Archive | 05 février 2014

Stéphane LE FOLL donne des perspectives à la filière viande bovine

Stéphane LE FOLL a participé le 5 février au Congrès de la Fédération Nationale Bovine.

Il y a rappelé son engagement sur des sujets structurants pour l’économie de la filière bovine :

  • Sur l’étiquetage de l’origine, le gouvernement français s’est fortement mobilisé pour que l’Union Européenne rende obligatoire l’étiquetage de l’origine sur tous les produits à base de viande. Le Ministre a salué l’initiative des filières françaises pour la création d’une bannière « Viandes des France » dont le lancement aura lieu le 11 février prochain.

  • Sur la nécessité de se donner les moyens de regagner des parts de marche à l’export, le Ministre a annoncé la mise en place d’une cellule export réunissant les pouvoirs publics et la filière. Elle déclinera concrètement les priorités à l’export de la filière, dans la prolongation de l’exercice mené à FranceAgriMer sur les objectifs stratégiques de la filière.

  • Sur les accords de libre-échange, Stéphane LE FOLL a réaffirmé la volonté du gouvernement, déjà exprimé par le Président de la République à plusieurs reprises, de protéger les filières sensibles et au premier chef la filière viande bovine, et de défendre nos modèles de production.

S’agissant de la réforme de la PAC, le Ministre de l’Agriculture a rappelé les acquis obtenus en juin 2013 et déclinés depuis au niveau national. Il a ainsi rappelé le redistribution opérée en faveur de l’élevage d’un milliard d’euros par an, via notamment la surdotation des 52 premiers hectares, l’utilisation à plein du taux de couplage de 15%, le maintien des aides couplées actuelles, le renforcement de l’ICHN, le renforcement du volet « modernisation des exploitations » avec une contribution significativement accrue des crédits nationaux dès 2015.

Face à la crainte exprimée par les éleveurs de bovins viande du grand Ouest et des zones intermédiaires quant à l’impact de la réforme sur leurs aides, il a souhaité insister sur l’impact positif significatif qu’auront deux nouveaux dispositifs : l’aide aux protéines végétales, et les Mesures Agro-environnementales et climatiques (MAEC) permettant de soutenir les systèmes « polyculture-élevage », dont les paramètres sont en cours de finalisation avec les organisations professionnelles agricoles.

Enfin, Stéphane LE FOLL a répondu aux questions des éleveurs au sujet de la prime au maintien du troupeau de vache allaitante : il a notamment réaffirmé sa volonté de mettre en place un système de références individuelles basées sur les animaux présents en 2013. Il a déclaré : « certains chiffres qui ont circulé sont totalement faux et je les conteste. L’évolution de la PMTVA est une opportunité pour mieux coller à la réalité des exploitations, mais cette évolution ne doit pas déstabiliser certains systèmes. Nous travaillons activement pour fixer les derniers paramètres, qui ne doivent pas pénaliser les exploitations spécialisées et professionnelles ».

Catégorie filière viandeCommentaires fermés

TOUS AVEC SIMON ET ROBIN !

Deux athlètes Villardiens représenteront les couleurs de la France aux J.O de Sotchi 2014, Simon Fourcade en biathlon et Robin Duvillard en ski de fond.

La station soutient tout naturellement ses champions.

Durant toute la période des J.O, aucune animation grand public particulière n’a été programmée hormis les retransmissions de toutes leurs épreuves, en présence du club de ski nordique, des fans clubs et de la population villardienne.

Deux salles sont mobilisées durant cette période, la salle des fêtes de la Coupole et la salle des mariages en mairie de Villard de Lans.

SI ET R 1SI ET R 2

Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, sportCommentaires fermés

Crédit Agricole sud Rhône-Alpes: défis relevés..

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes » Le Crédit agricole Sud Rhône-Alpes a toujours placé le client au centre de ses préoccupations et continuera plus que jamais à le faire.  » C’est par ces mots que le président Jean-Pierre Gaillard a introduit la conférence de presse annuelle programmée au siège grenoblois de l’établissement bancaire.

