Archive | 01 décembre 2013

Journée de l’innovation bois

L’ association Forêts Trièves-Beaumont-Matheysine, en partenariat avec l’Union des groupements pour le développement forestier en Isère a organisé à Clelles une journée consacrée à l’innovation bois.

Cette journée destinée aux professionnels de la filière bois a permis de découvrir deux innovations capitale pour promouvoir la filière bois d’oeuvre.

- Le classement mécanique haut rendement adapté aux petites, moyennes et scieries mobile. Les extensions possibles vers les feuillus et les possibilités de qualification des billons par les bûcherons eux-mêmes.

- la traçabilité des bois à travers le marquage des billons de bois sortis forêts par des  » puces RIFD »

Parmi les interventions, on retiendra celle de Patrick Lambouroud, directeur de Créabois Isère.

 » Cette journée permet de mettre en avant les progrès qui se font au niveau du travail du bois. Ceci est très important car le bois à le vent en poupe. un exemple, la construction bois qui est passée d’un taux de 4,5% en 2000 à 15% de nos jours et qui atteindra les 20% en 2020.

Cela oblige les professionnels à être très performants afin de mieux être armés face à la concurrence. « 

Patrick Lambouroud insistant sur le fait que la filière bois « locale » doit mieux s’organiser, se structurer   » même si il y a des avancées » afin de répondre à la demande et permettre davantage  » l’utilisation des bois locaux ».

Propos complétés par Charles Galvin, vice président du conseil général en charge de la forêt.

 » C’est une excellente idée que celle d’organiser une journée sur l’innovation. L’innovation et la recherche sont deux moteurs pour faire évoluer la filière bois. La technologie évolue très vite, nous ne devons pas être à la traine et à ce niveau là tous les maillons de la filières sont concernés.  Reste qu’il faut que ces progrès soient équitablement répartis.. « 

Et Charles Galvin, d’imager son propos:  » c’est comme en agriculture: chaque maillon appuie sur la tête de celui qui est en dessous et à la fin l’agriculteur, le propriétaire forestier qui sont au bas de l’échelle et qui ne peuvent pas appuyer sur personne « trinquent ». Cela veut dire qu’il faut absolument jouer gagnant gagnant et que les propriétaires forestiers vendent bien leurs bois. « 

Charles Galvin croit beaucoup à la traçabilité qui « est une avancée importante », l’exemple du label Bois des Alpes est significatif.  »

Il a rappelé que le conseil Général de l’Isère a voté des crédits pour permettre aux scieries, aux entreprises de 2ème transformation de se moderniser, de maintenir leurs activités..  » C’est très important de maintenir un maximum d’entreprises bien réparties sur le territoire, de penser circuits courts. Cela évitera de mettre des camions sur la route, inutilement.. »

il a conclu en rappelant que le bois est une économie avec à la clé des « emplois non délocalisables.. »

Suite à ces interventions chacun a pu découvrir les outils modernes.. et assister à des démonstrations.. Voir nos clichés.

Cliquer sur les photos pour les agrandir



Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Décès de Denis Cheminal, directeur de la MSA Alpes du nord

Denis Cheminal, directeur de la MSA Alpes du nord est décédé suite à un malaise cardiaque. Il avait 58 ans.

Arrivé fin 2009 dans les Alpes du Nord en provenance de Normandie, ses qualités d’écoute, son approche des ressources humaines étaient très appréciées des élus et du personnel de la MSA.

Ses funérailles auront lieu le mardi 3 décembre 2013 à dix heures en la Collégiale Notre-Dame à Montbrison ( Loire).

Catégorie msaCommentaires fermés

Après le fromage, la raviole!

L’ACTIF : Association des Artisans et Commerçants de Tullins-Fures lance un nouveau défi pour le téléthon 2013 dont le thème en sera la raviole.

Pour rappel

En 2010 :
Record du monde de la plus grande buche de NOEL avec 321,60 mètres
La vente des parts de buche nous a permis de remettre à l’AFM un chèque de 13 500 €.
En 2011 :
Record du monde du plus grand gâteau aux noix avec 268,15 mètres

TELETH 2012
La vente des parts de gâteau, de l’huile de noix et des cerneaux nous a permis de remettre à
l’AFM un chèque de 16 168 €
En 2012
Record du monde du plus grand plateau de fromages : 133,08 m2 et environ 2.5 tonnes de
fromages venant de toute la région Rhône Alpes.


