Archive | novembre, 2012

29eme Festival International du Film de Montagne d’Autrans

undefinedEnvie de vous évader ? Du 5 au 9 décembre, prenez de l’altitude, dépaysez-vous et aventurez-vous dans une dimension où la réalité et la fiction s’entremêlent pour vous offrir le meilleur de la montagne. Entre films, rencontres inédites et moments forts et engagés à vivre sur place, la 29e édition du Festival International du Film de Montagne d’Autrans vous offre l’aventure en partage. Le Festival met l’aventure à la portée de tous, qu’elle soit visuelle, humaine ou extrême. Avant goût du programme…

Autrans, l’aventure en avant première !

A travers 167 films, dont de nombreuses avant-premières, où chaque histoire, sportive ou humaine, est une aventure à part entière,  Autrans crée la rencontre entre le public et les nouvelles tendances du film de montagne. Du documentaire à la fiction, en passant par d’incontournables docu- fictions comme « Hiver Nomade » de Manuel Von Strüler, le cinéma de montagne explore de nouveaux territoires pour le plus grand plaisir des yeux. Pour créer le frisson, les Bobines de l’Extrême, le Off festif et bien trempé du Festival d’Autrans, vous offre une sélection de films pros et amateurs définitivement tournée vers le free-ride, le free-style, le VTT ou encore l’univers dramatique des base-jumpers. Séances cinéma qui déboucheront sur une soirée où le groupe pop rock et funk Capokaze fera monter la température ambiante. https://www.facebook.com/festivaloff.fr

Autrans, l’aventure sans frontière

Depuis des années, le Festival a pour objectif de promouvoir les plus beaux films présentés à Autrans auprès d’un public le plus large possible en France ou à l’étranger.

Pendant l’édition 2012, les films seront diffusés en simultané sur plusieurs communes du Vercors accompagnés de rencontres avec des réalisateurs, débats, expositions… Avec Lyon et Chambéry, des échanges culturels auront lieu toute l’année. Paris ne sera pas en reste puisqu’une projection des principaux Prix du Festival 2012 est programmée au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris le 16 décembre 2012.

D’un point de vue international, pas moins de 15 pays de tous les continents présentent au Festival des films aux couleurs locales. Certains de leurs réalisateurs viendront pour échanger leurs points de vue avec les festivaliers. La presse internationale se déplacera elle aussi à Autrans. En effet, le Festival accueillera cette année une délégation camerounaise de journalistes globetrotteurs. Enfin, le Festival poursuivra sa collaboration avec la province de Hunan pour une décentralisation du Festival en Chine.

A Autrans, l’aventure ça se vit !

L’aventure à Autrans, ce n’est pas que du cinéma ! Elle se partage aussi dans les rues d’Autrans. 1 er point de rencontre : l’emblématique camp de base The North Face établi en plein cœur du village. Il ouvrira le 6 décembre à 18h30 en même temps que l’inauguration du Festival. Vous y ferez tous les jours de 11h à 12h et de 17h à 19h des rencontres passionnantes pour une montagne de plaisir à vivre : dégustations de produits de montagne, échanges inattendus avec des athlètes emblématiques, et bien d’autres choses encore. Vous ne voudrez rien rater !

Poursuivez l’expérience grâce au FestiTrail, le 1er trail blanc de la saison. Que vous soyez spectateur ou coureur, venez partager les parcours des plus grands coureurs de trail. Ils seront sur la place du village pour rencontrer le public le 7 décembre à 18h30 puis courront aux côtés de tous les amateurs le 8 décembre. Seulement 550 inscriptions seront retenues pour les 3 parcours (1-12-30km) alors  inscrivez-vous vite (www.festitrail.com) !

Et toujours à Autrans, la montagne en débat : qu’il s’agisse de la manière d’y réaliser des exploits, du soutien de ses peuples en péril, ou de savoir jusqu’à quel point on peut la domestiquer, la protection de cet espace hors du commun qu’est la montagne a toujours été au cœur des préoccupations du Festival.

