Archive | février, 2013

Concours général agricole: des médailles pour l’Isère

Le concours général agricole a démarré est l’Isère se distingue…

Voici les distinctions que nous complèterons au fur et à mesure que les résultats nous parviendront.

ANIMAUX:

Race MONTBELIARDE

Femelles en 2ème lactation Section 46F2A

6: ETNA GAEC FERME DE LA REVILLIERE 38260 LA COTE ST ANDRE

Section 46F4C Femelles en 6ème lactation et plus

3 – 386 VOLTIGE GAEC DE BELLEVUE 38710 MENS

Section 46F4A Femelles en 4ème lactation

4- 375 CHARMANTE EARL DE TERNAN 38260 GILLONNAY

Section 46F4B Femelles en 5ème lactation

4 – BANANE, EARL DES COLLIERES 38440 ST JEAN DE BOURNAY

Race  PRIM HOLSTEIN

Femelles jeunes rouges en 1ère en 2ème lactation
Section 66F01R

4  PAOLA-R-MH GAEC DES VERCHERES. 38460 OPTEVOZ

Race Abondance

Prix de championnat adulte

1- CAMELIA Martin Albert 38650 St Andéol

Vaches ayant terminé 2 ou 3 lactations Section 12F4

1- CAMELIA Martin Albert 38650 St Andéol


Espèce Ovine

MOUTON CHAROLLAIS

Concours laine mâles charollais 13 à 15 mois

10: 30045520057;

GINOT Jean,

38160 ST ANTOINE L ABBAYE

Mâles 13 à 15 mois  Section 02M2L

10: 30045520057

GINOT Jean,

38160 ST ANTOINE L ABBAYE

Boissons spiritueuses anisées / Absinthe

OR CHERRY ROCHER
Bourgoin-Jallieu Cedex (38)
ARG CHERRY ROCHER
Bourgoin-Jallieu Cedex (38)

Huiles de Noix / Huile de Noix vierge destinée à l’alimentation humaine

ARG GAEC de Riquetière – Convert Père et Fils
Albenc (L’) (38)

Liqueurs / Crème de fruit

OR CHERRY ROCHER
Bourgoin-Jallieu Cedex (38)
ARG CHERRY ROCHER
Bourgoin-Jallieu Cedex (38)
BRZ CHERRY ROCHER
Bourgoin-Jallieu Cedex (38)

Liqueurs / Liqueur aux plantes

ARG CHERRY ROCHER
Bourgoin-Jallieu Cedex (38)

VINS DE SAVOIE

ABYMES

Vin de Savoie Aymes AOC, 2012 Blanc

Médaille d’or

EARL René Julien

La Palud

38530 CHAPAREILLAN

Catégorie agriculture, foires/salonsCommentaires fermés

Il se passe toujours quelque chose à l’espace Vercors!

Au salon de l’agriculture le Vercors a élu domicile au pavillon des bovins. Inutile de dire qu’il connaît une forte affluence.

Ce mercredi celle ci a été décuplée avec la présence d’élus du plateau mais aussi de l’Isère. C’était en effet le jour inaugural du stand. Danielle Pic, présidente du Parc a accueilli diverses personnalités.

Danièle Pic, Présidente du Parc du Vercors, Jean-Claude Potié, Vice-Président en charge de l'agriculture, André Aubanel, Vice Président en charge de la forêt, Pierre Buisson, Conseiller Général de l'Isère ont inauguré le stand Vercors le 27 février dernier en présence de Didier Guillaume, Président du département de la Drôme, Michel Gregoire, vice-Président en charge de l'agriculture à la Région Rhône-Alpes, Michel Savin, Sénateur de l'Isère, les Présidents et Directeurs des Chambres d'agriculture de l'Isère et de la Drôme, Guy Durand Président de l'APAP, Daniel Vignon, Président du SIVER, des éleveurs et des fromagers, Pierre Weick, Directeur de la fédération des Parcs.

