Archive | 24 novembre 2013

Echappée belle en Isère: diffusion reportée..

L ‘équipe d’Echappée Belle, avec à sa tête l’animatrice Sophie Jovillard, a passé plusieurs jours en Isère mi-septembre. Elle a tourné plusieurs sujets, dont un très attendu à la foire de Beaucroissant.

L’émission était programmée sur France 5 ce samedi 30 novembre.

Un contretemps est intervenu et la diffusion de cette émission a du être reportée au samedi 25 janvier 2014.

Catégorie foire de Beaucroissant, grand angleCommentaires fermés

RAPPORT D’EVALUATION DE LA POLITIQUE DE L’EAU EN FRANCE

Michel LESAGE,
Député des Côtes d’Armor
Parlementaire en mission auprès du Gouvernement

présentera son RAPPORT D’EVALUATION DE LA POLITIQUE DE L’EAU EN FRANCE
remis au Gouvernement en juillet 2013

le 27 novembre 2013, de 18h à 20h
à la Source à Fontaine

Sur l’invitation de
Charles GALVIN, Président de la CLÉ Drac-Romanche, Vice-Président du Conseil général de l’Isère

En présence de Marie-Noëlle BATTISTEL, Députée de l’Isère et de Yannick BOULARD, Maire de Fontaine.

CONF DEBAT


Catégorie eauCommentaires fermés

Chambre d’Agriculture de l’Isère: nécessaire restructuration pour mieux assurer ses services

La chambre d’agriculture de l’Isère vient de mettre en place un plan de restructuration interne qui passe par la suppression de 12 postes.. Elle s’explique à travers un communiqué de presse..

 » La Chambre d’Agriculture de l’Isère met en oeuvre un plan de restructuration
interne qui supprime 12 postes soit environ 10 Équivalents Temps Pleins sur 108
Équivalents Temps pleins. Ce plan vise à gagner en efficience sans remettre en
question l’engagement de la CDA38 auprès des agriculteurs, des collectivités
territoriales et de ses partenaires. Cette restructuration est portée par le Président
Jean-Claude Darlet et son Bureau afin d’assurer la réalisation du projet de
mandature en renforçant sa présence sur le terrain et son rôle d’acteur clé du
développement agricole. Ce plan a été pris en compte dans l’élaboration du Budget
Primitif 2014 de la Chambre d’Agriculture, Budget voté par la Session du 22
novembre 2013.

Ce plan a été construit, sur la base d’un travail approfondi d’analyse et de
simulation budgétaire de l’Équipe de Direction et du Bureau. Le contexte
économique actuel de la CDA38, comme de nombreuses Chambres d’Agriculture,
est en effet marqué par une érosion brutale des recettes, liée à la baisse des
financements publics. Le développement progressif des prestations auprès des
agriculteurs ne permettant pas de compenser cette baisse des ressources.

Les représentants du personnel ont été associés à l’élaboration de ce plan de
restructuration dans le cadre des instances paritaires. Les échanges constructifs ont
permis une mise en place rapide du plan et la négociation de conditions de départs
dans l’intérêt des salariés (accompagnement au départ, revalorisation des
indemnités).

La bilan du plan de restructuration a été présenté lors de la réunion de l’ensemble
du personnel organisée ce jeudi 21 novembre. Si le nombre de suppressions de
postes est important pour la structure, la mise en place de reclassements ciblés et
d’un Plan de Départ Volontaire a permis de limiter le nombre de licenciements
économiques.

Les membres du Bureau de la CDA38 ont témoigné de leur souci de préserver les
compétences au sein de leur institution et de leur engagement auprès des
collaborateurs. Ainsi, les changements de missions liés aux reclassements ou à la
nécessaire réorganisation de la CDA38 seront accompagnés. Le plan de formation
de la structure a ainsi été réajusté à la hausse pour 2014.

