Archive | 24 janvier 2013

APLI: » votez utile »

L’Association nationale des producteurs de lait indépendants appelle à voter utile lors des élections aux Chambres d’Agriculture.

apli ec

Catégorie Elections chambre d'agriculture 2013Commentaires fermés

Les 14es Assises de l’énergie accueillent l’explorateur Bernard VOYER

voyer2

Du Kilimandjaro à l’Everest, en passant par le pôle Nord et le pôle Sud… Depuis plus de 30 ans maintenant, Bernard VOYER n’a de cesse d’explorer les endroits les plus froids de la planète.

Des paysages magnifiques et immaculés mais qui subissent, indéniablement, les effets du réchauffement climatique. En 2007, la banquise de l’océan Arctique a perdu plus d’un million de kilomètres carrés de surface.

Un bien triste record !

Témoin privilégié de la beauté, mais aussi de la fragilité de la planète, Bernard VOYER sera à Grenoble le 29 janvier prochain. Dans le cadre des 14es Assises Nationales de l’Energie, il partagera avec le grand public le récit de ses incroyables voyages puis dressera le bilan écologique, politique et humain de la situation environnementale actuelle.

Pour rencontrer et échanger avec ce passionné des grands espaces glaciers, rendez-vous à Alpes Congrès à 20 heures 30…

voyer

Le cri d’alarme de Bernard VOYER…

En partageant avec le public les plus belles photos et vidéos de ses innombrables expéditions, Bernard VOYER souhaite éveiller les consciences sur les dangers du réchauffement climatique.

Le constat est alarmant : la banquise fond à vue d’oeil. Or moins de banquise, c’est cinq à six degrés de plus sur la surface du globe, mais également une grande menace pour la survie des ours polaires.
Lui, qui arpente et étudie l’Arctique depuis plus de 30 ans, n’a jamais vu les ours polaires aussi maigres qu’aujourd’hui !

La planète est-elle réellement menacée ? Que faire pour enrayer le réchauffement climatique ? Existe-t-il des solutions pour préserver ces paysages exceptionnels ?

Pour répondre à toutes ces questions, Bernard VOYER animera, le mardi 29 janvier 2013 à 20 heures 30 à Alpes Congrès (salle Dauphine), une conférence multimédia intitulée « Perdre le nord, une perspective environnementale ».

Un rendez-vous gratuit et ouvert à tous !

la métro

Catégorie La Métro, La Métro, énergiesCommentaires fermés

Les temps forts de la 14e édition des Assises nationales de l’Énergie

Du 29 au 31 janvier 2013, les acteurs locaux de l’énergie se retrouveront à Alpexpo pour découvrir,
apprendre, débattre et échanger des idées et des pratiques. Trois jours, très riches et ambitieux, avec de nombreux ateliers de travail et forums d’échanges, ainsi que plusieurs temps forts autour de tables rondes et de conférences avec des personnalités de renom.

Le premier jour, deux tables-rondes sur les smart-grid, l’une plus technologique, l’autre plus sociétale,
donneront le coup d’envoi de cette 14e édition et répondront à plusieurs interrogations : Les « smart »
technologies sauveront-elles le monde ? Est-ce l’outil nécessaire à un « pouvoir d’agir énergétique » qui
donnera plus de capacité d’action aux collectivités et même aux « citoyens énergétiques » ?

Le deuxième jour, plusieurs personnalités se succèderont lors de conférences très attendues.

Jean HAËNTJENS, urbaniste directeur du bureau d’études Urbatopie, reviendra sur le formidable enjeu que constituent les villes et l’urbanisme, pour construire la cité de demain, celle de l’après-pétrole : la ville frugale ou comment la contrainte énergétique peut être une formidable opportunité de se réinventer.

Éloi LAURENT, économiste et conseiller scientifique à l’OFCE (centre de recherche en économie de Sciences Po), animera une table-ronde sur le thème : « concilier signal prix, justice sociale et territoriale dans les politiques énergétiques ». Enfin, le Danemark sera pris en exemple, lors d’une conférence animée par Karen JOHANSEN GESLIN, chef de projets énergie et environnement à l’ambassade du Danemark. Elle s’attardera sur « la stratégie 100% renouvelables 2050 du Danemark » et confirmera la faisabilité des changements de structure énergétique mis en oeuvre dans son pays.

