliches étant réservées à l’élevage et aux activités d’élevage.

Le cheptel rhônalpin compte aujourd’hui environ 2000 juments. En Isère, en comtois et percherons, on doit comptabiliser 300 éléments.

Dimanche se déroulera donc le concours d’élevage  avec la présence d’éleveurs de l’Isère et de Savoie.

Celui ci est organisé par  le Syndicat d’élevage du Dauphiné et l’institut du cheval Français et de l’équitation.

C’est un concours modèle et allures, il s’agit donc pour chaque animal présenté de contrôler sa morphologie : tête, encolure, épaule croupe… son allure au pas et au trot.

L’intérêt étant bien entendu que l’animal marche le plus régulièrement possible, bien régulier au niveau des aplombs. Pour les éleveurs de chevaux de trait, ce genre de manifestation est primordial

Roger Roux Fouillet, éleveur, une des chevilles ouvrière de ce concours en pleine préparation...( photo d'archives)

Roger Roux Fouillet, éleveur, une des chevilles ouvrières de ce concours en pleine préparation...( photo d'archives)

Le matin, à partir de 9h30, sera réservé aux pouliches de 1,2 et 3 ans.

L’après-midi, ce sera au tour des juments suitées ( accompagnées de leurs poulains.)

La remise des prix étant prévue à 17 heures.

Chaque année ce concours est de haute tenue et attire de nombreux spectateurs qui peuvent assister à de nombreuses animations dont le fameux repas chartrousin.

Catégorie filière équine, élevageCommentaires fermés

Ambroisie: mobilisation sans précédent

Le développement de l’ambroisie inquiète. Christian Nucci au nom du conseil général de l’Isère et Gérard Seigle Vatte président de la chambre d’agriculture appellent à la mobilisation. Ceci à travers un communiqué.

Le développement de l’ambroisie pose des problèmes de santé publique, son pollen étant extrêmement allergisant. C’est pourquoi la destruction de l’ambroisie est obligatoire par arrêté préfectoral du 7 mars 2000.

Pour les départements de Rhône-Alpes, l’ambroisie a représenté en 2011 une dépense de 14,2 millions d’euros pour la seule caisse primaire d’assurance maladie.

Particuliers, collectivités locales, aménageurs, gestionnaires d’infrastructures, exploitants agricoles… : tous les citoyens doivent se sentir concernés par son éradication avant la floraison. Les jours qui viennent seront donc décisifs dans l’efficacité de la lutte.

Pour les agriculteurs, c’est le moment d’intervenir sur les intercultures. Le déchaumage mécanique est alors possible.

Le Département soutient les initiatives de la Chambre d’agriculture pour sensibiliser les exploitants de parcelles infestées. Les collectivités locales comptent sur la profession agricole pour contribuer à la lutte contre ce fléau aux côtés des pouvoirs publics.

A chacun d’agir !

Contacts :

Conseil général – Direction de l’aménagement des territoires – 04 76 00 33 21

Chambre d‘agriculture de l’Isère – 04 76 20 68 68

Documentation : www.ambroisie.info

Catégorie environnementCommentaires fermés

Une fête du Bleu 2012 sportive où le rugby sera à l’honneur !

La fête du Bleu qui va se dérouler les 11 et 12 août à Vassieux en Vercors aura comme parrain Philippe St André, international de rugby.

Ce grand sportif est né sur les contreforts du Vercors, mais une partie de son coeur est restée sur le plateau où il aime, quand son emploi du temps le lui permet, retrouver sa famille et ses racines.

Pour lui rendre hommage, l’organisation de la fête du Bleu a installé un terrain de beach rugby aux dimensions imposantes.
Enfants ou adultes pourront s’initier à ce sport et disputer quelques petits matchs improvisés sur le sable.
Philippe Saint-André quittera Londres et les jeux olympiques pour être présent sur la fête du Bleu le samedi après-midi et le dimanche. Il se fera un plaisir de vous rencontrer tout au long du weekend. Vous pourrez même lui demander quelques autographes le samedi vers 16h30 !

D’autres représentants du rugby départemental et régional seront également présents.

Et n’oubliez pas les nombreuses autres animations de la fête du Bleu : sportives, culturelles, agricoles, gastronomiques, …

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

août 2012
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+