Archive | 21 janvier 2014

Voyage au canyon de Colca au Pérou.

Thierry Maisonneuve président de l’Association Franco-péruvienne d’Aide au Développement de Grenoble vous propose un compte rendu de son périple au Pérou.. Partons à la découverte du canyon de Colca..

« De bonne heure, nous partons pour le Canyon de Colca situé à prés de 200 Km d ‘Aréquipa.
Chivay sera notre première étape après quatre heures de bus sur une belle route, ou
nous pouvons apercevoir les volcans Misti (5856 m), Chachani (6075m) et Pichu Pichu
(5884m).

Nous traversons la Pampa désertique et la réserve nationale « Of Salinas and
Aguada Blanca »ou nous pouvons admirer des troupeaux sauvages de vigognes, lamas, et
alpagas.

Nous passons un col à plus de 4600m sans problème. Notre acclimatation de
quelques jours à Aréquipa y est surement pour quelque chose. Nous n’avons pas eu à utiliser
les feuilles de Coca pour le mal de tête..

Arrivé à Chivay, nous nous rendons aux thermes alimentées par de l’eau sulfurée. Nous
restons 45 minutes dans une eau à 38º à plus de 3600m d’altitude. Après une nuit assez
froide, malgré les sacs de couchages et les deux couvertures, nous repartons à 6h00 du
matin pour le grand Canyon.

CLCA 6Nous nous arrêtons dans plusieurs petits villages typiques. Potapampa, Yanque, Pincholo…
Aprés deux heures de bus et un peu de patience, nous avons la chance de voir les condors
planer au dessus de nos têtes. Leur envergure peut atteindre plus de 3 mètres mais ils ont
beaucoup de mal à s’envoler, c’est pour ça qu’ils préfèrent décoller de hauts sommets et se
laisser porter par les courants chauds afin de mieux planer dans ce canyon de plus de 3000 mètres
de profondeur.

Une viscache, s’est même laissée photographier en train de se dorer au soleil.
La viscache est un petit rongeur qui ressemble à un lapin mais avec une queue d’écureuil.
Vous pouvez voir sur les photos des femmes en costumes traditionnels de Chivay ainsi que des cultures en terrasse construites à l »époque pré Incas. »

CLCA 7

Thierry Maisonneuve

président de l’Association Franco-péruvienne d’Aide au Développement de Grenoble

CLCA 1CLCA 2CLCA 4 CLC 3


Contact de l’AFPAD Grenoble

ASSOCIATION FRANCO PERUVIENNE D’AIDE AU DEVELOPPEMENT.
3 RUE Lieutenant Chabal 38100 Grenoble

M.Maisonneuve Thierry
11 allée du Grand Champs
38450 VIF.
Tél: 04.76.72.70.33.
thierry.maisonneuve@orange.fr

Mme Suc Anne Marie
25 rue Eugène Suc
38100 Grenoble.
Tél: 04.76.09.27.36.

Mme Veyet Françoise
25 rue Lonvois
38100 Grenoble.
Tél: 047609.20.90.

Catégorie A la une, coopération internationaleCommentaires fermés

Biennale de l’Eco Construction du Nord Isère

Organisée par la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère (CAPI) avec le soutien des collectivités locales des territoires Porte des Alpes et Vals du Dauphiné, du Grand Projet Rhône-Alpes, de la Région Rhône-Alpes et du Pôle métropolitain, la seconde édition de la Biennale de l’éco construction du Nord Isère mettra à l’honneur un territoire qui se mobilise pour être reconnu comme porteur d’innovation et de développement dans la construction durable.

Un week end grand public engagé !

Les 25 et 26 Janvier 2014, les habitants/les Rhône-alpins pourront découvrir toutes les possibilités concrètes et applicables de la Construction Durable.
En famille, le grand public pourra expérimenter les nouveaux outils et matériaux constructifs, découvrir différentes facettes de l’écoconstruction mais également se renseigner sur les modes de financement d’un projet, les bonnes questions à se poser avant de se lancer dans un projet mais aussi sur les entreprises et artisans qualifiés localement.
Expositions, films et ateliers de démonstrations seront proposés pour dévoiler des méthodes de construction et de rénovation. Selon leurs projets, les visiteurs repartiront avec de nombreuses astuces pratiques, finançables et réalisables pour la maison !

Horaires et accès :

Grands Ateliers – boulevard de Villefontaine, 38092 Villefontaine
Autoroute A43 Lyon – Grenoble/Chambéry – sortie n°6

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site http://www.biennale-ecoconstruction.fr/.

Catégorie aménagement, environnementCommentaires fermés

Renforcer la réaction de l’UE face aux importations déloyales

Un projet visant à réformer les instruments de protection commerciale de l’UE, afin d’intensifier ses efforts pour lutter contre les importations qui font l’objet d’un dumping ou de subventions de pays tiers, a été adopté en commission du commerce international.

Les députés ont invité l’UE à améliorer sa méthode de calcul des droits antidumping pour tenir compte des éléments environnementaux, sociaux et de développement, et aider les PME qui ont des difficultés à tirer profit de ces instruments.

