Archive | 03 mars 2013

Elevage: évolutions du programme national d’actions « nitrates »


Concilier la performance économique des activités agricoles et le respect des exigences environnementales est un objectif clef de l’action gouvernementale.

En matière de protection de la qualité des eaux, la lutte contre la pollution diffuse par les nitrates est un enjeu important qui s’inscrit dans un contexte de contentieux communautaire. En effet, la France a été assignée devant la Cour de Justice de l’Union européenne pour mauvaise application de la directive 91/676/CEE dite directive « nitrates » dans le cadre d’un double contentieux. Le premier porte sur l’insuffisance des délimitations des zones vulnérables, le second sur l’insuffisance des programmes d’actions qui s’y appliquent.

Un renforcement de la réglementation en matière de protection des eaux contre les nitrates d’origine agricole a été engagé depuis 2011 et se poursuivra en 2013. Ainsi le programme d’actions national est entré en vigueur en septembre 2012 et la révision des zones vulnérables s’est achevée en décembre. L’année 2013 sera consacrée à compléter le programme d’actions national et à élaborer les programmes d’actions régionaux.

Delphine BATHO, ministre de l’Écologie, du Développement durable, et de l’Énergie et Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt ont porté toute leur attention pour concilier les exigences imposées par la directive « nitrates » avec le respect des principes agronomiques.

Les Ministres défendent le stockage au champ du fumier compact pailleux pendant 10 mois. Cette mesure permettra pour une grande partie des élevages bovins de ne pas avoir à engager d’investissements supplémentaires pour stocker leurs effluents.

A l’issue d’une concertation engagée avec la profession agricole, les adaptations suivantes sont proposées pour soutenir l’élevage français tout en respectant les exigences environnementales :
-    les durées de capacité de stockage seront évaluées de façon agronomique pour tenir compte à la fois des différences géographiques et des différents types d’élevage. Ces durées ont été réévaluées afin d’éviter des investissements disproportionnés au regard des impacts pour l’environnement ;
-    une période transitoire pour l’application des nouvelles normes est prévue, jusqu’en 2016, pour certaines catégories d’effluents (certains types de lisiers, « fumiers mous ») ;
-    le seuil de pente au-delà duquel l’épandage de fertilisants est interdit a été relevé. Ce seuil peut systématiquement être augmenté en cas de bandes enherbées en bas des parcelles ;
-    les mesures relatives aux cultures intermédiaires piège à nitrates (CIPAN) seront fixées au niveau régional afin de pouvoir s’adapter aux spécificités locales.

Le dispositif global sera prochainement soumis à l’avis de l’autorité environnementale puis à la consultation du public.

Les Ministres veilleront à défendre ces propositions au niveau communautaire.

Catégorie agriculture, élevageCommentaires fermés

Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes: savoir s’adapter..

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

C’est devenu une « bonne habitude »…la Caisse Régionale du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes invite régulièrement la presse afin de faire le point sur ces activités. Pour ce dernier point presse, le rendez vous était fixé au tout nouveau « Store » situé au centre ville de Grenoble.

Jean Pierre Gaillard, président de la caisse régionale a d’entrée planté le décor:  » 2012 a été une année chahutée, 2013 sera l’année de l’incertitude…au niveau économique, règlementaire. Il y a des changements de toutes parts, même au niveau des comportements de nos clients, nous aurons à coeur de les intégrer. C’est ce que nous avons fait avec le Store qui autorise une nouvelle approche, une nouvelle relation …. « 

Jean Pierre Gaillard a rappelé que « le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes est une banque régionale de proximité qui sait prendre ses responsabilités afin de participer activement à l’évolution, au développement de son territoire, de son économie.

Le président de la Caisse Régionale accompagné de Christian Rouchon, directeur Général et de plusieurs cadres ont commenté les résultats 2012 de la première banque régionale coopérative du territoire.

- Les résultats sont solides. Pour la troisième fois consécutive le résultat net est supérieur à 100M€ pour atteindre les 103,5 M€ en 2012.

- L’encourt collecte atteint 17 Mds € ( +2,3% ) favorisé par la hausse des plafonds de livrets A et développement durable.

- L’encourt de crédits, 11,6 Mds € ( + 3,3%) permet  » d’accompagner l’économie locale » malgré une diminution significative des demandes de financements et ce, dans un contexte de risque maîtrisé.

