Archive | 24 octobre 2012

Remboursement partiel de la taxe sur les carburants au profit des professionnels agricoles

La décision du Gouvernement visant à accorder aux professionnels agricoles, au titre des livraisons effectuées en 2012, un remboursement partiel de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur le fuel domestique, le gazole non routier, le fuel lourd et le gaz naturel est officielle

Les niveaux de remboursement seront respectivement de :
- 5 € par hectolitre pour le fuel domestique et le gazole non routier ;
- 1,665 € par 100 kilogrammes net pour le fuel lourd ;
- 1,071 € par millier de kilowattheures pour le gaz naturel ; ce qui représente une exonération importante de taxes.

Cette mesure, présentée par voie d’amendement, sera examinée dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2012. Son coût pour le budget de l’État est évalué à 140M€.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Dyneff étend la distribution du carburant GNR ZÉRO sur la région Rhône-Alpes

Dyneff est l'un des pionniers en France dans la commercialisation du GNR
sans EMAG. Fort de son succès dans les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et
Languedoc-Roussillon, le GNR ZÉRO est maintenant disponible sur l'ensemble
des départements de la région Rhône-Alpes. Destiné aux agriculteurs et
viticulteurs, ce carburant leur apporte une solution sans contrainte due à
l'absence d'EMAG. Ainsi stabilisé et avec une tenue au froid renforcée, le
GNR ZÉRO permet de limiter l'encrassement des filtres et le développement
des bactéries tout en supprimant la saisonnalité du produit.

 Rappel introduction du Gazole Non Routier

 Avec une teneur en soufre 100 fois inférieure à celle du fioul, le Gazole
Non Routier (GNR) a été introduit sur le marché afin de réduire l'impact des
émissions polluantes sur l'environnement.
 Cependant, contrairement au fioul, le GNR contient des biocarburants appelés
EMAG (Esters Méthyliques d'Acides Gras) qui présentent de nombreux
inconvénients pour les acteurs du monde agricole. En effet, les propriétés
détergentes des biocarburants ont tendance avec le temps, à attaquer les
parois des cuves en entraînant un encrassement accéléré des filtres, tandis
que leur capacité à retenir l'eau favorise la prolifération de bactéries.

 Un GNR sans EMAG adapté à l'usage agricole

 Attentif aux préoccupations du monde agricole, Dyneff propose, depuis juin
2011, un carburant permettant de cumuler à la fois les avantages du GNR et
du fioul, mais sans leurs contraintes : le GNR ZÉRO. L'absence d'EMAG assure
notamment une meilleure stabilité du produit, même lors de stockage prolongé
comme durant l'hivernage des engins saisonniers tels que les moissonneuses
batteuses ou les machines à vendanger.

 La tenue au froid a été renforcée jusqu'à -12°C en été et -21°C en hiver, ce
qui limite les problématiques de saisonnalité du produit et permet une
utilisation par tous les temps, même en cas de grand froid.

 Où trouver du GNR ZÉRO

Déjà disponible auprès des agences commerciales Dyneff Grand Sud et des
revendeurs partenaires, la distribution du GNR ZÉRO vient de s'étendre à  la
région lyonnaise par le biais de l'agence commerciale Dyneff Lyon ainsi que
la mise en place de partenariats exclusifs avec des distributeurs
indépendants.

 Plus d'infos sur : www.dyneff.fr ou www.gnr-sans-biocarburant.fr
 dyneff

 À propos de Dyneff :

 Avec plus de 50 ans d'expérience et environ 2,5 millions de m3 de produits
pétroliers commercialisés en 2011, Dyneff demeure un distributeur de
carburants à taille humaine. Première entreprise du Languedoc-Roussillon,
Dyneff gère un réseau de 140  stations-service, de 10 agences commerciales
et 2 pôles Grands-Comptes, en France et en Espagne. Dyneff dispose d'une
infrastructure logistique importante avec notamment 375 000 m3 de capacité
de stockage, 5 dépôts en propriété et actionnariat.

 Dyneff est une filiale du Groupe européen « The Rompetrol Group » (TRG)
intervenant dans les domaines du raffinage, de la pétrochimie et de la
distribution. TRG gère un réseau de 760 stations-service et intervient dans
12 pays.

Catégorie énergiesCommentaires fermés

PAYSAN, À QUEL PRIX ?

Le bonheur est-il encore dans le pré ?
Les agriculteurs font tout pour protéger leur environnement mais le nombre croissant de
suicides dans cette profession est alarmant.

«Paysan, à quel prix ?»

C’est le thème de ce nouveau numéro d’Enquêtes de régions.