Le Président a réaffirmé lors de la Session du 22 novembre 2013, la volonté de mener à bien son projet de mandature et de rester focalisé sur les objectifs concrets définis par les élus.

• Renforcer la proximité auprès des agriculteurs en développant les missions d’appuis technico-économique

• Poursuivre l’implication sur la thématique installation-transmission

• Relancer l’agriculture de groupe (CUMA, GIEE, etc.)

• Être présent au plus près des agriculteurs sur l’ensemble des territoires de l’Isère (dynamiques territoriales, Comités de Territoires)

• Déployer son expertise et ses prestations auprès des agriculteurs et des collectivités

Ce projet s’appuie sur les compétences fortes de ses salariés dans de nombreux
domaines d’activités et sur le maintien de ses capacités opérationnelles étant donné
que les départs concernent exclusivement les fonctions supports de la CDA38. La
réussite de ce projet passe également par un engagement fort des salariés et des
élus à leurs côtés.

Le Président, soutenu par l’ensemble de son Bureau, ainsi que le Directeur et son
équipe de direction, savent que la CDA38 traverse une période difficile. La mise en
oeuvre de ce plan de restructuration est à la hauteur des enjeux. Il va permettre à
l’institution de conforter son action et de continuer à innover pour relever les défis
auxquels sont confrontés l’agriculture et les agriculteurs de l’Isère. »

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi en agriculture, région Rhône-Alpes

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Expl. recrute un agent d’élevage polyvalent. Prod. : élevage caprin lait, 45 chèvres et élevage ovin viande, 100 brebis et agneaux. Missions : alimentation, soins aux animaux, entretien des clôtures, débroussaillage. CDD de trois mois à tps complet. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OEL10-07

Drôme . Expl. céréalière et avicole recherche un salarié pr l’entretien du matériel, pouvant remplacer un chauffeur ou encore s’occuper occasionnellement de l’élevage de poules pondeuses. Vs devrez être autonome. CDI tps plein. Possibilité logement. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. ODI15-26

Rhône . Ent., deux activités, production grandes cultures, entretien d’accotements routiers recrute un CHAUFEUR de tracteur. Vs effectuerez l’ensemble des travaux liés aux dx activités. Vous devez être autonome et savoir conduire, manipuler les tracteurs avec matériels. CDD tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCM28-69

Rhône . Viticulteur recrute un salarié autonome et expérimenté pr réaliser la TAILLE de la vigne. CDD tps plein de 3 mois minimum. EXPERIENCE EXIGEE. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI23-69

Savoie . Ent. recrute un salarié pr réaliser les travaux en pépinières viticoles : triage des plants, greffage, plantation et travaux de vigne (taille, relevage…). Période en atelier et en extérieur. CDD 8 mois tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OHO2-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi en grandes cultures. Formation Bac pro en apprentissage. Mobilité : département. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCM23-01

Hte-Savoie . Femme cherche emploi en élevage et/ou transformation fromagère. Expérimentée. Titulaire BTS. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL34-74

Loire . Agriculteur en cessation laitière cherche une activité à tps partiel en élevage bovin lait, polyculture-élevage. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL56-42

Loire . Homme cherche emploi de technicien forestier. Titulaire BTS forestier. Stage effectué au CRPF. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DFO2-42

Savoie . Homme cherche emploi en horticulture. Formations et stages de plusieurs semaines en exploitation. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DHO9-73

Catégorie agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Nouvelle carte départementale: le préfet explique..

Le Préfet de l’Isère, Richard Samuel, a tenu à présenter lui même  aux conseillers généraux projet de révision de la carte cantonale de notre département. Il en a défini les grandes lignes et les raisons pour lesquelles ce redécoupage était impératif.

C'est au cours de la seeion du 22 novembre que le préfet a présenté les grands axes de la réforme cantonale aux conseillers généraux.

C'est au cours de la session du 22 novembre que le préfet a présenté les grands axes de la réforme cantonale aux conseillers généraux.

