Archive | 25 octobre 2012

Cuisiner la raviole tout simplement…

Après les châtaignes, les noix, Philippe Barret et ses amis nous proposent de cuisiner un autre produit phare de notre région: la raviole…

Spécialité du Dauphiné, la raviole se distingue par sa recette unique et sa saveur inimitable.

Fabriquée à partir d’ingrédients nobles, ce petit carré de pâte fraîche où fromage et persil se marient séduit par sa simplicité, sa rapidité de cuisson et sa richesse gustative. Au-delà de la cuisine traditionnelle du terroir, elle accompagne avec délice les recettes les plus inventives.

la raviole

En atteste ce livre…
Simples et inédites, ces 30 recettes originales illustrées de photos gourmandes des réalisations, invitent à savourer la raviole autrement :
pochée, gratinée, frite, en papillote, en terrine ou en brochette…
Testées et dégustées, ces recettes originales, à la portée de toutes et de tous, respectent 3 principes incontournables : simplicité des ingrédients, rapidité d’exécution, facilité de réalisation.
Un lexique concis et précis (la raviole sous toutes ses formes) ainsi que des conseils pratiques (composition, fabrication, conservation…) complètent cet ouvrage gourmand !

CUISINER LA Raviole TOUT SIMPLEMENT…

Auteur et photographe: Philippe Barret
Confection des recettes: Cathy Ghinozzi
Textes: Virginie Delay & Cécile Tabarin
Editeur Edith Delbart
13,90 €
À découvrir en librairie et sur www.edithdelbart.fr

Et toujours:
noix autrCliquer sur l’illustration pour avoir des infos complémentaires.

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

Droits à primes animales

Depuis la réforme de la politique agricole commune de 1993, les primes au maintien du troupeau de vaches allaitantes (PMTVA) ne sont versées qu’aux éleveurs détenteurs des droits à primes animales correspondants. Ces primes sont plafonnées aux droits détenus par campagne qu’ils soient définitifs ou temporaires.

Les droits concernant le secteur ovin sont supprimés à partir de la campagne 2010 en raison du découplage total de la prime à la brebis dans le cadre du bilan de santé de la PAC.

Les droits sont affectés aux éleveurs, dans un GAEC aux associés, dans les autres formes sociétaires qui ne bénéficient pas du principe de transparence, à la société.

On distingue deux types de droits : les droits définitifs et les droits temporaires (mobilisables sur la seule campagne en cours).
Les droits détenus par chaque éleveur peuvent évoluer par :

  • attribution définitive ou temporaire depuis la réserve départementale,
  • cession définitive ou temporaire à la réserve départementale,
  • cession reprise pour les agriculteurs reprenant à l’identique une exploitation détentrice de droits.

Transfert de droits

Les agriculteurs qui souhaitent augmenter leurs droits en font la demande à l’aide du formulaire de demande d’attribution définitive du ministère de l’agriculture, accompagné du questionnaire départemental pour les droits définitifs, lors de leur demande de prime à l’aide du questionnaire départemental pour les attributions temporaires.
Ces demandes sont ensuite examinées en groupe technique spécialisé de la commission départementale d’orientation agricole (CDOA) et validées par la CDOA en fonction des règles du projet agricole départemental (PAD).

Les éleveurs qui diminuent ou cessent leur activité d’élevage peuvent offrir définitivement, soit vendre (formulaire cession définitive du ministère de l’agriculture), ou temporairement soit prêter, leurs droits à la réserve départementale. Un agriculteur ne peut offrir temporairement ses droits plus de 3 années consécutives. Au-delà il devra soit les utiliser personnellement au moins à 90% ou les vendre à la réserve départementale, faute de quoi ses droits inutilisés seraient confisqués.

Un agriculteur ayant reçu des droits définitifs gratuits ne pourra céder ses droits pendant les trois campagnes suivantes et sera donc dans l’obligation de faire valoir directement au moins 90 % du total de ses droits détenus.

Les droits cédés définitivement à la réserve départementale le sont pour 85% contre compensation (payés) et pour 15% sans compensation (gratuits).
La compensation est de 7,50 € pour les droits PMTVA.

Les agriculteurs qui reprennent une exploitation agricole à l’identique (totalité des terres exploitées, cheptel, bâtiment d’élevage) peuvent reprendre les droits détenus par l’exploitant antérieur si celui-ci accepte de les transmettre par cession reprise (formulaire cession reprise du ministère de l’agriculture). Dans ce cas les droits repris sont gratuits pour le repreneur mais conservent leur possibilité de prêt.

Formulaires et notices

Catégorie PAC, élevageCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2012
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+