Archive | 23 octobre 2013

Tour 2014: Chamrousse et Grenoble au programme

Du Comté du Yorkshire jusqu’aux Champs-Elysées, la 101ème édition pourra se gagner ou se perdre un peu partout : les pavés de Paris-Roubaix tiendront leur rôle, tout comme les arrivées pyrénéennes en altitude ou l’unique contre-la-montre de Périgueux, mais les reliefs vosgiens pourraient aussi précipiter la sélection d’une manière inattendue.

La 101ème édition, c’est d’abord celle du retour en Angleterre. Les trois premières étapes, avec des arrivées programmées à Harrogate, Sheffield et Londres, promettent un spectacle de haute intensité.

Une fois sur le continent, d’autres retrouvailles sont organisées pour les coureurs du Tour, appelés à la plus grande vigilance sur les secteurs pavés de Paris-Roubaix, invités à intervalles plus ou moins réguliers à faire partie des séquences phares de la Grande Boucle. Neuf secteurs et une quinzaine de kilomètres de secousses au total, pourront semer le trouble dans la hiérarchie sur la 5ème étape.

Avant d’atteindre la journée de repos, c’est ensuite en territoire vosgien que vont se départager les favoris. « Chacun pourra se rendre compte que le Tour compte bien trois massifs montagneux », souligne Christian Prudhomme, qui décrit par exemple l’étape de la Planche des Belles Filles comme un véritable défi de grimpeurs.

Les deux stations de ski de Chamrousse et Risoul accueillent les deux étapes alpestres sur lesquelles le festival d’escalade se poursuivra, au cours des 13ème et 14ème étapes. Mais l’ordonnancement des difficultés devrait maintenir le suspense jusqu’au triptyque pyrénéen… et au-delà !

Les as des gros pourcentages auront encore la parole sur les deux étapes particulièrement denses de Saint-Lary Soulan (125 km) et d’Hautacam (145 km). Ils auront tout intérêt à en tirer parti avant les 54 km du contre-la-montre reliant Bergerac et Périgueux, soit l’unique occasion pour les « rouleurs complets » de faire valoir leur supériorité dans l’exercice. Et pourquoi pas de signer le hold-up de la dernière chance ?

l’Izoard, sera le point culminant du Tour 2014 (2361m), gravi sur la route entre Grenoble et Risoul, au lendemain d’une étape menant le peloton jusqu’à Chamrousse, station par laquelle on accède au terme d’une ascension régulière à 7% mais longue de 18 kilomètres.


le tour 2014

Les étapes de la 101e édition :

1ère étape-5 juillet: Leeds – Harrogate (190 km)
2ème étape-6 juillet: York – Sheffield  (200 km)
3ème étape-7 juillet: Cambridge – Londres (170 km)
4ème étape-8 juillet: Le Touquet – Lille
5ème étape-9 juillet: Ypres – Arenberg Porte du Hainaut
6ème étape-10 juillet: Arras – Reims
7ème étape-11 juillet: Epernay – Nancy par Verdun
8ème étape-12 juillet: Tomblaine – Gérardmer
9ème étape-13 juillet: Gérardmer-Mulhouse
10e étape-14 juillet: Mulhouse-La Planche des Belles filles

1er jour de repos: Besançon le 15 juillet

11ème étape-16 juillet: Besançon – Oyonnax
12ème étape-17 juillet: Bourg en Bresse – Saint-Etienne
13ème étape-18 juillet: Saint-Etienne – Chamrousse
14ème étape-19 juillet: Grenoble – Risoul
15ème étape-20 juillet: Tallard – Nîmes

2ème jour de repos: Carcassonne le 21 juillet

16ème étape-22 juillet: Carcassonne – Bagnères-de-Luchon
17ème étape-23 juillet: Saint-Gaudens – Pla d’Adet (Saint-Lary-Soulan)
18ème étape-24 juillet: Pau – Hautacam
19ème étape-25 juillet: Maubourget – Bergerac
20ème étape-26 juillet: Bergerac et Périgueux (contre-la-montre)
21ème étape-27 juillet: Evry-Paris

Catégorie sportCommentaires fermés

Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone ?

Lorsque les températures baissent, les risques d’intoxications au monoxyde de carbone
augmentent mais des mesures préventives simples permettent de les éviter.

À l’approche de l’hiver, la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises
et la Direction générale de la santé, l’Institut National de prévention et d’éducation pour la
santé (Inpes) et l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) souhaitent rappeler les mesures simples à
respecter pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone responsables d’une centaine
de décès, chaque année.

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz invisible, inodore, et non irritant qui résulte d’une
combustion incomplète du bois, de butane, de charbon, d’essence, de fuel, de gaz naturel,
de pétrole ou de propane. L’utilisation d’appareils à combustion mal entretenus ou utilisés
dans de mauvaises conditions présente un risque d’intoxication.

