Archive | 15 octobre 2012

Dégâts de gibiers: la Ministre doit changer son fusil d’épaule

Depuis plusieurs mois, les dégâts provoqués par les sangliers sur les exploitations agricoles s’intensifient. La FNSEA et les JA demandent que les engagements soient respectés.

Depuis plusieurs mois, les dégâts provoqués par les sangliers sur les exploitations
agricoles s’intensifient. La majorité des territoires français ainsi qu’un grand nombre
de cultures (céréales, maïs, maraîchage, vignes, prairies…) sont touchés par ce
fléau. C’est aussi la question sanitaire qui est posée puisque cet animal, dont le
nombre ne cesse d’augmenter, peut être porteur de maladies transmissibles aux
troupeaux.

L’accord que la profession agricole a négocié avec les représentants des chasseurs
a notamment conclu à la mise en oeuvre urgente de mesures de réduction des
populations de sangliers, en particulier dans les zones définies comme points noirs.

La prise de conscience de la situation par les chasseurs est réelle et importante.
Il faut maintenant passer aux actes et aboutir à des résultats. L’indemnisation des
dommages agricoles ne peut constituer l’unique réponse à la surpopulation de
sangliers. Il devient urgent de solutionner le problème à la source. C’est la raison
pour laquelle, le réseau FNSEA / JA lance aujourd’hui un appel à la Ministre de
l’Ecologie et aux Préfets pour que tous les moyens soient mis en oeuvre afin de
réduire le nombre de sangliers sur nos territoires. Le plan de maîtrise du sanglier
transmis en 2009 par le Ministre de l’Ecologie, prévoyait notamment des battues
administratives ou bien un assouplissement des règles de chasse. Les promesses
n’ont pas été tenues. FNSEA / JA demandent dans les plus brefs délais le respect de
ces engagements. Les agriculteurs ne peuvent plus accepter que leur travail soit
saccagé.

Catégorie chasse, natureCommentaires fermés

Journée Mondiale de la Femme Rurale : la voix des agricultrices

En cette journée consacrée à la femme rurale, la FNSEA et les JA annoncent que lors des élections aux chambres d’agriculture, leurs listes soient composées d’au moins 30% de femmes.

Voici le communiqué des deux syndicats

Si l’agriculture a longtemps été considérée comme un métier d’homme, force est de
constater que ce cliché est aujourd’hui dépassé. En effet, avec 30% d’agricultrices
chefs d’exploitations en France, ce métier s’est féminisé. Et ce n’est pas fini puisque
la part des filles dans l’enseignement agricole progresse chaque année.

Armées de leur créativité, de leur talent et de leur sensibilité, les femmes ont su
s’imposer et se faire entendre : reconnaissance de leur statut de chef d’exploitation,
de conjointe, amélioration de leur protection sociale…, reconnaissance de leur travail
tout simplement. Grâce au combat de la Commission des Agricultrices au sein du
réseau FNSEA / JA, cette reconnaissance a été encouragée et portée.

Au-delà du statut, les agricultrices sont les garantes de la promotion des métiers de
l’agriculture et de leur diversité. Elles n’hésitent pas à ouvrir leur exploitation au
public et à expliquer leur métier avec pédagogie et passion. Elles innovent
constamment en diversifiant leur activité au sein même de l’exploitation : vente
directe, production à la ferme, ateliers découverte….

Pourtant, le combat ne s’arrête pas là. La Journée Mondiale de la Femme Rurale est
célébrée lundi 15 octobre et les agricultrices au sein de la Commission des
Agricultrices du réseau FNSEA / JA souhaitent une fois de plus faire entendre leur
voix.

- Plus de représentativité : à ce titre la FNSEA et JA ont obtenu que les listes
électorales à l’occasion des élections aux Chambres d’Agriculture soient composées
d’au moins 30% d’agricultrices. De même, elles doivent être présentes dans les
autres instances agricoles.

- Plus de protection sociale : la Commission des agricultrices de la FNSEA oeuvre
pour que toutes les femmes non salariées aient une couverture sociale adaptée et
cotisent pour leur retraite.

- Plus d’accès : accès aux soins, accès à la culture, accès aux services publics dans
les zones rurales. Etre agricultrice et mère de famille demande une véritable
organisation et… un peu d’aide quant à la proximité des services !

Ici en France, ailleurs en Europe et plus loin dans le monde, les agricultrices
travaillent pour une terre qui doit nourrir durablement.

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Arte: Les moissons du futur

Comment nourrir les 9 milliards d’habitants annoncés en 2050 ? Une émission de télévision a convaincu Marie-Monique Robin de poursuivre ses investigations sur l’urgence de produire autrement.

