Archive | 22 novembre 2012

l’ensemble de la région en alerte

Le seuil réglementaire a été dépassé le mercredi 21 novembre sur 7 zones : Bassin Lyonnais et Vallée du Rhône pour l’Ouest de la région, Bassin Lémanique, Vallée de l’Arve, Pays de Savoie, Maurienne- Tarentaise et Bassin Grenoblois pour l’Est.

Le niveau maximal mesuré atteint le seuil d’alerte et plusieurs territoires affichent une persistance de concentrations supérieures au seuil d’information sur 2 jours. La précipitation active de fin de soirée sur la vallée du Rhône et le Lyonnais n’a pas été suffisante pour améliorer significativement la situation.

Peu d’amélioration est attendu dans l’immédiat, les inversions basses restent bien marquées vendredi et plaquent les particules accumulées sur plusieurs jours au sol. La perspective d’amélioration est repoussée à samedi.

Devant cette situation très dégradée, la décision préfectorale est de placer l’ensemble de la région en alerte, afin de protéger les populations résidant ou se délaçant dans les territoires affichant des niveaux forts.

Catégorie pollutionCommentaires fermés

L’actu vue par Biassu

Biassu, dessinateur de presse, sur sillon38 en particulier a réagit à l’article concernant les problèmes de foncier. Un problème récurrent qui a amené le conseil Général de l’Isère et la Safer départementale de signer une convention afin de protéger les terres agricoles.

Lire l’article:

Convention cadre Conseil Général de l’Isère- Safer…

Voici le dessin de Biassu:

biass foncier

Catégorie BiassuCommentaires fermés

Villard de Lans: fête de la petite enfance

Célébrons les droits de l’enfant à l’occasion de la Fête Petite Enfance (0-4 ans).

Le matin : spectacle déambulatoire, jeux, psychomotricité, maquillage, atelier cuisine… L’après-midi : conférence « Jusqu’où dire oui, pourquoi dire non à nos enfants » ?

Pour… Enfants Adultes Familles Entrée libre et gratuite

La Coupole Contacts : Téléphone : 04 56 00 56 45.

Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

3EMES ASSISES REGIONALES DE LA JEUNESSE

Soumis à des conditions de vie difficile, avec un taux de pauvreté des 18/25 ans de l’ordre de 20%,
une durée de formation qui s’allonge et une intégration sur le marché du travail souvent laborieuse,
les jeunes – 12,8% de la population de Rhône-Alpes – constituent une préoccupation majeure.

Carte M’RA!, pass contraception-prévention, bourses explo’ra, bourse d’équipement pour les
formations professionnelles, service civique… la Région accompagne les jeunes Rhônalpins dans leur
vie quotidienne.

« Pour Rhône-Alpes, les jeunes sont une priorité. 70 % de notre budget est consacré à la jeunesse
rhônalpines, depuis les lycées, jusqu’à l’emploi, en passant par la formation, le sport, la culture, les
transports. » a expliqué Sarah BOUKAALA, Conseillère régionale de Rhône-Alpes déléguée à la
jeunesse. « Nous voulons aller plus loin et amplifier l’accès à l’autonomie des jeunes. Se déplacer, se
loger, se former, partir à l’étranger, s’engager, voilà ce qui constitue l’autonomie ».

La Ville de Grenoble, à travers son projet jeunesse, agit également au quotidien pour accompagner
les jeunes vers l’autonomie afin qu’ils se sentent pleinement acteurs de la Ville d’aujourd’hui et de
demain.

« Grenoble tient à donner à la jeunesse sa place dans la ville en tant que citoyenne et actrice » a
souligné Hélène VINCENT, Adjointe au Maire en charge de la jeunesse. « Alors que près d’un
Grenoblois sur deux a moins de 30 ans, il nous semblait essentiel que notre Ville accueille pendant
deux jours cet événement marquant pour la jeunesse »

Vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre, la Région Rhône-Alpes organise, avec la Ville de Grenoble et de nombreuses associations et collectifs jeunes, son grand rendez-vous de la jeunesse en Rhône-Alpes à la MC2.

Logement, santé, formation, emploi, citoyenneté, accès à la culture et aux sports, engagement,mobilité internationale…, ces questions essentielles à l’autonomie et l’épanouissement personnel seront posées et débattues au cours de ces 2 jours.

Des conférences et débats, plus de 50 associations mobilisées, de nombreuses animations (musique,
danse, graph…), des initiatives originales et innovantes, des moments festifs et plus de 2 000 jeunes
attendus… la Région Rhône-Alpes et la Ville de Grenoble se sont fortement mobilisées pour faire de
la 3ème édition des assises régionales de la jeunesse à la MC2, un moment riche en échange et
partage, clôturé par un apéro électro et le Jamel comedy club, gratuits et ouverts à tous, sur simple
inscription.