  • Le 6 décembre à 20h30, soirée débat après la projection d’un film sur une population en danger des montagnes du Soudan.
  • Le 7 décembre à 17h30 le traditionnel débat de la FFCAM (Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne) abordera le sujet des « Refuges, les nouveaux enjeux ». Comment intégrer au mieux les refuges en montagne ? Comment limiter l’impact sur le milieu ? Quelles solutions adopter en matière d’énergie ?
  • Le 8 décembre à 10h30, les rencontres d’écrivains animées par Marie-Hélène Fraissé de France Culture exploreront l’une des premières aventures légendaires jamais vécues dans les Alpes avec Paolo Rumiz, journaliste, écrivain primé et voyageur italien, auteur du récent « L’Ombre d’Hannibal ».

Les acteurs de l’audiovisuel s’aventurent tous à Autrans

Au fil des années, la qualité des films sélectionnés et primés au Festival a fait d’Autrans un véritable marché du film de montagne. Il n’est donc pas surprenant que lorsque les principaux diffuseurs de films de montagne se réunissent pour discuter de leur ligne éditoriale et de leur mode de fonctionnement, ce soit à Autrans que cela se passe. L’ensemble du spectre télévisuel (21 chaînes) a ainsi été convié et se réunira le 7 décembre à 16h autour d’une table ronde unique animée par Jean Pierre Bailly.

Si le Festival est une source d’inspiration pour de nombreux réalisateurs c’est aussi un soutien fort et pratique pour les jeunes réalisateurs. Cette année, le lauréat du prix 1ère réalisation verra son film acheté et diffusé par Montagne TV.

A propos du Festival International du Film de Montagne

4 Compétions au programme (Compétition films de fiction, Compétition documentaires, Compétition sports extrêmes, Compétition 1ères réalisations en fiction, documentaires et sports extrêmes), 2 Festivals (Festival du film de Montagne – Bobines de l’extrême) et des événements autour du Festival (Rencontres d’écrivains, Expositions, Conférences débats, Concerts, FestiTrail).

Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Mouche du brou de la noix: Michèle Bonneton interpelle le gouvernenement

Michèle Bonneton, député a alerté, par écrit, le gouvernement concernant le traitement de la mouche du brou de la noix.

Rappelons que celle ci, professeur agrégée de Sciences Physiques à la retraite est nucicultrice bio. Députée de la 9ème circonscription de l’Isère, qui est en zone AOC noix de Grenoble, elle demande  le déclassement de cet insecte.

Voici sa question écrite:

Mme Michèle Bonneton attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur la situation de la filière nucicole française qui doit faire face à l’arrivée de la mouche du brou de la noix, présente depuis 2008 en Rhône-Alpes.
Ce parasite de quarantaine implique des mesures de lutte obligatoire, citée en annexe I A I de l’arrêté du 24 mai 2006 modifié, relatif aux exigences sanitaires des végétaux.
Depuis 2010, la profession nucicole travaille avec les services décentralisés du ministère pour obtenir un aménagement de la lutte obligatoire mise en place dès l’apparition de la mouche du brou.
Aujourd’hui, environ 1 300 pièges suivis par les nuciculteurs permettent de surveiller la zone de production de noix de Rhône-Alpes, qui couvre près de 10 000 ha. Cela a permis de passer d’un traitement massif par avis de lutte à l’échelon communal en 2008, à une lutte par unité de surface de cinq hectares pour les producteurs volontaires dès 2011. Ce plan de lutte semble efficace car les dégâts sont maîtrisés à l’échelle de la filière.
À ce jour, les éléments suivants poussent à demander le déclassement de la mouche du brou de l’annexe I A I.
L’insecte est présent dans de nombreux pays d’Europe, Italie, Suisse, Allemagne, etc, et sur l’ensemble de notre zone de production. Une éradication est désormais illusoire. La lutte par bloc parcellaire a montré son efficacité dans la maîtrise du parasite.
Le plan de lutte obligatoire contraint à traiter simultanément d’importantes surfaces de vergers. Les riverains, la profession apicole de Rhône-Alpes ainsi que les associations environnementales acceptent de moins en moins ces avis de traitement qui vont à l’encontre des objectifs de réduction des traitements phytosanitaires.
Ils se préoccupent des conséquences sur la santé humaine et sur la faune de ce type de traitement massif qui concerne entre 4 800 et 5 800 ha de vergers par an. Aussi, elle lui demande de préciser la procédure à suivre pour obtenir le déclassement de cet insecte de la liste I-A-I.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Culture du noyer: un film de 1935