 » Oui l’année a été compliquée, la croissance n’étant pas au rendez vous.. cela n’a pas empêché le Crédit Agricole de relever les défis qu’il s’est fixé, en particulier au niveau de ses résultats.. »

Avec un résultat net de 110,9 M€ le Crédit Agricole Sud Rhône-alpe assure une évolution de +18% sur l’exercice de 2013.  et l’accroissement des fonds propres permettent à la caisse régionale d’asseoir encore davantage sa solidité financière.

Avec 12,1 Mds€ d’encours de crédits, +3,7 % le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes confirme son rôle de 1er prêteur sur son territoire.  » C’est notre ADN que de participer au développement de notre territoire, à tous les niveaux. en accompagnant les projets de nos clients, nous contribuons au développement de l’activité économique de notre région.. Le logement est également une priorité. Le principal  » booster » de l’activité Crédits et du développement du fonds de commerce est l’habitat ( +6,5% de l’encours).  » Avec 7,7Mds d’€ le financement du logement reste au coeur de notre activité. »

 » Le client est notre principale préoccupation, nous devons répondre à ses attentes, nous adapter, devancer même ses demandes.. Pour ce la caisse régionale innove à travers un projet ambitieux : nouvelle distribution 2.0. Il s’agit de s’adapter aux nouveaux comportements et besoins de nos clients. »

On connait déjà « le Store » ou agence fonctionnelle, ou le client peut circuler librement. Il s’agit aussi d’un espace commercial modulaire par thème..un espace ou le client se sent bien et ou il se rend vite compte que les compétences sont mises à son service.

Deuxième innovation: L’Appli, une solution 100% Crédit Agricole sud Rhône-Alpes, un multicanal pour faire revenir les clients à l’Agence..

Le Crédit Agricole s’adapte, va de l’avant, répond aux attentes de ses clients, ses sociétaires.. Cette attractivité est prouvée par la venue en 20013 de plus de 3800 clients. Ceux ci appréciant la qualité du conseil proposé par les 1200 conseillers répartis dans les 200 agences du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes..

 » Nous construisons avec nos clients la relation qu’ils méritent » sera le mot de conclusion du directeur de la caisse régionale, Christian Rouchon.

Soutenir la grotte Chauvet

Catégorie grand angleCommentaires fermés

La viande a-t-elle sa place dans l’alimentation durable ?

Depuis 40 ans, le « développement durable” a été décliné dans tous les domaines d’activité dont celui de l’agriculture, des industries agroalimentaires et de l’alimentation.

Le concept d’alimentation durable a été forgé dans cette lignée, puis défini par la FAO de la façon suivante : “Les régimes alimentaires durables sont des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations présentes et futures. Ils contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaines.”

Aux trois piliers aujourd’hui classiques du développement durable – l’économie, le social, l’environnement – l’alimentation durable rajoute donc un volet spécifique de nutrition-santé.
La notion d’alimentation durable s’impose désormais au niveau des décisions politiques locales, nationales et internationales.

Elle est devenue un outil pour appréhender le système alimentaire – de la production à la consommation – au sein de l’économie globale. Il paraît dès lors utile de s’interroger sur la façon dont cette notion se décline dans chaque secteur de la production agricole et des produits qui lui sont associés.

À cet effet, le Centre d’Information des Viandes a souhaité organiser un colloque le mercredi 14 mai 2014 à l’Institut Pasteur, à Paris sur le thème : « La viande a-t-elle sa place dans l’alimentation durable ? »

Les débats prendront en compte des approches économiques, sanitaires, nutritionnelles, environnementales et sociologiques.

Deux angles de réflexion ont été retenus :

• La viande est-elle un aliment sain au regard de l’alimentation durable ?
• Comment aborder le gaspillage alimentaire au niveau des filières viandes ?

Attention: les places sont limitées! Inscription obligatoire.

Plus d’information sur le programme et les inscription ici

Catégorie consommation, filière viandeCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2014
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+