Catégorie | agriculture, environnement

« Faut-il sauver les mauvaises herbes ? »

Dans le cadre de la Semaine des Alternatives aux Pesticides, l’association de protection de la nature Le Pic Vert organise le vendredi 22 mars 2013 à 20h30 dans la salle des mariages de la mairie de Réaumont une conférence audiovisuelle « Faut-il sauver les mauvaises herbes ? » avec Stéphanie HUC chargée de conservation au Conservatoire Botanique National Alpin de Gap.

Stéphanie HUC présentera sous la forme d’un diaporama commenté, les actions entreprises par le Conservatoire Botanique National Alpin, basé à Gap (05), pour conserver le patrimoine naturel, agricole et culturel que constituent le coquelicot, le bleuet, le miroir de Vénus, l’adonis d’été et les autres plantes dites messicoles.

Ces espèces de plantes liées aux cultures ont énormément régressé depuis les années 1950 suite à la mutation des pratiques agricoles (pesticides, remembrement).

Alors que la banalisation des milieux agricoles conduit à une raréfaction des fleurs nécessaires à la survie des abeilles, de nombreux efforts sont portés par les collectivités, les agriculteurs et les apiculteurs pour développer des jachères fleuries.

Stéphanie HUC rappellera aussi que les plantes messicoles ont toute leur place pour continuer à nourrir les pollinisateurs en milieu rural. Ainsi elle présentera également le projet de culture conservatoire de plantes messicoles qui a démarré en octobre 2012 avec l’aide la commune de Réaumont, du Conseil général de l’Isère et de l’association Le Pic Vert.

Renseignements : Association Le Pic Vert au 04 76 91 34 33 ou par courriel à contact@lepicvert.asso.fr

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8512 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+