Archive | décembre, 2013

Loi Consommation : plus d’écologie

Lors de l’examen en deuxième lecture du projet de loi « Consommation » à l’Assemblée nationale, Michèle Bonneton a fait adopter des amendements qui  renforcent les droits des consommateurs et contribuent à la relocalisation de l’économie dans notre pays.

Un premier amendement porte le délai de présomption d’antériorité du défaut d’un bien à vingt-quatre mois. Il y avait en effet jusqu’à maintenant une situation de confusion: la garantie de conformité était déjà de vingt-quatre mois, mais en cas de panne provenant d’un défaut, au bout de 6 mois, c’était au consommateur de faire la preuve du défaut, ce qui est quasiment impossible.

Michèle Bonneton a déclaré: « cet amendement introduit dans la loi le renversement de la charge de la preuve, c’est un vrai changement.

Pour le consommateur, la confusion actuelle est levée et cela représente financièrement un pouvoir d’achat supplémentaire. Pour notre pays, cela conduit à favoriser la réparation qui se fait sur notre territoire, plutôt que le rachat de produits souvent importés. Sur ma proposition, cette réparation peut désormais être effectuée par tout réparateur, même non agréé. Et pour l’environnement, c’est au final une réduction du gaspillage des matières premières et de l’énergie, ce qui contribue à la lutte contre le changement climatique et diminue notre empreinte écologique » a t-elle rappelé.

Autre sujet : les magasins de producteurs,  dont l’encadrement juridique est précisé par cette loi sur la consommation. Grace à un amendement soutenu par  Michèle Bonneton, les magasins de producteurs pourront avoir 30% des produits provenant de l’extérieur du groupement, à condition que ceux-ci soient des produits locaux.

Michèle Bonneton salue également d’autres avancées notables de la loi « Consommation » : l’extension du label « Indication Géographique » aux produits artisanaux et manufacturés, qui protègera les productions locales ; l’information pour les plats « fait maison » sur place à partir de produits bruts que devront désormais mentionner les restaurateurs, la reconnaissance de l’obsolescence programmée, via l’obligation des fabriquant d’afficher jusqu’à quelle date seront disponibles les pièces détachées des produits vendus, la possibilité de résilier les contrats d’assurance voiture et habitation au bout d’une année  …

Michèle Bonneton regrette néanmoins que cette loi n’ait pas été l’occasion d’étendre l’action de groupe, strictement limitée aux litiges liés à la consommation, aux questions d’environnement et de santé. Elle a déposé une proposition de loi en ce sens.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Présentation officielle de l’Alfa 4C

Alfa se rappelle qu’elle fut et qu’elle est toujours l’une des plus prestigieuses marques au monde… Elle vient de la prouver en présentant son tout dernier modèle: la 4C… Modèle présenté en première et  en exclusivité à la concession By my Car de Fontaine..

La 4C a réunit des centaines de personnes, passionnées, curieuses autour d’elle, l’espace d’une soirée, très appréciée pour sa convivialité..

La 4C a donc fait son apparition en roulant.. et en faisant savourer le vombrissement très particulier de son  moteur ..

Voici ce qui nous a été précisé lors de ce lancement… officiel à la concession de Fontaine..

L 4C fait référence aux fameuses 6C et 8C produites avant guerre.. et qui ont construit la réputation sportive de la marque..

La 4C est donc une berlinette sportive.. et pour une sportive, le surpoids est interdit.. Aluminium, fibre de carbone, aucun « gadget ».. font que la 4C ne dépasse pas les 900 kilos.. 895 exactement…

Très basse (1,18 m), large (2 m) et courte (3,99 m), l’Alfa 4C atteint une vitesse maximale de 258 km /heure et elle passe de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes…

La 4C sera produite à un rythme de 3500 exemplaires/an.. et il faut débourser entre  51 000 euros en version standard  et 60 000 euros pour un modèle plus cossu..

Voici quelques clichés pris sur le vif lors de la soirée de présentation ..

Cliquer sur les photos pour les agrandir..





Catégorie grand angleCommentaires fermés

Les 9 finalistes Talents Gourmands Crédit Agricole© Sud Rhône Alpes dévoilés

Parmi les candidats inscrits, 9 finalistes (3 agriculteurs, 3 artisans des
métiers de bouche et 3 restaurateurs) participeront à la finale du concours
Talents Gourmands Crédit Agricole Sud Rhône Alpes. 9 professionnels
passionnés, dignes représentants du patrimoine culinaire de la région.

Au niveau national, 1 300 candidats professionnels pour cette première
édition déployée dans 26 Caisses régionales de Crédit agricole !