Plus d’informations et inscriptions sur jourj.rhonealpes.fr

Catégorie socialCommentaires fermés

Relations commerciales producteurs-distributeurs : des mesures en 2013

Stéphane Le Foll, Benoît Hamon et Guillaume Garot ont réuni au Ministère de l’Agriculture une Table-Ronde sur les relations commerciales à laquelle ont participé les représentants de l’ensemble des secteurs agricole, agroalimentaire et de la distribution.

Les Ministres ont rappelé que de bonnes relations commerciales au sein des filières agroalimentaires sont indispensables pour renforcer la compétitivité de nos entreprises, de nos filières, l’innovation et l’emploi dans l’intérêt des consommateurs et la protection de son pouvoir d’achat

Les participants ont souligné l’urgence d’agir face aux difficultés grandissantes de certaines filières, en particulier l’élevage, la charcuterie et la volaille. De nombreuses PME sont aujourd’hui déstabilisées et leur viabilité est menacée.

Stéphane Le Foll a indiqué que « s’il existe aujourd’hui des dispositifs encadrant ces relations, ils sont souvent mal appliqués. Le secteur agricole et agroalimentaire requiert des dispositifs spécifiques en raison de ses particularités : forte volatilité des matières premières, existence de dispositifs spécifiques via la Loi de Modernisation de l’Agriculture et de la Pêche (LMAP : contractualisation, modération des marges), entre autres ».

Benoît Hamon a constaté « au moment où les négociations commerciales sont en cours pour l’année 2013, les règles du jeu sont mal respectées : non respect des règles de transparence, mise en place de garanties de marges pesant sur les fournisseurs, difficulté à partager équitablement entre les acteurs économiques les effets des variations des prix des matières premières. »

Soulignant que « les PME sont les principales victimes de ces pratiques », il a fait un rappel ferme à la loi : « L’urgence aujourd’hui, c’est d’appliquer, de respecter et de faire respecter la LME, et nous y mettrons les moyens nécessaires ».

Rappelant que la stabilité juridique était un élément important pour les acteurs économiques, les Ministres ont déclaré qu’il était « nécessaire de réfléchir aux modalités, y compris législatives, qui peuvent favoriser une plus grande réactivité et une meilleure fluidité dans les relations commerciales et notamment dans les révisions de prix en fonction des variations des prix des matières premières »

Les participants à la réunion sont pour leur part convenus :
- qu’il était indispensable de s’emparer collectivement du sujet qui est d’intérêt général,
- que les outils existants doivent être mieux utilisés et notamment les accords interprofessionnels sur la contractualisation,
- que ces mêmes outils peuvent également être améliorés ou mieux articulés entre eux : des pistes ont été évoquées, elles seront explorées.

Les Ministres ont annoncé l’établissement d’une mission conjointe de l’Inspection Générale des Finances et du Conseil Général de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Espaces Ruraux, dont les conclusions seront rendues d’ici mai 2013, pour pouvoir le cas échéant être intégrées respectivement dans la loi sur la consommation et la loi d’avenir sur l’agriculture, ou servir de base aux évolutions réglementaires nécessaires.

Cette mission s’appuiera notamment sur les contributions :
- des différentes filières agricoles (bœuf, porc, volailles, lait et fruits et légumes), chaque filière ayant un usage différencié des dispositifs existants, et une stratégie partagée collective des filières étant indispensable pour améliorer la situation,
- de quatre groupes de travail transversaux spécifiques animés par le Délégué Interministériel à l’Agroalimentaire (DIA), Alain Berger, portant notamment sur :

  • la collaboration interentreprises, sur le mode des chartes existantes là où elles existent,
  • les outils de diagnostic pour objectiver les éléments des discussions (observatoires du ministère, observatoire de la formation des prix et des marges, etc),
  • les outils de couverture face à la volatilité des matières premières en amont,
  • la prise en compte et les modalités de répercussion des variations des prix des matières premières en aval.

En outre et pour mémoire, Alain Berger pilote d’ores et déjà un groupe de travail dédié au traitement des situations urgentes et des difficultés particulières rencontrées par certaines PME.

Guillaume GAROT a fait appel à l’esprit de responsabilité de chacun pour renouer avec la confiance et créer davantage de valeur au bénéfice des salariés et des consommateurs au sein de chaque filière. Il a déclaré : « les relations commerciales dégradées au sein des filières agroalimentaires sont destructrices : il faut restaurer du dialogue et de la concertation pour enclencher une dynamique positive ».

À l’issue des conclusions de la mission conjointe de l’IGF et du CGAAER, le Gouvernement réunira à nouveau les parties prenantes pour évoquer les perspectives utiles à une amélioration significative de la chaîne production – transformation – distribution dans le respect des intérêts des agriculteurs, des salariés et des consommateurs d’ici la fin de l’année 2013.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Bois des Alpes : la certification progresse

L’assemblée générale de l’Association Bois Des Alpes s’est déroulée à Rovaltain (Drôme) dans un bâtiment de l’Ineed. A noter que ce bâtiment est construit en Bois Des Alpes (pin et sapin du Vercors) et qu’il abrite des formations de charpentiers-bois.

