Catégorie | nuciculture

Culture du noyer: un film de 1935

Une originalité, pour ne pas dire plus,lors de la fête de la noix au stand Coopenoix. La diffusion d’un film en noir de Grenoble et blanc datant de…. 1935.

Ce film intitulé  » la culture des noyers est présenté par le ministère de l’agriculture. Dans le générique on peut lire:

Avec la collaboration technique de M de Montal , Président des syndicats de producteurs de noix de Grenoble…

Ce film est conservé par l’Ina.

Voici la notice explicative qui l’accompagne:

Culture des noyers

– 01/01/1935 – 12min35s

Documentaire muet sur la plantation des noyers. Des croquis explicatifs alternent avec des séquences filmées. Après la préparation du sol, fumure, labour et hersage, les noix sont mises à tremper pendant 48 heures. Elles sont alors placées la pointe en haut à 10 centimètres de profondeur. Les plants sont ensuite déplantés et replantés dans une pépinière. On pratique la greffe en couronne sur les noyers. A l’automne, le sol est défoncé et fumé soit avec du fumier de ferme soit avec des engrais chimiques. Le bois de noyer est aussi utilisé dans la menuiserie et la carrosserie tandis que l’écorce est employée dans la fabrication d’une teinture noire (brou de noix) qui sert à colorer les bois clairs. Quant aux noix de Grenoble ou du Périgord, elles sont consommées comme fruits.

Pour le visionner cliquer sur la photo:

1935


Merci à Pierre Gallin Martel, nuciculteur à Tullins et président de Coopenoix de nous avoir informé de l’existence de ce film qui va raviver tant de souvenirs…. à beaucoup!

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8493 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2012
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+