Les Assises de l’énergie se clôtureront le 31 janvier 2013 par plusieurs tables-rondes. L’une portera sur
le thème « énergie, emploi et développement durable » ou comment une approche énergétique
territoriale peut contribuer au redressement productif des PME et TPE, en présence notamment de
François LOOS, Président de l’ADEME.

L’autre laissera la place à des politiques qui s’exprimeront sur les pouvoirs à donner aux collectivités
territoriales pour réussir la transition énergétique avec la présence annoncée de Delphine Batho, ministre de l’écologie.
Autre événement phare du 31 janvier : la remise des labels Cit’ergie 2012, en présence de Delphine
BATHO, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (sous réserve) et de François
LOOS, Président de l’ADEME.

Porté par l’ADEME et ses partenaires, et s’adressant à toutes les collectivités (communes et intercommunalités) qui conduisent un Plan Climat Energie Territorial, le dispositif Cit’ergie permet de structurer les services et de faciliter la création d’une politique énergie-climat ainsi que la mise en oeuvre d’un plan d’actions.

Plusieurs collectivités seront récompensées lors de cette 14e édition des Assises nationales de l’Énergie, dont une qui, pour la première fois, recevra le label EEA gold.

Enfin, l’ADEME a travaillé sur des scénarios énergétiques réalistes et volontaristes pour 2025-2050 qui
serviront de conclusion et certainement de support au débat national sur la transition énergétique.

Deux événements grand public ouverts à tous :

(sans réservation et en accès gratuit)
Témoin privilégié de la beauté, mais également de la fragilité de la planète, Bernard VOYER, explorateur franco-canadien, donnera une conférence multimédia exceptionnelle le mardi 29 janvier à 20h30, à Alpexpo (salle Dauphine).
Après avoir arpenté et étudié l’Arctique depuis 30 ans, il dressera le bilan écologique, politique et humain de la situation environnementale actuelle, aidera le public à mieux comprendre les impacts de tout un chacun sur le
changement climatique et donnera les clés pour agir et innover.
Les habitants seront également invités à participer à la table-ronde politique du jeudi 31 janvier de 11h30 à 13h, à Alpexpo.
De nombreux élus français échangeront sur le rôle incontournable des collectivités territoriales et des citoyens dans la réussite de la transition énergétique nécessaire à une lutte efficace contre le changement climatique, exemples et démonstrations à l’appui.

Informations et inscription sur :
www.assises-energie.net
la métro

Catégorie La Métro, La Métro, énergiesCommentaires fermés

LES TERRITOIRES AU CŒUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LES 14es ASSISES DE L’ÉNERGIE AYANT POUR THÈME LES TERRITOIRES AU CŒUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE SE DÉROULERONT LES 29, 30 ET 31 JANVIER 2013 À GRENOBLE , ALPEXPO.

Grenoble-Alpes Métropole organise tous les deux ans, en alternance avec Communauté urbaine de Dunkerque, les « Assises nationales de l’énergie ».

Initiées en 1999 par la Communauté Urbaine de Dunkerque dans un contexte où la question climatique était balbutiante, elles sont devenues en quelques années le rendez-vous incontournable des acteurs de l’énergie, qu’ils soient élus, industriels, collectivités, organisations professionnelles, associations, consommateurs, entreprises, cabinets d’études, urbanistes.

Durant trois jours, les Assises de l’énergie et du climat donnent l’occasion de découvrir, d’apprendre, d’échanger, et débattre sur le rôle et la responsabilité des Collectivités territoriales face aux enjeux énergétiques et climatiques du XXIème siècle.

