Archive | 22 février 2014

Allègement des charges des exploitations agricoles: une priorité

A l’occasion de la conclusion des Etats généraux de l’Agriculture Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a répondu aux questions posées par les organisateurs. Le Ministre a tenu à indiquer que l’allègement des charges des exploitations agricoles était pour lui une priorité. A ce titre, Stéphane LE FOLL a confirmé les engagements du Premier Ministre qui place le secteur agricole au sein du Pacte de responsabilité et a annoncé à ce titre un nouvel allégement du coût du travail.

Dans cette même logique et dans un souci de donner de la visibilité aux entreprises agricoles, le Ministre a indiqué que l’impact de la contribution climat énergie serait neutralisé pendant les trois prochaines années au minimum.

D’un point de vue plus global, Stéphane LE FOLL a annoncé qu’il avait décidé de lancer, avec le Ministre de l’Economie et des Finances une concertation avec les représentants professionnels sur l’évolution de la fiscalité s’appliquant aux exploitations agricoles afin de mieux prendre en compte  les évolutions et nouveaux besoins de l’agriculture (méthanisation…).

La modernisation et l’investissement dans les filières seront également stimulés. A cet égard, le Ministre a rappelé que c’était dans cette logique qu’avait été avait envisagé l’exercice conduit par les filières agricoles et agroalimentaires pour disposer d’une stratégie claire et partagée avec les pouvoirs publics à horizon 2025.

Concernant les investissements, le Ministre a indiqué que les lignes directrices relatives à la mise en place du plan de compétitivité de 200 millions d’Euros annoncé par le Président de la République seraient définitivement arrêtées en juin à l’occasion du « Printemps des territoires et des régions », et permettraient de trouver la synergie indispensable entre dynamique des initiatives locales décentralisées et cohérence de la stratégie nationale et des logiques de filière.

Parce que l’investissement doit aussi être un investissement pour l’avenir de notre agriculture, le Ministre a tenu à insister sur la nécessité de mobiliser la recherche pour favoriser la création de valeur en France et dans le même temps assurer la durabilité de notre agriculture. Il a à cet égard  fixé l’objectif de faire de la France le leader mondial de l’innovation en agriculture, citant des secteurs particulièrement porteurs tels que l’agriculture de précision, les techniques de sélection variétale ainsi que la biosécurité des élevages qui contribuent au projet agro-écologique pour la
France.

Enfin, et parce que la compétitivité passe également par une simplification des démarches, des procédures et de la réglementation environnementale, le Ministre a souhaité que le secteur agricole bénéficie du choc de simplification voulu par le Président de la République.
Il a donc annoncé qu’un portail rénové d’accès unique et simplifié pour les démarches agricoles était d’ores et déjà en ligne. En complément, 75 formulaires seront complètement révisés, et le développement de la télé-déclaration encouragé. Le Ministre a également rappelé la création dans la loi d’Avenir d’un registre des agriculteurs.

Le ministre a aussi annoncé que dans le cadre de la simplification réglementaire le plan de développement de l’entreprise pour les jeunes qui s’installent serait révisé afin de mettre un terme à la sur-transposition de la réglementation communautaire.

Pour ce qui est de la réglementation environnementale Stéphane LE FOLL a rappelé qu’avec Philippe MARTIN, il avait fait en sorte de simplifier la réglementation sur les installations classées dans le secteur porcin et que conformément au souhait du Président de la République cette simplification serait étendue à de nouvelles filières d’élevage dont le secteur avicole.

En conclusion, le Ministre a indiqué : « ces engagements réciproques que nous suivrons ensemble sont au coeur du Pacte de responsabilité voulu par le Président de la République pour le redressement de notre pays ».

Catégorie agricultureCommentaires fermés

AFTBM: des interventions « musclées »

L’ assemblée générale  annuelle de l’AFTBM (Association forestière Trièves-Beaumont-Matheysine) s’est déroulée sous la présidence de Patrick Chion à Monestier de Clermont.