Danièle Pic, Présidente du Parc du Vercors, Jean-Claude Potié, Vice-Président en charge de l'agriculture, André Aubanel, Vice Président en charge de la forêt, Pierre Buisson, Conseiller Général de l'Isère ont inauguré le stand Vercors le 27 février dernier en présence de Didier Guillaume, Président du département de la Drôme, Michel Gregoire, vice-Président en charge de l'agriculture à la Région Rhône-Alpes, Michel Savin, Sénateur de l'Isère, le Présidents et Directeurs des Chambres d'agriculture de l'Isère et de la Drôme, Guy Durand Président de l'APAP, Daniel Vignon, Président du SIVER...

Danielle Pic, entourée de Jean Claude Potié et Daniel Vignon.
Danielle Pic, entourée de Jean Claude Potié et Daniel Vignon.

Jean Claude Potié, vice président jouant à merveille le rôle de relations publiques…Etaient également présents, parmi d’autres… Daniel Vignon, président du Syndicat interprofessionnel du Bleu du Vercors sassenage, Guy Durand, président de l’Association des producteurs du parc… Oui vraiment une forte mobilisation…

Chacun a apprécié l’initiative du Parc de s’investir sur le salon afin de valoriser le Vercors à travers son territoire, son terroir et ses produits… Aux côtés du Bleu du Vercors Sassenage, d’autres fromages, la charcuterie, la truite du Vercors ont ravi les papilles…

On n’oubliera pas de mentionner que les Villardes ont également défilé… menées par des jeunes éleveurs: la relève est assurée…

Voici quelques clichés pris sur le vif…

P1130970

P1130973

P1130974

P1130976

P1130978

P1130985

P1130987

P1130988

P1130990

P1130992

P1140112

P1140138

P1140141

VERCORS INAU3

VERCORS INAU2



Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, bleu du Vercors Sassenage, foires/salonsCommentaires fermés

L’Isère en vedette à Paris!

L’espace d’une journée, l’Isère agricole a présenté ses produits sur l’espace Rhône-Alpes au salon international de l’agriculture. Cette opération organisée par la Chambre d’agriculture départementale a connu un franc succès associée à une affluence record… Plusieurs élus: députés, conseillers régionaux, généraux, maires et personnalités diverses, dont des émissaires de la communauté européenne, ont tenu à honorer de leur présence cette initiative originale et attendue. Bien entendu de nombreux élus ou responsables de différentes filières agricoles, agro-alimentaires ont également participé à  » la fête ».

Ils ont été accueilli par Jean Claude Darlet, président de la Chambre d’Agriculture. Celui ci a indiqué que »  le but de la présence de l’Isère au salon est de montrer le dynamisme de l’agriculture départementale et sa variété à travers les produits présentés. Des produits phares tels que les AOC Bleu du Vercors Sassenage et noix de Grenoble associés au St Marcellin. En ce qui le concerne, nous sommes dans la dernière ligne droite pour l’obtention de l’IGP.

Vous découvrirez également de la charcuterie, du beurre d’escargot et du beurre truffé, deux produits nobles, du vin du Grésivaudan et des apéritifs à base de noix et de ratafia.. »

Jean Claude Darlet a tenu à rajouter:  » la qualité de ces produits doivent apporter de la valeur ajoutée aux producteurs. Des producteurs qui doivent vivre de leur métier. Voilà pourquoi au cours de cette nouvelle mandature nous serons vigilants sur les installations. On n’acceptera pas tout projet farfelu qui ne sera pas économiquement viable  » a averti le nouveau président de la Chambre d’agriculture de l’Isère.

Propos repris par Christian Nucci, vice président du Conseil Général en charge de l’agriculture.  » L’agriculture joue un grand rôle sur plusieurs niveaux, environnemental, d’aménagement du territoire, sans oublier bien sûr le volet  social et économique.  » Et de rajouter:  » oui les baisses budgétaires sont réelles et l’agriculture n’y échappera pas. Reste qu’il faut fixer des priorités: le soutien à  l’installation, à la modernisation des bâtiments d’élevage… ne baisseront pas. »

Michel Grégoire, son homologue au niveau de la région a indiqué « qu’il faut, suite à la crise qui secoue le monde agro-alimentaire reconquérir le consommateur. On peut le faire de différentes manières. L’opération menée à Paris en est une. Il a rappelé que la région « soutien l’agriculture rhônalpine, valorise ses productions agricoles et agro-alimentaires. Les producteurs doivent avoir les capacité à fournir des produits diversifiés, de qualité et présentant des caractéristiques gustatives, sanitaires et nutritionnelles irréprochables »…

Des qualités gustatives que l’ensemble des convive a apprécié tout au long de la journée….

