Archive | 31 mars 2013

Quelle énergie pour demain ?

A l’occasion de la semaine du développement durable, l’AGEDEN et l’ALEC, en partenariat avec CIPRA International, la MNEI et ALPEXPO, vous invitent à une soirée de débat et d’échanges sur le sujet de la transition énergétique.

Le débat national sur la transition énergétique initié par le gouvernement en fin d’année dernière bat son plein. Ce débat doit nous permettre, citoyens consommateurs d’énergies que nous sommes, d’exprimer nos idées et notre vision sur l’avenir énergétique de la France.

L’événement aura pour thème « Quelle énergie pour demain ? » et nous tenterons ensemble de répondre aux grandes questions posées par le Débat sur la transition énergétique :

  • Comment aller vers l’efficacité énergétique et la sobriété ?

  • Quels coûts, quels bénéfices et quels financements de la transition énergétique ?

  • Quels choix en matière d’énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l’énergie et quelles stratégies de développement industriel et territorial ?

  • Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025 ?

  • Quelle gouvernance ? Quel rôle notamment pour l’Etat et les collectivités ?

Ce débat participatif sera co-animé par l’AGEDEN et l’ALEC

Pour accéder au Salon à Alpexpo Grenoble

Profitez de cet événement pour faire le tour des exposants ! Vous pourrez accéder gratuitement au salon à partir de 16h00 le vendredi 12 avril en vous présentant aux caisses muni d’un exemplaire (par personne) du bon ci-dessous dûment rempli avec vos coordonnées. Une entrée vous sera remise en échange.

> Téléchargez le laisser-passer pour un accès gratuit au salon

Catégorie énergiesCommentaires fermés

Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine: des actions tous azimuts

Très dense assemblée générale de l’Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine présidée par Patrick Chion. Cette association regroupe près de 200 adhérents et ils étaient nombreux à Mens pour cette importante rencontre pour l’activité forêt en sud Isère.

A la tribune on reconnaît Bertrand de Germiny, Patrick Chion, président de ltAFTBM; Charles Galvin vice président du Conseil Général, Henri Gras président de l'UGDFI et Jean Bernard président de Bois des Alpes

A la tribune on reconnaît Bertrand de Germiny président de Valfor, Patrick Chion président de l'AFTBM; Charles Galvin vice président du Conseil Général, Henri Gras président de l'UGDFI et Jean Bernard président de Bois des Alpes

Patrick Chion a rappelé que son groupement a beaucoup travaillé sur la traçabilité et la valorisation des bois locaux. 3 une étude a été lancée et s’est poursuivie par la mise en place d’un comité de pilotage qui a réuni les propriétaires forestiers mais aussi les élus, bûcherons, experts forestiers, scieurs, architectes…

Il faut retenir que la traçabilité  » n’est pas une fin en soi mais indique que le but visé est de vraiment qualifier les bois locaux pour leur trouver une plus-value dont les propriétaires forestiers ont bien besoin…La traçabilité a donc pour objectif d’engager un processus de valorisation du bois tant sur le plan technique que sur le plan économique. ».

Pour ce il a été décidé de mettre en place des échanges fréquents entre les différents partenaires.

On retiendra que cette réflexion a pu être menée grâce à un travail important fourni par Marine Macé-Nanteuil. Elle a réalisé un dossier complet sur la valorisation et la traçabilité des bois locaux.

Voir les articles mis en ligne sur sillon38:

Alpes sud Isère: une étude sur la filière bois

Forêt Alpes sud Isère: faire concorder l’offre et la demande

Patrick Chion a indiqué également que la triomatic mobile est installée sur la plateforme de St Michel les Portes et qu’une réflexion sur la création d’une Association syndicale libre de gestion forestière est lancée.

Bertrand de Germiny, président du groupement Valfor en a profité pour présenter le projet d’ASLGF en nord-Isère. Il a souligné que cette structure est  tout à fait complémentaire des  actions des groupements en place et permet aux propriétaires de voir leurs forêts gérées durablement.

Jean Bernard président de « Bois des Alpes » a présenté cette certification qui est en pleine expansion. Plusieurs projets ou Bois des Alpes a été sollicité prennent forme,  » plus d’une vingtaine en Rhône-Alpes et Paca »  et nous sommes heureux que la toute nouvelle maison du territoire construite ici à Mens aura des éléments certifiés « bois des Alpes ».