Une originalité, pour ne pas dire plus,lors de la fête de la noix au stand Coopenoix. La diffusion d’un film en noir de Grenoble et blanc datant de…. 1935.

Ce film intitulé  » la culture des noyers est présenté par le ministère de l’agriculture. Dans le générique on peut lire:

Avec la collaboration technique de M de Montal , Président des syndicats de producteurs de noix de Grenoble…

Ce film est conservé par l’Ina.

Voici la notice explicative qui l’accompagne:

Culture des noyers

– 01/01/1935 – 12min35s

Documentaire muet sur la plantation des noyers. Des croquis explicatifs alternent avec des séquences filmées. Après la préparation du sol, fumure, labour et hersage, les noix sont mises à tremper pendant 48 heures. Elles sont alors placées la pointe en haut à 10 centimètres de profondeur. Les plants sont ensuite déplantés et replantés dans une pépinière. On pratique la greffe en couronne sur les noyers. A l’automne, le sol est défoncé et fumé soit avec du fumier de ferme soit avec des engrais chimiques. Le bois de noyer est aussi utilisé dans la menuiserie et la carrosserie tandis que l’écorce est employée dans la fabrication d’une teinture noire (brou de noix) qui sert à colorer les bois clairs. Quant aux noix de Grenoble ou du Périgord, elles sont consommées comme fruits.

Pour le visionner cliquer sur la photo:

1935


Merci à Pierre Gallin Martel, nuciculteur à Tullins et président de Coopenoix de nous avoir informé de l’existence de ce film qui va raviver tant de souvenirs…. à beaucoup!

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

fête de la noix: la noix et le terroir à l’honneur

Le cru 2012 de la fête de la noix qui se déroule à Vinay , les années pairs, a connu un succès sans précédent… Durant ce week-end de fête en l’honneur de la plus ancienne AOC de France, la noix de Grenoble, mais aussi des produits du terroir, il n’y eut aucun temps mort. De nombreuses animations étant programmées tout au long de ces deux jours.

Les milliers de visiteurs qui se sont pressés sous le chapiteau installé en plein centre ville de Vinay ont tous apprécié une certaine chaleur, convivialité et ont pu découvrir le dynamisme de la filière noix de Grenoble et la qualité de nos produits du terroir.

Des visiteurs parmi lesquels de nombreux élus qui ont tenu à être présents parmi lesquels Jean Jacques Queyranne président de Région accompagné de Michel Grégoire, Eliane Giraud conseillers régionaux, Jean Claude Coux, conseiller général, Michèle Bonneton députée…

Ceux ci avec Laura Bonnefoy, maire de Vinay, comme guide et escortés par les confréries de la noix de Grenoble et du Bleu du Vercors Sassenage ont, au cours de leur visite apprécié les présences aussi diverse et originales que celles du Maroc  mais aussi du Vercors, du syndicat des trufficulteurs de l’Isère, des ravioles du Royans sans oublier bien sûr une participation massive de la filière noix à travers Coopenoix et plusieurs nuciculteurs transformateurs…

L’Italie était également présente avec la ville de San Possidonio, martyre suite au tremblement de terre qui a frappé la région de Modène le 20 mai de cette année.

San Possidonio est ville jumelle avec Vinay. Sa délégation a vendu plusieurs produits lors de la fête. Les bénéfices étant reversés pour la reconstruction de l’école.

Les jeunes agriculteurs de Tullins-Vinay, partenaires de la manifestation ont également assuré une animation très remarquée….