Lancé en septembre dernier, en partenariat avec le Bottin Gourmand, le
concours Talents Gourmands Crédit Agricole© a pour objectif de mettre en
avant les hommes et les femmes qui contribuent à l’excellence du patrimoine
culinaire français. 1 300 candidats ont adhéré au concept inédit, « du champ à
l’assiette », et ont tenté leur chance sur le site www.talents-gourmands.fr pour
représenter leur terroir.

Les 9 finalistes du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes sont :

Catégorie agriculteurs

• Stéphanie LEMERLE – agricultrice – Saint-Cirgues-en-Montagne
• Anne-Sophie COSSON – agricultrice – Revel
• Laurent BOURGEOIS – agriculteur – Parnans

Catégorie artisans des métiers de bouche

• Sylvain RIBEYRE – artisan – Vienne
• David BOURNE – artisan – Roman-sur-Isère
• Stéphane RUSCAK – artisan – Aubenas

Catégorie restaurateurs

• Nicolas GRANDCLAUDE – restaurateur – Marnans
• André BUISSON – restaurateur – Villard-de-Lans
• Julien TAURANT – restaurateur – Serpaize

Portraits des finalistes disponibles sur : www.talents-gourmands.fr

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Aides PAC et installation : le miroir aux alouettes

Communiqué de la coordination rurale..

La réforme de la PAC 2015-2020 devait marquer, selon le Ministère de l’agriculture, la volonté des pouvoirs publics de favoriser l’installation en agriculture. Entre saupoudrage des aides et traitement inéquitable des jeunes installés, la désillusion des jeunes installés de la CR est réelle.

Un montant dérisoire pour l’aide couplée aux jeunes installés

Les premières simulations avancent des montants d’aides compris entre 8700 et 11500 € sur 5 ans, soit 1700 à 2300 €/an. Et encore, pour prétendre au versement de la totalité de cette somme, le jeune installé devra activer 25 à 34 Droits à Produire de Base (ce qui minore le montant de l’aide pour les petites structures), réaliser ses travaux de mise aux normes…

Transparence et aide couplée aux jeunes installés : la double peine ?

A l’heure actuelle, malgré la demande unanime des syndicats, l’application de la transparence pour les formes sociétaires est réservée aux seuls GAEC. Il est probable que cette règle s’applique également au complément à l’installation, ce qui exclurait de fait toute une catégorie de jeunes installés. Un jeune agriculteur installé en EARL subirait donc la double peine : pas de prise en compte du nombre d’associés pour la surprime des 52 premiers hectares, et pas d’aide couplée aux jeunes installés !

Un motif de satisfaction : la prise en compte des jeunes de moins de 40 ans, mais…

Même si la section jeunes de la CR aurait préféré que le dispositif soit encore plus ouvert (aide accordée à tous les installés depuis moins de 5 ans, hors reprise entre époux), elle avait constaté avec soulagement que le Ministère projetait un traitement équitable de tous les jeunes de moins de 40 ans, qu’ils aient ou non bénéficié des AI.

La dernière réunion du CSO propose de limiter cette ouverture en réservant l’aide aux détenteurs d’un diplôme de niveau IV (avec une éventuelle validation des acquis, ce qui serait une bonne chose). Environ 2500 jeunes installés seraient ainsi exclus du dispositif, pour permettre une revalorisation de l’aide attribuée aux 6000 autres ! La CR s’est opposée à ce nouveau critère d’attribution, et restera vigilante lors des prochaines réunions du CSO. Pourquoi les JA souhaitent-ils exclure des jeunes installés du dispositif alors que rien dans la réglementation européenne ne l’impose ?

Catégorie installationCommentaires fermés

Pour que la montagne reste un plaisir l’hiver

A l’approche des vacances de Noël et de l’affluence dans les stations de ski et les secteurs de montagne, la préfecture de l’Isère rappelle quelques consignes de sécurité à respecter sur et en dehors des pistes.

En effet, les pratiquants d’activités de montagne doivent être particulièrement vigilants et faire preuve de prudence. Le risque zéro en montagne n’existe pas et les opérations de secours sont malheureusement fréquentes. Ainsi l’anticipation du risque, le respect des règles de sécurité et la prudence doivent être au cœur des préoccupations de chacun.