Président de l’Association nationale de l’industrie agro-alimentaire, Jean-René Buisson y affirmait qu’aucune alternative aux pesticides n’était possible et qu’une agriculture bio entraînerait une baisse de la production de 40 % pour une hausse des prix de 50 %. Rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations unies, Olivier de Schutter, lui, prétend exactement le contraire. Qui croire ? Enquêtant aux quatre coins du globe, la journaliste a rencontré des paysans qui ont renoncé à ces insecticides et pesticides dont les coûts indirects colossaux — pollution, énergie et santé publique — ne sont jamais pris en compte.

Arte mardi 16 octobre 20H 50. Documentaire suivi d’un débat

Catégorie agriculture, consommation, grand angleCommentaires fermés

OGM: VERS UNE ALERTE MONDIALE ?

La publication, mercredi 19 septembre 2012, de l’étude sur les OGM menée par le Professeur Gilles-Éric Séralini change notre regard sur le sujet. A cette occasion, France 5 diffuse un document inédit qui retrace l’aventure de cette étude.

Depuis 2008, le Professeur Gilles-Éric Séralini et son équipe ont réalisé en secret une série de tests sur le maïs Nk603. Les résultats sont alarmants et portent un sérieux doute sur l’innocuité des produits génétiquement modifiés.

Pendant deux ans, l’équipe a donc suivi le déroulement de cette étude indépendante, unique par son ampleur et sa durée et qui a bénéficié de moyens techniques et financiers exceptionnels.

Gilles-Éric Séralini raconte les origines de sa recherche, la méthode suivie, les difficultés de l’opération, son financement, le secret nécessaire pour la mener à bien. Il commente et explique les images tournées tout au long de l’expérience auxquelles il a été possible d’avoir accès.

« OGM, vers une alerte mondiale ? » traite aussi des conditions de crédibilité de l’expertise scientifique, du manque de transparence des agences de sécurité alimentaire et de l’emprise des lobbies de l’industrie sur le monde politique.

Après des années de doutes et de polémiques, allons-nous enfin connaître la vérité sur les OGM ?

France 5 mardi 16 octobre 20H 35

Catégorie OGM, grand angleCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi en Rhône-alpes dans le secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Entreprise recrute un agent d’élevage porcin. Vs travaillerez en équipe au sein d’un atelier de 1000 truies naisseurs. Vs réaliserez les soins aux animaux, l’alimentation et effectuerez le nettoyage des locaux. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OPO1-03

Ain . URGENT. GAEC recrute un agent d’élevage laitier pr effectuer la traite, l’alimentation et le soin aux animaux. CDD tps complet minimum de 2 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL45-01

Hte-Savoie . Expl. cherche un agent d’élevage caprin en CDI tps partiel (130 hres par mois). L’exploitation compte 55 chèvres et mène la production, la transformation et la vente directe (marché). Missions : suivi du troupeau, soins, traite, alimentation des animaux et fabrication, ponctuellement entretien des parcs et pâtures. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA11-74

Isère . GAEC, élevage et transformation de pigeons/volailles, cherche un agent d’élevage avicole (H/F) en CDD à tps partiel (12h/sem) 3 mois. Vs aurez en charge le soin général des couples (alimentation, entretien…) ainsi que l’utilisation, en période haute, du matériel de l’exploitation (labour, semis, fenaison…). Une connaissance en conduite et maintenance du matériel serait un plus. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OAV7-38

Rhône . Exploitant recrute un salarié polyvalent en maraîchage et arboriculture. Sur la partie légumière, vs réaliserez les plantations, le désherbage, la récolte, le montage des serres ; Sur la partie arboricole, la taille, la cueillette, l’entretien des vergers. Posséder une bonne résistance physique. Permis de conduire obligatoire. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OMA27-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Homme cherche emploi en maraîchage. Titulaire BTS technologie végétale. Diverses expériences. Mobilité : Ardèche. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA12-07

Loire . Homme cherche emploi de chauffeur et/ou de mécanicien agricole. Expérimenté. Mobilité : Loire. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCM4-42

Rhône . Femme cherche emploi d’agent d’élevage. Stages en élevage poules pondeuses, caprin, bovin. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL29-69

Rhône . Femme cherche emploi d’agent d’élevage caprin. Titulaire Bac CGEA. Expériences : Stages en exploitations. Mobilité : Rhône. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCA32-69

Savoie . Femme cherche emploi en agriculture dans le secteur de Grenoble. Expérience en élevage, maraîchage, conduite de tracteur. Disponible jusqu’à janvier 2013. Etudie tte proposition. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL10-73

Catégorie economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2012
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+