Laura Bonnefoy a précisé que la noix est un savant mélange de tradition et de modernité et que la filière noix apporte à Vinay mais aussi dans la zone une activité économique importante alliée à des emplois non délocalisables sans oublier bien entendu son rôle environnemental… » Cette fête est un hommage rendu à cette filière, à ses hommes  » a t-elle conclu.

Yves Borel, président du comité interprofessionnel de la noix de Grenoble a complété:  » la noix de Grenoble, c’est 1000 nuciculteurs qui se répartissent 9000 hectares et qui produisent en moyenne 9000 tonnes de noix. 70% de cette production est exportée. Notre souci est de mieux valoriser notre noix au niveau de notre territoire. »

Selon ses informations, la campagne 2012 sera bonne et  assurera un revenu aux producteurs, metteurs en marché… » mais il faut être vigilants et prévoyants car souvent de mauvaises années succèdent aux bonnes….! »

Michèle Bonneton, députée et nucicultrice a associé la noix à la santé et a rappelé qu’elle a alerté le ministre de l’agriculture sur deux points importants: la recherche qu’il faut pérenniser et le déclassement concernant la mouche du brou.  » Il faut traiter, certes, mais de façon raisonnée. Cela signifie que les traitements doivent se faire sur des parties de parcelles et non plus sur des parcelles dans leur totalité. » Elle attend les réponses du ministère.

Jean Jacques Queyranne président de région a confirmé que la production de noix est la production la plus importante en tonnage de fruits de Rhône-Alpes. Il s’est rappelé que suite à la sècheresse de 2005, le conseil régional associé au conseil général de l’Isère se sont mobilisés pour mettre en place une aide conséquente à l’irrigation….

 » La région Rhône-Alpes est qualifiée, à juste titre, de garde manger de la France grâce à la diversité de ses produits. Ceux ci sont de qualité et la noix de Grenoble y a largement sa place… »

La confrérie de la noix de Grenoble a tenu à honorer des personnalités qui avant même de jurer fidélité à la noix de Grenoble ont oeuvré pour sa défense: René Jacquin, agriculteur à Charnècles, Albert Buisson, maire de l’Albenc, Michel Grégoire conseiller régional en charge de l’agriculture et Jean Jacques Queyranne.

Apéritif concert, musique, chants, pressée d’huile de noix, concours de vin et gâteaux de noix, casseurs de noix…. ont rythmé les animations tout au long de ces deux jours de fête.

Voici le déroulé de la fête en images: cliquer sur les photos pour les agrandir.


Catégorie A la une, foires/salons, nucicultureCommentaires fermés

Concert de Pep’s le samedi 24 novembre à Alpes Congrès

Le samedi 24 novembre marque la troisième journée de la Fabrique
métropolitaine.

la métroOuvert au grand public ce sera l’occasion pour les habitants,
associations, structures, citoyens engagés, d’échanger, de débattre
sur les grandes thématiques de la future agglomération lors d’ateliers
et de cafés-débats.

Outil citoyen et participatif, la troisième brique sera plus festive :
théatre, danse, improvisations, sketches loufoques ponctueront une
après-midi riche en initiatives concrètes.

A 17h Marc Baïetto, Président de la Métro lancera officiellement de la
Fabrique.

Sur des notes rock, reggae, funk et jazzy Pep’s clôturera cette journée
à 19h.

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

« Rhône médian », bientôt un 7ème grand projet Rhône-Alpes

Ce vendredi 23 novembre à Saint Maurice l’exil (Isère), Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-
Alpes, Hervé SAULIGNAC, Vice-président à l’aménagement des territoires et aux grands projets et
Gérard LERAS, Conseiller spécial à la politique foncière, ont présenté le grand projet Rhône-Alpes
(GPRA) « Rhône médian » en présence d’Eliane GIRAUD, Vice-présidente aux transports,
déplacements, infrastructures et à l’administration générale, d’Alain CHABROLLE, Vice-président à la
santé et à l’environnement et des acteurs locaux*.

