Archive | 22 septembre 2013

Appel à témoins pour un ULM disparu

Un UML caréné ressemblant à un petit avion, de couleur blanche, décollant de l’aérodrome du Versoud le vendredi 20 septembre 2013 à 9h47 pour un vol de 2 heures a disparu. Cet ULM est équipé d’un parachute orange.

Son plan de vol l’amenait sur la région d’Alberville, du Val d’Arly, du Beautortain, jusqu’au massif du Mont-Blanc, puis retour par le Massif des Belledonnes.

Les recherches aériennes menées depuis 2 jours se sont révélées infructueuses.

La préfecture renouvelle donc l’appel à témoin.

Si  vous avez aperçu cet appareil, merci de contacter le 17 en précisant l’heure, le lieu et la direction prise par l’appareil.

La préfecture vous remercie pour votre concours.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Sur les pas du loup

Sur les pas du loup
Tour de France historique et culturel du loup du moyen âge à nos jours
Jean-Marc Moriceau

L’histoire du loup en France, comme personne ne l’avait jamais présentée. Un sujet d’une actualité brûlante.

À la fois beau livre, album illustré, atlas (le premier du genre) et livre de référence, l’ouvrage de Jean-Marc Moriceau suscite autant le plaisir de la lecture que celui de la connaissance. Il invite à un voyage dans le temps et dans l’espace.
Sur les pas du loup et dans les traces qu’il a laissées, il propose une lecture inédite du territoire et de l’affrontement séculaire avec les hommes et le bétail. À travers les témoignages de la vie quotidienne, il met en lumière l’omniprésence de l’animal depuis des siècles aux détours des sentiers forestiers, des lisières des champs, des pâturages, des fermes isolées, des villages et même des quartiers des villes. Pas un département ne manque à l’appel.


PAS du loupAlors qu’aujourd’hui, plus de deux cent cinquante loups ont recolonisé un quart des départements à partir des Alpes, un bilan historique et culturel s’impose. La cohabitation est-elle possible entre le loup et l’homme ?

À cette question passionnelle, cet atlas apporte une contribution objective sans équivalent, associée à un regard pertinent sur un héritage culturel et populaire très riche, de la bête du Gévaudan au Petit chaperon rouge et de la toponymie à la chasse du loup.
L’ouvrage s’articule autour de trois axes : L’empreinte du loup (son emprise historique sur le territoire et son grand retour depuis 1993), Le tour de France du méchant loup (les grandes bêtes du moyen âge à la fin du XIXe siècle), Haro sur le loup (destruction et chasse).


• 65 cartes des régions où était présent le loup, couvrant tout le territoire,
• la carte la plus récente (juin 2013) des 25 départements colonisés par le loup,
• des centaines de documents d’archives, dont certains totalement inédits,
• de très nombreuses photos en couleurs de peintures et d’objets d’autrefois,
• des dizaines de récits poignants et d’histoires terrifiantes,
• la liste de toutes les communes touchées par des attaques de loup sur l’homme,
• une liste de 2 200 familles victimes du loup de 1580 à 1880.


Jean-Marc Moriceau est le spécialiste français de l’histoire du loup et du monde rural. Normalien, agrégé d’histoire, professeur à l’université de Caen, membre de l’Institut universitaire de France, il préside l’Association d’histoire des sociétés rurales. Un long portait lui a été consacré dans la revue XXI de janvier-mars 2013.

En librairie le 26 septembre 2013.

Diffusion Géodif, distribution SODIS.
Parution à l’occasion du Symposium international sur le loup, à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), au pied du parc du Mercantour, qui abrite la plus importante population de loups en France (9 -12 octobre).

352 pages entièrement en couleurs, 21 x 27 cm, cartonné, tranchefile. 39 €

Catégorie bibliothèque, loupCommentaires fermés

Nettoyage des berges de l’Isère..

la métro

L’AAPPMA (Association agrée de pêche et de Protection du milieu Aquatique) de Grenoble organise pour la 2eme année consécutive, un nettoyage des berges de l’Isère et du Drac le samedi 19 octobre de 9 heures à 18 heures.