« Ce projet est donc le fruit de l’alchimie qui s’est créée en amont entre vous élus locaux, et le ministère de l’intérieur.

Ce découpage emporte une rénovation majeure de la démocratie locale.

Ce projet s’est efforcé d’intégrer trois exigences :

La première exigence est démocratique.

Nous partons d’une situation où l’écart démographique existant entre les cantons du Valbonnais et du roussillonais était de 1 à 27,97.
Ceci parce que la carte cantonale datait de la loi du 8 pluviôse an IX créant les « justices de paix », les ancêtres de nos cantons. Sur toute la France, près de 3/5e des cantons n’ont d’ailleurs pas connu de modifications de leurs limites depuis cette loi de 1801.

La carte cantonale actuelle de l’Isère reste frappée d’obsolescence, même si les deux précédentes révisions, de 1973 et 1985, ont entraîné une première prise en compte de l’urbanisation du XXe siècle et ont essayé de corriger ces déséquilibres en créant 13 cantons urbains de plus en l’espace de douze ans.

La morale républicaine et le bon sens exigent donc que cette carte soit redessinée conformément aux principes fondateurs de notre République, au premier rang desquels l’égalité devant le suffrage.
Avec ce projet de décret, le canton moyen en termes de population compte désormais 41 599 habitants, et le ratio d’écart démographique ne sera plus que de 1 pour 1,72.

La deuxième exigence est l’égalité de représentation des femmes et des hommes.

Sur 58 conseillers généraux, seules 10 sont des conseillères,soit une moyenne de 17%. Ce résultat est honorable en comparaison de la moyenne nationale de 13% mais nous devons mieux faire.
D’où la poursuite de l’innovation de la loi du 31 janvier 2007, qui impose déjà l’obligation pour chaque conseiller général d’avoir un suppléant de l’autre sexe.

Ce nouveau mode de scrutin, permettra l’élection d’un binôme composé de candidats des deux sexes. Cela fera de la France le premier pays du monde à instaurer une élection locale strictement paritaire.
Redessiner la carte cantonale est la condition sine qua non de la mise en oeuvre du scrutin binominal majoritaire.

En conséquence, le nombre de cantons a du être divisés par deux pour maintenir le futur conseil départemental au même étiage que l’assemblée actuelle du conseil général. L’Isère passera ainsi de 58 à 29 cantons en 2015.

Troisième exigence, tenir compte de la nouvelle organisation territoriale.

Il en résulte deux objectifs : respecter l’intégrité territoriale des communes et intégrer les intercommunalités au sein d’un même canton autant que faire se peut.

Nous allons, en Isère, au-delà de l’obligation légale minimale de respect de l’intégrité territoriale des communes dont la population est inférieure à 3500 habitants. Le seuil minimal dans notre département est donc proche des 25 000 habitants puisque, et l’on peut s’en féliciter, seules Vienne, Grenoble et Fontaine sont divisées en plusieurs cantons.
Les nouveaux tracés divisent les communes de Grenoble et Fontaine sur la base des Ilôts Regroupés pour des Indices Statistiques (IRIS) de l’INSEE , c’est donc l’INSEE autorité statistique indépendante qui devient garante du décompte global de la population par canton.
S’agissant du SDCI, celui-ci a été pris en compte à chaque fois que possible.
La lisibilité du suffrage démocratique est, je le crois, améliorée du fait de cette articulation entre les nouveaux cantons et les cartes communales et intercommunales. Cette carte, et c’est une innovation, anticipe d’ailleurs l’avenir puisque le territoire de la Métro correspondra peu ou prou à celui de 10 cantons : 8 cantons seront exclusivement métropolitains, 2 partiellement (Meylan et Fontaine- Vercors) .

Un projet de carte cantonale qui a cherché à tenir compte des spécificités du département.

