Catégorie | A la une, nuciculture

Noix de Grenoble

Noix de Grenoble

La campagne 2012 s’élève à 13 482 tonnes de noix récoltées, dont 10 897 tonnes en AOP noix de Grenoble. Pour Pierre Gallin Martel président de Coopenoix:  » c’est une bonne année, avec une production correcte, équivalente à 2011, avec des calibres assez gros ce qui nous a permis de la valoriser au mieux. »

Par contre il faut mettre des bémols face à un enthousiasme débordant:  » nous avons noté tout d’abord une certaine hétérogénéité de la production. Si certains secteurs ont eu des rendements exceptionnels, en sud Grésivaudan par exemples, d’autres zones ont connu des baisses importantes.

Les raisons en sont simples: si on a connu une météo très favorable, en particulier au printemps quelques secteurs ont subi des problèmes sanitaires: nécrose, champignons. On peut citer Beaulieu, l’Albenc, Vinay, Izeron… »

Le problème vient du fait que les traitements dits radicaux n’existent pas.  » On ne peut traiter que de façon préventive avec tous les aléas que cela comporte. « 

A noter également que la qualité n’est pas au rendez vous: cerneaux maigres, marrons… La, ou les raisons:  » un manque de chaleur en juillet, de la pluie au moment de la récolte ». Le président de Coopenoix lance un appel aux producteurs:  » ils doivent faire des efforts, de tri en particulier, afin de livrer des noix de très haute qualité.

Trop de lots partent sans agréage, ce n’est pas normal. Chacun doit savoir que nos clients sont de plus en plus exigeants sur la qualité. »

coop 2Cela n’empêche pas que le marché est très actif.  » La commercialisation s’est bien passée pour plusieurs raisons: nous n’avions plus de stocks, la parité euro-dollar nous est favorable, les américains ont délaissé les marchés européens pour ceux de Chine…

Le souci étant que l’on est en déficit de production, on n’a donc pas pu fournir à nos clients les volumes demandés. Vous comprendrez que commercialement c’est frustrant! »

Des clients qui ont du se fournir ailleurs et qu’il sera difficile de faire revenir…

Une des particularité de la noix de Grenoble est qu’elle est vendue à grande majorité à l’export.  » On essaie de rééquilibrer avec la France. Pour ce, les campagnes de promotion, communications mises en place « vont dans le bon sens ».

Courant de l’été des totems de 3 mètres de haut, 13 en tout, seront disposés aux portes de la zone et une route de la noix de Grenoble est en projet. Elle devait voir le jour courant 2014.

Il souffle un vent favorable sur la nuciculture.  » C’est exact que l’on voit un regain d’intérêt pour cette production. Le renouvellement se fait bien et les nuciculteurs ont une moyenne d’âge inférieure à celle de la population agricole. »

Coopenoix a souhaité aider les jeunes agriculteurs qui s’installent. » La raison est simple: il faut attendre plusieurs années avant de tirer un revenu. Nous proposons donc des prêts à taux zéro pendant une durée de 7 ans.

De nombreux jeunes agriculteurs ont bénéficié de cette aide et se montrent très satisfaits de cette initiative. « 

Le problème reste le foncier.  » C’est un frein, c’est certain. On subit l’urbanisation mais aussi le comportement de certains propriétaires qui empêchent que les agriculteurs plantent des noyers.

En un mot ils ne veulent pas s’engager sur du long terme afin d’avoir la possibilité de vendre leurs terres… »

Pierre Gallin Martel est satisfait de voir le dynamisme de la recherche à travers la Sénura.  » Un outil indispensable qui mène des actions totalement complémentaires de celles mises en place par le Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble et la chambre d’Agriculture. »

Voyage en Californie

Une trentaine de producteurs partiront à la découverte de la filière noix de Californie.

Ce voyage est organisé du 22 juin au 2 juillet.

 » Ce sera pour nous l’occasion de rencontrer différents acteurs de la noix californienne avec un rendez vous important, à l’université de Davis. Nous allons écouter des universitaires spécialistes en problématiques sanitaires: bactériose, nécrose, mouche du brou… mais également des pépiniéristes spécialistes en recherche variétale, des exploitations qui pratiquent le cassage, l’énoisage…

Le but de ce voyage est de découvrir, de s’enrichir, d’échanger… et nous espérons qu’il  aura une suite… »

Récolte 2013

Dernier point abordé: la récolte 2013.

« Comme toutes les productions, on constate un retard de 3 à 4 semaines. 0n constate qu’à période égale, les calibres sont très inférieurs à la normale. Le retard sera  t-il rattrapé???

Une incertitude: que va nous réserver la météo dans les semaines à venir: on craint beaucoup les orages, le vent… »

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8617 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+