Archive | 24 mai 2013

Météo exeptionnelle: mesures exeptionnelle

De nombreuses productions et régions agricoles ont été affectées au cours des derniers mois par des conditions climatiques difficiles avec des températures inférieures à la moyenne et des pluies abondantes.

Comme il s’y était engagé le 17 mai dernier suite à sa rencontre avec les représentants de l’agriculture de l’Aube, Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, a décidé de mettre en place des mesures pour les agriculteurs touchés par les inondations qui ont submergé des prairies, des surfaces consacrées aux grandes cultures (céréales et oléagineux) ainsi que des productions légumières.

Ces mesures d’urgence sont étendues aux six autres départements de l’Est de la France également concernés : Marne, Haute-Marne, Yonne, Côte d’Or, Saône et Loire et Seine et Marne. Les agriculteurs d’autres départements pourront également en bénéficier en fonction de l’évolution de la situation climatique.

Le Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) indemnisera les exploitants pour les pertes de récoltes éligibles (prairies et maraîchage) ainsi que les pertes de fonds (par exemple destruction de clôtures) pour l’ensemble des productions.

Des missions d’enquête sont en cours sur le terrain pour évaluer les pertes. Les dossiers de demande de reconnaissance seront transmis pour avis au Comité national des risques en agriculture dès qu’une évaluation fiable des pertes sera possible. Au regard des pertes, une dérogation aux taux d’indemnisation pourra, le cas échéant, être décidée à titre exceptionnel.

Des assouplissements réglementaires seront apportés pour certaines mesures de la PAC bénéficiant aux exploitations touchées par les inondations :

- L’utilisation des jachères dans les départements sinistrés sera autorisée.

- Les contraintes liées à l’entretien des parcelles seront assouplies pour permettre aux agriculteurs de recevoir l’aide découplée (DPU) sur les parcelles concernées.

- Des assouplissements seront accordés pour les Mesures agroenvironnementales (MAE), après reconnaissance de la situation de force majeure ou de circonstances exceptionnelles par le Préfet.

- Enfin la régénération des prairies permanentes sinistrées sera possible.

Des mesures d’accompagnement seront mobilisées pour les agriculteurs les plus touchés.

- Les agriculteurs sinistrés pourront demander un dégrèvement de leur taxe sur le foncier non bâti pour les parcelles touchées par les inondations. Le Maire pourra formuler au nom de l’ensemble des contribuables concernés de sa commune une demande collective auprès des services fiscaux.

- Les agriculteurs peuvent d’ores et déjà solliciter une demande de prise en charge de cotisations sociales auprès des caisses MSA qui mobiliseront l’enveloppe de crédits d’action sanitaire et sociale qui leur est allouée. En complément des prises en charges de cotisations, les agriculteurs sinistrés peuvent bénéficier d’échéanciers de paiement d’une durée maximale de trois ans, financés sur le Fonds de solidarité des Crises Agricoles.

- Enfin, les établissements bancaires seront sollicités pour mettre en place des dispositions adaptées aux difficultés de trésorerie des agriculteurs sinistrés.

Par ailleurs, les fortes pluies du week-end de la Pentecôte ont également causé des dégâts sur les cultures dans certains autres départements comme les Landes, le Rhône et le Var. Des missions d’enquête sont d’ores et déjà programmées, en vue d’une mobilisation du Fonds national de gestion des risques en agricultures (FNGRA) pour les productions de kiwi dans les Landes ainsi que pour la viticulture et les productions maraichères dans le département du Rhône.

Enfin, le secteur de l’horticulture fortement impacté lui aussi par les conditions climatiques rigoureuses de l’hiver et du printemps, qui ont entraîné une forte baisse de la consommation des végétaux d’ornement, bénéficiera également de mesures d’accompagnement conjoncturelles.

Les pouvoirs publics ont d’ores et déjà apporté leur soutien à la diffusion d’une campagne exceptionnelle de promotion des produits horticoles.

Pour permettre aux entreprises du secteur horticole de faire face à la baisse de leur chiffre d’affaires depuis le début de l’année et soutenir ce secteur fortement employeur de main d’œuvre, différentes mesures seront activées. Ces entreprises pourront notamment solliciter auprès de leur caisse de MSA une demande de prise en charge de leurs cotisations sociales ainsi que l’étalement du paiement de leurs cotisations sociales. Par ailleurs, les établissements bancaires seront sollicités pour mettre en place des dispositions adaptées aux difficultés de trésorerie des entreprises.