Plusieurs points essentiels méritent, cependant, d’être soulignés.
La carte s’est, tout d’abord, efforcée de tenir compte des spécificités de notre territoire, permettant ainsi de trouver un équilibre, entre le critère démographique et la représentation de sa diversité .
J’ai ainsi veillé, au cours de la concertation, à ce que nous recherchions les dérogations nécessaires pour représenter la montagne.

Deux exceptions ont été prévues au titre de la géographie montagneuse du Sud Isère : les cantons de Matheysine-Trièves, 28 920 habitants, et Oisans-Romanches, 32 917 habitants. Trois autres cantons représenteront la montagne, sans pour autant avoir nécessité de motiver une exception : il s’agit des cantons du Moyen et du Haut-Grésivaudan, et du canton de Fontaine-Vercors.

Parmi les 27 cantons sur 29 qui s’inscriront dans la fourchette de 20% autour de la moyenne départementale, le souci d’atténuer les conséquences pour les zones rurales a été constant.

Aux côtés des 10 cantons périurbains – comme le canton de Charvieu-Chavagneux, désormais le plus peuplé du département avec 49 818 habitants figurent aussi 5 cantons ruraux. Je pense par exemple aux cantons de la Bièvre ou Le Grand-Lemps. À titre de comparaison, Grenoble dispose de 3 cantons internes et d’un canton partagé avec Saint-Egrève. Ceux-ci font partie de la dizaine de cantons de grande agglomération qui comprend également Le Pont-de-Claix ou Saint-Martin d’Hères.

Ce nouveau dessin est, à n’en pas douter, le gage d’une représentation de la diversité des territoires isérois et du maintien du lien de proximité que vous nourrissez avec nos concitoyens.

Sa réalisation s’est en pratique traduite par le souci chaque fois que cela a été possible, d’opérer des réunions de cantons : 31 des anciens cantons, soit plus de la moitié, ont ainsi été intégralement inclus dans les nouveaux cantons, et 13 autres l’ont été à seulement une ou deux communes près.

Dernier élément, qui a son importance : la perte par certaines communes de leur qualité de chef-lieu de canton, à l’occasion du renouvellement général de 2015, n’aura pas d’impact sur la répartition de la DSR « bourg-centre » avant 2017 ; puisque, comme vous le savez, celle-ci est calculée sur la base des données connues au 1er janvier de l’année précédant sa répartition.

Chaque canton sera désormais doté d’un bureau centralisateur, le plus souvent dans sa commune la plus peuplée, dont le rôle ne recouvre plus que la centralisation des procès verbaux des cantonales. »

Catégorie collectivités, territoiresCommentaires fermés

Préserver les chefs lieu de canton de montagne

Chantal Carlioz, maire de villard de Lans a officiellement été « intronisée » conseillère générale ce vendredi 22 novembre, jour de session ordinaire.

Une session qui a été tout sauf ordinaire car l’essentiel des débats a porté sur le projet de nouvelle carte départementale. Pour rappel, en 2015, le département de l’Isère ne comptera plus que 29 cantons, contre 58 actuellement et la parité hommes-femmes sera de rigueur.

Le débat a vu l’intervention de nombreux conseillers généraux et Chantal Carlioz y a bien entendu pris part.

CCCG2Elle a tout d’abord tenu à rendre hommage à ses prédécesseurs Pierre Buisson et Jean Faure  » le renard du Vercors » avant de préciser qu’elle serait une conseillère générale habitée d’un esprit de travail constructif, d’ouverture, de concertation…

A propos justement de concertation, après avoir rappelé qu’elle est maire d’une commune de montagne, chef lieu de canton, elle a défini ses craintes concernant lesdits chefs lieu de canton de montagne qui risquent de perdre cette identité.  » Et avec elle les dotations et services liés aux chefs lieu de canton: gendarmerie, perception, poste par exemple. « 

Elle a donc proposé au président du département  » d’ouvrir un chantier mené en toute neutralité, auquel la région pourrait être associée, afin de permettre de réfléchir à l’avenir de ces chefs lieu de canton, de créer une harmonie au niveau de l’aménagement du territoire entre l’urbain, le rural, la montagne… »

Chantal Carlioz nous a confié sa détermination: « C’est le début d’un dossier que je compte mener le plus loin possible et je le souhaite de tout coeur à terme. »

Pour bien comprendre sa démarche, il faut savoir que les chefs lieu de canton seront les communes les plus peuplées dudit canton.