TELETN 2012B

La vente : au détail, de plateaux de 4 et 6 fromages, de quelques 5 000 marcellines (feuilleté
au Saint-Marcellin), de pain et de vin a permis de remettre un chèque de 26.517 €
Laurence TIENNOT-HERMAN, Présidente de l’AFM, venue à TULLINS pour l’occasion.

Danny Lefebvre, présidente de l’Actif et son équipe se lancent donc un nouveau défi..

 » Toujours encouragés par les Bénévoles, nous avons décidé de nous lancer, cette année
encore, vers un nouveau défi. Les Unions Commerciales « VOIRON COMMERCES » et
« COURS BERRIAT GRENOBLE » nous accompagnent dans cette aventure.
Après la noix et le fromage, notre région a une autre spécialité, mais celle-là purement
Dauphinoise : LA RAVIOLE.

Notre projet, sur ce thème, est :
- de réaliser le gratin de ravioles le plus grand du monde (20 mètres de long par 2 mètres
de large). Ce plat sera réalisé par deux entreprises locales : la SORI de TULLINS et
l’entreprise RAVANAT de St Quentin.

Pour la confection de ce gratin, nous aurons besoin de :
- 250 kg de ravioles,
- 150 litres de crème,
- 100 litres de lait,
- 10 kg de gruyère,
- 80 kg d’épinards,

- de vendre et de faire déguster un maximum de ravioles durant toute une journée non stop
Autour de la confection et la vente de ce gratin, de nombreuses animations seront mises en
place :
- des « chefs » des « Tables Gourmandes » viendront cuisiner leur spécialité aux ravioles
et les proposeront au public,
- dégustation non-stop de ravioles dans un coin « restauration » avec animation style
« guinguette »
- un coin découverte de la Raviole, son histoire, sa fabrication …
- un coin « ravioleuse » avec démonstration de fabrication de la raviole à la main (voir
l’historique page précédente).
- Et bien sûr, un coin »buvette ».

Dany rappelant: « depuis le début, nous nous faisons un point d’honneur de reverser au Téléthon l’intégralité
des sommes récoltées. »..

L’ACTIF sait qu’elle pourra compter sur de nombreux partenaires: commerçants, banques, entreprises, le groupe Provencia ( Carrefour Voiron-tullins) sillon38.com… pour que le défi soit réalisé ET IL LE SERA !

Catégorie la vie des communesCommentaires fermés

La conjoncture agricole de Rhône-Alpes

La septième Lettre de conjoncture élaborée par l’Observatoire Economique Régional des Chambres d’agriculture de Rhône-Alpes et ses partenaires est disponible..

Datée de novembre 2013 elle dresse un panorama précis de chacune des productions de notre région, filière par filière et département par département.

Consulter la lettre de conjoncture de novembre2013


Catégorie agricultureCommentaires fermés

L’apiculture durable en Isère

En 2007, le Département de l’Isère a initié le contrat apiculture durable qui vise à protéger sur le long terme l’abeille et à soutenir un partenariat actif entre les acteurs du monde apicole et agricole.

Un rucher observatoire conduit en collaboration avec l’Association pour le développement de l’apiculture rhônalpine (ADARA), la Chambre d’agriculture de l’Isère et avec la participation des structures apicoles et agricoles, a été mis en place de 2008 à 2011.

Cette expérience innovante, qui est une première en France, a permis de collecter de très nombreux indicateurs de suivi de la qualité environnementale du département, d’instaurer un dialogue constructif entre apiculteurs et agriculteurs et d’engager des expérimentations agricoles en vue de changements de pratiques culturales.

Une journée pour les acteurs du monde agricole et apicole s’est déroulée dans l’hémicycle du Conseil Général en présence d’apiculteurs, agriculteurs, élus…

ruches

Cette réunion ayant pour  objet :

de restituer les résultats du rucher observatoire :

  • les résultats des observations et des analyses d’abeilles de cire et de pollen,
  • le regard de scientifiques sur le travail réalisé,
  • le point de vue des partenaires (ADARA et Chambre d’agriculture).

d’apporter des informations d’importance et d’échanger sur :

  • l’homologation des produits phytosanitaires,
  • le rôle des pollinisateurs,
  • les pratiques culturales prenant en compte l’abeille.

