Archive | 31 janvier 2013

AG des JA de l’Isère: haro sur les directives « nitrates »

C’est à St Jean de Bournay que s’est déroulée l’assemblée Générale annuelle des jeunes agriculteurs de l’Isère. Une AG très dense avec un débat passionnant sur l’avenir de certaines exploitations, d’élevage surtout, suite aux nouvelles règlementations environnementales.

Jean Pascal Vivian, maire de St Jean de Bournay a dit l’attachement qu’avaient la commune, le canton envers l’agriculture.  » une agriculture dynamique que l’on doit préserver. Cela passe par la préservation de l’outil de travail des agriculteurs: la terre. » Un maire qui pense que l’agriculture  locale a un avenir si on prend les bonnes mesures: est-il normal que l’on achète des oeufs de Bretagne? Nous sommes capables d’en produire suffisamment sur notre territoire pour satisfaire la clientèle locale… « 

David Rajon, président du canton au niveau des JA:  » le canton regroupe 23  jeunes agriculteurs adhérents au syndicat. Si la nouvelle règlementation  » nitrate » voit le jour, combien il en restera demain? Il faut savoir que notre territoire est favorable à la polyculture-élevage. Nous sommes nombreux à avoir investit récemment et nous n’avons pas les moyens de remettre çà pour être aux nouvelles normes. Nous ne pouvons pas accepter de nouvelles directives environnementales, elles sont inadmissibles… » Le président cantonal a également alerté la salle sur les problèmes liés au foncier: ne vaut-il pas mieux laisser les terres agricoles aux agriculteurs plutôt que de les transformer en zones industrielles, surtout en ce moment… »

Les textes règlementaires sur le 5ème programme d’actions directives nitrates sont en cours d’élaboration mais on sait déjà qu’elles seront encore plus contraignantes pour les agriculteurs et que ceux ci devront en subir un coût financier.

Ludovic Rouvière, administrateur national:  » L’ Isère est l’un des premiers départements à avoir réagit face à ce nouveau programme qui est tout simplement inacceptable et qui va tuer notre élevage qui est déjà à l’agonie. »

Propos confirmés par Adrien Bourlez, au nom des JA rhônalpins: « on ne peut pas demander à nos agriculteurs de réinvestir dans des mises aux normes alors qu’ils l’ont déjà fait 5 ans en arrière…C’est d’autant plus rageant qu’un pays comme l’Allemagne n’est pas concerné.  »

Et le jeune agriculteur de lancer en direction des élus:  » que voulez vous: de la biodiversité pure et dure, vous l’aurez quand les agriculteurs auront disparu….mais ne perdez pas de vue que si la France n’est pas en récession, c’est grâce à son agriculture ».

Didier Villard, membre de la chambre d »agriculture s’est dit conscient que  » le train de mesures qui va arriver sera impossible à réaliser  » et il en appelle, comme l’ensemble des intervenants à se mobiliser. Une mobilisation tous azimuts  car comme l’ont dit le député Jean Pierre Barbier: « ce n’est pas à votre génération à payer ce qui n’a pas été fait pendant 50 ans » et l’ancien député, Georges Colombier:  » En France, on veut laver plus blanc que blanc… »

Le débat est loin d’être clos… et nous ne doutons pas un instant de la détermination, de la mobilisation des agriculteurs et de leurs nouveaux représentants fraîchement élus…





Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Le Groupement d’Intérêt Public officiellement constitué

L’Assemblée Générale constitutive du Groupement d’Intérêt Public (GIP) portant le Fonds Départemental d’Investissements Agricoles et Agro-alimentaires de
l’Isère s’est tenue le mardi 29 janvier dans les locaux de la Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais (CAPV) à Centr’Alp.

Les élus de la CAPV, de la Communauté de Communes des Vallons de la Tour (CCVT) et les responsables professionnels de la Chambre d’Agriculture de l’Isère désignés ont confirmé la constitution du GIP sur la base de l’arrêté préfectoral de mars 2012 et des travaux préparatoires à sa mise en route.

Le GIP a pour objectif de garantir la pérennité du potentiel économique agricole
départemental en mettant en place un fonds départemental d’investissements
constitué des contributions volontaires des maîtres d’ouvrages publics (collectivités
territoriales) ou privés, liées aux emprises foncières agricoles, notamment dans le
cas de projets d’ aménagement reconnus d’utilité publique.

Cette contribution de un euro du m² permettra de financer les investissements
mobiliers et immobiliers dans le cadre de projets visant à développer : la
structuration de l’offre, la transformation, la commercialisation et la distribution de
produits agricoles, la création de filières innovantes avec une finalité économique,
etc. Ces projets devront être structurants et apporter une réelle valeur ajoutée aux
territoires et à l’agriculture iséroise.

Deux Collectivités Territoriales sont aujourd’hui membres du GIP, et un premier
projet de développement devrait bénéficier prochainement du Fonds. Ainsi, la
future légumerie installée sur Centr’Alp, qui fournira la Restauration Hors Domicile
en produits agricoles locaux préparés, verra son plan de financement complété par
le Fonds Départemental d’Investissements.

Cette initiative, qui intéresse de nombreux départements à l’échelle nationale, a
pour vocation de s’étendre au maximum en Isère afin de renforcer son action. Le
premier Conseil d’Administration du GIP prévu au mois de mars travaillera
notamment sur le plan de communication et de développement du Fonds.

Catégorie agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2013
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+