Quelques conseils avant de vous lancer sur les pistes :

  • Respectez les skieurs situés en aval : ne gênez pas, par vos trajectoires, les skieurs situés en dessous de vous. Ils ne vous voient pas toujours arriver. C’est à vous d’anticiper.
  • Maîtrisez votre vitesse et votre trajectoire : adaptez-les à vos capacités techniques et physiques, au trafic, à la visibilité, à la difficulté de la piste et à l’état de la neige.
  • Ne vous arrêtez pas n’importe où : évitez de stationner dans les passages étroits ou derrière les bosses et restez toujours visibles des skieurs situés au-dessus de vous.
  • Respectez la signalisation sur les pistes : pour votre sécurité, les pistes et les remontées mécaniques font l’objet d’un balisage et d’une signalisation spécifique. Respectez-les.
  • Respectez les règles de sécurité sur les téléskis et les télésièges.
  • Mettez un casque adapté et surtout, faites-le porter par vos enfants : son efficacité est prouvée en cas de chute ou de choc. Le casque est souvent proposé lors de la location de matériel de ski. N’hésitez pas à le demander.
  • Protégez-vous : mettez des lunettes protectrices et pensez à vous protéger à l’aide d’une crème solaire.
  • Vérifiez que vous êtes assurés : si ce n’est pas le cas, faites le nécessaire. Les secours sur les domaines skiables sont en général payants.

Quelques règles à ne pas oublier :

  • Informez-vous : consultez les prévisions météo, étudiez le plan des pistes et consultez les panneaux d’ouverture et de fermeture des pistes et des remontées mécaniques.
  • Échauffez-vous : sans échauffement, vous risqueriez de vous blesser et de gâcher votre séjour.
  • Faites entretenir votre matériel et régler vos fixations.

Quelques conseils pour les randonnées hivernales (en ski, raquettes..) :

Attention aux avalanches ! Seules les pistes ouvertes sont délimitées, sécurisées et contrôlées. En dehors de ces espaces, vous évoluez à vos risques et périls.

  • Informez-vous sur les risques d’avalanche : tenez compte du drapeau d’avalanche et des bulletins météorologiques affichés aux points de passage les plus fréquentés de la station.
  • Faites appel à des professionnels si vous voulez pratiquer le hors-piste : ne partez jamais seul, indiquez votre parcours et votre heure prévisionnelle de retour.
  • Établissez un itinéraire adapté à votre niveau technique et physique.
  • Équipez-vous d’un DVA (détecteur de victime d’avalanche) : cet appareil émetteur-récepteur doit être porté sous les vêtements. Il est indissociable de la pelle et de la sonde dans votre sac à dos. Il est essentiel de tester son DVA avant toute sortie et de s’entraîner régulièrement à son utilisation (des parcs d’entraînements existent dans certaines stations).
  • En cas d’accident, protégez la victime, alertez les secours (112) et portez assistance. Lorsque vous alertez les secours, donnez le plus de renseignements possibles sur la victime et sa localisation.
  • Sachez renoncer.

Pour rappel, si actuellement le secours en montagne est gratuit (en dehors des secours sur les domaines skiables), une opération de secours coûte en moyenne à l’État 8600 € (rapport de la Cour des Comptes – septembre 2012).

Catégorie montagneCommentaires fermés

PAC : un signe positif pour les éleveurs ovins

Après de longs mois de négociations dans le cadre de la réforme de la PAC, la Fédération Nationale Ovine se
félicite de l’obtention d’une enveloppe d’aide couplée de 125 millions d’euros pour la
production ovine.

Cette enveloppe légitime devrait nous aider à mettre en place le projet ambitieux que
nous avons souhaité pour soutenir les éleveurs et les orienter vers l’organisation, la
productivité et la qualité, facteurs clés d’une amélioration durable de leurs revenus.
Nous restons cependant vigilants sur les modalités techniques de mise en oeuvre de l’aide
et vis-à-vis d’une dégressivité qui pourrait être une entrave à l’économie de la filière.
Tous les systèmes ovins ne sont pas gagnants dans cette réforme et nous devons aussi
trouver des solutions afin de pérenniser certains systèmes fragilisés par les mesures
transversales de la nouvelle PAC.

L’ensemble de la filière doit aujourd’hui être mobilisée autour de l’application de cette
réforme pour en faire un levier pour redresser la production ovine.

Catégorie PAC, ovinsCommentaires fermés

Fin de la limitation de vitesse


Au regard des taux de particule dans l’atmosphère mesurés sur le bassin grenoblois, il a été décidé de lever des mesures mises en place dans le cadre de l’épisode de pollution atmosphérique.
Ainsi, à partir d’aujourd’hui, la reprise des limitations habituelles de vitesse sur les tronçons autoroutiers suivants est appliquée :

  • A48 du péage de Voreppe à Grenoble (Porte de France) ;
  • A41 du péage de Crolles à Meylan (carrefour de la Carronnerie) ;
  • RD1090 de Meylan (carrefour de la Carronnerie) à Grenoble (Pont de l’Isère) ;
  • A480 sur la totalité (depuis limite A48 jusqu’au carrefour de Varces A480 / RD 1075) ;
  • A51 du péage de Vif à Claix (limite A51 / A480) ;
  • RN87 dite « Rocade Sud »
  • RN85 depuis la sortie N°8 située sur A480, sens Nord-Sud, jusqu’au carrefour giratoire situé à l’intersection de la N85 et de la RD 2085 A (fin de la déviation de Pont-de-Claix), sur la commune de Champagnier.