Le malaise du monde agricole a de multiples visages : l’isolement, l’avenir incertain, la
crise financière… Elle mène parfois à des gestes désespérés, jusqu’au suicide. A travers
de forts témoignages, nous montrerons comment la profession se mobilise pour briser le
silence et prévenir les situations extrêmes.
Reportage de Béatrice Tardy, Mathieu Boudet et Jean-Eric Gay.

En Auvergne, nous suivrons deux familles d’agriculteurs dans le massif du Sancy. Chez
eux, la ferme se transmet de père en fils depuis plusieurs générations. Mais jusqu’à quand ?
Reportage de Daniel Pajonk et Jean Jazeix.

Les agriculteurs façonnent le paysage et préservent sa diversité face aux pressions
immobilières dans les deux Savoies. Ainsi, l’histoire du Beaufort est une réussite et une
raison d’espérer. Grâce à l’AOC Beaufort, les savoyards ont protégé leur territoire des
investisseurs et des promoteurs.
Reportage de Joëlle et Franck Céroni.

Deux invités viendront témoigner :

François Thabuis, Président des jeunes agriculteurs, producteur de reblochon fermier
installé dans les Aravis.
Jean-Luc Mayaud, professeur d’histoire rurale, Président de l’Université Lyon 2 et auteur
notamment de «gens de la terre (1880-1940)» et «gens de l’agriculture (1940-2005)» aux
éditions du Chêne.

VENDREDI 26 OCTOBRE 2012 À 23H10
SUR france 3 Alpes, Rhône-Alpes et auvergne

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Un tour corsé et alpestre!

Du 29 juin au 21 juillet 2013, la centième édition du Tour emmènera coureurs, suiveurs et téléspectateurs sur un parcours de 3360 km exclusivement dessiné en France. Après un premier séjour corse, la Grande Boucle visitera les merveilles du pays, et proposera des défis inédits aux grimpeurs du peloton. À l’issue de l’ultime contre-la-montre, il restera 615 kilomètres de route jusqu’à l’arrivée finale, et notamment une double ascension à l’Alpe-d’Huez !

L’île de Beauté accueille pour la première fois le Tour de France. Le Grand Départ qui y sera organisé donnera le ton d’une édition dédiée à la majesté des territoires autant qu’à l’exploit sportif. Pour la première fois depuis dix ans, le parcours du Tour a été dessiné à 100 % dans les frontières de la France métropolitaine.

La plus grande course du monde rend hommage à son théâtre, en invitant ses téléspectateurs à découvrir de nombreux sites classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO, des Calanques de Piana aux jardins du Château de Versailles, en passant par la Cathédrale d’Albi ou le cœur historique de Lyon. Après son séjour corse, le Tour 2013 restera également imprégné du thème de l’eau : avec Nice, Marseille, Saint-Malo et le Mont-Saint-Michel, six étapes seront jugées en bord de mer, tandis que le peloton aura l’occasion de longer les quatre grands fleuves de France, et de rouler sur les rives des somptueux lacs de Serre-Ponçon et d’Annecy.

Durant les trois semaines de course, l’esthétique se trouvera également dans l’action. Là-aussi, la diversité des terrains a été privilégiée, afin d’offrir à tous les types de coureurs des possibilités de s’exprimer, dans toutes les séquences que connaîtra le Tour.

Les rouleurs seront à l’honneur en groupe à Nice, puis en solo au Mont-Saint-Michel, tandis que les sprinteurs devraient se donner rendez-vous à Marseille, à Montpellier ou encore à Saint-Malo. Quoi qu’il en soit, le parcours reste constamment ouvert aux audacieux. Et parmi eux, les grimpeurs auront des opportunités étalées tout au long de leur périple.

Le programme pyrénéen reprend des ascensions récemment intégrées dans la liste des « cols d’élite » du Tour de France, comme le col de Pailhères ou la Hourquette d’Ancizan. Les géants du Tour iront un peu plus tard à la rencontre du Géant de Provence, le Mont Ventoux, qui n’a plus été escaladé depuis 2009.

Feu d’artifice alpin

S’ils se montrent entreprenants, les montagnards ont ensuite les kilométrages et les pourcentages d’ascension suffisant pour un réel feu d’artifice dans le massif alpin. L’ultime contre-la-montre du Tour n’a pas été placé aussi loin de l’arrivée finale depuis 1975.

Surtout, il restera ensuite plus de 140 km de montée répartis sur trois étapes de haute intensité : nous parlerons pour la première fois des 42 virages de l’Alpe-d’Huez puisque c’est une double montée dans la station que les coureurs affronteront le jeudi après-midi.

Une revanche leur est préparée le lendemain en direction du Grand Bornand, puis jusqu’à l’arrivée au Semnoz, face au Mont-Blanc, qu’ils découvriront à 24h des Champs-Elysées. Qui sait si le vainqueur du 100ème Tour sera déjà désigné ?

paercours tour

étapes tour

Catégorie A la une, sportCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2012
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+