Archive | 04 novembre 2012

Attention aux intoxications au monoxyde de carbone !

100 épisodes d’intoxications au monoxyde de carbone (CO) ont été signalés à l’Agence
régionale de santé Rhône-Alpes en 2011, ce qui a conduit à l’intoxication de 330 personnes.
L’ARS Rhône-Alpes et la Cire (Cellule régionale de l’Institut de veille sanitaire) rappellent
quelques consignes et recommandations.

Les trois quart des intoxications sont survenues en hiver, pendant la période de chauffe.

 Attention aux chaudières dans l’habitat…

Dysfonctionnement de la chaudière elle-même, défaut d’aération ou problème d’évacuation des
fumées (conduit encrassé, obstrué, déboité…) : en 2011, les trois quart des intoxications sont
survenues dans l’habitat et étaient le plus souvent associées à un problème de chaudière.

 … et aux systèmes de chauffage dans les lieux publics

Sur les 6 épisodes survenus en 2011 dans des lieux publics, 2 étaient associés à l’utilisation de
panneaux radiants dans des églises (pré-chauffage durant plusieurs heures avant des concerts) et un
à l’utilisation d’un système de chauffage mobile au pétrole dans un local associatif. Ces épisodes ont
conduit à l’intoxication de plusieurs dizaines de personnes au total.

 Proscrire l’utilisation de moteurs thermiques en intérieur

L’utilisation, en milieu clos, de groupes électrogènes et d’engins à moteurs thermiques
(tronçonneuses, scies à béton…) a été responsable, au total, de 14 épisodes d’intoxication en Rhône-
Alpes en 2011, dont 8 sur des lieux de travail.

Informations pour éviter ces intoxications :

> Qu’est-ce que le monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone, est un gaz incolore et inodore, et donc indétectable par l’homme. Sa
présence résulte d’une combustion incomplète, et ce, quel que soit le combustible utilisé : bois,
butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane. Il diffuse très vite dans
l’environnement.

> Quels sont les symptômes d’une intoxication au monoxyde de carbone ?

Les symptômes de l’intoxication sont : maux de tête, nausées, confusion mentale, fatigue. Ils peuvent
ne pas se manifester immédiatement. En cas d’intoxication aigüe, la prise en charge doit être rapide
et justifie une hospitalisation spécialisée.

> Que faire en cas de soupçon d’intoxication ?

En cas de soupçon d’intoxication, il est recommandé :
 d’aérer les locaux,
 d’arrêter les appareils à combustion,
 d’évacuer les locaux,
 d’appeler les secours en composant le 15, le 18 ou encore le 112,
 et de ne pas réintégrer les locaux avant d’avoir obtenu l’avis d’un professionnel qualifié.

> Quelles sont les recommandations à respecter impérativement ?

 Faites entretenir vos appareils de chauffage et de production d’eau chaude à combustion par
un professionnel qualifié. Pour la plupart d’entre eux, c’est obligatoire ;
 Faites ramoner et vérifier les conduits d’évacuation des fumées par un professionnel qualifié ;
 N’utilisez jamais de façon prolongée un chauffage d’appoint à combustion ;
 N’utilisez jamais, pour vous chauffer, des appareils non destinés à cet usage : cuisinière,
brasero, etc.
 N’obstruez jamais les grilles de ventilation, même par grand froid ;
 Aérez quotidiennement votre habitation, même par temps froid, au moins 10 minutes par jour ;
 Placez les groupes électrogènes impérativement à l’extérieur des bâtiments.
Enfin, à l’attention des organisateurs de manifestations collectives (rassemblements de familiaux,
manifestations culturelles ou religieuses…), les panneaux radiants à combustible gazeux ne doivent
fonctionner qu’en période d’occupation des locaux : le pré-chauffage des salles est interdit.

> Liens utiles :
 Ministère chargé de la santé, dossier « Intoxications au monoxyde de carbone » :
www.sante.gouv.fr
 Institut de veille sanitaire (InvS) : www.invs.sante.fr
 Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) : www.inpes.sante.fr

Catégorie environnement, pollutionCommentaires fermés

Identifiez vos déchets à risque

ademeLes piles d’un réveil, la batterie d’un téléphone portable, une bombe insecticide, un  paquet d’herbicide pour le jardin, un pot de peinture, une lampe basse consommation, un congélateur, une boîte de médicaments…

Certains de ces produits sont toxiques, d’autres pas, mais tous ont un point commun : une fois jetés, ils génèrent des déchets qui peuvent présenter un risque pour la santé et/ou l’environnement.

Ce nouveau guide pratique que propose l’ADEME permet d’identifier les produits dangereux que l’on retrouve communément à la maison et propose des solutions afin d’en limiter l’usage ou de les éliminer sans risque.

