Catégorie | bio

Les collectivités territoriales au cœur du développement de l’agriculture biologique

corrabio col

Corabio, la Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique, organise un colloque à destination des collectivités territoriales de Rhône-Alpes afin de les sensibiliser au rôle qu’elles peuvent jouer dans le développement de l’agriculture biologique et la protection de l’environnement sur leur territoire.

Les thématiques de la protection de la ressource en eau, de l’organisation de la restauration collective et du développement des circuits courts seront à l’ordre du jour.

Les collectivités territoriales sont de plus en plus nombreuses à inscrire leur action politique dans une perspective de développement durable.

Dans ce contexte, le soutien des élus locaux à l’agriculture biologique doit trouver toute sa place. Le développement des surfaces en bio est un enjeu réel pour demain face à deux impératifs : préserver la qualité de l’environnement et accroître le nombre de producteurs bio pour répondre à la demande des citoyens.

Les collectivités territoriales ont un rôle à jouer pour relever ce défi. Afin de présenter aux élus et agents des collectivités diverses expériences relatives à la préservation de la ressource en eau, au développement des circuits courts et à l’organisation de la restauration collective, Corabio organise un colloque en partenariat avec l’ADABio (le groupement des producteurs bio de l’Ain, l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie).

Le colloque du mardi 19 mars aura lieu  à l’Espace Yvette Martinet à Annecy (74). Le programme complet est disponible sur www.corabio.org, l’inscription est indispensable en appelant Corabio au 04 75 61 19 35

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8565 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+