Archive | 07 octobre 2013

Offres et demandes d’emploi en Rhône-Alpes, secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Maraicher recherche un salarié pr la récolte et le conditionnement de légumes. CDD tps plein 3 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OMA12-01

Hte-Savoie . GAEC, élevage caprin avec transformation recrute un salarié. Selon vos compétences, vs aurez en charge la traite, l’alimentation et soins du troupeau, la fabrication fromagère. CDD tps plein 3 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA13-74

Loire . GAEC, élevage bovin lait recrute un salarié. Au sein d’une équipe de trois pers., vs réaliserez la traite, les soins et la préparation de l’alimentation. Vs devez être autonome et rigoureux. Formation assurée lors de l’embauche. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL28-42

Savoie . Expl. recrute un salarié. Zone de montagne, prod. en élevage bovin lait, transformation fromagère et vente directe. Missions : traite, alimentation et soins aux animaux, aide à la fabrication fromagère. FORMATION en ELEVAGE obligatoire. Logement possible. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL45-73

Rhône . Magasin de produits fermiers recherche un vendeur 17 hres par semaine sur 3 journées. Vos missions : vente, tenue de caisse, mise en rayons, relation client, ménage. CDD 6 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. ODI23-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Femme cherche emploi en élevage caprin. Titulaire BTS prod. animale. Expériences de plusieurs mois en remplacement et saisons. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCA15-01

Ardèche . Femme cherche emploi en maraichage. Titulaire BPREA. Expériences acquises en stages. Mobilité : Drôme, Ardèche, Isère. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA13-07

Drôme . Homme cherche emploi d’agent d’élevage ou/et de salarié polyvalent. Titulaire CAP prod. agricole et utilisation de matériel. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL18-26

Rhône . Femme cherche emploi en élevage caprin et/ou de fromager. Titulaire BPREA et certificat de spécialisation en élevage, transformation et commercialisation. Expériences de 7 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCA38-69

Savoie . Femme cherche emploi en production végétale (horticulture, maraîchage, pépinière). Titulaire BTS horticole en apprentissage. Possède aussi des compétences administratives. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DHO7-73

Catégorie agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Prendre mon temps ? Pas le temps !

Société : les ateliers métrocitoyens s’interroge sur la place du temps dans notre
quotidien, au couvent Sainte-Cécile, mercredi 9 octobre.

Prendre mon temps ? Pas le temps !

Portés par la Métro, les ateliers métrocitoyens sont des lieux d’échanges où les
habitants sont appelés à faire part de leurs expériences et leurs attentes au regard
des évolutions de notre territoire. Après le vieillissement de la population et son
impact sur l’agglomération, c’est le temps qui a été choisi comme thème.

Depuis une dizaine d’années en France, il est au coeur de dispositifs de nombreuses
collectivités qui tentent de répondre aux mutations temporelles des métropoles. Les
quatre ateliers de mercredi concernent les principales interrogations qui alimentent
les discussions en France et en Europe (voir encadré).

La ville en continu

Le débat actuel sur l’ouverture de certains magasins le dimanche ne serait-il pas le
reflet de l’évolution des modes de vie des trente dernières années ? Le week-end
est-il le temps encore disponible pour faire ce que l’on peut plus faire la semaine ?
C’est le constat de nombreux chercheurs pour lesquels les rythmes quotidiens
s’accélèrent. Dans une journée, une semaine, le nombre d’épisodes ou d’actions
augmente, créant le sentiment de toujours être dans l’urgence.

Nous dormons 1h30 plus tard que nos parents. La pause déjeuner a été divisée par 2
en dix ans (40 mn). Les salariés sont de plus en plus nombreux à manger sur le lieu de
travail. L’activité professionnelle déborde sur le soir, le week-end, la nuit (51% des
salariés affirment qu’une partie de leur week-end est amputée par le travail). Même
si les horaires de travail 9-12h/ 14-18h sont encore majoritaires, 30 à 40% des
horaires sont décalés ou atypiques. Et tout ceci contribue à construire l’image d’une
ville accessible à tous, fonctionnant 24h/24, 365 jours par an.

Les grandes enseignes commerciales ont bien compris l’intérêt de ces évolutions en
ouvrant leurs magasins tard le soir, en développant les « drive », en utilisant les
nouvelles technologies (faire ses courses sur Internet), en réclamant l’ouverture le
dimanche. Et comment ne pas évoquer le fractionnement des vacances ou le succès
des sandwicheries.

Les politiques publiques temporelles

Ces évolutions temporelles ne sont pas sans conséquences sur l’aménagement du
territoire, les façons de regarder l’espace et les attentes des habitants. Car ceux qui
vivent en horaires décalés ne doivent pas être interdits de pratiquer certaines
activités, ni privés de services urbains. C’est par le biais de bureaux des temps que
les collectivités s’emparent de la question en mettant en place des mesures pour
améliorer le cadre de vie des habitants. Par exemple les nuisances sonores durant la
nuit. A Paris ou Lyon des chartes des usages ont permis d’apaiser les conflits liés aux
pratiques divergentes des habitants.

