Archive | 11 décembre 2012

Le gruyère français conserve son nom et ses trous… il est IGP….

Indication géographique protégée - Gruyère français Le Gruyère français va pouvoir conserver son nom, à côté du Gruyère suisse, suite à l’octroi d’une Indication géographique protégée, mais il devra avoir des trous.

Contrairement au Gruyère suisse qui n’en a pas, le Gruyère français doit avoir des trous allant de la grosseur d’un pois à celle d’une cerise.

Pour éviter toute confusion entre les deux, la mention du pays d’origine du gruyère français devra en outre être indiquée dans le même champ visuel que la dénomination Gruyère. Les producteurs français ne pourront pas afficher le blason savoyard sur leurs emballages, afin de ne pas induire de confusion avec le drapeau suisse.

Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt se félicite de l’octroi d’une Indication Géographique Protégée (IGP) au « Gruyère » français.

Cette reconnaissance en IGP permet de préserver un patrimoine culturel et gastronomique. Elle consacre également l’excellence du savoir-faire des femmes et des hommes qui produisent ce fromage.

Points clés :
263 producteurs de lait gruyère français
9 fabricants
7 départements dont 4 majoritaires (la Savoie, le Doubs, la Haute-Savoie, la Haute-Saône)
2000 tonnes
Le gruyère est l’un des plus anciens fromages du paysage français. Fromage de garde, il est produit dès le XIII siècle dans les montagnes du Jura.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Mieux comprendre la traçabilité des bois

Afin de contribuer activement au redressement économique de notre pays, impulsé par le Président de la République, l’Etat et le Conseil régional ont lancé le 26 novembre dernier des Rencontres pour l’avenir de l’agroalimentaire et du bois.

Ces rencontres ont pour ambition de mobiliser tous les acteurs concernés pour proposer des solutions destinées à stimuler durablement la compétitivité des filières bois et des industries agroalimentaires. Ces propositions nourriront les plans d’actions en faveur des deux secteurs qui seront présentés en mai 2013.

Des ateliers (celui du 5 décembre et celui du 25 janvier) vont permettre aux professionnels du bois de faire des propositions d’actions qui seront présentées à EUROBOIS le 19 février.

L’atelier du 5 décembre a permis aux acteurs de comprendre ce qu’est une démarche de traçabilité, d’avoir un éclairage sur les différentes solutions de traçabilité mises en place par des entreprises ou des filières en fonction de leur besoin (faire des gains process, améliorer la marge, démontrer l’origine des bois…).

On retiendra en particulier deux présentations, celle des traçabilités  Bois des Alpes et  bois de Chartreuse.

Vous trouverez ci-dessous les présentations de cette journée :

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Bonnes pratiques de l’élagage des noyers

L’élagage des plantations de noyers, sous les lignes électriques, est une question récurrente qui se pose dans les secteurs où la noix est très présente.
Afin de régler ce problème et apporter des solutions adaptées, ERDF et la profession agricole, en Isère, Drôme et Savoie, ont rédigé «une charte des bonnes pratiques de l’élagage des noyers».
Dans cet accord, ERDF s’est engagé à améliorer les pratiques d’élagage, et notamment la période à respecter, l’information des exploitants … De plus, afin de trouver des solutions durables, un programme d’aménagement des lignes concernées a été entrepris
en Isère.
Une première tranche de travaux, concertée avec les exploitants et les communes a été livrée en 2012 dans les secteurs de Tullins, Poliénas, L’Albenc, La Rivière, St Quentin sur Isère avec la perspective d’étendre cette action à d’autres secteurs concernés, sur la zone
AOC.

Au programme de la journée du vendredi 14 décembre
- de 9h30 à 10h30 : visite de travaux d’aménagement d’une ligne sur une parcelle de noyers à Tullins
- de 11h à 12h : présentation et signature de la charte à la Mairie de Tullins

Pour en savoir plus:

logo CA

Chambre d’Agriculture  de l’Isère

Service aménagement
04 76 20 68 98

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Le Pont de Claix-Champagnier: radar vitesse moyenne

Dans le cadre de la diversification des dispositifs de contrôle automatisé, le Comité interministériel de sécurité routière du 13 février 2008 a décidé l’implantation de radars «vitesse moyenne» qui permettent de mesurer la vitesse pratiquée sur une section de plusieurs kilomètres.

Les 2 sites validés en Isère (un par sens de circulation) concernent uniquement la RN 85 au sud de Grenoble sur la « déviation de Pont de Claix », section à 2×1 voie avec une vitesse homogène limitée à 90 km/h.

Les 2 radars « vitesse moyenne » sont situés entre le tunnel de la déviation de Pont de Claix et le giratoire de Champagnier sur 1.1 km dans les 2 sens de circulation.

Cette section de la RN 85 reste accidentogène malgré les divers aménagements réalisés, avec 8 accidents graves recensés au cours de ces 5 dernières années avec des chocs frontaux, ayant fait 2 tués et 11 blessés hospitalisés.

Un radar pédagogique sera mis en place mi-décembre juste en amont de ces 2 sites.

A l’issue de phases de tests d’une quinzaine de jours courant décembre, ces deux radars « vitesse moyenne » seront mis en service en janvier 2013 et verbaliseront les infractionnistes avec une marge de tolérance de 5 km/h pour les vitesses inférieures à 100 km/h et de 5 % pour celles supérieures à 100 km/h (tolérances identiques aux radars fixes).

Catégorie transportCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2012
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+