« Il s’agit d’une proposition en faveur d’une réforme ambitieuse des instruments de protection commerciale au sein de l’Union européenne. Nous étions largement d’accord pour améliorer la proposition afin d’accroître la transparence, le principe de responsabilité et la vitesse de réaction, mais aussi dans le but de répondre aux inquiétudes des PME qui estiment qu’il est extrêmement onéreux et compliqué de participer à des enquêtes antidumping à l’heure actuelle.

Le principe sous-jacent du calcul des niveaux des droits antidumping nous a divisé et cette question devra désormais être clarifiée par un vote en plénière », a affirmé le rapporteur Christofer Fjellner (PPE, SE), après l’adoption du texte en commission du commerce international

Le dumping social et environnemental devrait entrer en ligne de compte

Lors du vote en commission  les députés ont proposé que l’UE modifie les règles afin de pouvoir imposer des droits plus stricts sur les biens importés qui font l’objet d’un dumping ou de subventions si le pays exportateur « ne présente pas un niveau suffisant de normes sociales et environnementales », sur la base des conventions en matière d’environnement et de droits du travail.

Parallèlement, l’UE devrait appliquer des droits plus modérés (en utilisant la « règle du droit moindre ») lorsque les biens subventionnés proviennent d’un pays moins avancé qui souhaite atteindre ses « objectifs de développement légitimes ».

Défendre les intérêts des petites entreprises

Les députés soulignent qu’en raison de leur complexité et leurs coûts, les enquêtes antidumping et antisubventions sont presque exclusivement ouvertes par les grands acteurs de l’industrie. En revanche, les petites et moyennes entreprises (PME) sont désavantagées en termes d’accès aux instruments de protection commerciale de l’UE. Selon les parlementaires, un service d’aide aux PME pourrait résoudre le problème.

Ce service aiderait les PME à introduire une plainte, à satisfaire aux seuils nécessaires pour ouvrir une enquête et à présenter les preuves du dumping et des dommages causés par les importations déloyales.

Les députés ont également proposé que, dans les secteurs composés essentiellement de PME, les périodes d’enquête coïncident avec l’année budgétaire et qu’il soit possible d’imposer des droits plus élevés sur les importations de biens faisant l’objet d’un dumping ou de subventions.

Réagir plus rapidement face aux importations déloyales

Dans leurs amendements, les députés de la commission du commerce international ont suggéré que l’UE puisse répondre plus rapidement aux pratiques commerciales déloyales et que les enquêtes antidumping et antisubventions soient limitées à neuf mois (contre 15 mois dans la proposition initiale).

Ils souhaitent également que des droits antidumping provisoires soient imposés dès six mois après l’ouverture de l’enquête (contre neuf mois dans la proposition initiale).

Contexte

La législation actuelle sur la protection commerciale de l’UE remonte à 1995. Depuis, les relations commerciales de l’Union avec les pays tiers ont énormément changé et la chaîne de valeur est devenue plus globale. La proposition de réforme vise à rendre la législation de protection commerciale de l’UE plus efficace, à l’adapter aux défis et aux systèmes commerciaux d’aujourd’hui, ainsi qu’à accroître la transparence et l’accès des entreprises européennes.

La plupart des enquêtes antidumping et antisubventions lancées par l’UE concernent la Chine.

Prochaines étapes

Les propositions de la commission parlementaire seront mises aux voix en plénière, probablement lors de la première session de février, afin de donner aux députés un mandat pour débuter les négociations avec le Conseil. L’objectif est de conclure une nouvelle législation avant la fin de la législature actuelle.

Catégorie Union européenne, coopération internationaleCommentaires fermés

Crédit Agricole sud Rhône-Alpes: accompagner au mieux les projets…


Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Rencontre avec Dominique RENOUD, Responsable de Développement Marché de l’Agriculture au CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES. Il a beaucoup été question d’installation...

Dominique RENOUD est  au quotidien au cœur de l’action avec l’équipe de chargés Agricole qu’il anime. L’ambiance y est bonne et jouit d’une bonne dynamique même si la conjoncture agricole n’est pas toujours au beau fixe sur certaines filières, à l’image de la météo.

Mais l’optimisme est de rigueur. En effet, Dominique RENOUD avance l’idée que l’Agriculture a son avenir devant elle du fait qu’elle devra nourrir une population de plus en plus nombreuse.

Sur notre territoire, se côtoient aussi bien des structures de production plus ou moins intensives mais  le constat est que de plus en plus de jeunes agriculteurs s’installent sur des petites structures où la priorité est donnée à la valorisation de la production par le biais d’une commercialisation en circuits courts pour des produits transformés ou non.