Montpellier Agglomération a réaménagé les horaires de ses équipements, de son offre
de transport et repensé sa politique d’aménagement des zones d’activités pour
mieux intégrer les services nécessaires à la vie quotidienne des salariés (crèches,
restaurant, conciergerie). Elle a également diminué des congestions aux heures de
pointe en décalant d’un quart d’heure, l’heure de rentrée de la moitié des
universités. D’autres agglomérations développent une offre de transport en soirée,
élargissent les horaires d’ouverture des bibliothèques (ouvertes aussi le dimanche).
D’autres enfin veulent aller plus que la simple intégration du temps dans les SCOT et
les schémas directeurs en élaborant un véritable outil d’aménagement temporel du
territoire avec le schéma directeur temps et territoire.

Programme

Les quatre ateliers réunissent entreprises,
associations, structures publiques, habitants
De 17h15 à 18h15
37 rue Servan, Grenoble.
(siège des éditions Glénat)

Atelier 1
Mobilités et transports : horaires de travail
atypiques, jours fériés, travail de nuit ou
décalé…. Quelles solutions de mobilités ?
Comment se déplacer dans les temps
décalés ?

Atelier 2
Services et loisirs : bibliothèques, crèches,
mairies, commerces, musées…
Comment adapter les horaires d’ouverture des
services ?

Atelier 3
Espaces publics : parking, cours d’écoles,
gymnases….
Comment mieux aménager la ville en fonction
des horaires disponibles de ces
équipements ?

Atelier 4 :
Que se passe-t-il la nuit en métropole ?
Connaît-on bien les activités nocturnes ?
Comment mieux faire cohabiter la nuit et le jour
plutôt que de les opposer ?

Buffet

19h-20h30 Conférence-débat
La vie le dimanche : hier, aujourd’hui, demain
avec Luc Gwiazdzinski, géographe,
enseignant-chercheur au laboratoire Pacte
Jean-Yves Boulin, sociologue, spécialiste

la métro

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Périmètres d’aménagement des espaces agricoles et naturels (PAEN)

Le Conseil Général de l’Isère tient à donner sa position en ce qui concerne les périmètres d’aménagement des espaces agricoles et naturels…

Les périmètres d’aménagement des espaces agricoles et naturels (PAEN) ont été créés en 2005 par la loi de développement des territoires ruraux (DTR) pour protéger les terres agricoles de l’urbanisation. Ils déterminent des espaces qui doivent conserver une vocation agricole ou naturelle et s’imposent aux Plans locaux d’urbanisme (PLU) qui doivent ensuite les conserver en zone A (agricole) ou N (naturelle).

Le Conseil général de l’Isère a accepté la compétence des PAEN par délibération votée à l’unanimité le 15 décembre 2011, à condition que le déclenchement d’un PAEN résulte de l’initiative d’une ou plusieurs intercommunalités, en lien avec le monde professionnel agricole (et notamment la Chambre d’agriculture), que le périmètre et le plan d’action soient en lien étroit avec les acteurs agricoles locaux notamment, et que le droit de préemption, lors de la mise en vente de foncier, soit exercé par la SAFER après accord du monde agricole, sans expropriation.

A l’initiative de la Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais (CAPV) et de Grenoble Alpes Métropole (la Métro), un PAEN de la plaine de l’Isère concerne actuellement les communes de Vourey, Voreppe, Tullins, Le Fontanil-Cornillon, Sassenage, Saint-Jean-de-Moirans, Moirans, Noyarey et la Buisse.

De mai 2011 à avril 2013, trois comités de pilotage associant les collectivités et la Chambre d’agriculture ont défini l’étendue du PAEN et ses principes.

Le 19 avril 2013, en conformité avec les documents d’urbanisme des 9 communes concernées, et en accord avec le comité de pilotage (composé des représentants de la Chambre d’agriculture, de la CAPV, de la Métro, de chaque commune concernée, du Conseil général et de l’Etat), la commission permanente du Conseil général a délibéré à l’unanimité sur un projet de périmètre qui a recueilli l’accord des 9 conseils municipaux, de la Chambre d’agriculture et de l’établissement public du Scot ; il est actuellement soumis à enquête publique.

A ce jour, seules ses grandes orientations sont fixées par la délibération du 19 avril :

- définir une stratégie agricole de territoire pour le maintien et le développement d’une agriculture diversifiée et économiquement viable ;

- améliorer la fonctionnalité de la zone agricole ;

- développer le lien entre l’agriculture et le territoire de proximité.

Le périmètre du PAEN est jusqu’au 9 octobre en phase d’enquête publique et devra ensuite être validé par délibération du Conseil général, qui engagera alors la préparation d’un plan d’actions avec les agriculteurs locaux, ciblé sur des actions en faveur du maintien et du développement des activités agricoles dans la plaine de l’Isère.

Au moment où s’expriment des inquiétudes chez les agriculteurs, le Conseil général, qui n’a fait que répondre aux sollicitations des intercommunalités et des organismes professionnels de l’agriculture, décide de geler le processus et leur demande d’organiser une concertation locale approfondie avec les agriculteurs locaux sur cette démarche afin d’exprimer au Conseil général une position claire sur la nécessité de poursuivre ou non ce processus.

Catégorie agriculture, territoiresCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2013
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+