Les thèmes abordés  et d’actualité parmi lesquels: constitution de l’ASLGF Alpes sud-Isère, contribution volontaire obligatoire ont suscité des échanges de qualité et très passionnés..

Les interventions ont également retenu toute l’attention de la salle. Il faut dire qu’elles étaient « musclées, offensives, sans langue de bois..

Henri Gras, président de l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère a à nouveau insisté sur le renouvellement des générations..  » Il faut absolument que plus de propriétaires, plus de jeunes s’investissent au sein des groupements afin dé$’épauler les équipes en place..  » A propos de la création de l’ASLGF sud Isère:  » c’est une initiative qui va dans le bon sens. Elle va rendre de nombreux services aux petits propriétaires forestiers.. « 

Il a également remercié le conseil général de l’Isère pour son soutien « sans faille » en direction de la filière bois et regrette que  » la chambre d’agriculture n’apporte plus son aide au développement de nos activités ».

Et la fameuse CVO?  » Elle existe.. reste à être très attentifs à l’usage qui sera fait des fonds récoltés. Ils devraient logiquement servir à soutenir les différentes structures de la filière bois..La vigilance est de mise. »

Henri Gras a répété les propos tenus lors de la fête de la forêt de montagne:  » nous sommes dans une impasse à cause d’une multitude de structures qui gèrent notre filière. Il faut absolument des regroupements, des fusions. Le conseil général, par la volonté de Charles Galvin, va réunir les acteurs de la filière afin d’étudier ce problème. J’adhère totalement à ce projet… »

charles Galvin, pendant son intervention avec à ses côtés Patrick Chion et Henri Gras.

Charles Galvin, pendant son intervention avec à ses côtés Patrick Chion et Henri Gras.

Charles Galvin, vice président du conseil général de l’Isère en charge de la forêt a en effet annoncé qu’il allait réunir l’ensemble des acteurs de la filière bois afin de voir comment gagner en efficacité.. Il a rappelé que la filière bois de l’Isère  » c’est 10 000 emplois non délocalisables. »  L’ASLGF:  » c’est une bonne démarche qui va permettre aux petits propriétaires de mieux gérer leurs forêts. Il ne faut pas oublier que le mal de la France est la multitude de petites parcelles, leur morcellement.. »

 » Le conseil général de l’Isère est aux côtés de la filière bois départementale. Malgré un budget restreint nous disposons d’un budget de 755 000 euros dédiés à cette filière. Cela nous permet de mener de soutenir de multiples actions: chartes forestières, bois énergie..  » Charles Galvin a rappelé que les scieries, entreprises de secondes transformation sont également aidées  » afin qu’elles se modernisent, qu’elles gagnent en compétitivité. Notre volonté étant que ces entreprises soient réparties sur l’ensemble de notre département..  »

 » Le conseil général  favorise le bois dans  la construction, la rénovation de plusieurs collèges gymnases, bâtiments publics..Cela démontre la qualité de ce matériau mais prouve aussi que son prix est compétitif. Seul souci.. en finançant les constructions bois, on aidait les filières bois étrangères, le bois venant de l’étranger. Il faut à tout prix que le bois utilisé soit local. »

Et Charles Galvin montrant son inquiétude  » comment concevoir que l’on plante a l’heure actuelle 20 millions d ‘arbres contre 100 millions il y a quelques dizaines d’années. De plus les jeunes plants sont trop souvent martyrisés par le gibier. J ‘ai alerté le préfet, le syndicat des propriétaires forestiers, des réunions sont en cours de programmation pour voir comment protéger ces jeunes plants.. »

Charles Galvin a également indiqué que le bois a de multiples facettes d’utilisation » on fait même du papier étanche.. la matière première est le bois. Il faut donc favoriser la recherche et l’implantation des entreprises sur notre territoire. Cela passe par une meilleure utilisation des fonds. Voilà pourquoi une meilleure harmonisation, une complémentarité entre les aides de l’Etat, de la région et du département se met en place. »

Dernière information: Center Parc.  » Le dossier Center Parc à Roybon redémarre. Les enjeux pour la filière bois sont importants. La demande de bois va être colossale. Il faut absolument que le bois utilisé soit du bois local, que les entreprises de transformation soient locales. Pour ce il faut se mobiliser, s’unir.. afin de répondre à la demande. »

Charles Galvin est dans le vrai.., ce serait vraiment un comble que de passer à côté d’un tel marché…

Gilbert PRECZ

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

AFTBM: une AG très instructive!