Voici une série d’illustrations prises sur le vif.

Elles concernent l’espace Rhône-Alpes, des régions… mais aussi des photos prises dans l’espace animaux..

Cliquer sur les photos pour les agrandir…



Catégorie A la une, agriculture, foires/salonsCommentaires fermés

Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes soutient l’abattoir de Grenoble

Au cours d’une conférence de presse nous avons demandé au Président Jean Pierre Gaillard les raisons pour lesquelles  la Caisse Régionale du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes,  soutenait l’abattoir de Grenoble, dans sa nouvelle organisation.

 » L’abattoir de Grenoble est un abattoir de proximité qui doit servir les éleveurs, les chevillards de la proche région. Voilà pourquoi nous avons toujours soutenu cette structure, même si par le passé on  » y a laissé quelques plumes! »

L’abattoir est  une réalité territoriale forte dont l’activité est maintenue avec la mise en place récente d’un système de gestion coopératif, comme le Crédit Agricole sud Rhône-Alpes… Nous ne pouvions pas la laisser tomber mais au contraire l’aider à se mettre en place.
Oui on croit à la durabilité de fonctionnement de cet abattoir par le fait que plusieurs éleveurs ont annoncé qu’ils  y feraient à nouveau abattre leurs bêtes, que des chevillards ont annoncé qu’ils retravailleraient ou qu’ils augmenteraient avec lui  ou qu’ils augmenteraient leur activité… Ce surcroît d’activité nous permet de croire en sa pérennité.. Nous sommes d’autant plus confiants que la crise que traverse la filière viande avec le boeuf-cheval va développer davantage les circuits courts, la vente directe…

«   Nous savons que certains doute de la survie de cette structure d’abattage. Pour nous, il était inconcevable qu’on ne participe pas à cette nouvelle donne » a conclu le Président Gaillard.
Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Catégorie élevageCommentaires fermés

Réunion trufficulture vendredi 15 mars à Chapareillan

Le Centre Régional de la Propriété Forestière de Rhône-Alpes organise en partenariat avec le Syndicat des trufficulteurs de l’Isère et le Groupement des Sylviculteurs de Chartreuse, une réunion de formation qui aura pour thème : LA TRUFFICULTURE.

Cette rencontre est destinée aux propriétaires forestiers, agriculteurs, trufficulteurs et toutes personnes souhaitant découvrir la culture de la truffe.
Cette rencontre se déroulera le Vendredi 15 mars.
Rendez-vous à 14h à l’ancienne fruitière, 1er étage à CHAPAREILLAN
Seront abordés les points suivants :
- Les différents types de truffes
- Les conditions de productions de la truffe
- Les plantations.
La présentation sera réalisée par Eric Hell technicien du CRPF basé dans l’Ain, en partenariat avec le syndicat des trufficulteurs.
Il est possible que qu’une visite sur le terrain soit programmée. Pensez à vous munir de chaussures de montagne et de vêtements chauds.

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

SOUTENIR L’AGRICULTURE DANS SA QUALITE ET SA DIVERSITE, UNE PRIORITE POUR LA REGION

Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, a visité l’Espace Rhône-Alpes du Salon international de l’agriculture à Paris. Il a ensuite rencontré les artisans, les éleveurs et les producteurs rhônalpins présents sur le salon, accompagné de Michel GREGOIRE, Vice-président délégué à l’agriculture et au développement rural, Gérard SEIGLE-VATTE, Président de la Chambre régionale d’agriculture, pour quelques jours encore  et Alain BERLIOZ-CURLET, Président du Comité de Promotion des Produits Agro-Alimentaires de Rhône-Alpes (R3AP).

qq salon

Sur le stand de la Drôme, Jean-Jack QUEYRANNE a été intronisé Chevalier de la confrérie des Compagnons de la Clairette de Die, il a également visité le stand Savoie Mont-Blanc en présence de Stéphane Le FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agro-Alimentaire et de la Forêt.
Par sa présence sur le Salon de l’agriculture, la Région marque son soutien à l’agriculture rhônalpine et valorise ses productions agricoles et agro-alimentaires.
« La Région soutient l’agriculture de Rhône-Alpes pour qu’elle conserve sa capacité à fournir des produits diversifiés, de qualité et présentant des caractéristiques gustatives, sanitaires et nutritionnelles satisfaisantes » a rappelé Jean-Jack QUEYRANNE à cette occasion.