- L’ activité crédits a aussi été « boostée  » par l’habitat en évolution de 3,9% consolidant ainsi sa part de marché au delà de 26%.

 » Des résultats qui prouvent notre solidité et nous encouragent à encore mieux servir nos 260 000 clients sociétaires  » a précisé le Président de la caisse régionale du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes.

Pour ce, des initiatives ont été prises comme la mise en place du concept Store.  » Les attentes de nos clients évoluent, nous devons leur proposer une nouvelle approche de la relation bancaire, contemporaine, en phase avec leurs demandes… »

Le premier Store a ouvert, en octobre 2012, rue de la République à Grenoble. 80% de sa surface est dédiée à l’accueil des clients. Ceux ci se montrent très satisfaits de la nouvelle relation établie entre eux mêmes et leurs conseillers.

Un autre store vient d’ouvrir à Tigneu. L’objectif étant que l’ensemble des agences soient transformées dans les 4 ans qui viennent. « Certes il y a une trame commune mais chaque store aura ses propres spécificités ».

Ont également été abordés le soutient de la caisse régionale envers la nouvelle organisation de l’abattoir de Grenoble. Voir notre article:

Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes soutient l’abattoir de Grenoble

ainsi que le succès grandissant de « Square connexion ».  » Ce site monte en puissance ».

Christian Rouchon confirmant enfin que « les réductions d’emplois n’étaient pas à l’ordre du jour à la Caisse régionale sud Rhône-Alpes. Bien au contraire cette dernière est une entreprise qui embauche… »

Très dense conférence de presse…

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Le monde agricole se met aux emplois d’avenir: premier contrat signé!

Le tout premier contrat d’avenir dans le monde agricole a été signé  au Salon de l’agriculture, entre un jeune webmestre et la Fédération nationale pour l’agriculture biologique (FNAB).

Dispositif phare du gouvernement en faveur de l’emploi des jeunes, les emplois d’avenir permettent aux entreprises d’embaucher des jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas diplômés et à la recherche d’un emploi.

Emplois d'avenir : dans le monde agricole aussi !Au terme de la convention signée hier entre la FNAB et les ministres de l’agriculture et de la consommation, 60 contrats seront conclus en 2013, puis 140 autres seront mis en œuvre en 2014 dans la filière bio. Les jeunes recrutés dans ce cadre exerceront dans les groupements régionaux de l’agriculture biologique (GRAB) et dans les fermes bio, membres de la FNAB.

Cette Fédération est une organisation professionnelle à vocation syndicale sans but lucratif, dont les adhérents représentent environ 10 000 producteurs bio, répartis sur tout le territoire.
Ces nouveaux contrats permettront de développer à la fois des activités d’utilité sociale et de développement durable.

Un emploi d’avenir, qu’est-ce que c’est ?

- Une première expérience professionnelle pour des jeunes âgés de 16 à 25 ans (jusqu’à 30 ans pour les travailleurs handicapés), peu ou pas diplômés et à la recherche d’un emploi.
- Des emplois en CDI dans leur très grande majorité mais qui pourront prendre la forme de CDD de 3 ans et exceptionnellement de CDD d’une durée de 1 an si la situation et le projet professionnel du jeune l’exigent.
- L’Etat finance 75 % du salaire brut du jeune à hauteur du SMIC.
- Au total, ce sont 150 000 emplois d’avenir qui seront créés dont 100 000 en 2013 et 50 000 autres en 2014. Le dispositif coûtera 2,3 milliards d’euros pour les trois années qui viennent. Soit 500 millions pour 2013, puis 1,5 milliard par an lorsque les 150 000 emplois seront installés, grâce au redéploiement des exonérations sur les heures supplémentaires.

Catégorie agriculture, economie/emploiCommentaires fermés

5ème édition des Trophées de l’Agriculture Durable « L’agro-écologie en action »

Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt a lancé la 5ème édition des Trophées de l’Agriculture Durable.


Ceux-ci distinguent des démarches innovantes individuelles ou collectives, réussies, exemplaires d’une agriculture à la fois productive et particulièrement respectueuse de l’environnement et des hommes qui la font vivre.

Cette année, l’agro-écologie est à l’honneur : les Trophées récompenseront plus spécialement les démarches à caractère agro-écologique. Ces dernières sont autant de témoins réussis d’une agriculture doublement performante (économiquement et écologiquement), qui s’appuie sur les ressources de la nature tout en les préservant.

