Catégorie | La Métro, La Métro

Une autre école : l’école de la deuxième chance (E2C)…

L’E2C de l’agglomération grenobloise : permettre à des jeunes de 18 à 25
ans, en rupture scolaire, de réussir un projet professionnel.

Cliquer sur l’illustration pour en savoir plus

Les Écoles de la 2e Chance (E2C) ont été créées pour offrir une solution aux 150 000
jeunes qui sortent de l’école chaque année sans diplôme ni qualification et se
retrouvent confrontés, mois après mois, à la difficulté d’intégrer le monde du travail. Ils
saisissent ainsi une deuxième chance de se construire un avenir dans une école sur
mesure.

S’étalant sur 7 mois en moyenne, la formation en alternance E2C/Entreprise repose sur
trois piliers : la remise à niveau sur les savoirs de base obligatoires de la charte des
écoles de la deuxième chance ( mathématiques, français, informatique, bureautique),
l’orientation professionnelle et la préparation du projet, la vie collective.

Après une période d’essai qui permet de connaître ses motivations, sa capacité à
renouer avec une école, le stagiaire, accompagné de son référent unique, suit une
pédagogie personnalisée au cours de laquelle il construit son projet professionnel.
En 2012, 139 stagiaires ont fréquenté l’E2C de l’agglomération grenobloise avec un taux
de sorties positives de 52% .

Financés pour moitié par la Métro, les nouveaux locaux de L’E2C de l’agglomération
grenobloise s’inscrivent dans le cadre des interventions existantes au sein de la
communauté d’agglomération permettant de faire du développement économique un
levier pour l’insertion et l’emploi des publics prioritaires.

la métro

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8605 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

février 2013
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+