Objectifs :
- Sensibiliser les élus, les acteurs locaux et les habitants de l’agglomération grenobloise aux problématiques des déchets et de la protection du milieu aquatique.
-Faire prendre conscience aux utilisateurs des pistes cyclables de la quantité de déchets qui s’accumule dans nos rivières.
- Nettoyer la rivière et valoriser le paysage rivulaire.
- Mobiliser la population à participer à cette opération de nettoyage qui répond une demande croissante de protection des milieux naturels

De nombreux partenaires vont soutenir cet évènement:

EDF, La ville de Grenoble, La ville de Sassenage, La ville de St-Egrève, La Metro, Decathlon St-Egrève, Vicat, Le club Nautic Sports, Aviron club de Sassenage et Fontaine, REG, CIE,MAIF, GEG, Surfrider, La FRAPNA, La Fédération de pêche de l’isère…

PECHEURS

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Objectif Chartreuse propre…

Le collectif  Chartreuse propre a été créé dans les années 2008 par différentes associations suite à de nombreuses opérations de ramassage de déchets dans différents sites en Chartreuse.

Grâce à cette initiative participative et avec la collaboration du Parc naturel régional de Chartreuse, l’action s’est étendue sur tout le territoire du Parc.

Depuis lors, le collectif agit en concertation avec les collectivités, les bénévoles, les associations et plus
généralement, les acteurs du territoire dont le but commun est de préserver l’environnement qui les entoure.
Aujourd’hui, le collectif Chartreuse propre, composé de cinq associations actives, repère et organise des
ramassages de dépôts sauvages en Chartreuse.

Cette année, le rendez-vous est fixé pour la matinée du SAMEDI 28 SEPTEMBRE 2013.

L’objectif :
DEPOLLUER DE MANIERE CONVIVIALE 4 SITES SUR LE MASSIF DE LA CHARTREUSE

Quatre chantiers de ramassages sont organisés sur l’ensemble du Massif, ils sont gérés par les associations
membres du Collectif détaillées ci-dessous :

- le chantier de Saint Hilaire du Touvet : FRAPNA Isère, Association des Hauts de Chartreuse
Il s’agit d’un chantier familial qui se déroulera sur plusieurs points de la commune, notamment le long de sentiers et en
lisière de forêt.
Rendez-vous : à 9h00, à l’entrée du village de St Hilaire lorsque l’on vient de St Pancrasse / Grenoble.

- le chantier des Echelles : FRAPNA Savoie
Il s’agit d’un chantier familial autour de l’étang du Sauget.
Rendez-vous : à 9h00 devant les terrains de tennis, au début du chemin de l’étang du Sauget, aux Echelles.

- le chantier de Saint-Pierre-de-Chartreuse : AAPPMA du Haut-Guiers
Il s’agit d’un chantier à la fois assez sportif (pente et l’accessibilité des déchets difficiles) et familial (portion accessibles à
tous). Il est situé à proximité du hameau de Perquelin.
Rendez-vous : à 9h00, sur la route reliant le centre de St Pierre de Chartreuse au hameau de Perquelin

- le chantier de Corenc : Association des Amis du Parc de Chartreuse
Il s’agit d’un chantier familial où les déchets sont répartis tout au long du cours d’eau.
Rendez-vous : à 9h00, sur le parking situé au niveau du Col de Vence, entre les communes de Corenc et du Sappey en
Chartreuse.

Les participants devront être munis de chaussures de marche, voire de bottes en fonction des conditions
météorologiques. Le matériel nécessaire aux ramassages sera fourni aux personnes (gants, sacs, bennes de
stockage) et un pot sera offert par les communes accueillant l’opération Nature Propre.

Pour cette opération, il est proposé un système de covoiturage afin de limiter au maximum les déplacements.

Des informations complémentaires sont disponibles sur le site du collectif Chartreuse Propre :
http://www.chartreusepropre.fr/

Le Collectif lance un formulaire d’inscription en ligne où tous les participants sont invités à signaler leur
participation, afin de gérer au mieux la logistique de ces chantiers.
http://www.chartreusepropre.fr/spip.php?article159

CHAR PROP

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

Biassu fait son actu sur les Landes…

Un groupe de propriétaires forestiers  des Landes a visité le Vercors et a découvert sa forêt et filière bois..