« L’agriculture est au coeur de notre économie avec 74 000 actifs agricoles et 46 000 salariés des industries agroalimentaires, secteur dont la balance commerciale est positive en Rhône-Alpes » a-t-il poursuivi.
Après avoir réorienté sa politique agricole en 2010 autour de 4 objectifs (Contractualisation, Autonomie, Proximité et Eco-responsabilité – CAPE), la Région vient de voter, en décembre dernier, de nouvelles mesures, qui vont dans le sens de ces orientations et qui visent à :  soutenir la filière bois en mettant notamment en oeuvre une gestion durable des forêts,  favoriser l’autonomie alimentaire des élevages (première activité de l’agriculture
régionale : 58% des exploitations) afin de réduire leur exposition à la volatilité des prix des matières premières consacrées à l’alimentation du cheptel.
Par le biais de la stratégie foncière adoptée en 2012, elle agit aussi pour maintenir le nombre d’exploitations agricoles, passé sous la barre des 40 000 en 2011 et ce, en dépit d’une dynamique de 1 000 installations annuelles.

Au-delà de ces engagements, la Région Rhône-Alpes veille :
- au maintien de la grande diversité de production qui fait la richesse de Rhône Alpes ;
- au développement des circuits courts ;
- à un plus grand respect de la saisonnalité ;
- à la qualité et à une meilleure traçabilité des produits.

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

1er accord collectif du Programme national pour l’alimentation avec l’association « Bleu-Blanc-Cœur »

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, et Guillaume Garot, ministre délégué à l’Agroalimentaire, ont signé avec l’association Bleu-Blanc-Cœur le premier accord collectif dans le cadre du Programme national pour l’alimentation (PNA).

Reconnaissance officielle d’une démarche agricole vertueuse sur le plan environnemental comme sur le plan nutritionnel pour l’homme, la signature de ce premier accord collectif répond aux objectifs du projet d’agro-écologie « Agricultures, produisons autrement » porté par Stéphane Le Foll et visant à promouvoir, sur toute la chaîne de production agricole, « du champ à l’assiette », des pratiques et savoir-faire qui concilient performance écologique et performance économique.

Prendre soin de la terre et des hommes, c’est le but de la démarche des agriculteurs et des éleveurs de l’association Bleu-Blanc-Cœur qui travaillent depuis 2000 à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs produits (œufs, viandes, produits laitiers, farines, pain…) en augmentant la quantité d’oméga 3 qu’ils contiennent grâce à une alimentation des animaux à base d’herbe, de lin et de luzerne – des plantes reconnues pour leurs vertus agronomiques et environnementales, et qui réduisent les émissions de méthane des élevages de ruminants.

Cette approche permet ainsi d’avoir un impact bénéfique pour l’environnement tout en améliorant la qualité nutritionnelle et gustative des produits destinés aux consommateurs.

Le dispositif des accords collectifs est partie intégrante de la politique de l’alimentation et de sa déclinaison opérationnelle, le Programme national pour l’alimentation (PNA). Leur objectif est de faire évoluer favorablement la composition nutritionnelle des produits et la durabilité des modes de production, de transformation et de distribution.

Cette approche collective doit permettre de créer un effet d’entraînement le plus large possible sur une famille de produits, une partie de secteur ou tout un secteur.

Le PNA concourt notamment à la lutte contre le gaspillage alimentaire et l’amélioration de la qualité nutritionnelle des produits alimentaires, défendus par Guillaume Garot. Les engagements en matière de nutrition suivent les recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS).

C’est parce que Bleu-Blanc-Cœur travaille sur la filière globale que l’association peut s’engager volontairement sur 4 objectifs :

- Promouvoir des modes de production, de transformation et de distribution durables
- Préserver ou améliorer la qualité gustative des produits
- Améliorer la qualité lipidique des aliments
- Rendre accessible au plus grand nombre les produits Bleu-Blanc-Cœur

Min.Agri.Fr

Pour en savoir plus cliquer sur: Annexe


Catégorie agriculture, agro-alimentaireCommentaires fermés

Installation des jeunes agriculteurs

Le dispositif national des aides à l’installation comprend essentiellement une dotation en capital, la dotation jeune agriculteur (DJA), ainsi que des prêts à taux bonifiés, les prêts MTS JA.