D’Ampuis à Saint-Vallier, de Bourg-Argental à Beaurepaire, ce projet d’aménagement et de
développement durable du territoire s’étendra sur plus 20 km autour de Salaise-sur-Sanne, au
carrefour de 5 départements (Ardèche, Drôme, Isère, Loire et Rhône). 152 communes et 265 000
habitants sont concernés.

carte

Positionné de façon stratégique sur le couloir rhodanien et à proximité des aires urbaines, ce
territoire dispose de réels atouts : un potentiel multimodal (fleuve – autoroute – rail), un potentiel
économique et industriel (dont la ZIP de Salaise – Sablons et son projet d’aménagement) et un
potentiel foncier (700 hectares à valoriser).

Le projet « Rhône médian » a pour objectifs de :
 – mettre en place un système d’écologie industrielle qui s’appuie sur le développement du
transport de marchandise prioritairement par le fleuve et le rail,
- valoriser la zone industrielle et portuaire (ZIP) de Salaise – Sablons pour en faire une vitrine
industrielle du 21ème siècle au bénéfice de l’ensemble du territoire,
- assurer le rayonnement régional, national et européen du territoire sur les questions de
recherche, d’innovation et de développement économique.

La Région va mobiliser des moyens et des crédits dès 2013 pour accompagner et financer des études de
cadrage et des démarches participatives préalables à la labellisation GPRA du projet « Rhône médian ».

Jean-Jack QUEYRANNE a insisté sur « l’intérêt du projet Rhône médian pour la Région, qui propose un
développement économique liant écologie industrielle et intermodalité. ». Il a également rappelé que « en
accordant le label GPRA, la Région s’engage à aider les acteurs locaux à révéler le potentiel de ce
territoire. »

Dans le cadre de sa politique d’aménagement, la Région signe avec chaque territoire de Rhône-Alpes un contrat de développement durable. Pour quelques territoires particulièrement structurants, elle propose une labellisation « grand projet Rhône-Alpes » afin de favoriser l’émergence de projets spécifiques au rayonnement régional, voire national et européen.

Près de 80 M€ sont consacrés à cette politique dont 6 territoires bénéficient ou ont bénéficié : le pôle d’éco-toxicologie de Rovaltain et la Biovallée dans la Drôme, l’agglomération franco-valdogenevoise en Haute-Savoie, la Grotte Chauvet – Pont d’Arc en Ardèche, le Pôle international du design dans la Loire, l’éco-construction et l’aménagement durable en Nord-Isère.
« Rhône Médian » sera le 7ème GPRA à voir le jour.

*Sont invités à participer au comité de préfiguration du GPRA « Rhône médian » : 12 Communautés de communes (Région de Condrieu, Pays viennois, Pilat rhodanien, Pays roussillonnais, Rhône valloire, Vivarhône, Territoire de Beaurepaire la Galaure, deux Rives de la Région de Saint-Vallier, Val d’Ay, Bassin d’Annonay, Quatre collines), 3 Syndicats mixtes (ZIP Salaise – Sablons, Rives du Rhône et Rhône Pluriel) et 5 Conseils généraux (Ardèche, Drôme, Isère, Loire, Rhône).

Catégorie aménagementCommentaires fermés

Emplois d’avenir….

L’objectif des emplois d’avenir est de proposer des solutions d’emploi et d’ouvrir l’accès à une qualification aux jeunes peu ou pas qualifiés qui ne parviennent pas à trouver le chemin de l’insertion professionnelle.

Les jeunes sans diplôme de 16 à 25 ans en seront les premiers bénéficiaires, en particulier dans les zones urbaines ou rurales les plus marquées par le chômage. D’autres jeunes en difficulté d’insertion, ayant poursuivi leurs études jusqu’à un premier niveau de qualification (CAP-BEP) ou jusqu’au Baccalauréat dans certaines zones particulièrement difficiles, pourront également accéder à ces emplois.