On retiendra enfin que l’AFTBM aura une très forte activité en 2013 et que nous seront heureux de sa présence à la fête de la forêt de montagne, les 21-22-23 juin à Vaujany; à la fête du Bleu les 10 et 11 août 2013 à Gresse-en-Vercors

Voir également notre article : AG de l’AFTBM: des interventions très instructives

AFTBM


Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

AG de l’AFTBM: des interventions très instructives

Patrick Chion, président de l'AFTBM dirige les débats avec à ses côtés Charles Galvin, vice président du Conseil Général et Henri Gras président de l'UGDFI

Patrick Chion, président de l'AFTBM dirige les débats avec à ses côtés Charles Galvin, vice président du Conseil Général et Henri Gras président de l'UGDFI

Parmi les différentes interventions qui se sont succédées lors de l’assemblée générale de l’Association Forêt Trièves-Beaumont-Matheysine nous avons retenu en particulier celle de Henri Gras, président de l’Union des Groupements de développement forestier en Isère.

Celui ci a rappelé  l’importance pour les propriétaires forestiers d’adhérer à des structures telles que les groupements forestiers, au syndicat des forestiers de l’Isère.  » Ceux ci sont complémentaires dans leurs actions et vous offrent des services qui vont bien au delà du coût de leur cotisation… »

Il a également motivé la salle  » à l’impérative démarche d’adhérer à la certification PEFC. Celle ci devient un passage obligé pour vendre ses bois. Ne pas souscrire à cette démarche est une grave erreur. » Il a également lancé un appel aux propriétaires  » qui ont des cheveux blancs  » afin qu’ils lèguent leurs forêts à leurs enfants, petits enfants,  » ceci de façon intelligente, à savoir sans diviser les parcelles… »

Propos confirmés par le président du syndicat forestier de l’Isère Bruno de Quinsonas.  » Vous souhaitez que votre forêt vive: regroupez vous, ne restez pas seuls » a t-il dit en substance. Il a rappelé les batailles gagnées par le syndicat national: « au niveau de la TVA par exemple ». Il a enfin lancé, sous forme de boutade un appel à l’adhésion à PEFC  » si vous ne voulez pas vendre vos bois: n’adhérez pas à PEFC!!! »

Il a été rappelé que les pays asiatiques, la Chine en particulier voient leurs surfaces certifiées PEFC en pleine expansion…

Charles Galvin, vice président du Conseil Général, en charge de la forêt a indiqué que « l’Isère est un département forestier avec 1/3 de sa superficie couverte de forêts… Le conseil général a donc logiquement inclus la forêt et la filière bois dans ses compétences.  »

Il a informé la salle que les restrictions budgétaires frappent le département,  » le budget du conseil général est en baisse globale de 15%. Cela ne doit pas nous empêcher d’être offensifs. Il s’agit de mieux travailler, de faire des choix. Voilà pourquoi j’ai décidé de réunir l’ensemble des acteurs de la filière afin de définir les priorités. Sur certaines actions, on doit trouver les moyens d’additionner les financements, qu’ils soient locaux mais aussi de la région, de l’Etat, de l’Europe… « 

Il a confirmé que le département va avoir une action forte en direction des scieries et des entreprises de 2ème transformation. « Oui nous devons maintenir sur l’ensemble de notre département des outils de transformation de qualité, modernes, qui puissent répondre aux attentes. Ils sont également sources d’emplois non délocalisables… »

Il a  rappelé le rôle des chartes forestières de territoire « qui sont un outil indispensable. Elles permettent de prendre en compte les intérêts aussi divergents que ceux des propriétaires, chasseurs, ramasseurs de champignons… « 

AFTBM

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Jambons d’exception, pour le meilleur et pour le pire..

Comment le jambon sec, synonyme d’excellence, est-il devenu un produit de grande consommation, vendu par les grandes surfaces à des prix parfois imbattables ?

Dans les grandes surfaces, le jambon sec est devenu un produit d’appel, associé à l’authenticité des terroirs ainsi qu’à un certain prestige.

Des jambons dits «d’exception», préparés de manière traditionnelle par des amoureux du goût, y sont vendus à moins de 10 euros le kilo, contre 150 euros dans les épiceries spécialisées ou chez les charcutiers.

Mais s’agit-il vraiment du même produit ? Comment distinguer l’original de sa copie ?

Gilles de Maistre a parcouru l’Europe à la rencontre de ceux qui entretiennent ce savoir-faire et tente de comprendre comment un produit d’excellence a pu devenir un produit de grande consommation.

France-5 France 5 – dimanche 31 mars,  20h41

Catégorie consommationCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+