Conditions d’obtention de l’aide :

  • Etre âgés de 18 ans au moins et de 40 ans au plus à la date effective d’installation

  • posséder un diplôme de niveau IV

  • réaliser un plan de professionnalisation personnalisé (PPP) tenant compte des diplômes et expériences professionnelles antérieures. La réalisation du PPP est un préalable à la présentation du projet d’installation en CDOA.

  • réaliser un plan de développement de l’exploitation (PDE) sur une durée de 5 ans, au terme de ce plan, l’exploitation doit dégager un revenu au moins égal au SMIC, l’exploitation doit constituer une unité économique indépendante,

  • s’engager à acquérir le statut d’agriculteur à titre principal ou secondaire dans un délai de 12 mois,

  • s’engager à effectuer dans les trois ans suivant l’installation les travaux de mise aux normes,

  • tenir une comptabilité de gestion certifiée par un comptable agréé si la comptabilité est tenue par le JA.

Détail du plan de professionnalisation personnalisé (PPP)

Est créé un comité départemental à l’installation (CDI) composé des représentants des organisations professionnelles agricoles, de la Chambre d’agriculture, des collectivités locales, des services de l’Etat, des centres de formation, de structures siégeant en CDOA (banques et Chambre d’agriculture). Ce comité organise le dispositif relatif à l’installation des JA dans le département ; il est consulté sur les candidatures et le fonctionnement du Point Info Installation et du centre d’élaboration du PPP ainsi que sur le contenu du stage collectif obligatoire (stage 21 h).

Le Point Info Installation informe les JA des démarches à effectuer pour l’installation, il fournit à chaque JA un document d’autodiagnostic permettant une première analyse du projet d’installation. Le Point Info Installation dirige les JA vers les organismes chargés de les accompagner dans l’élaboration de leur projet.
Document d’autodiagnostic

Le centre d’élaboration des PPP (CEPPP) constitué de « conseillers compétence » et de « conseillers projets » analyse avec le JA son parcours de formation et ses expériences professionnelles antérieures en lien avec le projet envisagé et élabore un plan de professionnalisation personnalisé comportant a minima un stage collectif de 21 h. Ce plan de formation peut éventuellement comporter une des actions de formation ou des stages en exploitation à réaliser avant ou après l’installation.

Ce PPP est signé conjointement par les conseillers et le JA ; le PPP est agréé par le Préfet (DDT) puis une fois les stages réalisés et au vu des justificatifs, le Préfet (DDT) valide le PPP.

La liste des conseillers est la suivante :

Mme Lise ESCALLIER, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller compétences,
M. Ahmed GAOUACHE, salarié de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller compétences,
Mme Valérie LABORDE, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller compétences,
Mme Dominique ROMAGNOLI, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller compétences,
Mme Danielle CUCHET, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller compétences,
M. Nicolas CHAMPURNEY, salarié de l’Association départementale pour le développement de l’emploi agricole en tant que conseiller compétences,
Mme Nathalie PRALONG, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller compétences et projet
Mme Frédérique FORT, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller compétences et projet
Mme Audrey VIGOUREUX, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
Mme Sophie CADET, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
Mme Anne BARRABE, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
Mme Amandine FORES, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
M. Jacques HABRARD, salarié de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
M. Guy JAUNEAU, salarié de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
Mme Anne Laure GUYARD, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
M. Gilles TESTANIERE, salarié de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
Mme Cécile LEFEBVRE, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet
M. Frédéric GIMENEZ, salariée de la Chambre d’agriculture de l’Isère en tant que conseiller projet

Plan de développement d’exploitation

Le candidat est libre d’établir son PDE lui-même ou de solliciter l’aide de l’organisme de son choix.

Le PDE doit être daté et signé,

La Chambre d’agriculture doit assurer un suivi annuel du PDE et transmettre à tous les jeunes une fiche de suivi :
- fiche de suivi

Cette fiche doit être retournée par le JA à la Chambre d’agriculture dans les six mois dûment renseignée avec toutes les modifications survenues dans l’année écoulée. 4 fiches seront à renseignées à compter de la 1ère année du PDE.