Ils seront principalement créés par des employeurs du secteur non marchand dans des activités ayant une utilité sociale avérée et susceptibles d’offrir des perspectives de recrutement durables (filières vertes et numériques, secteurs social et médico-social, aide à la personne, animation et loisirs, tourisme,…)

100 000 emplois d’avenir seront créés en 2013 au niveau national, chiffre porté à 150 000 en 2014. Dès 2013, l’État s’engage à hauteur de 2,3 milliards d’euros pour financer ces emplois. 75 % du montant brut de la rémunération du jeune seront pris en charge pendant une durée de 3 ans. L’emploi d’avenir sera pour l’essentiel à temps plein, en CDI ou en CDD de 3 ans (ou 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans).

L’emploi d’avenir offre les conditions d’une première expérience professionnelle réussie. Il pourra aboutir à une pérennisation dans l’emploi créé, à l’acquisition de compétences donnant au jeune des perspectives nouvelles dans une activité d’avenir, ou à la reprise d’une formation, en alternance le plus souvent, en lien avec la motivation trouvée pour un métier.

Ce parcours de réussite reposera sur un fort engagement des employeurs (tutorat, formation…) et sur un accompagnement renforcé assuré principalement par les missions locales.

Avec la loi sur les emplois d’avenir ainsi conduite à son terme, c’est une première pierre importante des réformes de la politique de l’emploi qui est posée, avant les lois sur le contrat de génération et sur la sécurisation de l’emploi qui suivront les négociations conduites par les partenaires sociaux.

Un site internet dédié : www.lesemploisdavenir.gouv.fr

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Programme Solidarité Logement de Crolles: un chèque de 162 000 euros…

crolles

Ce vendredi 23 novembre, Jean-Pierre Laporte, Président de l’association Crédit
Agricole Solidarité et Développement a remis une aide financière de 162 000€ à
François Brottes, Député-maire de la commune de Crolles en soutien au programme
de construction coopérative de Crolles comprenant la construction de 28 logements
pour des familles à revenus modestes.

Ceci en présence de Jean-Pierre Gaillard, Président de la Caisse Régionale de Crédit
Agricole Sud Rhône Alpes, de Dominique Robion Président de la Caisse locale du
Haut Grésivaudan, et d’Ivan Bornecque, Directeur du Développement des
Financements du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes est engagé dans le soutien de projets ayant trait
au logement social et très social par le biais de son association nationale Crédit
Agricole Solidarité et Développement.

Accompagner les projets pour répondre aux besoins du territoire est une
préoccupation majeure de notre Caisse Régionale Sud Rhône Alpes.
Elle trouve sa source dans un réseau d’élus de Caisse locale, proche du territoire et
de ses attentes.

Elle se concrétise par la mobilisation de son réseau d’agences et par son expertise
en termes de financement PSLA (Prêt Social Location-accession).
Cette opération démontre la capacité du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, 1ère
banque coopérative régionale à répondre et à accompagner les projets en
conjuguant proximité et solidarité.

Dans le cadre de sa politique de Mécénat, le Programme Solidarité Logement a
porté une attention toute particulière à ce projet, permettant l’accession à la
propriété de familles modestes, en lui allouant une aide financière de 162 000 euros
sur 3 ans.

Cette réception s’est déroulée dans le cadre de la semaine du sociétaire du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes. Son slogan « j’aime, j’aide ma région » y trouve toute sa signification.


Genèse du projet

La commune de Crolles est caractérisée par une forte disparité de revenu. Sa
situation géographique exceptionnelle et sa proximité avec les zones d’innovation
scientifique de renommée rendent le prix de l’immobilier inaccessible pour les
familles disposant de revenus modestes. La mairie de Crolles a été lauréate d’un
appel à projet transversal mené par la région Rhône-Alpes et la Fondation de France
en 2008 pour un programme comprenant la construction de 28 logements pour des
familles à revenus modestes.

crolles 1


Présentation du projet

L’objectif est de proposer aux familles modestes de devenir propriétaires d’une
habitation de qualité sur la commune de Crolles.

Pour faciliter l’acquisition, le coût d’un logement est bien inférieur au prix de
marché de Crolles. De plus, les mensualités de remboursement versées pendant 20
ans par les familles ne dépasseront pas 20 % de leurs revenus.
· Produire du logement autour de 1200 € TTC du m2 (subventions et aides
déduites).
· Permettre un parcours résidentiel aux familles modestes : elles quittent le parc
locatif HLM et accèdent à la propriété en développant l’autonomie, la
responsabilité et la solidarité.

