Archive | 18 septembre 2013

La FNSEA et son réseau participent à la Fête de la Gastronomie

GASTRO1gasto2

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Création d’un fonds d’allègement des charges pour la filière apicole

Stéphane Le FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, a décidé de répondre à la demande d’aide exceptionnelle formulée par la profession apicole en demandant à FranceAgriMer de mettre en place un fonds d’allégement des charges. Les conditions d’attribution de ces aides de trésorerie ont été décidées de manière concertée avec la profession lors du comité apicole du 16 septembre.

Des reports de cotisations sociales décidées en région pourront compléter également ce dispositif.

Le ministre Stéphane LE FOLL a lancé le 8 février dernier un plan ambitieux de développement durable de l’apiculture française.
L’ambition de ce plan est de faire de la France l’un des plus grands pays apicoles de l’Union européenne alors que chaque année la France importe 25 500 tonnes de miel sur les 40 000 consommées. Ce plan vise également à développer le cheptel apicole dans un contexte de fragilité généralisée des colonies d’abeilles.

Néanmoins, depuis le Printemps dernier les apiculteurs font face à des circonstances climatiques exceptionnelles et notamment une succession quasi continue de conditions de froid et de pluie qui ont eu pour conséquence de bloquer les abeilles à la ruche à la sortie de l’hiver (elles ne peuvent pas sortir en dessous de 12°C et par temps de pluie).

Les réserves de la ruche épuisées, les apiculteurs ont dû nourrir leurs abeilles pour sauver les colonies mais ont dû constater une récolte de printemps quasi nulle. Ces difficultés s’ajoutent à celles enregistrées en 2012 et génèrent une situation de trésorerie très tendue des exploitations apicoles, tout particulièrement pour les jeunes récemment installés.

Catégorie apicultureCommentaires fermés

Loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : un nouvel élan pour notre agriculture

A l’occasion du Conseil Supérieur d’Orientation et de coordination de l’économie agricole et alimentaire qui s’est tenu le 17 septembre 2013, Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a présenté les orientations de loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt.

Le Ministre a déclaré : « Cette loi doit nous permettre de relever le défi de la compétitivité économique, sociale et environnementale, et ce à travers quatre orientations : une amélioration de la compétitivité de nos filières agricoles, et notamment d’élevage, le développement de l’agro-écologie, le renouvellement des générations, et la rénovation des relations entre acteurs du monde agricole ainsi qu’avec le reste de la société ».

Le texte présenté ce jour aux organisations professionnelles agricoles se compose de 34 articles. Il s’inscrit pleinement dans la politique gouvernementale en faveur de la compétitivité et de l’emploi, et s’appuie également sur les leviers de la nouvelle Politique Agricole Commune.

Il sera examiné en Conseil des ministres le 30 octobre, puis discuté en séance publique à l’Assemblée nationale dès le début du mois de janvier 2014.

Parallèlement, Stéphane LE FOLL a également souhaité inscrire l’agriculture et l’agroalimentaire dans la démarche France 2025 initiée par le Président de la République, en proposant aux différentes filières une démarche stratégique pour les dix prochaines années.

Pour cela, chaque filière et chaque conseil spécialisé de FranceAgrimer se verra remettre des propositions par le Ministère pour nourrir leurs propres réflexions, en vue de déboucher collectivement sur un plan cohérent et partagé fixant les grandes orientations stratégiques du secteur à dix ans, tant sur le marché intérieur qu’à l’export.

Une démarche analogue sera conduite pour les filières ultramarines au sein de l’ODEADOM, et pour la filière bois avec le Conseil supérieur de la forêt, des produits forestiers et de la transformation du bois.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Les landais à la découverte de notre forêt…

La forêt des Landes d’une superficie de près d’un million d’hectares est la plus grande forêt artificielle d’Europe occidentale. Elle est composée essentiellement de pins maritimes.

Les propriétaires privés sont regroupés au sein de Groupements de Productivité Forestière. Le département des Landes en compte 4:
- GPF Sud Adour GPF Grande Landes,  Pays de BornGPF Petite Landes- GPF Sud Landes .

Les adhérents de de dernier groupement participent une fois tous les deux ans à un voyage d’étude. Après avoir découvert la forêt des pays de Loire en 2011, ils ont souhaiter se rendre en Isère avec une longue visite  sur le Vercors.

SAULAN

De gauche à droite: John Sauvajon, scieur, Gérard Sauvajon, propriétaire forestier et maire de Corrençon en Vercors, Arnaud Rognacq, président du GPF sud Landes et Julien Goullier, technicien.

Nous les avons rencontré lors de la visite effectuée à Corrençon en Vercors, à la scierie Sauvajon.

Le GPF Sud Landes couvre 87 000 ha boisés (près de 60% de la surface du territoire).  90% de la forêt est privée,  elle est caractérisée par un morcèlement important par rapport à d’autres territoires landais (Haute Landes). 1385 propriétaires ont plus de 10 ha.

Sur la totalité du département les propriétaires possèdent une moyenne de 17 hectares de forêt… et 70% de la surface forestière est détenue par 10% de propriétaires.

L’activité forêt est importante dans les Landes. Elle génère 30 000 emplois non délocalisables et a un chiffres d’affaires supérieur à celui des vins de Bordeaux explique Julien Gouiller technicien forestier.

la forêt landaise rempli quatre missions:

- bois d’oeuvre

- bois d’industrie

- papeterie

- bois énergie

Cette dernière activité prend de plus en plus d’ampleur.

Il est à préciser que l’on peut difficilement vivre que de la forêt, contrairement à y il a quelques années. Les propriétaires forestiers ont tous une activité annexe.

Autre particularité des Landes: les petites scieries ont toutes disparues après les tempêtes de 1999 et 2009. Il ne reste que 5 ou 6 grosses unités sur le département rajoute le président du GPF sud Landes, Arnaud Rognacq.

Des tempêtes qui ont bien abîmé l forêt landaise: » 200 000 hectares  ont été couchés. Il a fallu les nettoyer et les reboiser. Il faut attendre une quinzaine d’années avant qu’ils soient à nouveau productifs. » A noter aussi des attaques de scolytes qui ont touché 30 000 hectares de forêt…

La délégation landaise a donc visité la forêt du Vercors.  » Nous avons les mêmes problématiques, au niveau des revenus, de la concurrence et nous avons les mêmes objectifs: se regrouper au maximum afin de mieux faire entendre notre voix et défendre nos intérêts, être une force de négociation. Il est en effet anormal que certaines centrales préfèrent utiliser du bois venant du nord, de la Finlande par exemple, au détriment du notre… »

Discussion entre présidents.. Celui du GPF des LAndes et Daniel Bonnet, président du Groupement des Sylviculteurs du Vercors 4 montagnes. Un groupement qui s'est beaucoup investi pour accuiellir les forestiers landais. On retiendra l'exclellent et convivial pot d'accueil ou les landais ont pu découvrir nos produits su terroir.. Le Bleu du Vercors sazssenage et la Clairette de Die en particulier

Discussion entre présidents.. Celui du GPF sud Landes et Daniel Bonnet, président du Groupement des Sylviculteurs du Vercors 4 montagnes. Un groupement qui s'est beaucoup investi pour accueillir les forestiers landais. On retiendra l'excellent et convivial pot d'accueil, offert par le GS4M ou les landais ont pu découvrir nos produits su terroir.. Le Bleu du Vercors Sassenage et la Clairette de Die en particulier...

intercom


Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, forêt du VercorsCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2013
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+