Sollicité par les apiculteurs inquiets par le dépérissement des colonies, le Conseil général a  a donc initié en 2007 un contrat d’objectifs « apiculture durable ».

Cette démarche innovante a été conduite en partenariat avec :

  • la Chambre d’agriculture,
  • l’Association pour le développement de l’apiculture rhônalpine (ADARA),
  • les trois syndicats apicoles isérois : l’Abeille dauphinoise, le Syndicat apicole dauphinois (SAD), les Apiculteurs viennois,
  • le Syndicat des apiculteurs professionnels de Rhône-Alpes (SAPRA),
  • la section apicole du groupement de défense sanitaire (GDSA),
  • la Fédération départementale des chasseurs.

Le contrat apiculture durable comprend 4 actions:

  1. le rucher observatoire : suivi de 4 ruchers situés en zones arboricole, de grandes cultures, urbaine et montagne (2008-2011),
  2. les jachères polliniques et faune sauvage (2008-2012),
  3. la réalisation de documents de sensibilisation à destination des Isérois,
  4. l’installation d’un rucher sur les toits de l’Hôtel du Département (2007-2010).

Christian Nucci, vice président du Conseil Général, en charge de l’agriculture a rappelé en introduction de cette journée que  » De 2008 à 2013, le Conseil général a consacré 472 000 € pour la mise en œuvre de ce contrat apiculture durable dont 60% affectés au rucher observatoire (290 000 €). »

Ce rucher observatoire (action n°1 du contrat) mis en place en 2008 a été conduit en collaboration avec l’ADARA, la Chambre d’agriculture de l’Isère et avec la participation des structures apicoles et agricoles.

cette expérience innovante qui est une première en France, a permis de :

- collecter des indicateurs de suivi de la qualité environnementale du département.

Des avancées majeures ont été obtenues avec la mise en évidence de fongicides dans les ruches, et de l’altération de la qualité environnementale en zone arboricole de Salaise-sur-Sanne, se traduisant par un dépérissement prononcé des colonies.

- instaurer un dialogue constructif entre apiculteurs et agriculteurs.

engager, avec le concours des prescripteurs, des expérimentations de pratiques agricoles moins consommatrices de produits phytosanitaires.

Les expérimentations sont actuellement conduites sur le colza et la noyeraie, elles seraient à développer sur les arbres fruitiers.

Christian Nucci : « face au caractère expérimental de la méthode utilisée, le Conseil général a toujours été à l’écoute de la profession apicole lorsqu’il a fallu apporter des adaptations au protocole d’observation, à la liste des produits phytosanitaires à rechercher, au nombre d’échantillons à prélever selon les ruchers…, tout en respectant le cadre budgétaire alloué.

Les limites de la méthodologie utilisée, la complexité d’interprétation des résultats obtenus nous amènent à rester humbles et à ne pas faire de conclusions hâtives

Suite à cette journée, les résultats du rucher observatoire isérois accompagnés d’un courrier attirant l’attention sur les procédures d’homologation des fongicides seront prochainement transmis au Ministère de l’agriculture. L’envoi sera fait conjointement par l’ADARA, la Chambre d’agriculture et le Conseil général.

La conduite du rucher observatoire a contribué à une prise de conscience de l’impact de l’usage des phytosanitaires sur l’apiculture. Il s’est déjà traduit par la conduite d’expérimentations. Ces changements de pratiques sont à poursuivre et à amplifier en particulier sur la production fruitière, qui reste fortement dépendante des pollinisateurs.

Dans la limite de ses compétences, le Département continuera à accompagner le dialogue constructif et de qualité établi au sein de ce programme et que je souhaite voir perdurer. »


Annexe technique sur le Contrat  » apiculture durable »

De 2008 à 2011, des analyses de cire, d’abeilles et de pollen ont montré la présence de métaux lourds, HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) et pesticides, en particulier sur les ruchers situés en zones arboricole (Salaise-sur-Sanne) et polyculture (Saint-Siméon–de-Bressieux).