Le projet engagé prévoit la construction de 28 logements, 19 boxes, un local à vélo
et huit caves. 18 appartements en accès RDC seront conformes aux normes
d’accessibilité pour les personnes handicapées. Les constructions seront aux normes
« Bâtiment Basse Consommation » (BBC) afin de réduire les risques de précarités
énergétiques.
La répartition des logements en 6 bâtiments de faible hauteur vise à intégrer
l’opération dans le tissu urbain peu dense du quartier tout en optimisant la surface
du terrain disponible.
Un soin particulier a été apporté à l’intégration de l’opération dans le reste de la
commune : en plus de la desserte motorisée, liaisons piétonnes et cycles traversent
le terrain et connectent les logements aux équipements communaux tout proches.
Le montage de l’opération est innovant et fait appel au PSLA (Prêt social de location
accession).
Tous les logements sont attribués.
Les futurs accédants aux logements participent activement à la conception.
La remise des clés est prévue pour juin 2013.
Coût total 5 400 000 €
Le projet a reçu un soutien du Programme Solidarité Logement du groupe Crédit
Agricole pour le volet aménagement d’un montant de 162 000€ sur 3 ans.

crolles3

Association Crédit Agricole Solidarité et Développement

- association loi 1901 créée en 1983, qui a pour rôle d’encourager et de
prolonger les actions des Caisses régionales de Crédit Agricole dans le
domaine de la solidarité.

L’association intervient sur :

- l‘aide au développement du monde agricole et rural des
pays du Sud
et plus particulièrement en Afrique francophone.
Accès au crédit, soutien à l’artisanat et aux projets générant un
revenu, et permettant de répondre aux besoins de première
nécessité (accès à l’eau, à la santé et à l’éducation).

- l’insertion économique et sociale de personnes en
difficulté.
Depuis 1997, soutien de programmes d’aide à la
création d’emplois, d’insertion des jeunes, d’éducation, et de
lutte contre l’illettrisme en France.

- le logement social en France. Depuis 2008, création du
Programme Solidarité Logement pour agir en faveur du
logement social, voire très social.

Lutte contre l’exclusion et accès au logement des personnes les plus défavorisées.


Crédit Agricole Sud Rhône Alpes


Catégorie aménagementCommentaires fermés

l’ensemble de la région en alerte

Le seuil réglementaire a été dépassé le mercredi 21 novembre sur 7 zones : Bassin Lyonnais et Vallée du Rhône pour l’Ouest de la région, Bassin Lémanique, Vallée de l’Arve, Pays de Savoie, Maurienne- Tarentaise et Bassin Grenoblois pour l’Est.

Le niveau maximal mesuré atteint le seuil d’alerte et plusieurs territoires affichent une persistance de concentrations supérieures au seuil d’information sur 2 jours. La précipitation active de fin de soirée sur la vallée du Rhône et le Lyonnais n’a pas été suffisante pour améliorer significativement la situation.

Peu d’amélioration est attendu dans l’immédiat, les inversions basses restent bien marquées vendredi et plaquent les particules accumulées sur plusieurs jours au sol. La perspective d’amélioration est repoussée à samedi.

Devant cette situation très dégradée, la décision préfectorale est de placer l’ensemble de la région en alerte, afin de protéger les populations résidant ou se délaçant dans les territoires affichant des niveaux forts.

Catégorie pollutionCommentaires fermés

L’actu vue par Biassu

Biassu, dessinateur de presse, sur sillon38 en particulier a réagit à l’article concernant les problèmes de foncier. Un problème récurrent qui a amené le conseil Général de l’Isère et la Safer départementale de signer une convention afin de protéger les terres agricoles.

Lire l’article:

Convention cadre Conseil Général de l’Isère- Safer…

Voici le dessin de Biassu:

biass foncier

Catégorie BiassuCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2012
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+