Enfin, le Fonds d’Allègement des Charges (FAC) sera mobilisé à hauteur de 500 000€ pour le secteur horticole. Ceci permettra la prise en charge des intérêts d’emprunts professionnels pour soutenir la trésorerie des horticulteurs qui doivent faire face à un niveau élevé d’endettement.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Prédation: les éleveurs vigilants

Une cinquantaine d’éleveurs venus de toute la France ont profité d’une réunion du Conseil d’Administration de la Fédération Nationale Ovine à Paris pour descendre dans la rue, accompagnés d’une quinzaine de brebis, attirer l’attention du public, des médias et des pouvoirs publics sur le problème de la prédation.

FNO

Les éleveurs ont interpelé les passants sur la problématique de l’ensauvagement des territoires,
le choix de société entre une nature sauvage mais vide ou à une nature habitée, entretenue par
l’homme et créatrice de valeur ajoutée, cette 2nde option nécessitant de gérer et réguler les
populations de prédateurs.

Le lieu du rassemblement, « Bercy », visait aussi à interpeler le Ministère de l’économie et des
finances sur le coût de la prédation. Un budget de 12 millions d’euros prélevé chaque année sur
les comptes de l’Etat pour le loup, à une époque où l’on parle de restrictions budgétaires… de
quoi choquer les âmes sensibles !

La FNO a ainsi tenté de faire passer le message aux Pouvoirs publics que même si le plan loup qui
vient d’être signé comporte certaines avancées comme le relèvement du plafond de prélèvement
et les facilités de tirs, les éleveurs ovins attendent de voir à l’oeuvre l’efficacité de ce plan et ne
seront convaincus que lorsque la tendance des attaques et des victimes, en hausse constante
depuis 20 ans, s’inversera !

Catégorie loup, élevageCommentaires fermés

Atelier métrocitoyen:comprendre et partager le vieillissement de la population

En 2050, un habitant sur trois serait âgé de 60 ans ou plus, contre un sur cinq en
2005. La part des jeunes diminuerait, ainsi que celle des personnes d’âge actif. En
2050, 69 habitants seraient âgés de 60 ans ou plus pour 100 habitants de 20 à 59
ans, soit deux fois plus qu’en 2005. Les plus de 75 ans devraient représenter, en
2050, 11,6 millions de personnes et les plus de 85 ans devraient atteindre 4,8 millions
contre 1,5 million aujourd’hui.

En France, seuls 6% des logements sont adaptés aux personnes âgées ; « l’avenir
c’est le logement adaptable, qui convienne aux jeunes comme aux personnes âgées.
Ces logements doivent être au coeur de territoires de vie, avec des commerces, des
cabinets médicaux, des transports en commun, des accès piétonniers, des bancs,
des écoles, pour que les personnes âgées côtoient les familles », explique Pierre-
Marie Chapon, directeur de la recherche du pôle médico-social Icade et chercheur à
l’Université Lyon3.

Comprendre et partager la question du vieillissement et de la nécessaire évolution
de l’agglomération en termes d’habitat, d’espaces publics, de pratiques urbaines et
de services de proximité face à cette question. Qu’attendent les personnes âgées?
Autant de thèmes qui seront abordés dans le cadre de l’atelier métrocitoyen
organisé par la Métro:

mercredi 29 mai 2013 à la maison de l’habitant, 6 avenue des îles de mars, le
Pont de Claix.

18 h: accueil par Philippe Loppé, conseiller communautaire délégué à la
participation citoyenne.
En présence:
- d’Alain Grasset, conseiller communautaire délégué à la santé,
- de Forence Hanff, adjointe à la ville de Grenoble chargée des politiques
intergénérationnelles et des personnes âgées.
18 h 10: introduction par Pierre-Marie Chapon, enseignant-chercheur, directeur de
recherche pôle médico social Icade (caisse des dépôts consignations)
18h 50: questions réponses avec la salle.
19 h 15 :Table ronde avec une personne du conseil d’administration d’Alertes 38,
Véronique Chirié, directrice du Tasda et Martine Zaza, responsable du pôle animation
gérontologique et inter générationnel du CCAS de Grenoble.

LA metro jaune

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2013
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+