Télécharger le guide pratique en cliquant ici: les produits et déchets dangereux

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

Colloque : vulnérabilité énergétique et effet de serre

Dans un contexte de raréfaction des énergies fossiles et de crise économique,
l’augmentation constante du prix des hydrocarbures combinée à un pouvoir d’achat
déclinant impactent de plus en plus fortement les populations aux moindres ressources.
Ainsi, la part des revenus consacrée par les ménages aux dépenses énergétiques
s’accroit en parallèle. D’une situation de vulnérabilité énergétique une partie de la
population bascule désormais dans la précarité énergétique.

Le phénomène s’amplifie d’autant plus sous la pression conjointe des déplacements, eux mêmes
massivement dominés par les hydrocarbures. L’étalement urbain en milieu rural
qui rend dépendant de la voiture renforce encore la tendance.

La vulnérabilité énergétique doit donc désormais intégrer l’ensemble de ces facteurs et le
double effet combiné des dépenses pour l’habitat mais également pour les déplacements.
Les bailleurs sociaux notamment sont en toute première ligne de cette problématique avec
des populations aux faibles revenus souvent également très concernées par une
dépendance de fait aux déplacements automobiles.

Quelle définition proposer à la vulnérabilité énergétique ? Quelle influence de l’étalement
urbain ? Quels types de populations concernées ? Comment évaluer le risque sur un
territoire ? Comment réduire la précarité énergétique des populations ? Précarité
énergétique et émissions de gaz à effet de serre : comment concilier les deux approches ?

Ce sont quelques unes des questions qui seront abordées lors de cette conférence coorganisée
par Rhônalpénergie-Environnement, l’OPAC 38 et le Conseil général de l’Isère.

Des premières initiatives se mettent en place désormais. Cette journée s’inscrit dans le
cadre du projet européen Alpstar (http://alpstar-project.eu), avec pour objectif de permettre un
premier échange aussi ouvert que possible à tous.

Cette première conférence dédiée à l’état des lieux de la situation sera poursuivie en 2013
par un temps cette fois plutôt consacré à des exemples concrets de résultats et de suivi
des actions.

Jeudi 22 novembre 2012
Au Conseil général de l’Isère (GRENOBLE)
17 – 19 rue du Commandant l’Herminier
Cité administrative
Bât 3 Rdc

En savoir plus : Téléchargez le programme et inscriptions en ligne

Catégorie énergiesCommentaires fermés

Foire aux dindes de Sablons

La foire aux dindes de Sablons se déroulera comme de coutume le 3ème week-end du mois de novembre. Pour cette année 2012 elle aura donc lieu les 17 et 18 novembre.

La foire ancestrale de Sablons est la plus grande foire de l’Isère après celle de Beaucroissant.

Elle est très ancienne et date d’une ordonnance royale d’Henri III de 1583 qui instaurait quatre foires dans le Vivarais (les 23 novembre, 20 août, 24 juin et le lundi de carême).

Celle de  »la Saint Clément » se tenait à Serrières le 23 novembre, sauf, bien entendu, lorsque le 23 novembre tombait un dimanche, auquel cas elle était reportée au lendemain pour ne pas gêner la pratique religieuse.

Ces foires ont certainement une origine encore plus ancienne : il a été trouvé dans des archives en date de 1414, une longue procédure rédigée à « l’instance du magnifique et puissant seigneur, Odon de Tournon, seigneur de Beauchastel et de Serrières« , et adressée à sa « majesté royale Charles VI » pour obtenir le rétablissement du marche de Serrières qui avait été supprime antérieurement.

Le 20 août 1828, le pont suspendu de Marc Seguin est mis en service, remplaçant le bac à traille. Dès l’année suivante, 1829, la foire commence inexorablement à émigrer du « Ryaume », le Royaume de France, la rive droite, vers « l’Empi », l’Empire de Charles Quint, la rive gauche.

En 1840, une crue très importante dévasta la région et en 1841, « la foire de la Saint Clément » devient pour toujours « la Foire de Sablons » parce qu’il n’y avait plus de quais à Serrières depuis la crue de l’année précédente.

Cette date de la foire à la St Clément (le 23 novembre) perdura jusqu’en 1976. La nécessité que la foire se déroule un samedi et un dimanche fait que maintenant la foire se tient le 3ème week-end de novembre.

Catégorie foireCommentaires fermés

Annuaire de la filière forêt/bois en Ardèche-Drôme

FIBOIS regroupe des entreprises de l’ensemble de la filière bois Ardèche et Drôme. Ses membres sont répartis en cinq collèges représentatifs : forêt et sylviculture, première transformation, deuxième transformation, prescripteurs et négoce de bois et de matériel, animation. Le conseil d’administration d’une trentaine de professionnels est présidé par  Jean-Marie CAILLET, menuisier à Clérieux (26).

Fibois

La vocation de FIBOIS est la promotion et l’animation de la filière bois locale. Elle regroupe et met les informations concernant la filière et les savoir faire à la disposition des professionnels.

Priorités d’action de l’interprofession : réinscrire le bois au catalogue des matériaux et des énergies modernes, développer les marchés pour mobiliser plus de ressource, innover dans le sens du développement économique et de l’aménagement du territoire.