L’agriculture est en constante évolution : l’urbanisation et la pression foncière, la recherche de  l’amélioration de la rentabilité par la baisse des charges et d’une meilleure valorisation des produits, l’évolution des habitudes de consommation et également  la recherche de meilleures conditions de vie : cela se traduit par le développement du travail en commun (création de GAEC ou autres EARL…), de magasins de producteurs, le développement du bio,  des AMAP…

Dans ce contexte, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes tient à démontrer que le mot « agricole » dans son identité n’est pas usurpé.
« Nous sommes présents sur l’ensemble du territoire Isère, Drôme Ardèche et des filières de production, aux côtés de l’ensemble des agriculteurs et des porteurs de projets aidés ou non.
Pour répondre au mieux aux besoins de chacun, ce ne sont pas moins de 50 Chargés Agricole qui sont répartis sur le territoire aidés en cela par 5 Responsables de Développement. « 

Dominique RENOUD admet que s’installer en agriculture n’est pas toujours aisé et le terme de « parcours installation » est approprié.

Cependant, le porteur de projet, quel qu’il soit,  pourra bénéficier du professionnalisme de l’ensemble des partenaires liés à l’agriculture : Chambre d’Agriculture (pôle accueil installation, techniciens…) DDT,  juristes, comptables, JA et autres syndicats agricoles…

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes intervient bien entendu en tant que partenaire financier et en tant qu’assureur en amont de l’installation mais aussi tout au long de la vie professionnelle et privée de l’agriculteur et de sa famille.

Dominique RENOUD est clair : « la politique du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes  est d’accompagner le plus grand nombre de projets d’installation aidés ou non, que ce soit en cadre familial ou hors cadre familial. Et ce, malgré une concurrence de plus en plus présente. »

Bien entendu, la banque partenaire des agriculteurs doit s’adapter : « nos offres sont en perpétuelle évolution… »
Un  professionnalisme et des offres qui collent au mieux à la demande… Pour preuve, en 2013, 80% des installations aidées ont été réalisées avec le CREDIT AGRICOLE.

Pour connaître l’ensemble des dispositifs proposés par le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes :
http://www.ca-sudrhonealpes.fr

Jeunes Agriculteurs

Catégorie agriculture, installationCommentaires fermés

Echappées belles: à Beaucroissant,  » super expérience.. »

Oui j’ai été surpris quand l’équipe d’Echappées belles m’a contacté pour servir de guide à la foire de Beaucroissant.. Elle voulait un « personnage » qui connaisse bien la foire..  D’autres que moi la connaissent mieux que moi.. Il faut cependant dire que je la pratique depuis 35 ans.. En tant que journaliste mais j’ai aussi tenu un bar-restaurant pendant de nombreuses années, et depuis deux ans, en partenariat avec le groupe Provencia, nous avons un stand qui met à l’honneur les AOC de l’Isère et les produits locaux de qualité..

Sophie Jovillard, d’une simplicité extrême et son équipe m’ont de suite mis à l’aise:  » sois toi même et amènes  nous ou tu veux sur la foire.. « 

J’ ai donc décidé de rester moi même dans mes faits et gestes.. dans mon  » parler.. »

Durant deux jours nous avons donc arpenté les allées de la foire, partant à la rencontre de mes amis.. nombreux.. et des espaces que je fréquente à chaque édition.

Nous sommes allés au pôle animaux ou nous avons rencontré des éleveurs, bovins certes mais aussi ovins, porcins.. Ah le saucisson, le verre de blanc pris à 9 heures du matin.. Un régal…

Bien entendu nous avons visité  l’espace volaille, traversé la fête foraine, fait des rencontres avec d’autres personnages comme Serge Sibut.. avec qui nous avons chanté :  salade de fruits.. la montagne.. Un grand moment..!

Halte très conviviale aussi au niveau du matériel agricole au stand  Georges motoculture.. Quel accueil..quel apéro !!!

L’équipe d’Echappées belles avait tout naturellement adopté comme point  chute le stand des AOC de l’Isère. Elle a pu déguster les produits phares de notre région: le bleu du Vercors Sassenage, la noix de Grenoble et ses dérivés, les ravioles; produits de  la Marque Savoie..

Bien entendu nous avons effectué plusieurs visites à l’espace charolais ou l’accueil très sympathique a surpris Sophie et ses amis.. Inutile de dire que les papys cuistots se sont tous dévoués pour  servir des steaks de très haute tenue..

Sophie mais aussi le caméraman, le preneur de son, le régisseur ont passé deux jours complets à la foire de Beaucroissant.. Le reportage diffusé ne fera que dix minutes..

J’ignore quelle en sera la teneur. Je découvrirai le reportage fait à Beaucroissant mais aussi ceux faits autour de Grenoble ce samedi 25 janvier. Je  peux quand même dire que pour moi, ça a été une aventure exceptionnelle… Elle complètera à merveille mes expériences « foire de Beaucroissant »..

J’ai été surpris, par la simplicité, la gentillesse de Sophie et de son équipe mais aussi par la multitude de gens qui la connaissent, inutile de dire le nombre d’arrêts, de photos prises.. du nombre de personnes qui regardent cette émission.. Une émission qui dépasse  le million de téléspectateurs.

Echappées belles étant l’émission la plus regardée le samedi soir au niveau des chaînes de la TNT..

Gilbert PRECZ

Échappées Belles

France 5 samedi 25 janvier 20H35

Catégorie A la uneCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2014
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+