Plus de 1500 acteurs locaux de l’énergie sont attendus à Grenoble pour cette 14e édition. Une édition prometteuse et ambitieuse, puisqu’elle traitera de la transition énergétique dans les territoires, en écho au débat national lancé fin novembre.

la métro

clôture des inscriptions internet

vendredi 25 janvier à 17h00

Il sera possible de s’inscrire sur place, lors des 3 jours

Catégorie La Métro, La Métro, énergiesCommentaires fermés

Les maladies du bois de la vigne

Deux champignons ont été identifiés comme responsables du Black dead arm selon les travaux effectués par une équipe de recherche portugaise. Elle a pu reproduire les symptômes foliaires caractéristiques de la maladie en les introduisant séparément dans des boutures de vigne.

Ce résultat est d’une grande importance, il permet à la recherche de mieux cibler leurs études sur les interactions hôte-pathogène et les méthodes de lutte. Cette technique a été transférée en France dans le cadre d’un appel à projet CASDAR.

Les études réalisées par l’Institut Supérieur d’Agronomie de Lisbonne ont permis d’identifier les agents responsables du Black dead arm. L’inoculation séparée des champignons de la famille des Botryosphaeriacées (Neofusicoccum parvum et Diplodia seriata) à des boutures cultivées en serre a permis d’obtenir des chancres au niveau des rameaux deux mois après leur introduction et des symptômes foliaires caractéristiques de la maladie un an après.

Ce travail a été réalisé sur deux cépages noirs, le Tempranillo et le Castelão, et deux cépages blancs, le Chardonnay et le Gewurztraminer. Il montre bien que le Black dead arm, que nous pouvons désormais désigner sous le nom de Botryosphaeriose, semble être une maladie simple au même titre que l’eutypiose car un seul champignon est capable de provoquer les symptômes.

Le transfert de la technique en France

Cette technique a été transférée du Portugal à l’Unité de Recherche Vignes et Vins de Champagne de l’Université de Reims Champagne-Ardenne dans le cadre d’un programme co-financé par le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (appel à projets CASDAR, 2010 – 2012), FranceAgriMer et la région Champagne-Ardenne.

Son acquisition permettra aux chercheurs d’avoir un modèle simple pour d’une part, étudier les interactions entre la plante et ces champignons et d’autre part,  évaluer l’efficacité de méthodes de lutte beaucoup plus rapidement car les symptômes foliaires sont obtenus seulement un an après.

Le Black Dead arm

Le Black dead arm a été identifié dès 1999 dans le vignoble bordelais par l’INRA de Bordeaux. Les études menées à cette époque avaient montré la présence de ces champignons sans toutefois avoir mis en relation leur présence avec l’expression des symptômes foliaires.

Cette maladie, connue depuis plus longtemps et confondue à l’esca, est présente dans la majorité du vignoble français et touche aussi bien les jeunes vignes que les vignes âgées. Les symptômes observés sur la végétation sont caractérisés par des marbrures des feuilles se traduisant pour les cépages noirs par des taches de couleur rouge vineux et pour les cépages blancs par des taches d’un jaune vif.

Leur évolution conduit par la suite à des symptômes foliaires similaires à la « forme lente de l’esca ». Dans le bois, cette maladie se traduit par des bandes brunes qui part du rameau malade et qui peut s’étendre jusqu’au niveau de la soudure voire dans le porte-greffe et par des chancres de couleur grise à brun noir.

Elle présente également une forme plus sévère caractérisée par une défoliation des rameaux.

Philippe Larignon, IFV

Florence Fontaine, URCA

Cecilia Rego, ISA
vigne 1

Sur bouture de Tempranillo, obtention de chancres l’année de l’inoculation du champignon (à gauche) puis de symptômes foliaires l’année suivante (à droite).

Le laboratoire de Pathologie Végétale « Verissimo de Almeida » de l’Institut Supérieur d’Agronomie de Lisbonne travaille depuis plus de vingt-cinq ans sur les maladies du bois de la vigne.

Sa recherche est orientée surtout sur celles qui touchent les jeunes plantations comme le Pied noir et la maladie de Petri ou les vignes plus adultes comme l’esca et le Black dead arm.

Il est spécialisé dans le domaine du diagnostic, d’identification et de la caractérisation des champignons pathogènes, et des méthodes de lutte.

Catégorie viticultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2013
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+