Outre les traditionnels votes des rapports moral, d’activité et financier, l’assistance a pu entendre les exposés « retours d’expériences » de l’agence R2K Architectes et du bureau d’études Gaujard Technologie, tous deux très avancés dans la construction-bois. Ils ont souligné l’importance de la certification Bois des Alpes pour la promotion de la filière-bois-locale apte à répondre au marché et de l’utilisation fructueuses des bois locaux dans nombre de leurs bâtiments.

L’assemblée s’est ensuite déplacée à Marches pour visiter la Scierie Blanc, actuellement en cours de certification Bois Des Alpes. Les participants ont été accueillis par Frédérique Blanc, PDG de l’entreprise qui venait d’être élu au conseil d’administration de l’Association.
Les participants ont également pu assister à une démonstration de fonctionnement de la machine de mesure structurelle et de classification des bois Triomatic Mobil.
Actuellement 33 entreprises sont en cours de certification.

Leurs avis :

Myriam Caudrelier (R2K Architectes)
« C’est toute la filière qui doit être dynamisée. Les savoir-faire, la maîtrise de la mise en oeuvre des bois… Il faut être en mesure d’établir des bilans précis des projets en matières économique et écologique, de définir les meilleures solutions techniques. Les compétences de tous les professionnels de la filière-bois doivent être mobilisées, développées, mises en synergie. Cette coordination est essentielle. C’est la mission première de l’architecte. »

Hubert Fèvre (Gaujard Technologie)
« Comme toute certification, la certification Bois Des Alpes comporte des contraintes. Mais au bout du compte, elle simplifie les projets en garantissant les aptitudes des entreprises et la bonne adéquation technique des bois. On sait ce qu’on fait. On sait où l’on va … J’insiste sur le rôle particulier des scieurs. Parce qu’ils sont en situation de bien adapter les matériaux aux projets. Ils doivent savoir travailler en osmose avec les forestiers et les charpentiers »


Association Bois des Alpes
Maison des Parcs et de la Montagne
256 rue de la République
73 000 Chambéry

Téléphone : +33 (0)4.79.96.14.67
Télécopie : +33 (0)4.79.33.38.95

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Projets collectifs d’amélioration de la desserte forestière :des projets POUR et AVEC les propriétaires forestiers concernés

Plan pluriannuel régional de développement forestier  PPRDF Isère

Projets collectifs d’amélioration de la desserte forestière :des projets POUR et AVEC les propriétaires forestiers concernés

Mobiliser des propriétaires forestiers dans des projets collectifs d’amélioration de la desserte forestière, en particulier en forêt privée puisque ce sont dans ces forêts que les besoins sont les plus forts,  n’est certes pas chose aisée. Le prix du bois est peu incitatif. En montagne, par ailleurs, le relief vient s’ajouter au morcellement de la propriété pour compliquer la tâche des techniciens de développement forestier.
Heureusement, l’Europe, l’Etat et le Conseil Général de l’Isère peuvent apporter sous conditions des aides financières importantes dès lors qu’il s’agit de projets collectifs.


Une desserte de qualité est en effet essentielle à la gestion forestière et à la valorisation des produits et des services forestiers.

Un projet collectif de desserte forestière, alternant des rencontres individuelles et des réunions collectives, se construit en différentes étapes lesquelles peuvent prendre plus ou moins du temps puisque le facteur humain dans ce type de démarche est d’une extrême importance.

Associer dès le départ et de très près les propriétaires forestiers concernés, leur donner une place, est certainement un bon moyen de les amener à s’approprier un projet et à aboutir à créer de la cohésion entre eux. La réussite finale d’un projet repose sur ces propriétaires.
Le rôle du conseiller ou du technicien forestier est alors de les accompagner et de fixer le cadre technico-économique du projet.

La Mission forêt de la Chambre d’Agriculture de l’Isère a proposé, dans un projet collectif de desserte forestière qu’elle anime en Chartreuse, la création d’un groupe de travail de quelques propriétaires pour contribuer au montage du dossier. Ce groupe de travail représente l’ensemble des propriétaires sans toutefois avoir un quelconque pouvoir de décision à la place   de tous les autres propriétaires. La décision définitive de s’impliquer y compris financièrement dans un projet collectif reste en effet du ressort seul du chaque propriétaire concerné.

ppfo

Ce groupe de travail, accompagné par le conseiller forestier, s’est donc déplacé ce vendredi 16 novembre 2012 dans le périmètre du projet pour donner son avis sur les pistes à améliorer ou à créer. Ces pistes viendront se greffer sur le tracé empierré d’accès au massif (et de l’aire prévue de retournement et de chargement des bois également empierrée), lequel devra être accessible à des grumiers et constituer ainsi l’armature principal de l’équipement.

L’ensemble, route, aire de chargement et pistes, permet ainsi d’aboutir à un projet structurant pour tout le massif considéré.

Pour tout contact : Mission forêt de la Chambre d’Agriculture de l’Isère
Jacques VANGHELUWE 06 58 63 63 26

Catégorie Forêt de ChartreuseCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2012
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+