Périco Légasse, journaliste, présidera pour la première fois le jury national de cette 5ème édition des Trophées.

Il est particulièrement sensible au projet agro-écologique porté par Stéphane LE FOLL « A l’heure où les enjeux agricoles prennent une place prépondérante dans la définition du monde de demain, à l’heure où les questions alimentaires et agro alimentaires se placent, au delà de l’actualité, au centre de la préoccupation des Français, à l’heure où l’agriculture française traverse une crise sans précédent, à l’heure où la protection de l’environnement s’inscrit dans une stratégie planétaire, à l’heure où le gouvernement, via l’action du Ministre de l’Agriculture, s’engage dans une politique désireuse de développer le concept de l’agro-écologie, les Trophées de l’Agriculture Durable sont un formidable outil d’espoir, de reconnaissance et de communication pour tous ceux qui œuvrent en faveur d’une agriculture à visage humain conciliant à la fois l’éthique et la rentabilité.

Encourageants pour ceux qui s’efforcent d’aller plus loin dans l’action durable, porteurs de solutions pour tous ceux qui s’interrogent sur le sens à donner à leur profession ou à leur vocation, ces Trophées doivent être une source de motivation pour les nouvelles générations d’agriculteurs et un modèle de réflexion pour ceux qui s’inquiètent de l’avenir de leur exploitation.

Aussi, sensible à ces thématiques, investies dans la défense du patrimoine agricole français, ardent défenseur de la cause paysanne, c’est avec enthousiasme et fierté que j’accepte de présider ces Trophées de l’Agriculture Durable. Poursuivant l’action de mon prédécesseur Erik Orsenna, je porterai la parole et la ferveur de cette initiative dans toutes les campagnes de France. » a ainsi indiqué Perico Legasse.

Deux grands prix : comme chaque année, les Trophées de l’Agriculture Durables décerneront les deux prix habituels dotés par le Crédit Agricole, tant au niveau régional que national :
- le prix de la catégorie « exploitants », qui récompense un agriculteur ou un groupe d’agriculteurs ;
- le prix de la catégorie « structures », qui distingue l’action d’une structure (association, coopérative, chambre d’agriculture…), dont la vocation est d’accompagner les agriculteurs.

Pour cette nouvelle édition, les Trophées de l’Agriculture Durable se rénovent en profondeur afin d’être un outil au service de l’ambition du Ministre de faire de l’agro écologie une force pour la France.

Outre la grille d’analyse des projets et le choix des membres du jury (qui comptera cette année des membres des réseaux pionniers de l’agro écologie) , cette édition se distinguera aussi par la mise en place de trois initiatives au niveau national :

- le prix spécial de la démarche collective, prix également doté par le Crédit Agricole, qui récompensera un projet dans lequel l’action collective est au cœur de la démarche ;
- le « coup de cœur des lycéens », décerné par un jury de lycéens agricoles, sensibilisés à l’agro-écologie ;
- le « coup de cœur du public », décerné par le public via le site du ministère www.agriculture.gouv.fr

Retrouvez les 3 lauréats distingués en 2012 : http://agriculture.gouv.fr/Trophees-agriculture-durable-2012

Plus d’informations sur : www.agriculture.gouv.fr et www.produisons-autrement.fr

Pour en savoir plus et télécharger le dossier de candidature, rendez-vous sur http://agriculture.gouv.fr/trophees-agriculture-durable

A RETENIR:

déposez-le ou renvoyez-le auprès de la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) dont vous dépendez avant le 1er mai 2013

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Metroscope.fr: dossier budget 2013 de la Métro

Le magazine bimestriel de GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION, métroscope.fr consacre le dossier son numéro de mars-avril au budget 2013 de la Métro. La priorité de ce budget est: favoriser l’activité économique, l’emploi et le cadre de vie.

D’autres sujets sont traités comme les assises de l’énergie, la pose du pont du tram E porte de France, le plan déchet de la Métro… et un petit écho sur la fréquentation de sillon38.com.

metroscope

Feuilleter Le Métroscope.fr n°101

Télécharger le Métroscope n°101

Contacter « Le Métroscope.fr »

Le Métroscope / Grenoble-Alpes Métropole
3 rue Malakoff
38031 Grenoble cedex

• Téléphone : 04 76 59 59 59
• Mail : lemetroscope@lametro.fr

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+