Recommandations comportementales, destinées à l’ensemble de la population de l’Isère, afin de limiter le risque de pollution atmosphérique :

- limiter l’usage des véhicules automobiles et de tous autres engins à moteur thermique ;
- les usagers de la route doivent :

  • privilégier, pour leurs trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied et vélo) ;
  • différer si possible leurs déplacements internes aux agglomérations pouvant l’être ;
  • pratiquer si possible le co-voiturage dans les autres cas ou emprunter les réseaux de transport en commun.

Pour plus d’informations sur les recommandations sanitaires, vous pouvez :

Catégorie pollutionCommentaires fermés

TVA équine : l’absurdité est de mise

Communiqué de la coordination rurale:

« Vendredi 13 décembre, les représentants de M. Hollande et des Ministres de l’Agriculture, du Budget, de l’Économie et des Sports, accompagnés par des représentants de la filière équine (dont la Coordination Rurale), ont rencontré M. Sadauskas (Directeur de cabinet du commissaire européen à la fiscalité), M. Baudru (Directeur adjoint) et Mme Scoppio (conseillère spécialiste de la TVA et des relations avec la CJUE), à Bruxelles.

Une interprétation équivoque

La Commission est restée fermée aux propositions de la CR sans pour autant nier que les centres équestres sont bien des installations sportives, censées pouvoir faire l’objet d’un taux de TVA réduit. Cependant, pour cette dernière, le cheval ne fait pas partie de ces installations. Comme toujours, c’est l’interprétation très restrictive de la directive européenne 2006/112 sur la TVA et de son annexe III concernant les taux réduits, qui pourrait coûter cher aux centres équestres français.

L’absurdité des règlements poussée à son paroxysme

Ainsi, pour la Commission européenne, tout cavalier (propriétaire ou non de son cheval) pratiquant son sport dans un centre équestre payerait le taux plein sur l’ensemble des prestations : utilisation des installations, enseignement, pension éventuelle de l’animal. En revanche, le propriétaire d’un équidé qui disposerait des moyens suffisants pour héberger et transporter son cheval pourrait s’acquitter du taux réduit de TVA pour l’accès aux installations de ce même centre équestre. Selon l’interprétation de la Commission, seuls les cavaliers les plus fortunés seraient donc éligibles au taux réduit. Au 11e étage de la Commission européenne, on se croirait au pays des shadoks !

La CR maintient la pression pour sauver la filière équine

Lors de cette rencontre, la CR a eu la satisfaction de constater que l’État français ne semblait pas manifester l’intention de baisser les bras et allait demander un réexamen du taux de TVA appliqué aux centres équestres selon le point 14 (droit d’utilisation d’installations sportives) de l’annexe III de la directive 2006/112.

La CR sera vigilante sur cet engagement et demande par ailleurs un moratoire sur la TVA équine en attendant la révision de la directive européenne qui se tiendra courant 2014.

La CR encourage tous les professionnels de la filière à maintenir leur mobilisation pacifique et les assure de son soutien sans faille dans les actions à venir. »

Catégorie filière équineCommentaires fermés

Épisode de pollution de l’air sur le Nord Isère et sur le bassin Grenoblois

La Préfecture de l’Isère vous informe de la levée de l’alerte pour les communes de la zone Nord Isère.

Le niveau 1 d’alerte est maintenu sur le bassin grenoblois.

Les recommandations comportementales destinées à la population de l’Isère afin de réduire la pollution atmosphérique sont les suivantes :

  • limiter l’usage des véhicules automobiles et de tous autres engins à moteur thermique ;
  • les usagers de la route doivent :
  • privilégier, pour leurs trajets courts, les modes de déplacement non polluants (marche à pied et vélo) ;
  • différer si possible leurs déplacements internes aux agglomérations pouvant l’être ;
  • pratiquer si possible le co-voiturage dans les autres cas ou emprunter les réseaux de transport en commun.

Pour plus d’informations sur les recommandations sanitaires, vous pouvez :

Catégorie pollutionCommentaires fermés

Repas de fêtes… Repas  » Marque Savoie »…

POIRE SAVOIE

Une petite place pour le dessert… Voici une poire de Savoie à la Mondeuse et une succulente mousseline de Génépi et crème au chocolat…

MOUSSELINE

Catégorie Marque Savoie, Pays de SavoieCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2013
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+