Archive | 18 novembre 2012

Vin des coteaux de la Bastille….

Comme chacun sait, l’Isère possède un fort passé viticole… Il y avait même des vignes à Grenoble, sur les hauteurs de la Bastille. 4 hectares d’un vignoble exploité à partir de 1940 par Hippolyte Gras qui a confectionné la fameuse « Cuvée du Mont-Rachais ». L’activité viticole a cessé dans les années 1970.

L’actuel propriétaire des lieux, Laurent Gras, petit fils d’Hyppolite veut renouer avec le passé, la tradition… Il a décidé de replanter de la vigne, en terrasses, juste au dessous de son restaurant, chez le Pèr Gras.

Pour réussir cette opération Laurent Gras s’est attaché les services de Thomas Finot, viticulteur à Bernin. Celui ci a orienté sa production vers un vin de qualité issu de cépages locaux et participe activement à la réimplantation et à la reconnaissance des vins locaux.

Bientôt on pourra déguster du vin produit sur les pentes de la Bastille...

Bientôt on pourra déguster du vin produit sur les pentes de la Bastille...

Les premières plantations sont prévues au printemps prochain pour des premières vendanges prévues à l’automne 2016.

Catégorie viticultureCommentaires fermés

Convention cadre Conseil Général de l’Isère- Safer…

En France, chaque année se sont 82 000 hectares de terres agricoles qui disparaissent.

Des statistiques qui ne sont pas prêtes de se renverser si rien n’est fait… Ce qui se passe à Notre Dames des Landes: 2000 hectares de terres agricoles avalées par le futur aéroport de Nantes en étant une preuve d’actualité…

En Rhône- Alpes il en disparaît chaque année 3500 hectares. C’est ce qu’a rappelé Gérard Leras conseiller régional lors de l’assemblée générale de l’Etablissement public foncier local qui s’est tenue dernièrement à Grenoble. Pour donner un ordre d’idée, 3500 hectares c’est l’équivalent de 5000 stades de foot!

En Isère, l’urbanisation, les structures de transport, d’industrialisation…. avalent annuellement près de 1000 hectares annuellement. 9600 hectares de foncier agricole perdu en 10 ans! La problématique venant que se sont les meilleurs terres qui partent…

Le Conseil Général de l’Isère mais aussi l’ensemble des élus de notre département se montrent très unis sur le rôle primordial que tient notre agriculture, au niveau environnemental, économique… et nourricier! Et nul n’ignore que le foncier est l’outil primordial pour les agriculteurs.

Afin de le préserver, une convention cadre suivie d’une convention opérationnelle vient d’être signée entre le conseil général de l’Isère et la Safer.

safer

Les membres du comité technique entourent de gauche à droite: Pascal Denolly, Michel Heimann directeur de la safer Rhône-Alpes, Christian Nucci et Didier Rambaud conseiller général

Christian Nucci, vice président du conseil Général de l’Isère rappelant:  » le maître mot de notre politique en ce qui concerne  l’agriculture est tout simplement le foncier. Le foncier doit en effet être au coeur de tous les dispositifs mis en place en ce qui concerne l’agriculture départementale. L’objectif de la convention signée avec la Safer est celui d’accompagner, d’anticiper, de maîtriser… « .

Pascal Denolly, président de la Safer de l’ Isère a rappelé le rôle de cette structure:

 » La Safer facilite l’accès des terres aux agriculteurs. Elle accompagne aussi les collectivités dans leur politique de maintien des terres agricole. En préservant les terres agricoles, on maintien une activité agricole qui a une mission essentielle, celle de nous nourrir et chacun sait que nous sommes sans une région à fort potentiel de consommateurs.  »

Reste maintenant à appliquer cet convention… Tâche ardue, tant la pression foncière est forte!

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2012
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+