Nul doute que de nombreux élus de montagne lui emboiteront le pas..

Elle est aussi intervenue et a approuvé l’amendement concernant à créer le canton Vercors Sassenage. Il s’agissait de proposer de regrouper la ville de Fontaine dans un seul canton, avec Seyssins et Seyssinet, créant ainsi un canton Fontaine avec 41 269 habitants.

Le canton Fontaine-Vercors, désormais privé de Fontaine, serait alors  devenu le canton Vercors-Sassenage et aurait compté 26 147 habitants. Les contours de ce nouveau canton auraient eu pour atout de respecter les limites du Parc Naturel Régional du Vercors et la zone de production du Bleu Vercors-Sassenage.

Compte tenu de son caractère de montagne et de ses particularités historiques et géographiques, ce canton aurait alors été défini comme une exception démographique, devenant le canton Vercors-Sassenage.

Amendement rejeté..

Fontaine-Sassenage-Vercors

En 2015 le nouveau canton se dénommera donc Fontaine-Sassenage-Vercors.

Il comptera 11 communes: Veurey-Voroize, Noyarey, Sassenage, une partie de Fontaine, Engins, Lans en Vercors, Autrans, Méaudre, Villard de Lans, Corrençon en Vercors et Sainte-Nizier-du-Moucherotte.

Ce nouveau canton représentera 37500 habitants..

Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, collectivitésCommentaires fermés

Le Vercors dans votre assiette…

SEYSS 0

La coopérative Vercors lait, installée à Villard de Lans qui fabrique divers fromages dont le célèbre AOC Bleu du Vercors Sassenage, a décidé d’ouvrir un magasin de producteurs à Seyssins.. Ce projet s’est concrétisé il y a tout juste un an.

Ce magasin de producteurs connait jour après jour une hausse de fréquentation linéaire due à la qualité et à la diversité des produits présentés.

On y trouve bien entendu une gamme de fromages imposante, qu’ils proviennent de la coopérative Vercors lait, mais aussi de producteurs de Savoie, jura.. A leurs côtés sont présents divers produits issus de notre proche territoire: charcuteries diverses, viande, produits à base de noix, miel, diverses boissons, vins, ravioles, soupes…confitures

Ce magasin s’est en fait transformé en véritable vitrine des produits locaux et la diversité de la gamme permet de réaliser un repas, de l’apéro au dessert, à base de ceux ci..

il vient donc de fêter sa première année d’existence.. Oh pas de grande fête, pas de cotillons, ce n’est pas le genre de la maison.. Les responsables du magasin ont davantage voulu remercier les clients et faire la promotion autour du Bleu Vercors sassenage.

SEYS 3

Pour ce, les membres de la confrérie Bleu du Vercors Sassenage, en tenue d’apparat ont fait déguster, l’espace d’une journée, la traditionnelle Vercouline, accompagnée de charcuterie dont un excellent Murçon.. Le tout dans un esprit convivial très apprécié par les clients-dégustateurs..

SEYYS 5

Des clients qui ont eu le loisir et la chance de se procurer du bleu à un prix promotionnel  » très intéressant »..

Nul doute qu’en ce dimanche de nombreux foyers ont partagé une excellente Vercouline.. En plus la météo s’y prêtait!

SEYSS 1

Magasin de coopérative Vercors Lait

Rond-point du Rondeau,

100 avenue du Général De Gaulle

Seyssins

TEL: 04 38 70 07 21

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2013
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+