Ile AMANTANI sur le lac Titi Caca

Sur l’île d’Amantani vivent 4000 habitants divisées en 10 communautés. l’agriculture et l’artisanat sont leur principales ressources.

Peu de bétail, seulement quelques moutons et quelques vaches. Ils n’y pas assez de terrain pour nourrir de grands troupeaux et n’oublions pas que l’île s’élève jusqu’à 4250M. Pommes de terre, tubercules, quinoas, haricots sont l’essentiel des cultures.

Pas de tracteurs, tout le travail se fait à la main. Seules quelques habitants possèdent un âne. 
Afin d’améliorer leur revenus certains d’entre eux acceptent de vous héberger et de vous préparer les repas. Un peu l’équivalent de nos chambres d’hôtes.

C’est donc dans une famille que nous posons nos sacs à dos, L’accueil est très chaleureux mais la pauvreté est bien là. Maisons en briques de terre mélangée à de la paille (adobe) fabriquées sur place. Heureusement de plus en plus les toits de paille sont remplacés par des tôles. Pas de chauffage mais avec 2 couvertures pas de
 problème sachant que le mois de juin est le plus froid de l’année.

Deux petites pièces (1cuisine et une salle repas). La chambre est indépendante. L’électricité est arrivée il y a 4 ans par l’installation d’un petit panneau solaire qui alimente pour 1 ou 2 heures une ampoule dans la cuisine et la chambre uniquement. L’eau, un robinet à l’extérieur, est arrivée il y a 2 ans alimentée par une réserve sur le toit..Il permet de faire la lessive et la toilette.

Évidemment pas d’eau chaude si ce n’est en utilisant le fourneau en terre fait par le propriétaire. Sur l’île il y a peu d ‘arbres, quelques eucalyptus qui fournissent le bois pour la construction et le petit bois pour le fourneau. Malgré tout il fait bon vivre sur l’île,  pas de voitures pas de bruit, pas de pollution, la tranquillité idéale pour des vacances mais la vie ait rude pour les habitants.

Ce sont des Quechuas et il faut vraiment être née ici pour y vivre. Les habitants sont très accueillants et nous ont souvent interpellé pour engager 
la discussion. Tout les dimanches à 16h se réunit la communauté pour discuter du travail collectif a effectuer dans les prochains jours comme la rénovation des chemins, la construction d’une pièce supplémentaire pour une famille par exemple.

Deux ascensions à ne pas manquer, le sommet du Pacha Papa (4150m) et le Pacha Mama (4350m).3oom à 400 m de dénivelé à faire doucement en 1H à 1H30 heure. Arrivée en haut c’est une vue à 360 degré sur le lac, les autres  îles du lac, la cordillère Bolivienne et enfin le magnifique couché de  soleil. La descente se fait à la lampe frontale et une bonne soupe de quinoa va vous réchauffer avant d’aller vous coucher car pas beaucoup d’activités le soir : pas de télévision, peu de lumière et la fatigue sûrement mais quelle belle nuit vous attend..




Thierry Maisonneuve

AFPAD

Contact de l’AFPAD Grenoble

ASSOCIATION FRANCO PERUVIENNE D’AIDE AU DEVELOPPEMENT.
3 RUE Lieutenant Chabal 38100 Grenoble

M.Maisonneuve Thierry
11 allée du Grand Champs
38450 VIF.
Tél: 04.76.72.70.33.
thierry.maisonneuve@orange.fr

Mme Suc Anne Marie
25 rue Eugène Suc
38100 Grenoble.
Tél: 04.76.09.27.36.

Mme Veyet Françoise
25 rue Lonvois
38100 Grenoble.
Tél: 047609.20.90.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8518 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2013
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+