Catégorie | élevage

Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes soutient l’abattoir de Grenoble

Au cours d’une conférence de presse nous avons demandé au Président Jean Pierre Gaillard les raisons pour lesquelles  la Caisse Régionale du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes,  soutenait l’abattoir de Grenoble, dans sa nouvelle organisation.

 » L’abattoir de Grenoble est un abattoir de proximité qui doit servir les éleveurs, les chevillards de la proche région. Voilà pourquoi nous avons toujours soutenu cette structure, même si par le passé on  » y a laissé quelques plumes! »

L’abattoir est  une réalité territoriale forte dont l’activité est maintenue avec la mise en place récente d’un système de gestion coopératif, comme le Crédit Agricole sud Rhône-Alpes… Nous ne pouvions pas la laisser tomber mais au contraire l’aider à se mettre en place.
Oui on croit à la durabilité de fonctionnement de cet abattoir par le fait que plusieurs éleveurs ont annoncé qu’ils  y feraient à nouveau abattre leurs bêtes, que des chevillards ont annoncé qu’ils retravailleraient ou qu’ils augmenteraient avec lui  ou qu’ils augmenteraient leur activité… Ce surcroît d’activité nous permet de croire en sa pérennité.. Nous sommes d’autant plus confiants que la crise que traverse la filière viande avec le boeuf-cheval va développer davantage les circuits courts, la vente directe…

«   Nous savons que certains doute de la survie de cette structure d’abattage. Pour nous, il était inconcevable qu’on ne participe pas à cette nouvelle donne » a conclu le Président Gaillard.
Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8526 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

février 2013
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+