Archive | 21 juin 2013

Fête de la forêt de montagne

La première journée de la fête de la forêt de montagne est toujours atypique… Elle réuni les professionnels et les … enfants!

Pour cette 13ème édition qui se déroule à Vaujany, la tradition a été respectée.

Vaujany station village est située dans le massif des Grandes rousses, à 1250 mètres d’altitude.

Très étendue (7154 hectares)  elle avait une activité essentiellement d’agriculture de montagne et d’élevage jusqu’à il y a une vingtaine d’années.

Elle a commencé à subir le phénomène de désertification par suite d’une rentabilité nettement insuffisante liée à l’agriculture de montagne.

Vaujany est entièrement entourée de forêts scindées par d’impressionnantes cascades.. Le choix d’organiser en son sein la fête de la forêt de montagne est, à notre sens très judicieux.

En effet « Vaujany possède près de 960 hectares de forêts communales, 785 hectares de forêts domaniales et de vraies questionnements autour de cette thématique se posent aujourd’hui; tels que le rajeunissement des forêts de protection ou encore les techniques d’exploitation et de récolte des bois en forêt de protection. » précise Yves Genevois maire de la commune.

Dès le matin donc, les enfants scolarisés à l’école d’Allemont ont participé à différents ateliers thématiques et pédagogiques sur la forêt et le bois.

L’objectif étant de les sensibiliser à la gestion de la forêt, de la faune, de la flore, des paysages et aux différentes utilisations du bois.

Divers ateliers, dont la construction de nichoirs étaient au programme.

Les professionnels du bois, élus concernés avaient eux, rendez vous à la salle des fêtes de la commune pour participer à différentes réunions de travail. La thématique essentielle étant: débardage par câble et de la forêt de protection.

Sur les hauteurs de Vaujany chacun a pu apprécier l’efficacité » en direct » du débardage par câble.. Ceci dans un cadre somptueux…

Nous avons surpris des propriétaires forestiers, dont Henri Gras, président de l’Union des groupements du développement forestier de l’Isère en train d’installer leurs stands sous le chapiteau qui accueillera les partenaires de cette fête.

On a également vu les agents de l’ONF, en plein travail, préparant le matériel pour le concours de bûcherons. … Et on a même rencontré des vaches..!

Voici quelques images de cette première journée.. Cliquer sur les photos pour les agrandir.



Catégorie A la une, forêtCommentaires fermés

10ème rencontre « je crée ma boite »

Création-reprise d’entreprises : la Métro accompagne les futurs
chefs d’entreprise

Avec près de 28 000 créations d’entreprises en 10 ans dans la région grenobloise,
l’agglomération affiche un réel dynamisme économique. Pour les créateurs repreneurs
potentiels, les démarches à effectuer ne sont pas toujours un long fleuve
tranquille. C’est la raison pour laquelle la Métro accompagne et aide les futurs chefs
d’entreprise grâce à plusieurs dispositifs.

Les rencontres « je crée ma boite »

Cet événement, que la Métro organise 2 à 3 fois par an depuis 2009, a permis
d’acceuillir 450 créateurs potentiels, dont la moitié résidant dans les quartiers
prioritaires. Avec ce type de rencontre, la Métro accompagne le montage de projets
individuels ou collectifs grâce à une mise en relation directe avec les structures de
la création et des entrepreneurs. Il s’agit également d’orienter les porteurs de
projets, de renforcer l’accès aux financements, d’offrir des locaux adaptés et aux
loyers modérés.

Le site « jecreemaboite.biz »

Mais « Je crée ma boîte », c’est aussi un site web d’aide aux jeunes entrepreneurs.
Parce que quand on a un projet de création ou de reprise, on a aussi besoin d’aide et
de conseils : pour monter son business-plan, pour appréhender la comptabilité, pour
définir son statut juridique, trouver un local, obtenir un financement…

Avec son outil d’autodiagnostic, le site www.jecreemaboite.biz aide le jeune
entrepreneur à trouver rapidement les soutiens dont il a besoin.

En quelques clics, le futur chef d’entreprise définit son profil, le site se chargeant
alors de l’aiguiller parmi les structures d’aide et de conseil qui interviennent aux
différentes étapes de la création-reprise :

- trouver une idée : MIE/MIFE Isère, Agiremploi, Pôle entrepreneurial, Etudiants
Grenoble, etc
- clarifier l’idée, tester et valider le projet : CCI de Grenoble, Chambre de métiers et
de l’artisanat,
ACEISP, GRAIN pour les projets innovants, 3bis, Cabestan, Vecteur
activités pour les coopératives, etc
- financer le projet : ADIE, MCAE Isère Active, Réseau entreprendre Isère, Grenoble
Angels, etc
- trouver un local : la Pousada, PETALE, communes, etc
- concrétiser la création, en définissant le statut juridique de la société
- développer l’activité et la pérenniser.

Les autres dispositifs

Les pépinières d’entreprises : elles sont issues d’un partenariat entre La Métro, la
Pousada, la ville de Grenoble. Dans la mesure où le local est un paramètre essentiel
dans les premiers mois d’une activité, les pépinières proposent un loyer progressif et
un accompagnement gratuit pour consolider le démarrage de l’entreprise.

Avec plus de 200 000€ en 2013, la Métro finance également les opérateurs de la
création d’entreprise au titre du développement économique. Ce sont par exemple la
MCAE, l’ADIE, L’ACEISP qui interviennent dans le champ de l’économie solidaire.

ACEISP : Accompagnement à la Création d’Emploi
et à l’Insertion Sociale et Professionnellle
ADIE : Association pour le Droit à l’Initiative
Economique
MCAE : Métro Création d’Activité Economique
MIE/MIFE Isère : Maison des Initiatives et de
l’Emploi/Maison de l’Information sur la Formation
et l’Emploi de l’Isère
PETALE : Pépinière Technologique Alpine
d’E
ntreprises

Infos pratiques

“je crée ma boite”
Maison des Moaïs
47 avenue du maréchal Leclerc
Saint-Martin-le-Vinoux
De 13h30 à 18h30
Bus ligne 1, arrêt la Balme

la métro

Catégorie Chambre des metiers et de l'Artisanat 38, La Métro, La Métro, economie/emploiCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+