L’assemblée générale de l’Association Forêt Trièves-Beaumont- Matheysine s’est déroulé à Monestier de Clermont. Placée sous la présidence de Patrick Chion elle a abordé plusieurs thèmes d’actualité qui a rendu cette assemblée générale très instructive..

AFTBM

Patrick Chion a présenté les axes forts de l’activité de l’AFTBM en 2013.

Présence à la fête du bleu à Gresse en Vercors, journée de l’innovation fin novembre à Clelles, reprise de l’activité plaquettes forestières au pôle bois de St Michel les Portes par l’entreprise Pellissard…et surtout la création d’une Association syndicale libre de gestion forestière. ASGLF officialisée le 13 septembre 2013 à St Martin de Clelles.

Le président Jean Bernard a rappelé que les ASLGF ont pour mission d’assurer une gestion économique, patrimoniale, départementale des parcelles qui lui sont confiées.

L’ ASLGF est donc une association qui regroupe des parcelles de forêt en délégation de gestion pour une durée limitée ( 5 ans dans le cas du sud Isère).

Il n’y a bien sûr pas aliénation de la propriété. L’ASLGF offre l’accès à des compétences professionnelles, elle bénéficie de par l’étendue des surfaces gérées d’un poids économique et d’une force de négociation vis à vis de l’aval. Les ASLGF sont également en totale cohérence avec la politique forestière de l’Etat et des collectivités.

Il en est ressorti des débats que les petits propriétaires, en très grande majorité, ont tout intérêt à adhérer à une ASLGF. Celle d’alpes sud Isère compte à ce jour une trentaine d’adhérents pour 300 hectares. L’idéal: avoir en gestion entre  1500 et 2000 hectares afin de pouvoir embaucher un technicien forestier…

Autre moment fort et très débattu: la CVO…

La CVO ques-à-quo ? serait-on de dire de façon triviale.. Il s’agit d’une cotisation volontaire obligatoire…

Cette cotisation volontaire obligatoire, certains dont Antoine Pupier croyaient à « une arnaque » est une participation financière due à chaque étape de la transformation du bois. Mise en place par l’interprofession, elle s’impose donc à tous les acteurs de la filière bois, propriétaires compris. Ceux ci versent une contribution qui dépend de leur chiffre d’affaires.

Il existe à l’heure actuelle des problèmes de disfonctionnement, d’informations.. Une chose est certaine, elle est due et en cas de son non paiement, le créancier risque des poursuites… Par contre il a bien été spécifié que la CVO n’est due que si il y a eu dans l’année un chiffre d’affaires.

Inutile de dire que la CVO a fait réagir la salle..

Un conseil: vous être propriétaire forestier en Sud Isère, adhérez à l’ASLGF sud Isère… Celle ci se chargera des déclarations CVO qui sont à faire chaque année par le propriétaire forestier…

La qualification mécanique des bois est très importante et doit se développer.. Actuellement les constructeurs de charpentes en bois utilisent des bois non qualifiés mécaniquement, ce qui les oblige à surdimensionner leur structure, à utiliser trop de bois.. autre remarque: la résistance mécanique n’est pas constante pour un lot de bois. Le tri mécanique est LA solution pour éliminer les bois qui déclassent les lots. et éviter une nouvelle fois une surconsommation de bois.

La qualification mécanique du bois permet une économie de bois possible de 20% au minima. Le chiffre de 40% d’économie n’est pas utopique…

Il était temps de faire place aux interventions dont celles d’Henri gras, président de l’UGDFI et de charles Galvin, conseiller général en charge de la forêt.. A voir par ailleurs..

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2014
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+