Les données collectées par l’InVS recensent 1 139 épisodes d’intoxication accidentelle
domestique au CO signalés au système de surveillance en 2012. Ils ont impliqué 3 277
personnes. Huit sur 10 ont été transportées vers un service d’urgence hospitalier. Ces
intoxications sont essentiellement survenues en présence de défauts d’aération du local
associés à des installations de production de chauffage et d’eau chaude (chaudière, poêle
ou chauffe-eau) présentant un défaut d’installation ou mal entretenues, notamment au
niveau des conduits d’évacuation. Une intoxication sur 4 est due à un appareil non raccordé,
le plus souvent utilisé de manière inappropriée : utilisation prolongée d’un chauffage mobile
d’appoint ou fonctionnement dans un espace clos d’un groupe électrogène ou d’un
brasero/barbecue.

Selon le premier bulletin de surveillance de l’InVS, entre le 1er septembre et le 1er octobre
2013, 56 signalements d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) ont déjà été déclarés au
système de surveillance exposant 164 personnes à des émanations de CO. Une personne
est décédée à son domicile suite à l’exposition au CO produit par un chauffage mobile
d’appoint.

Pour éviter ces accidents, Respectez les recommandations suivantes :

- Avant l’hiver, faites impérativement entretenir vos appareils de chauffage et de production
d’eau chaude à combustion par un professionnel qualifié, la réglementation l’oblige;
- Faites ramoner les conduits d’évacuation des fumées par un professionnel qualifié, la
réglementation l’oblige;
- Ne vous chauffez jamais avec des appareils non destinés à cet usage (réchauds de
camping, fours, brasero, barbecues, cuisinières, etc.);
- N’utilisez sous aucun prétexte un groupe électrogène dans un lieu fermé (maison, cave,
garage…) : ils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments ;
- N’utilisez jamais de façon prolongée un chauffage d’appoint à combustion;
- Aérez quotidiennement votre habitation et n’obstruez jamais les grilles de ventilation, même
par temps froid.

Les symptômes de l’intoxication

Des maux de tête, des nausées, une confusion mentale, de la fatigue. Ils peuvent ne pas se
manifester immédiatement et toucher plusieurs personnes. Une intoxication importante peut
conduire au coma et à la mort. La prise en charge dès les premiers symptômes doit être
rapide et peut justifier une hospitalisation spécialisée.

En période de grand froid et d’intempéries, soyez particulièrement vigilant sur les conditions
d’utilisation d’appareils de chauffage d’appoint ou de groupes électrogènes.

Les organisateurs de rassemblements (réunion de famille, manifestations culturelles ou
religieuses par exemple) doivent être tout particulièrement attentifs. Les épisodes
d’intoxication en lien avec l’utilisation de panneaux-radiants à combustible gazeux sont
fréquents et concernent chaque année plusieurs centaines de personnes.

En cas de soupçon d’intoxication, aérez immédiatement les locaux, arrêtez si possible
les appareils à combustion, évacuez les locaux et appelez les secours en composant
le 15, le 18 ou le 112.

Le dépliant « Le Monoxyde de carbone » rappelle les conseils pour éviter les intoxications.
Téléchargeable sur : www.inpes.sante.fr dans la rubrique thématique « accidents de la
vie courante »

Catégorie environnementCommentaires fermés

Fortes pluies: alerte orange pour l’Ardèche et la Drôme


Qualification du phénomène :
Episode pluvio-orageux intense nécessitant un suivi particulier du fait de son intensité.
Faits nouveaux :
L’intensité des précipitations est significatif (présence d’orages noyés dans la masse)
Situation actuelle :
Des remontées maritimes affectent l’Ardèche sous forme pluvio-orageuses . Les intensités horaires sont significatives : de 20 à 50 mm par heure c’est le cas à Cheylard, Croix Millet, Antraigues .
On a relevé en 6 heures : 122 mm à Antraigues (dont 100mm en 3 heures) ; 105 mm à Cheylard (dont 80mm en 3 heures) ; 118 mm à Croix millet (dont 91 mm en 3 heures)…

La rivière Ardèche est montée de 4 mètres en une heure à Voguë..

Evolution prévue :
Les pluies ont pris un caractère instable durant nuit. Les orages noyés dans la masse peuvent être localement forts voire stationnaires, générant ainsi des cumuls de précipitations pouvant dépasser les 120mm en quelques heures
Durant le début de matinée cette zone pluvio-orageuse se décale vers l’Est . Le contexte orageux est toujours bien présent avec un risque de cumuls significatifs en quelques heures sur la Drôme : 50 à 80 mm très localement 100 mm

Catégorie environnementCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2013
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+