Cette fiche devra préciser tous les changements survenus sur l’exploitation par rapport au PDE initial dans l’année écoulée.

Les productions et le programme d’investissement ne peuvent pas faire l’objet d’avenant au cours de la 1ère année d’installation sauf circonstances exceptionnelles (ex, la casse inopinée d’un matériel ou cas de force majeure).

En cas d’avenant en année 1, une demande doit être faite à la DDT accompagnée de tout justificatif.

Au terme des 12 mois suivant l’installation, en cas de modification du PDE, le jeune doit en fonction des modifications apportées : Tableau de synthèse

1 noter les changements sur la fiche de suivi annuelle suivante

2 faire un avenant simplifié – pas de passage en CDOA ; avenant simplifié si :

  • investissement non prévu au PDE avec un montant < 25% du montant total des investissements financés en prêt JA

  • changement d’objet d’un investissement prévu au PDE et financé en prêts JA

3 faire un avenant lourd (passage en CDOA) : avenant lourd

  • changement d’exploitation, passage d’ATS en ATP ou l’inverse
  • changement des statuts de la société (arrivée ou départ d’un associé, création sociétaire)
  • modification de la production (exemple : passage bovin lait à Bovin allaitant, grandes cultures à cultures pérennes, ou maraîchage) création ou suppression d’un atelier de transformation (lait ou viande)
  • suppression d’un atelier représentant plus de 25% du CA
  • création d’une SARL pour photovoltaïque ou commercialisation des productions
  • modification de + de 25 % des effectifs des animaux ou de la surface

La dotation est versée en une seule fois, et le montant accordé dépend de la zone dans laquelle se situe le projet.
La commission départementale d’orientation agricole (CDOA) après analyse du projet, propose un montant à l’intérieur des plages suivantes :

zone de plaine : entre 8000e et 17300€
zone défavorisée : entre 10300€ et 22400€
zone de montagne : entre 16500€ et 35900€

Contact DDT :

Michèle CHATENAY 04 56 59 45 30 ou Anne Catherine BOSSO 04 56 59 45 26

Contact extérieur :

Point Info Installation :
Maison des agriculteurs 40 avenue Marcellin Berthelot BP 2608 – 36036 Grenoble cedex 02 – tél : 0476206701
Chambre d’agriculture 40 avenue Marcellin Berthelot BP 2608 – 36036 Grenoble cedex 02 – tél : 0476206868 pour la préinstruction des dossiers de demande d’aides
CEPPP : Chambre d’agriculture de l’Isère au 0476206805

Catégorie installationCommentaires fermés

Prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes (PMTVA)

Nouveautés pour la campagne 2013

Pour la campagne 2013 le montant de la modulation est de 10 % pour toutes les aides directes versées au titre de la campagne, au-delà des 5 000 premiers euros.

La gestion des droits reste échangée pour la campagne 2013.

Dépôt du dossier de demande

Le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt souhaite développer le dépôt électronique des dossiers de demande d’aide par les agriculteurs, à l’aide de TELEPAC.
Le dossier papier de demande de PMTVA n’est plus envoyé systématiquement par la Direction Départementale des Territoires de l’Isère.

Pour déposer votre dossier PMTVA vous devez opter pour le dépôt électronique via le site télépac http ://www.telepac.agriculture.gouv.fr

Pour vous aider dans votre télédéclaration vous trouverez ci-dessous la liste des différents sites sur le territoire isérois qui peuvent vous accueillir ainsi que des documents d’aide à la télédéclaration sur le site internet de la DDT

1/ Atelier TELEPAC au Service Agriculture de la DDT, situé au 17 boulevard Joseph Vallier 38000 GRENOBLE.

service gratuit,
accès tous les jours de la semaine du 01/03/2013 au 15/05/2013,
horaires : 09h00 – 12h00, 13h30 – 17h00,
prise de rendez-vous obligatoire pour vous assurer de la disponibilité d’un poste informatique : 04 56 59 45 15,
vous serez accompagné par un agent du service durant votre télédéclaration.