Aujourd’hui, rejoignant les politiques nationales et régionales, l’objectif de FIBOIS est de développer l’usage du bois sous toutes ses formes afin de renforcer et de créer des marchés qui permettront de dynamiser l’activité de la filière bois.

Fibois vient de mettre en ligne un annuaire de la filière forêt/bois en Drôme-Ardèche.

Avec plus de 1 300 entreprises répertoriées, allant de la gestion/exploitation de la forêt à la transformation du produit bois, en passant par le négoce et les architectes, vous y retrouverez l’ensemble des acteurs de la filière bois locale.

Cet annuaire, à destination des professionnels de la filière, des prescripteurs et des maîtres d’ouvrages (publics ou particuliers) a pour but de faciliter les liens entre offres et demandes et d’améliorer les échanges entre professionnels de la filière.

Consultez l’annuaire sur www.fibois.com

tl_files/images/anim-anuaire.gif

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Les Parcs naturels régionaux de France et l’Office national des forêts: un partenariat durable

Jean-Louis Joseph, président la Fédération des parcs naturels régionaux de France et Pascal Viné, directeur général de l’Office national des forêts ont signé le 24 octobre à Paris, la prolongation de la convention cadre de coopération qui les unit depuis 2000.

Cette nouvelle convention (2012 – 2017) de 6 ans réaffirme l’engagement des Parcs et de l’ONF à développer des démarches territoriales intégrant pleinement la forêt dans une gestion durable respectueuse de la biodiversité naturelle, des paysages et des activités humaines (filière bois, activités de loisirs…).  Elle fait suite à 2 conventions d’une durée de 5 ans (2000/2005 et 2006/2011).

La forêt représente en moyenne 40% des territoires des Parcs et constitue un élément essentiel du patrimoine naturel et paysager des Parcs. Pour Jean-Louis Joseph : « Ses fonctions environnementales et économiques sont primordiales pour la préservation de la biodiversité et le développement des territoires ruraux de nos Parcs. »

Pascal Viné et Jean-Louis Joseph, au moment de la signature de la convention

© Christiane Baroche / ONF Pascal Viné et Jean-Louis Joseph

Les Parcs et l’ONF ont souhaité renouveler, sur la base de leur premier bilan, des actions qui se déclinent au niveau national et local avec la signature d’accords de partenariat entre les Parcs et les agences ou directions territoriales de l’ONF sur 6 champs d’actions prioritaires :

  • l’intégration des forêt au sein des parcs dans les politiques territoriales pour la valorisation de la production forestière, des services rendus par la forêt en particulier au sein des Chartes forestières de territoire et plus généralement de stratégie locale de développement forestier
  • la contribution de la forêt à la lutte contre les gaz à effet de serre dans le cadre d’une mobilisation de filières économiques territoriales : bois construction et énergie
  • la contribution de la forêt aux espaces protégés des PNR, gestion de la biodiversité, des paysages, trames vertes et bleues
  • la prise en compte de la fonction de protection de la forêt : qualité de l’eau et des sols, prévention des risques naturels, limitation de la pression urbaine
  • la prise en compte de la fonction d’accueil et pédagogique de la forêt
  • la mise en œuvre d’opérations expérimentales, de projets de recherche.

Cette convention cadre engage les services territoriaux de l’ONF et les Parcs naturels régionaux à renforcer leur collaboration. Elle propose la mise en œuvre d’actions concrètes déclinées sur les territoires et encourage l’implication des PNR dans la nouvelle démarche Forêt d’Exception®*, label créé par l’ONF.

Pascal Viné a rappelé « son entière satisfaction et celle des personnels de l’ONF de pouvoir collaborer avec les Parcs, et le respect mutuel des agents dans leurs missions propres qui concourent aux objectifs communs, et complémentaires. »

* Le label Forêt d’Exception® distingue un projet territorial rassemblant des acteurs locaux engagés dans une démarche d’excellence d’un patrimoine aux valeurs particulièrement affirmées

Catégorie forêtCommentaires fermés

Metroscope.fr: plan climat une nouvelle energie

Depuis 2005, la Métro, agglomération pionnière en la matière, pilote le « Plan Air-Climat ». Pour quoi faire ? Pour lutter contre les conséquences sanitaires liées au réchauffement climatique et à la pollution atmosphérique. Le Métroscope de l’hiver vous dit tout sur cet ambitieux objectif et sa traduction concrète dans nos vies.

A découvrir aussi : un article concernant l’agriculture à travers le long parcours des circuits courts,  la bonne note du Bois français, la présentation de la « Fabrique Métro(politaine) », l’agence de mobilité de StationMobile, et toutes vos rubriques habituelles :  zoom sur un marché de l’agglo (Saint-Bruno ce mois-ci) la Balade du Sipavag, les conseils de SuperTri, Comment ça marche, etc.

Télécharger le Métroscope.fr

Catégorie agriculture, environnement, grand angleCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2012
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+