Voir notre article:

Les landais à la découverte de notre forêt…

Biassu a rebondi sur cette visite pour en faire son actu caricaturée…


biassu Landes

Catégorie BiassuCommentaires fermés

Rencontre entre les chefs entreprises, les collectivités et les structures d’insertion par l’activité économique

Sous ce sigle se cache en réalité un des dispositif clef de l’économie sociale et solidaire
(l’ESS) : les structures d’insertion par l’activité économique (1) . Destinées aux publics
vulnérables (2), elles préparent leurs salariés au marché classique du travail. Elles offrent un
large panel de prestations, de la production et de la vente des biens et des services à la mise à
disposition ou le placement de leurs salariés. Mal connues des entreprises classiques et
parfois des collectivités, elles peuvent pourtant répondre à leurs besoins de recrutement et
de services. C’est la raison pour laquelle La Métro, la CCI de Grenoble, la ville de Grenoble, la
Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de
l’emploi (DIRRECTE), Equi’sol et Territoire insertion 38 co-organisent ce premier événementla métro
destiné à promouvoir leur action en direction des décideurs.

Entreprises classiques ou entreprises sociales ?

Les entreprises d’insertion et les associations d’insertion fonctionnent comme n’importe
quelle entreprise. Placées dans le champ de l’économie concurentielle, leur organisation, les
postes de travail , la recherche de nouveaux contrats, leurs contraintes, sont identiques en
tout point aux entreprises du secteur marchand. Ceci dans le but de mettre le salarié dans les
mêmes conditions pour qu’il puisse faire valoir son expérience professionnelle auprès des
entreprises classiques.

C’est le cas de l’entreprise Qualirec, installée à Saint-Egrève, spécialisée dans l’activité
industrielle et de collecte spécifique qui emploie 18 salariés pour un chiffre d’affaires de 815
000 € en 2011. Pour Pierre-Michel Blanco, son directeur, « les salariés en insertion trouvent
chez nous l’environnement professionnel indispensable pour développer les compétences
requises sur les postes d’opérateurs de production : rigueur, rapidité d’exécution, capacité à
travailler en équipe, réactivité et adaptation ».

Les entreprises comme les collectivités peuvent ainsi satisfaire leurs besoins pérennes ou
temporaires sous la forme d’embauche, de cotraitance, de sous-traitance, de mise à
disposition, d’intérim.

Si l’essentiel de leurs ressources financières est constitué par leur chiffre d’affaires, les SIAE
sont aussi financés par les pouvoirs publics (Pôle emploi, collectivités territoriales, Fonds de
solidarité européen, etc). Pour le remplacement du personnel de collecte, La Métro fait appel à
des employés d’associations et d’entreprises d’insertion pour leur permettre d’être replacer
dans ces métiers.

Elles placent toutes l’individu au coeur de leur action. Que ce soit une entreprise d’insertion
ou une association intermédiaire, elles proposent un parcours d’insertion professionnelle
fondé sur une expérience en situation réelle de travail avec un accompagnement individualisé
et adapté à la personne. L’atelier et chantier d’insertion (ACI), positionnée dans le secteur
non concurentiel, développe des activités d’utilité sociale qui consistent le plus souvent à
mettre en valeur un patrimoine naturel ou bâti.

2468 salariés sur le bassin grenoblois

En 2012, les 49 SIAE du bassin grenoblois (89 sur le département) emploient ou mettent à
disposition des entreprises 2468 salariés (5026 en Isère) dont l’essentiel se concentre sur la
classe d’âge des 18/45 ans (1800). Chaque année 60% des personnes trouvent une sortie
positive grâce à une embauche définitive, un emploi de transition ou une formation. Chiffre en
dessous des bassins rhodanien et du nord Isère avec respectivement 73% et 75% de sorties.
En revanche, la part des femmes en insertion est plus importante dans ces deux bassins alors
qu’elle est à parité sur le bassin grenoblois (source : préfecture de l’Isère).

2,4 millions de salariés en France

Le poids de l’ESS est loin d’être négligeable puisqu’il représente 200 000 structures
employant 2,4 millions de salariés. L’ESS contribue pour 10% du PIB avec 400 000 emplois
créés depuis 10 ans , 53 milliards d’euros de salaires soit 2,5 fois le poids du secteur de
l’hébergement et de la restauration (source : ministère de l’économie sociale et solidaire) .

C’est un secteur dynamique dans des secteurs à fort potentiel de croissance comme
l’économie circulaire (3), le recyclage et le réemploi des matériaux, la transition énergétique
(l’isolation et la filière bois), l’économie collaborative et numérique (crowfunding (4),
plateformes de services), les services à la personne, l’alimentation en circuits courts.