2/ Télédéclaration sur les sites de la chambre d’agriculture du 01/03/2012 au 15/05/2012 :

  • CHATTE : Les Colombières – 38160 CHATTE (04 76 38 23 00)
  • VIENNE : ZA Malissol – 38200 VIENNE (04 74 85 94 29)
  • SAINT ETIENNE DE SAINT GEOIRS : ZAC Grenoble Air-Parc – 38590 ST ETIENNE DE ST GEOIRS (04 76 93 79 50)
  • LA TOUR DU PIN : 7 Place du Champ de Mars – 38110 LA TOUR DU PIN (04 74 83 25 00)
  • LA MURE : 8 Avenue du Général de Gaulle – 38350 LA MURE (04 76 30 90 07)
  • GRENOBLE : Maison des Agriculteurs – 40 Avenue Marcelin Berthelot 38000 GRENOBLE (04 76 20 68 68)

    • déclaration PMTVA : service gratuit,
    • possibilités de pré-remplir la déclaration PAC (service payant)
    • 4 jours par semaine : lundi, mardi, jeudi et vendredi,
    • horaires : 08h30 – 12h00, 13h30 – 17h00,
    • prise de rendez-vous obligatoire,
    • accompagnement pendant la télédéclaration de la personne ressource du site.

Montant de la prime

La PMTVA a été mise en œuvre pour compenser la baisse du prix de la viande bovine. Dans le cadre du bilan de santé de la PAC, la PMTVA est découplée à hauteur de 25% depuis la campagne 2010.

Le montant de la PMTVA à compter de la campagne 2010, avant modulation et application du stabilisateur est de :
150€ de montant couplé (soit 200 € X 75%) par animal primé pour la part communautaire,
s’ajoute la PNSVA (prime nationale supplémentaire à la vache allaitante), part nationale d’un montant indicatif de 50 € pour chacune des 40 premières vaches primées et de 25,85 € par vache primée à partir de la 41ième. Montants non concernés par le découplage.

Un acompte pourra être versé courant octobre 2013 uniquement pour les dossiers pour lesquels la Période de Détention Obligatoire de 6 mois est terminée.

Catégorie PAC, élevageCommentaires fermés

Boisement: choix d’itinéraires

Au sommaire du nouveau dossier de Forêt-entreprise n° 209 (mars 2013) : Boisement : choix d’itinéraires

forêt entre

L’installation d’une plantation se raisonne principalement en fonction des qualités de la station, des modalités de suivi prévues et du peuplement final recherché.

Fruit des travaux du programme transfrontalier Pirinoble, la réflexion préalable à un projet de boisement pur ou mélangé de feuillus est actualisée dans ce dossier, présenté par Jacques Becquey, ingénieur au CNPF-IDF.

De différents profils de planteurs, associés à des modalités de suivi (entretiens, tailles, élagages), découlent trois scénarios types de plantation (en fiches pratiques).

Les choix des essences à planter, les types de plants, les densités, leur disposition sur la parcelle, en fonction de la station et de la composition du peuplement final, les calendriers d’interventions sont détaillés en itinéraires précis.

Une synthèse récapitule l’ensemble de la démarche.

Quelques articles du dossier :

- Avant de s’engager dans un boisement…

- Choix des essences : quelles possibilités offertes par la station ?

- Trois scénarios « type » en fonction du profil du planteur et du suivi envisagé :

- verger à bois : suivi intensif,

- plantation forestière assistée : suivi intermédiaire,

- plantation forestière classique : suivi extensif,

- Composition de la plantation : pour quel peuplement final ?

Également dans ce numéro (hors dossier)

- Un castanéiculteur expérimentateur motivé,

- Adapter le développement forestier aux besoins et attentes de propriétaires,

- Le robinier en Picardie,

- Plantation de pin maritime : les travaux préparatoires.

Abonnement annuel : 6 numéros 48 €, étudiant 40 €, adhérent Cetef ou Fogefor 33,60 €

IDF-Diffusion, 47 rue de Chaillot, 75116 Paris

Courriel : idf-librairie@cnpf.fr

Retrouvez sur le site www.foretpriveefrancaise.com

L’abonnement en ligne : http://www.foretpriveefrancaise.com/foret-entreprise/

Catégorie forêtCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

février 2013
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+