Des avancées majeures ont été obtenues avec la mise en évidence de :

- fongicides dans les ruches,

- l’altération de la qualité environnementale en zone arboricole de Salaise-sur-Sanne, se traduisant par un dépérissement prononcé des colonies.

Suite à ces résultats, au dialogue suscité entre apiculteurs et agriculteurs et à la sensibilisation engagée auprès des agriculteurs, les travaux du rucher observatoire sont maintenant orientés en faveur de la modification de certaines pratiques agricoles et en faveur de nouveaux itinéraires techniques moins utilisateurs de produits phytosanitaires.

A ce titre, le Conseil général soutient des expérimentations et des applications pratiques conduites en partenariat avec l’ADARA, la Chambre d’agriculture, la SENURA et les prescripteurs (expérimentation sur noyers et sur colza).

Ces expérimentations sont actuellement conduites sur le colza et la noyeraie, elles seraient à développer sur les arbres fruitiers.

Les jachères

Le dispositif mis en œuvre de 2008 à 2012 en partenariat avec la Fédération départementale des chasseurs, avait pour objectif d’aider les agriculteurs à implanter des jachères en vue de fournir refuge et nourriture au petit gibier, plantes mellifères aux abeilles, et développer la biodiversité.

Parmi les 7 jachères proposées, 3 étaient à vocation mellifère.

Au plus fort de l’action, on comptait 293 hectares de jachères.

Cependant celles-ci n’étant plus obligatoires par la réglementation de la politique agricole commune (PAC), et le prix des céréales étant plus rémunérateur, les agriculteurs se sont désengagés et le dispositif a pris fin.

Depuis, la Fédération départementale des chasseurs aide à la mise en place de cultures intermédiaires via un don de semences végétales et à ce titre souhaite intégrer cette opération dans le contrat apiculture durable.

Cette sollicitation pourra être étudiée lors d’une prochaine réunion du comité de pilotage du rucher observatoire et après connaissance des résultats des expérimentations menées par l’ADARA sur ce type de cultures intermédiaires.

La sensibilisation à destination des isérois

Pour sensibiliser chacun à l’importance de l’abeille pour la biodiversité, des documents d’information pour le grand public et pour les professionnels ont été réalisés par le Conseil général.

Brochures « L’abeille une alliée pour nos cultures », « Protégeons nos insectes pollinisateurs », « Limitons l’usage des pesticides dans les maisons et jardins »,

Panneaux, plaquettes « Découvrez une jachère apicole »,

Le rucher sur les toits de l’Hôtel du Département

Deux ruches offertes par l’Abeille dauphinoise et le Syndicat apicole dauphinois ont été installées sur les toits de l’Hôtel du Département. De 2008 à 2010 deux agents du Conseil général ont suivi ces ruches. Le miel produit étant offert..

Catégorie apicultureCommentaires fermés

Protégeons les pollinisateurs

Le Conseil général de l’ Isère a édité une brochure afin de nous faire découvrir l’importance
des insectes qui sont rarement mis en avant lorsque l’on parle de protection de la nature..

protéea&ons

Pour télécharger cette publication, cliquer ici:

protégeons-les-polinisateurs.

Catégorie environnement, natureCommentaires fermés

Réunion d’information sur la trufficulture

Le Centre Régional de la Propriété Forestière Rhône Alpes, organise en partenariat avec le
Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère, une réunion d’information qui aura pour thème :
La Trufficulture
Vendredi 13 Décembre 2013, à 14 heures 30
Rendez-vous : Communauté de Communes de l’Isle Crémieu
- Parc d’activités de Buisson Rond – 38 460 VILLMOIRIEU

Cette réunion aura lieu en salle, les points suivants seront abordés :

- Présentation du dispositif d’aide du Conseil Général de l’Isère aux plantations truffières,
- Les différents types de truffes,
- Les conditions de productions de la truffe,
- Les plantations.
La présentation sera réalisée par Eric Hell, technicien du CRPF basé dans l’Ain, en partenariat avec le syndicat des trufficulteurs de l’Isère.

truffes logo

Catégorie trufficultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2013
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+