« Innover dans vos pratiques d’achat ».
1ère rencontre pour un développement
durable et responsable,
le mardi 24 septembre 2013, de 8h30 à
12h, à la CCI de Grenoble,
1 place André Malraux

(1) On regroupe sous le terme de SIAE
Les entreprises d’insertion (EI)
Les associations intermédiaires (AI)
Les entreprises de travail temporaire
d’insertion (ETTI)
Les atelier et chantiers d’insertion (ACI)
La production et la vente de biens et
de services est réalisée dans les ateliers
et chantiers d’insertion et les
entreprises d’insertion. Les associations
intermédiaires vendent des biens et des
services. Les entreprises de travail
temporaire d’insertion se chargent du
placement.

(2) personnes non scolarisées, sans
revenus, bénéficiaires des minima
sociaux.

(3) l’économie circulaire : modèle de
croissance où l’on ne produirait plus de
déchets grâce à des produits conçus en
anticipant leur recyclage, des déchets
intégralement valorisés.

(4) crowfunding : production
communautaire qui fait appel aux
internautes pour financer des projets.
Aujourd’hui on la retrouve surtout dans
la création artistique.

Pour en savoir plus
parcoursempoi-bassingrenoblois.org

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Le chèque cadeaux « cœur de Chartreuse »

Plus de 50 entreprises ont déjà choisi de participer à l’opération en devenant point de vente adhérents !


Depuis longtemps, ils en parlaient et même en rêvaient… Et bien voilà c’est fait, présenté mi-juin à l’initiative de l’Union Commerciale et Artisanale Laurentinoise, le chèque cadeaux « cœur de Chartreuse » vient de sortir !


Son principe est des plus simples : à l‘occasion d’un événement, Noël, fête des mères, naissance…, l’employeur (entreprise et collectivité) ou le comité d’entreprise, achète auprès de l’UCAL des chèques cadeaux d’une valeur unitaire de 15 € et les offre à ses salariés ou adhérents qui peuvent les dépenser chez les commerçants locaux, adhérents au réseau. Bien entendu, les associations ou particuliers souhaitant en faire profiter un proche, peuvent profiter des mêmes conditions.

« Cœur de Chartreuse » car cette sympathique initiative implique tous les commerçants qui le souhaitent dans les 17 communes composant la future intercommunalité du cœur du massif. Durant l’été 2013, de nombreux points de vente (plus de 50) ont ainsi adhéré au dispositif pour le rendre attractif lors du lancement officiel aux employeurs locaux et aux acteurs du territoires en septembre.

Simple dans son principe, sa mise au point qui n’a rien laissé au hasard, s’est appuyée sur une enquête permettant d’évaluer les attentes des entreprises et a été testée à l’occasion des fêtes de Noël 2012 avec un bilan prometteur. Enfin, une minutieuse phase d’études préparatoires a permis de sécuriser les aspects juridiques, fiscaux et comptables et, bien sûr, un site internet à été créé pour animer et faciliter la gestion du dispositif.

Des partenaires pour accompagner le projet

La mise en place a été soutenue par le Parc de Chartreuse qui a mis sa capacité d’ingéniérie à disposition de l’UCAL avec le concours financier du Conseil général de l’Isère et de Leader, programme d’appui aux zones rurales, financé par l’Union Européenne.

Pour Christian Allégret, commerçant initiateur et cheville ouvrière de ce dispositif innovant « c’est un moyen de lutter contre l’évasion commerciale tout en fédérant les commerçants du cœur de Chartreuse autour d’un dispositif qui offre un véritable service de proximité au consommateur ».

C’est vrai qu’il est malin ce chèque cadeau qui organise une économie circulaire et vertueuse. En achetant des chèques cadeaux « cœur de Chartreuse », les employeurs locaux offrent à leurs salariés un supplément de pouvoir d’achat à moindre coût qui, dépensé sur place, consolide l’activité des petites entreprises de Chartreuse. Et… tout le monde y gagne !

Pour en savoir plus : www.chequecadeauchartreuse.fr

Catégorie agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés

Ma maison en bois

Enquête sur le marché du bois, matériau de construction qui retrouve la faveur des Français pour les aménagements intérieurs ou extérieurs.

Face à cet engouement, les grandes enseignes ont dédié des espace conséquents à la vente de bois et communiquent largement sur ses avantages et les multiples possibilités offertes par le produit.

En l’espace de cinq ans, les ventes de maison en bois ont explosé, plus de 37% d’augmentation.

Mais les pièges et les abus se multiplient compte tenu de la demande forte. Certains choix peuvent ainsi faire doubler ou tripler la facture. Zoom sur les qualités de bois à choisir en fonction de son utilisation.

France5 dimanche 22 septembre 20H35

Catégorie - filière boisCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2013
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+